Chapitre 6 - Blanc

6 minutes de lecture

Il semblerait qu’enfin, j’aie réussi à faire bouger un peu les choses autour de moi. Malgré l’absence totale de réaction à mon évasion, il semblerait que les gens dont j’étais relativement proche aient reçu de mes nouvelles. J’ai donc convoqué le Conseil de Résistance, un rassemblement des plus importantes familles de ce monde, toutes fidèles et toutes plus que capables de m’aider dans mon nouveau projet. Malheureusement, trop peu de réponses nous sont parvenues. À vrai dire, je m’inquiète un peu de n’avoir reçu aucune réponse autre que celle de la famille qui m’accueille actuellement… Il n’avait certes pas une importance majeure, mais… J’aurais préféré revoir certains visages, et peut-être que d’autres auraient été en possession d’informations importantes. L’heure est dépassée depuis longtemps, mais… Il faut bien commencer…

« Est-ce que tout le monde est là ?

- Tous ceux qui devaient venir sont arrivés, maîtresse. Nous aurons peut-être des invités surprises, mais je ne peux pas confirmer leur venue, ils n'ont répondu à aucun de nos appels, ni à aucune lettre, me réponds le majordome.

- Très bien. Alors partons du principe qu'ils ne viendront pas. Quelles familles sont encore capables de nous aider ?

- Toutes les grandes Familles ont assez d'influence sur le monde pour le changer comme nous le voudrions.

- Toutes ? En cinq cent ans, rien n'a changé ?

- L'ordre a beau avoir été modifié, il est des choses qui ne changent pas. Toutes les Familles peuvent nous venir en aide, chacune dans un domaine en particulier, comme toujours. »

Alors que la maîtresse Noire semble prête à me questionner, j’aperçois une silhouette qu’il me semble reconnaître. Elle se dirige d’un pas pressé vers nous, après s’être incliné dans notre direction. C’est l’éclat chaleureux de ses yeux illuminé par une lampe à l’entrée de la pièce qui me confirme son identité. Cette certitude m’apporte un immense soulagement, que je m’empresse de lui communiquer.

« Comment vous les Hiddleson ?

- Tous les membres de la Famille Bleue sont en parfaite santé, merci de poser la question, Maîtresse Helen Mithra. C'est un honneur. Je suis Charlie, le Chef des Bleus. Si je peux me rendre utile, c'est en siégeant avec vous à cette table. Les autres ne devraient pas tarder à arriver, soupire-t-il. »

On lui tire une chaise, et il s'y pose, soulagé. Son chapeau et son manteau, trempés, sont emportés par des domestiques. À sa coiffure désorganisée et humide, il ne fait aucun doute qu’il s’est pressé, et qu’à l’extérieur, le temps est loin d’être clément. Nous patientons silencieusement, espérant l’arrivée d’un autre personnage d’importance, même si nous étions sur le point de commencer.

« Les autres devraient arriver un peu en retard, s’excusa le nouveau venu. »

Presque au même moment, le majordome se tourne vers nous et introduit une jeune femme.

« La Cheffe de la noble Famille Jaune, la Maîtresse Louna Geom. »

Grande, forte, plus puissante qu'aucun de ses congénères, la belle et sauvage meneuse de la grande Dynastie de guerrières intrépides entre, dégoulinant sur le parquet. Elle s'incline devant nous et s'assied en silence. Les membres de sa Famille n'ont jamais été très bavards ni très pensants, mais ils font toujours preuve d'une grande force et d'un courage sans commune mesure. Leur fidélité sans faille a toujours été un d’une grande aide au cours des siècles.

« Le Chef de la grande famille Rouge, le Maître Mikaël Battismore. »

Immense, carré, une brute sans cervelle mais pas sans cœur, c'est tout aussi dégoulinant qu'il rentre dans la pièce, les domestiques lui courant après pour tenter de lui enlever son chapeau et son manteau. Il se laisse tomber sur sa chaise, qui émet ce que j'interprèterais comme un cri d'agonie... Mais même s’il n’en a pas l’air, il est d’une nature affectueuse rare et d’une bonté digne des plus nobles cœurs.

« Le Chef de la belle Famille Orange, le Maître Morney Jutterson. »

Un peu rabougri, c'est recouvert d'une serviette qu'il entre, trempé et glacé jusqu'aux os. Il tremble un peu et ne cherche pas à se rapprocher d'aucun de ses camarades. Il s'assied simplement sur le siège le plus proche et tente de se réchauffer le plus possible, malgré des rhumatismes flagrants que ce temps ne doit pas arranger…

« La Cheffe de la mystique Famille Violette, la Maîtresse Katty Resworns. »

Commune, comme ses prédécesseurs, mais dégageant une aura étrange, mélange à la fois de danger et de douceur. Elle s'installe confortablement sur sa chaise, et fixe tout le monde plus ou moins bizarrement.

« Et enfin, les Chefs respectifs des Familles Vertes et Blanches, les Maîtres Johan McArkaney et Morgan Fernetti. »

Je soupire. J'avais oublié qu'il n'y avait pas de raisons pour qu'il n'ait pas été convié... Mais bon, passons. Il est temps pour cette réunion de commencer, avec une bonne vingtaine de minutes de retard, mais tant pis.

« Maintenant que nous sommes tous réunis, nous allons pouvoir... »

Je n'ai même pas le temps de terminer ma phrase d'introduction que déjà le Blanc me coupe.

« Dis-moi, ma chère Noire, qui as-tu invité ? »

Je ne peux m'empêcher de soupirer intérieurement. J’en étais persuadée. Les Blancs et les Noirs n'ont jamais fait bon ménage, soit, mais avec moi dans les parages, la situation risque de dégénérer plus rapidement que prévu. Ils ne m’ont jamais vraiment appréciée, malgré le fait qu’ils aient été l’une des premières familles à me suivre. Et s’ils peuvent s’opposer à moi, ils n’hésitent jamais…

« Tu devrais la connaître, Morgan, réplique Victoria Lahthon, la cheffe Noire, d’un ton presque moqueur.

- Eh bien, si elle commençait par respecter les règles, peut-être que je pourrais lui demander de nous éclairer sur ce point, ma chère. Mais comme ton message semblait avoir son importance, et que je ne voudrais pas ruiner ton beau salon, je vais rappeler la règle qui prime dans toutes nos réunions : seul le plus puissant de tous peut présider un Conseil. Malheureusement pour...

- Je connais très bien les règles, mais merci de les rappeler, Blanc, je le coupe. Au moins, tu montres que tu les connais. Je peux continuer ?

- Est-ce que tu m'as écouté, au moins ? gronde-t-il, prêt à se lever et probablement à m’assassiner aussitôt.

- Morgan, évidemment qu'elle les connaît, les règles. C'est elle qui les a instaurées. »

Sa colère retombe instantanément. Il pose son regard sur Victoria, qui me désigne du menton. Il plisse les yeux et semble me dévisager, sans comprendre. Il continue à m'examiner, sous toutes les coutures, mais visiblement, je ne lui dis rien.

« Vous feriez mieux de vous présenter à nouveau, Maîtresse, souffle le Bleu. Si je vous ai reconnue, c'est parce que votre portrait trône dans mon entrée depuis des millénaires... »

Je soupire et secoue la tête. Eh bien, moi qui avais peur de sortir à visage découvert, me voilà rassurée ! Même mes propres amis ne me reconnaissent pas. Je m'éclaircis la voix, vérifie que j'ai toute l'attention, et déclare :

« Je suis la Maîtresse Helen Mithra, tout juste sortie de prison par les bons soins de la Famille Noire, et notamment du frère de Victoria. Si vous ne me connaissez pas, je vais vous donner un petit indice. Vous avez forcément entendu parler de la Rébellion des Couleurs, il y a cinq cent ans, et de son chef, surnommé le Gris. Eh bien, les informateurs avaient tout faux. Mon surnom, ce n'étais pas le Gris, mais le Papillon. J'étais la guide de cette lutte. Et vos aïeux ont combattu à mes côtés. »

Le silence se fait. Le Blanc ne parvient plus à détacher son regard de mon visage. Le Bleu se contente de me sourire. Les autres couleurs échangent des messes basses et des regards qui en disent plus qu'ils ne le croient. Seuls les serviteurs et les Lahthon présents dans la pièce restent parfaitement impassibles. J’ai toujours admiré cette qualité, chez eux…

Lorsque tout le monde est enfin calmé, je me permets une légère digression.

« Le moment que nous venons de passer tous ensemble, autour de cette table, vient de s'enfuir. Il est plus que temps pour nous de parler de ce qui nous réunit aujourd'hui. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

Défi
billetcognitif
Ovidé de tout, empli de rien, Polo affronte la vie avec l'élastique haut et les ambitions dans les chaussettes. Nouvelle courte pour relever le défi Narrons un dicton ! Semaine 5 « Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton. » de Pattelisse
5
8
11
4
Arthur St
La lune, incarnée en femme, répond aux attentes amoureuses de Luc, un jeune garçon orphelin. Mais privée de cet astre, la terre ne tourne plus rond. Les autres dieux-planètes veulent lui faire entendre raison...
7
6
12
285
Défi
K. Bouidène
Alors il y avait quelqu'un qui descendait un escalier et tout le monde l'a remarqué. C'était mon défi et j'ai mis 3 jours à le relever. Je n'ai pas choisi la facilité mais c'est tout moi dans ce texte!
1
0
0
5

Vous aimez lire Renouveau ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0