Une vraie famille

4 minutes de lecture

— Désolée d'être partie sans prévenir, Yoake. Ces mois m'ont été nécessaires pour accepter la vérité et surtout reconstruire une vraie relation avec mon frère. Toutes ces années, je l'ai haï, alors qu'en fait...

— N'en dis pas plus, la coupa doucement l'Impératrice. Pas besoin de raviver les douleurs du passé ; et c'est plutôt à moi de m'excuser, puisque c'est moi qui ai décidé de vous séparer, puis délaissé Yayū.

— Non mais attends un peu, Yoake, ne t'incline pas, ça me gêne horriblement... Relève-toi, bon sang ! Tu es l'Impératrice, mon amie, pas une criminelle devant un tribunal, je ne suis pas là pour te juger ! protesta la magicienne.

— Si tu savais comme je suis heureuse de t'entendre dire ça, Kodama... soupira-t-elle. Les seuls amis que j'ai eus sont morts ou m'ont tourné le dos. Pas étonnant, puisque notre amitié ne reposait que sur des mensonges... Merci. Kodama, mon amie.

— Je préfère ça.

— Moi, j'aimais bien quand elle s'aplatissait par terre, glissa Yayū avec un sourire moqueur.

— Tu peux garder ce genre de réflexions pour toi.

Kodama se retourna en entendant Renai, Kura et Tsubame pénétrer dans la cabane au toit provisoire de branches - que Yoake était censée remplacer par des tuiles depuis des semaines, mais elle repoussait sans cesse le jour fatidique depuis qu'elle s'était écrasé le pied avec une brique. Ses cheveux blonds avaient beaucoup poussé durant son absence et atteignaient désormais ses omoplates ; ses pupilles violettes n'avaient en revanche pas perdu leurs reflets pétillants de joie de vivre. Quant à Yayū, sa tignasse avait aussi suivi l'ordre des choses, mais, étant tombé à court de gel pendant leur long voyage, les mèches dorées tombaient sur ses épaules, de sorte que de dos, les deux jumeaux se ressemblaient beaucoup.

Lorsque Renai croisa leur regard, une vague d'émotion l'envahit. Kodama étouffa un cri ; elle ne l'avait pas revue depuis qu'elle avait appris la vérité à son sujet.

— Tsuya... murmura-t-elle doucement.

Sans hésiter, Renai se jeta dans ses bras ; à ce moment, elle sentait qu'elle était réellement Tsuya, la sœur perdue et regrettée.

— Ça fait combien de temps qu'on ne s'est pas vues ? Oh la la, tu as tellement grandi ! Hé, j'aime beaucoup tes boucles d'oreilles, c'est très mignon ! Montre-moi un peu tes mains... Elles sont prédiqués pareilles qu'avant ! C'est incroyable ! Je te reconnais à peine, c'est comme si je ne t'avais pas vue depuis au moins dix ans !

— Heu, Kodama, on se connait depuis à peu près douze ans...

À présent, elle était embarrassée par l'étreinte de la magicienne.

— Allez, Yayū, pourquoi tu ne dis rien ? C'est toi qui voulais des retrouvailles émouvantes !

— Je ne suis pas trop fan des câlins, Koko... Mais sinon, oui, content de te revoir, sœurette.

— Hé, c'est aussi MA sœur ! dit Tenshi, faussement irritée.

— Tu n'as qu'à venir aussi, andouille, sourit Renai en lui saisissant le bras.

— N'oubliez pas la maman, enfin la tante ! rit joyeusement Yoake.

Kura et Tsubame assistaient, le cœur serré, à la réunion de la famille enfin réunie après que tous les masques sont tombés et la vérité révélée au grand jour.

"Ça doit être bien, une famille..."

"Ça doit être bien, une vraie famille..."

Tout cela donna une idée à Tsubame. Rouge comme une tomate, elle glissa sa main dans la sienne et chuchota timidement :

— En fait, Kura, je...

— Je sais que tu sais. On en parle après, ok ? On ne va pas rendre cette scène encore plus gênante. L'histoire est suffisamment compliquée comme ça, et j'ai bien peur que Renai soit incapable d'écrire des intrigues romantiques, alors on ferait mieux de lui épargner la déclaration d'amour.

— Oh. Tu as raison. Plus tard.

Elle retira prestement sa main, comme si de rien n'était, mais son visage était toujours teinté d'embarras.

— Kodama, tu m'étouffes... croassa Renai.

— Oh, désolée. C'est mieux comme ça ?

— Mes cheveux sont en train de cramer, mais sinon, tout ça bien.

— Tes cheveux sont... QUOI ?!

Kodama paniqua et fit exploser une gigantesque bulle d'eau au-dessus d'eux pour éteindre le feu. Tous les six la fixèrent, le regard vide, trempés de la tête aux pieds.

Renai reprit ses esprits en premier et remarqua :

— Tu peux faire des choses incroyables... Tu peux me les apprendre ?

— Euh, peut-être... Je ne crois pas être une très bonne professeure, mais je peux essayer.

— Tu as besoin de leçons de magie ? interrogea Yayū. Tu as deja Yoake...

— Elle est autant capable de lancer un sort correct que Tenshi peut faire de la politique ou de l'économie, répliqua Renai du tac au tac.

— J'aurais dû m'en douter... J'ai remarqué que tu avais des pouvoirs psychiques. Dans ce domaine, je peux t'aider.

— C'est vrai ? Merci !

— Qu'est-ce que tu viens de dire ? Je suis incapable de lancer un sort ? releva Yoake en fronçant les sourcils.

— Je ne sais pas faire de politique ? renchérit Tenshi. Oh, et bien, c'est vrai en fait, je ne peux pas dire le contraire...

— Donc c'est décidé, je serai ton professeur de magie ! déclara fièrement Yayū. Je peux aussi t'enseigner les langues étrangères, puisque j'ai passé du temps à voyager. Je me débrouilles en Kitan et en Kōrais, baragouine un peu de Shik, mais je suis quasi bilingue en Layash. D'ailleurs, j'aurais bien aimé causer avec Tsubame, je sais que sa mère lui parlait Layash et je suis sûr qu'elle est toujours capable de le parler, même si elle ne s'en souvient pas. Comme pour l'ancien Sunian, ça lui reviendra intuitivement.

— Sérieux, t'es bilingue ? s'étonna Kodama. Dis une phrase pour voir !

Ich liebe Kartoffelsalat.

— Et ça veut dire quoi ?

— Il fait beau aujourd'hui, répondit-il avec conviction.

— Mouais. J'aimerais bien avoir la confirmation de Tsubame... dit Renai, sceptique.

Elle se retourna, surprise de ne pas l'avoir entendue depuis longtemps.

— Tiens ? Où est-elle passée ? Et Kura n'est plus là non plus...

— Pff, jamais là quand on a besoin d'eux, ceux-là, soupira Tenshi. Je parie qu'ils sont repartis dessiner et cueillir des plantes bizarres...









Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

TeddieSage
Salut. Moi c'est Danny ou si vous préférez, Teddie. Pour une présentation plus complète, lisez le premier article. Je tenais juste à vous remercier d'avoir pris la peine d'ouvrir cette page, au cas ou vous souhaitiez mieux me connaître.

Ce blog n'est pas tout le temps joyeux. La vie m'a rendu malade, mais le confinement est en train de m'achever. Ceci sont mes confessions les plus intimes et je m'ouvre à vous, dans l'espoir de rejoindre quelqu'un qui aussi souffrirait en silence. Bienvenue dans mon cerveau. Vous trouverez parfois des passages légers, mais cet ouvrage se veut avant tout thérapeutique.

Les commentaires et annotations sont fermés. S'il vous plaît, ne faites pas trop attention aux nombreuses fautes et répétitions. Je n'écris pas tout ça dans le but de le faire éditer. Si vous souhaitez communiquer avec moi, je vous prie de le faire en privé. Je ne vise personne dans mes propos, je parle surtout de manière générale. Par contre, parfois je n'aurais pas le choix de répondre indirectement à des questions qu'on me pose, afin que certaines personnes puissent comprendre mon opinion sur certaines choses. En général, je ne mords pas.

Ce blog contient du langage grossier par moments. C'est un endroit pour me défouler, car j'en ai grandement besoin. Si je juge que mes articles posent problèmes, je passerais le tout en privé et partagerais son accessibilité qu'à des gens de confiance. Merci de votre compréhension.

Si le cœur vous en dit, sachez que vous pouvez désormais m'envoyer des dons ou des pourboires par PayPal. Permission accordée par les admins.

https://www.paypal.me/teddiesage
513
0
0
351
Défi
Zosha
C'est de la folie, j'ai pas du tout le temps, mais ça va quand même être marrant, let's try !

Les textes seront courts.... comme beaucoup de mes textes, finalement xD
15
40
9
5
Défi
5
2
0
0

Vous aimez lire KagomeAohane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0