Renaissance

3 minutes de lecture

Yoake dormait paisiblement, d'un sommeil de plomb. Lorsqu'elle fermait les yeux après une hournée aussi éprouvante – papiers, papiers, visites, papiers, plus entraînement à la magie jusqu'à ce qu'elle tombe de fatigue – , rien ne pouvait la réveiller. La fin du monde pourrait arriver, elle ne s'en rendrait pas compte.

Pourtant, elle s'aperçut bien de sa fin à elle, car il était difficile d'ignorer la lame qui s'enfonça brutalement sous sa clavicule gauche.

La montée d'adrénaline provoquée par sa terreur acheva l'ouvrage de la douleur et elle se réveilla complètement.

Avant que sa vue ne se brouille totalement, elle aperçut une jeune femme qui se détournait d'elle, de sorte que son visage restait dans l'ombre.

— Tu aurais pu me tuer d'un seul coup.

Yoake se releva sur un coude en crachant du sang. Elle devina que l'assassin souriait en percevant l'intonation amusée de sa voix.

— J'aurais pu.

— Ta main a-t-elle tremblé au dernier moment, ou voulais-tu juste me faire souffrir ?

— Elle voulait te faire souffrir. Moi aussi, mais pas pour les mêmes raisons.

Yoake activa son fragment de Sangenri, mais ne parvint pas à libérer sa petite réserve d'antalgiques magiques issus de ses cartes fraîchement acquises.

— Tu ne peux pas utiliser la magie tant que je suis ici, Yoake, lui déclara la femme.

Elle qui comptait sur sa magie de soin pour se guérir et n'avait donc pas dramatisé la situation, réalisa qu'elle allait mourir ici.

Elle avait froid. Pourtant, elle accueillit comme une délivrance le voile glacé qui l'enveloppait.

— Tu t'es donné du mal pour rien, encore quelques semaines et je serais partie toute seule.

— Tu ne crains pas la mort, mais pour une raison différente de cette assassin, remarqua la femme.

— C'est ma compagne au quotidien. Je suis condamnée depuis ma naissance. Elle ne me fait plus peur. Je n'en ai jamais parlé à Tenshi et Renai, ni à qui que ce soit, mais elle me rattrapera fatalement. Finalement, ce n'est pas plus mal comme ça. Au moins, je sais que je ne mourrai pas demain.

— Tu ne vas pas non plus mourir aujourd'hui. Tu as un sursis de quelques années, grâce à nous.

— Vous en avez, des méthodes, pour soigner les gens...

Yoake retomba ; la magie s'échappait d'elle, mêlée à son sang, elle ne parvenait plus à maintenir l'enchantement de coloration de ses cheveux, qui redevenaient progressivement violets.

Tout à coup, elle eut l'impression de mourir – une sensation difficile à décrire. L'instant suivant, elle était de retour dans son lit gorgé de sang, sa douleur évaporée. À la place, elle était épuisée, incapable de se relever, comme si elle avait épuisé ses réserves après un entraînement trop poussé...

La jeune femme était toujours là, en train de fouiller dans son armoire.

— Tiens, lui dit-elle en lui lançant une couverture et des vêtements propres et confortables, il va faire froid, là où tu vas aller. Ils sont à ta taille, maintenant.

"Évidemment qu'ils sont à ma taille, c'est mon armoire !"

Yoake reconnut avec stupeur une jupe qu'elle portait plus jeune et n'avait plus touchée depuis bien longtemps, car elle était irrémédiablement tachée par le sang de Solan.

— À ma... Comment ça, à ma taille ?

Elle étouffa un cri en observant ses mains lisses et en touchant son visage juvénile.

— Ariko ! Je suis redevenue ado ! Mais qu'est-ce que vous m'avez fait ?

— Moi ? Rien, répliqua l'assassin en se retournant à moitié.

Grossière erreur. À la vue du sang, elle se plia en deux, assaillie par la nausée.

— Qu'est-ce que c'est que ces conneries, pesta-t-elle.

Elle se dirigea vers la fenêtre, les jambes faibles, gagnée par la fatigue. Elle se sentait mal, sa vue se brouillait insidieusement, tout devenait rouge sang...

Elle referma la vitre et se suspendit au toit, comme lorsqu'elle était entrée, mais ses mains moites la trahirent.

Elle dégringola jusqu'au sol, et ne bougea plus.

Yoake assista à sa fuite et à sa chute sans pouvoir intervenir, incapable de remuer les jambes, désagréable souvenir de la dégradation de son état de santé lorsqu'elle avait perdu ses proches.

"Au diable si j'y comprends quelque chose... Un assassin-magicien me tue, me fait rajeunir, parle comme s'il était quelqu'un d'autre et finit par se suicider sous ma fenêtre..."

Avec tout ça, elle n'avait même pas pu voir son visage.

Soudain, un éclair, un vortex, un courant magique, l'appel d'un monde sacré dans lequel elle n'était pas censée mettre les pieds. Dans son état d'hébétement et de fatigue, elle ne pouvait y opposer de résistance vigoureuse. Elle n'eut que le temps d'attraper les affaires laissées par l'assassin avant de se laisser aller et de voyager entre les dimensions.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

TeddieSage
Salut. Moi c'est Danny ou si vous préférez, Teddie. Pour une présentation plus complète, lisez le premier article. Je tenais juste à vous remercier d'avoir pris la peine d'ouvrir cette page, au cas ou vous souhaitiez mieux me connaître.

Ce blog n'est pas tout le temps joyeux. La vie m'a rendu malade, mais le confinement est en train de m'achever. Ceci sont mes confessions les plus intimes et je m'ouvre à vous, dans l'espoir de rejoindre quelqu'un qui aussi souffrirait en silence. Bienvenue dans mon cerveau. Vous trouverez parfois des passages légers, mais cet ouvrage se veut avant tout thérapeutique.

Les commentaires et annotations sont fermés. S'il vous plaît, ne faites pas trop attention aux nombreuses fautes et répétitions. Je n'écris pas tout ça dans le but de le faire éditer. Si vous souhaitez communiquer avec moi, je vous prie de le faire en privé. Je ne vise personne dans mes propos, je parle surtout de manière générale. Par contre, parfois je n'aurais pas le choix de répondre indirectement à des questions qu'on me pose, afin que certaines personnes puissent comprendre mon opinion sur certaines choses. En général, je ne mords pas.

Ce blog contient du langage grossier par moments. C'est un endroit pour me défouler, car j'en ai grandement besoin. Si je juge que mes articles posent problèmes, je passerais le tout en privé et partagerais son accessibilité qu'à des gens de confiance. Merci de votre compréhension.

Si le cœur vous en dit, sachez que vous pouvez désormais m'envoyer des dons ou des pourboires par PayPal. Permission accordée par les admins.

https://www.paypal.me/teddiesage
513
0
0
351
Défi
Zosha
C'est de la folie, j'ai pas du tout le temps, mais ça va quand même être marrant, let's try !

Les textes seront courts.... comme beaucoup de mes textes, finalement xD
15
40
9
5
Défi
5
2
0
0

Vous aimez lire KagomeAohane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0