Étymologie des plantes médicinales

6 minutes de lecture

À chaque fois que je pose une question et qu'on me donne une réponse débile, je m'en fiche, je prends note et je l'intègre dans le récit... ^^

*****

Le réveil fut aussi brutal qu'inattendu. Iro se redressa soudain, le souffle coupé.

— Ça va pas de me jeter de l'eau à la figure comme ça ?

— Au moins t'es réveillée, c'est déjà ça. Et je vois que tu n'as pas perdu ta hargne dans l'incendie, rétorqua Itami.

— Où sommes-nous ?

— Toujours la même question, soupira l'esprit. On tombe dans les pommes, on se fait sauver par une bonne poire et après, la première question qu'on pose c'est "Où est-ce qu'on est ?" ! Sérieux, change de disque, regarde autour de toi, j'ai même pas envie de te répondre.

Décontenancée, Iro observa le ruisseau glougloutant près de sa tête, la végétation rase qui avait succédé à la forêt luxuriante en proie aux flammes, et dont les volutes de fumée obscurcissaient le ciel. Une large bande de terre labourée formait un pare-feu qui limitait la progression de l'enfer rugissant, créant ce petit paradis artificiel à l'abri de la tourmente.

— Comment on est arrivés là ? croassa-t-elle, la gorge endolorie.

— En volant, évidemment, la nargua-t-il. Pff, franchement... Comme l'autre fois, tu poses des questions stupides et blessantes ! "Comment ?" au lieu de "Qui ? Pourquoi ?" ! Non, mais on s'en fout du pauvre type qui m'a sauvé la vie, ce qui compte, c'est comment il a fait !

— Rho la la, c'est bon, pas la peine de te mettre en boule pour ça ! Savoir comment on s'en est sortis me permet de savoir qui remercier ! Et vu que tu nous as larguées au milieu de la forêt, je doute que ce soit grâce à toi que je sois toujours en vie ! riposta Iro, irritée.

— Et bien détrompe-toi, parce que c'est le cas.

— Tu plaisantes, j'espère ?

— Absolument pas.

— Ça mérite quelques vérifications... Mais plus important, comment va Tenshi ?

— Et c'est reparti pour un tour... Promo sur les questions dramatiques, trois pour le prix de sept !

Iro lui lança un regard noir, exaspérée.

— Ta pote est – comme par hasard – juste dans ton angle mort. Je crois qu'elle va bien, mais...

— Mon dieu ! s'écria Iro en se relevant prestement.

Son instinct d'herboriste prit le dessus, et elle se précipita au chevet de la Princesse avec sa besace de plantes.

— Tu ne m'as pas laissé finir. Je disais donc que ça avait l'air d'aller, mais y a juste un truc bizarre. Comme si elle avait avalé une grenouille et qu'elle voulait sortit en sautant dans sa gorge. Si elle s'étouffe, c'est pas à cause de la fumée, mais de cette grenouille.

Paniquée, Iro colla son oreille contre la poitrine de Tenshi et perçut les battements rassurants de son cœur ; son pouls régulier sonnait comme une mélodie tranquillisante.

— Espèce de pauvre tanche ! Assiette de moules marinières ! Concombre mal peigné ! Ce n'est pas une grenouille, c'est son cœur ! Son cœur qui bat ! Comme pour tout être humain ! Ornithorynque céphalopode ! Pâte à tarte monozygote !

— Hé oh, zigoto toi-même ! Comment je pouvais deviner, moi, que c'était normal ?

— ... Il me semble que tu avais mentionné des centaines d'années d'existence...

— De conscience, disons. Je n'existe au sens propre du terme que depuis quelques jours. Et je n'ai aucune raison de m'intéresser au fonctionnement anarchique du corps humain ; la plupart de ceux que je côtoyais étaient soit déjà morts, soit en passe de le devenir.

Iro abandonna ; il était inutile d'argumenter avec lui, l'esprit frondeur ne la laisserait jamais avoir le dernier mot.
Elle commença donc à s'affairer auprès de Tenshi, vérifiant son état général, sortant ses plantes et ses fioles tout en observant hostilement Itami allumer un énième joint en chapardant des herbes au hasard. Il s'avachit sur un lit de verdure tandis qu'Iro soignait son amie intoxiquée à la fumée.

À un moment, elle releva la tête et croisa son regard – du moins, c'est ce qu'elle supposait, son masque de ski loufoque dissimulant ses yeux.

— Je suis en train de sauver quelqu'un, là ! La tension est à son comble ! Tenshi est entre la vie et la mort, et toi, qu'est-ce que tu fais ? Tu rumines ton mégot en me fixant comme une vache regarde passer les trains !

— Hé, du calme ! se défendit-il.

— En plus, j'ai ce bâton à la noix que je ne peux pas lâcher et qui m'empêche d'être efficace ! J'en ai marre, marre, marre ! tempêta Iro, les larmes aux yeux.

— T'es trop stressée. Il faut que tu décompresses, remarqua l'esprit nonchalamment.

— Facile à dire...

— Tiens, tu voulais savoir comment je vous ai tirées d'affaire. Parce que oui, contrairement à ce que tu crois, je ne suis pas qu'un misérable abruti sans cœur et doublé d'un lâche – enfin, si, mais pas tout le temps.

— Tu m'en diras tant.

— Tu es tellement glaciale que tu en deviens presque blessante. Attention à ne pas te changer en iceberg.

— Accouche. On n'a pas toute la journée, le pressa Iro.

— J'ai envie de dire que si, mais t'as pas l'air d'apprécier mon humour. Enfin, je vais te raconter ce qu'il s'est passé. Ça devrait te détendre. Tout d'abord, j'ai évalué la situation avant même que Kag ne vous fasse traverser ; j'ai cherché un endroit sûr, facile à protéger et à l'abri de l'incendie. Je suis ensuite revenu pour vérifier que le passage s'était bien déroulé. Puis, ayant vu que Tenshi n'était pas en forme, je me suis dépêché. J'ai creusé cette tranchée pare-feu que tu vois là-bas...

— Tout seul ?

— Non, en fait... Bon, tiens-toi bien, c'est là que commence la partie qui va te relaxer. Les animaux de la forêt m'ont aidé, et Tenshi ayant dû provoquer une invocation involontaire de bestioles en tous genres, celles-ci m'ont pas mal servi aussi.

— Heu... Tu m'expliques comment tu as fait pour les convaincre ? D'habitude, les animaux invoqués par Tenshi essaient plutôt de nous tuer...

Iro appliqua un baume cicatrisant sur les brûlures de son amie tout en écoutant avec un intérêt non feint.

— Écoute, ce serait trop long de donner tous les détails... Si je te dis que j'ai obtenu cette faveur en accomplissant une quête pour le Roi de la Forêt, tu me crois ?

— Pas un instant.

— Ça a le mérite d'être clair. Tant pis. Après, j'ai parlé à une licorne rose qui a accepté de venir vous chercher à condition que je sauve son pays et que je lui donne cinq cerises enchantées. Elle vous a emmenées sur son dos jusqu'ici, et voilà.

— La vraie version, s'il te plaît.

— Quoi, tu ne me crois pas ?

— Ce serait une litote que de dire ça.

— Une linotte ?

— En gros, je ne te crois pas, expliqua Iro, désabusée.

— Dommage, pour une fois que je disais la vérité.

Iro laissa échapper un soupir amusé ; elle tournait le dos à Itami, et pouvait donc dissimuler ses sourires à chacune des absurdités qu'il débitait. Malgré l'antipathie que lui inspirait parfois l'esprit versatile et pas fiable pour un sou, elle appréciait son exubérance et sa prolixité provocante, qui lui rappelait Tenshi, mais avec des défauts exacerbés.

— Iro, quand tu auras fini de me malaxer les orteils, tu me préviendras, d'accord ?

L'herboriste sursauta, tirée de sa rêverie.

— Tenshi, tu es réveillée ? Formidable !

— C'est quoi encore c'te question ? "Tu es réveillée ?" imita Itami ironiquement. Bah non, elle dort, bien sûr !

— Toi, je ne t'ai pas sonné. Et éloigne-toi un peu, on n'a pas échappé à l'incendie pour finir asphyxiées par ton bidule à fumée rose !

— Ok, ok, grommela-t-il en se levant.

— Ça va mieux ? demanda Iro à la princesse affaiblie par leur mésaventure.

— Hon-hon, marmonna-t-elle en s'appuyant sur un coude. J'ai rêvé d'une licorne qui...

— Ne me dis pas qu'en plus, il avait raison ! explosa Iro, furieuse contre elle-même.

— Non mais de quoi tu parles ? interrogea Tenshi, les yeux ronds.

— Oh, euh, de rien. Tu as besoin de repos, et de t'hydrater, prescrit-elle pour changer de sujet discrètement. Tiens, c'est de l'extrait de fleur d'Khryklphrahzs, ça limitera les dégâts des fumées dans ton organisme et favorisera l'oxygénation.

— Une fleur de QUOI ?

— T'occupe. Bois-ça, c'est tout.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

TeddieSage
Blog sentimental et personnel, sans horaire fixe.

Salut. Moi c'est Danny ou si vous préférez, Teddie. Pour une présentation plus complète, lisez le premier article. Je tenais juste à vous remercier d'avoir pris la peine d'ouvrir cette page, au cas ou vous souhaitiez mieux me connaître.

Ce blog n'est pas tout le temps joyeux. La vie m'a rendu malade, mais le confinement est en train de m'achever. Ceci sont mes confessions les plus intimes et je m'ouvre à vous, dans l'espoir de rejoindre quelqu'un qui aussi souffrirait en silence. Bienvenue dans mon cerveau. Vous trouverez parfois des passages légers, mais cet ouvrage se veut avant tout thérapeutique.

Les commentaires et annotations sont fermés. S'il vous plaît, ne faites pas trop attention aux nombreuses fautes et répétitions. Je n'écris pas tout ça dans le but de le faire éditer. Si vous souhaitez communiquer avec moi, je vous prie de le faire en privé. Je ne vise personne dans mes propos, je parle surtout de manière générale. Par contre, parfois je n'aurais pas le choix de répondre indirectement à des questions qu'on me pose, afin que certaines personnes puissent comprendre mon opinion sur certaines choses. En général, je ne mords pas.

Ce blog contient du langage grossier par moments. C'est un endroit pour me défouler, car j'en ai grandement besoin. Si je juge que mes articles posent problèmes, je passerais le tout en privé et partagerais son accessibilité qu'à des gens de confiance. Merci de votre compréhension.

Si le cœur vous en dit, sachez que vous pouvez désormais m'envoyer des dons ou des pourboires par PayPal. Permission accordée par les admins.

https://www.paypal.me/teddiesage
503
0
0
346
Défi
Zosha
C'est de la folie, j'ai pas du tout le temps, mais ça va quand même être marrant, let's try !

Les textes seront courts.... comme beaucoup de mes textes, finalement xD
15
40
9
5
Défi
5
2
0
0

Vous aimez lire KagomeAohane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0