Toute flamme est vouée à s'éteindre

4 minutes de lecture

Une vague déferlante la submergea, et son nez et sa gorge furent envahis par l'eau gelée.

Kodama battit des pieds et des mains pour regagner la surface. Un sentiment de déjà-vu lui enserrait douloureusement la poitrine, ses larmes se mêlaient à l'onde glaciale et fatale. Ou peut-être était-elle en train de se noyer dans la mer formée par toutes celles qu'elle avait versées depuis le 19 mars 263, depuis Hakaitekina Nami, depuis la catastrophe qu'elle avait provoquée.

Malgré elle, elle pleurait, alors que tout son corps était conquis par le liquide symbolisant la vie, mais qui avait toujours eu pour elle des allures de meurtrier. Quelle ironie : elle qui adorait l'eau étant petite s'était mise à l'abhorrer pour une raison évidente, et pourtant, elle ne parvenait pas à se résoudre à la repousser. Elle en aurait été capable, ses pouvoirs le lui permettaient ; ne vaudrait-il pas mieux qu'elle se laisse bercer et s'abandonne à la rivière, afin de parachever le cycle ?

"Celui qui vit par les armes périra par les armes", disait un proverbe mediăn ancestral. Cela s'appliquait-il aussi pour l'eau ? Sans doute. Elle qui s'était rendue coupable de parricide et du meurtre de tout son village, il était juste qu'elle meure de la même façon...

"Et Yayū, et Renai ? Tu as promis à Yoake..." lui rappela sa conscience pas aussi engourdie que son corps.

"Yayū n'a qu'à aller se faire pendre ailleurs. Et Renai... Yayū a beau être un bel enfoiré, il a prouvé sa loyauté, du moins pour l'instant. Il veillera à ce qu'elle aille bien."

Elle ouvrit les yeux, et aperçut la lointaine surface ensoleillée. Elle ne pouvait plus lutter contre la force irrésistible du courant. Sa volonté d'acier plia, sa flamme ardente faiblit, et elle se résigna.

"Yoake, j'arrive..."

Elle tendit le bras vers le haut, paume ouverte, comme pour attraper le ciel et l'infini qui se rapprochaient de plus en plus.

Ce à quoi elle ne s'attendait pas, c'est que quelqu'un saisisse cette main ouverte et la tire hors de l'eau.

Elle se retrouva immédiatement à l'air libre, toussant et crachant ses poumons.

— On peut savoir ce que tu faisais à te noyer dans une flaque d'eau ? s'enquit Yayū sur un ton de reproche.

Il lui donna un grand coup dans le dos, et Kodama émit un dernier hoquet.

— Tu as gâché mon moment dramatique ! explosa-t-elle, furibonde. Sans ton intervention, elle aurait été parfaite ! La dernière scène, cadrage sur moi me noyant dans mon désespoir, la petite larme du spectateur bouleversé... Et il a fallu que tu débarques !

—T'es pas dans un film, merde ! Tu te rends compte que t'as bien failli te tuer dans cinquante centimètres d'eau ? On aurait pu te mettre dans le livre des records, t'aurais été championne de la catégorie des morts pourries ! Non mais j'te jure...

Soudain inquiète, Kodama chercha du regard sa protégée, sur laquelle elle se devait de veiller, puisque son frère n'avait pas voulu la céder à la mort si facilement.

— Où est Renai ?

— Elle a aussi manqué de se noyer, mais dans plus de fond que toi, indiqua-t-il en désignant le corps frêle de la Princesse étendue sur la berge.

— Comment ?

Kodama se redressa d'un coup et voulut se précipiter au chevet de l'héritière du trône de Suna, mais Yayū l'en empêcha et la força à se rasseoir sur la rive rocailleuse.

— Calme-toi. Pendant que tu faisais ton cinéma et que tu passais le casting pour Titanic (oui je mets des références, mais osef, cette histoire est déjà partie en cacahuètes depuis bien longtemps ! Y a toujours quelqu'un qui lit, là, d'ailleurs ?), elle a repris ses esprits, a rejeté toute l'eau et s'est endormie. Tout ce dont elle a besoin, c'est de repos, et que tu lui fiches la paix. Ta présence lui rappelle sa tante, et toi tu ne trouves rien de mieux que de lui en parler, comme si elle ne souffrait pas assez comme ça.

— Mouais, lâcha la magicienne, dubitative. Je vais sécher ses vêtements, quand même, il ne faudrait pas qu'elle attrape froid...

Elle claqua des doigts, et une petite sphère enflammée apparut ; elle dansa quelques instants autour de Renai immobile, avant de se stabiliser au creux de son ventre.

— Yes ! Je ne l'ai pas brûlée !

— Encore heureux. Amateure.

— Que s'est-il passé exactement, interrogea Kodama sans tenir compte de sa remarque sarcastique.

Elle conserva la tête tournée dans la direction de la Princesse, évitant autant que possible le regard de son frère.

— Il semblerait que nous ayons franchi une barrière magique, et effectué malgré nous un "saut" spatio-magique. Malheureusement, nous sommes tombés dans cette rivière en crue de dégel, manifestement. La poisse habituelle, quoi. Mais ça n'explique pas pourquoi tu as ressenti le besoin de te noyer dans une flaque.

Kodama garda le silence en observant les flots charriant des plaques de neige. Au-dessus d'eux, la montagne où le torrent prenait sa soure les dominait de toute sa hauteur. Sa cime enneigée était la seule parcelle non dénudée ; ses flancs étaient à fleur de roche et déchiraient ses mains délicates d'intellectuelle.

— Et maintenant ?

— Quoi ?

— Qu'est-ce qu'on fait ? explicita l'élémentaliste. On ne va pas rester plantés là comme des radis !

— Et beh...

Yayū gratta sa barbe inexistante, pensif.

— On pourrait manger ?

— Pff, tu ne penses qu'à ton estomac. Mais je proteste pour la forme, c'est une bonne idée. Tu nous trouves une truite ?

— Ça marche.

Il se dirigea vers la rivière, puis se figea et lui sourit.

—Comme dans le bon vieux temps.

Kodama se crispa ; elle avait beau chercher, elle ne comprenait vraiment pas ce que pensait son frère, tantôt l'accusant d'avoir tué leurs parents, tantôt laissant échapper des phrases de réconciliation. Elle-même ne savait plus comment le considérer ; bien qu'il ait collaboré un temps avec Hirameki, il l'avait abandonné, et était dévoué à leur cause...

— Ne te fais pas trop d'idées. Je t'exploite, c'est tout. Je ne te pardonnerai pas tes frasques à Sashinju si facilement, et le mauvais usage que tu as pu faire de ta magie par le passé.

— Mais justement, le passé est passé...

— Il est gravé là, rétorqua Kodama en désignant son cœur.

Yayū se mordit la lèvre et lui jeta un regard lourd d'affection refoulée et de ressentiment.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

TeddieSage
Blog sentimental et personnel, sans horaire fixe.

Salut. Moi c'est Danny ou si vous préférez, Teddie. Pour une présentation plus complète, lisez le premier article. Je tenais juste à vous remercier d'avoir pris la peine d'ouvrir cette page, au cas ou vous souhaitiez mieux me connaître.

Ce blog n'est pas tout le temps joyeux. La vie m'a rendu malade, mais le confinement est en train de m'achever. Ceci sont mes confessions les plus intimes et je m'ouvre à vous, dans l'espoir de rejoindre quelqu'un qui aussi souffrirait en silence. Bienvenue dans mon cerveau. Vous trouverez parfois des passages légers, mais cet ouvrage se veut avant tout thérapeutique.

Les commentaires et annotations sont fermés. S'il vous plaît, ne faites pas trop attention aux nombreuses fautes et répétitions. Je n'écris pas tout ça dans le but de le faire éditer. Si vous souhaitez communiquer avec moi, je vous prie de le faire en privé. Je ne vise personne dans mes propos, je parle surtout de manière générale. Par contre, parfois je n'aurais pas le choix de répondre indirectement à des questions qu'on me pose, afin que certaines personnes puissent comprendre mon opinion sur certaines choses. En général, je ne mords pas.

Ce blog contient du langage grossier par moments. C'est un endroit pour me défouler, car j'en ai grandement besoin. Si je juge que mes articles posent problèmes, je passerais le tout en privé et partagerais son accessibilité qu'à des gens de confiance. Merci de votre compréhension.

Si le cœur vous en dit, sachez que vous pouvez désormais m'envoyer des dons ou des pourboires par PayPal. Permission accordée par les admins.

https://www.paypal.me/teddiesage
503
0
0
346
Défi
Zosha
C'est de la folie, j'ai pas du tout le temps, mais ça va quand même être marrant, let's try !

Les textes seront courts.... comme beaucoup de mes textes, finalement xD
15
40
9
5
Défi
5
2
0
0

Vous aimez lire KagomeAohane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0