La fatigue se fait sentir

4 minutes de lecture

— Ça fait déjà quatre jours qu'on marche vers l'ouest, as-tu une idée de quand on arrivera enfin ?

Iro, sa besace en travers du dos, était lentement mais sûrement gagnée par l'épuisement ; cet exercice physique intense et inhabituel pour son corps peu entraîné l'éreintait. Ses muscles courbaturés la lançaient et ses pieds meurtris par les ampoules et les frottements saignaient, malgré les cataplasmes qu'elle avait appliqué dessus. La lanière de cuir lui sciait l'épaule, et sa robe verte était couverte de sueur et de poussière. Le vent iodé incessant lui irritait les yeux et la peau. Ses cheveux blancs, sales et emmêlés, lui donnaient une bien piètre allure.

Tenshiétait dans le même état qu'elle, mais supportait mieux les efforts quotidiens et la marche sous le soleil de plomb. Ses pieds nus, en revanche, étaient désséchés sous l'action du sel, et son derme craquelé la faisait souffrir à chaque pas. Cependant, elle ne se plaignait pas. La vision de Maika était toujours gravée dans sa mémoire et ne la quittait pas.

Itami, lui, ne paraissait pas le moins du monde indisposé par leur voyage, et avançait devant elle, entouré de son nuage rose.

Iro, malgré son dégoût profond pour les pétards qu'il fumait, avait renoncé à lui faire des remarques, ayant bien compris qu'il n'en tiendrait jamais compte. Même lorsqu'elle surveillait attentivement son sac, l'esprit taquin parvenait systématiquement à lui dérober des herbes.

Le sel, dont la couleur oscillait entre le blanc et le gris, crissait sous chacun de leurs pas. L'astre à son zénith projetait leurs ombres sur le sol, à l'exception d'Itami ; les deux adolescentes avaient remarqué qu'il n'en possédait pas. Il n'était pas réellement vivant, après tout. Ce n'était qu'une sorte d'ectoplasme matérialisé par une magicienne de talent, sans existence propre.

Tenshi jugea qu'il était temps de répondre à Iro après avoir mentalement décrit le paysage qu'elle voyait depuis des jours.

— Je ne sais pas, encore trois jours ? Dans mes cours d'histoire, le professeur avait évoqué brièvement la taille de NEGI, environ soixante kilomètres de rayon. En supposant que nous soyons partis de l'extrème périphérie, nous avons déjà parcouru les deux-tiers du trajet. Normalement.

Elles progressaient côte à côte, bavardant de tout et de rien toute la journée. Tenshi monopolisait la parole, puisqu'Iro n'avait rien à dire sur sa vie et sa famille ; elle lui expliquait le fonctionnement du Royaume de Suna — du moins, les bribes qu'elle avait retenues de ses leçons — , son quotidien en tant que princesse, lui parlait de sa mère et de sa sœur. L'amnésique l'écoutait inlassablement, hochant la tête et souriant devant sa volubilité. Leur rencontre ne remontait qu'à quelques jours, et pourtant un lien puissant les unissait, transcendant la sympathie réciproque ou l'amitié. Elles ne se quittaient plus, se vouaient une confiance aveugle et leur connivence croissait au fil des heures, comme des sœurs.

Itami restait éloigné d'elles, et ne leur adressait pratiquement jamais la parole. Depuis le soir où ils avaient partagé du pain et des fruits tous ensembles, il n'avait pas mangé à un seul repas, et montait la garde toutes les nuits, veilleur silencieux et fantômatique. Sa présence ne rassurait pas particulièrement les deux amies, qui comptaient plus sur l'arc de Tenshi que sur l'esprit versatile ; mais elles avaient appris à lui accorder le minimum de confiance nécessaire pour s'endormir presque sereinement.

Peu d'animaux vivaient dans ce désert hostile par nature à toute forme de vie, et ils n'avaient été ataqués qu'une seule fois depuis l'épisode des Chūgokujin. Un Orléa sauvage, sorte de gros lapin ailé, les avait agressés durant la nuit ; c'étaient pourtant d'ordinaire des créatures placides et pacifiques. Itami les avait réveillées en sursaut, puis avait observé les bras croisés Tenshi terrasser l'Orléa d'une flèche entre les yeux. Durant tout le combat, il n'avait pas levé le petit doigt, et tirait des bouffées de fumée rose sur son mégot d'aun air neutre. Malgré les apparences, Iro et Tenshi se doutaient qu'il serait intervenu si l'adresse de l'archère n'avait pas suffi à triompher immédiatement de la bête ; il tenait bien trop à sa forme matérialisée pour risquer de la perdre aussi bêtement.

— J'espère que ce ne sera pas trpo long, nos provisions s'amenuisent, constata Iro.

Son front ambré était barré d'une ride de souci.

— En particulier celles d'eau. Je ne tiens pas à mourir de soif ici.

— Effectivement. Ce serait bien si Kagome revenait à l'improviste. Elle est gentille et nous a savé la vie, même si elle s'est trompée de personne... regretta Tenshi.

*****

Maintenant, mettez cette musique (thème du Titan Colossal dans SNK) pour la scène qui va suivre) :

https://www.youtube.com/watch?v=k3MoKDa-Lzs

*****

Soudain, elles se heurtèrent à une résistance inattendue.

Bunk, fit la tête dure de la princesse obstinée en la cognant. Elle recula vivement en se frottant le front, comme électrisée.

— Ah ! s'écria-t-elle. Qu'est-ce que c'est que ça ?

Iro, intriguée, avança une main prudemment et toucha l'obstacle invisible du bout des doigts.

Devant elles se dressait une barrière transparente, au-delà de laquelle le désert semblait s'étaler à l'infini ; cependant, elle n'en était pas moins réelle et solide. Au contact de la paume de l'herboriste, la paroi s'opacifia, révélant sa taille impressionnante aux yeux écarquillés des voyageuses.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

TeddieSage
Blog sentimental et personnel, sans horaire fixe.

Salut. Moi c'est Danny ou si vous préférez, Teddie. Pour une présentation plus complète, lisez le premier article. Je tenais juste à vous remercier d'avoir pris la peine d'ouvrir cette page, au cas ou vous souhaitiez mieux me connaître.

Ce blog n'est pas tout le temps joyeux. La vie m'a rendu malade, mais le confinement est en train de m'achever. Ceci sont mes confessions les plus intimes et je m'ouvre à vous, dans l'espoir de rejoindre quelqu'un qui aussi souffrirait en silence. Bienvenue dans mon cerveau. Vous trouverez parfois des passages légers, mais cet ouvrage se veut avant tout thérapeutique.

Les commentaires et annotations sont fermés. S'il vous plaît, ne faites pas trop attention aux nombreuses fautes et répétitions. Je n'écris pas tout ça dans le but de le faire éditer. Si vous souhaitez communiquer avec moi, je vous prie de le faire en privé. Je ne vise personne dans mes propos, je parle surtout de manière générale. Par contre, parfois je n'aurais pas le choix de répondre indirectement à des questions qu'on me pose, afin que certaines personnes puissent comprendre mon opinion sur certaines choses. En général, je ne mords pas.

Ce blog contient du langage grossier par moments. C'est un endroit pour me défouler, car j'en ai grandement besoin. Si je juge que mes articles posent problèmes, je passerais le tout en privé et partagerais son accessibilité qu'à des gens de confiance. Merci de votre compréhension.

Si le cœur vous en dit, sachez que vous pouvez désormais m'envoyer des dons ou des pourboires par PayPal. Permission accordée par les admins.

https://www.paypal.me/teddiesage
503
0
0
346
Défi
Zosha
C'est de la folie, j'ai pas du tout le temps, mais ça va quand même être marrant, let's try !

Les textes seront courts.... comme beaucoup de mes textes, finalement xD
15
40
9
5
Défi
5
2
0
0

Vous aimez lire KagomeAohane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0