Perdues

4 minutes de lecture

“Tu vas rencontrer une jeune fille de ton âge aux cheveux violets. C’est avec elle que tu vas poursuivre ta route. Allez vers l’est, c’est là que vous serez utiles. Sur le chemin, vous rencontrerez probablement une vipère extrêmement venimeuse ; faites attention à ne pas vous laisser envoûter par ses yeux fascinants, car cela causerait votre perte. Sur ce, bonne chance.”

La crevette avait dit la vérité : Iro trouva la fille comme il l’avait prédit. Cependant, elle ne semblait pas être en état de l’accompagner dans sa quête pour retrouver ses souvenirs.

L’adolescente faisait à peu près la même taille qu’Iro, mais la ressemblance s’arrêtait là ; ses longs cheveux d’une belle couleur mauve étaient répandus, sales et emmêlés, autour de son visage à la peau blanche comme de la craie ; une chaînette en or était accrochée le long de son oreille droite, symbole de prestige ; du sang séché maculait ses vêtements colorés et parsemés de cœurs, et elle serrait contre elle une arme singulière, une lame munie d’un crochet à la garde.

Elle était manifestement évanouie et gisait, recroquevillée sur elle-même, sur le sol dur et pâle.

Iro, désemparée, pensa tout d’abord qu’elle n’avait aucune idée sur comment réagir ; pourtant, ses mains lui prouvèrent le contraire, et bougèrent toutes seules, comme animées d’une volonté propre. Une voix venue d’ailleurs leur dictait les gestes à exécuter, tout en insufflant à Iro une science qui lui semblait étrangement familière, celle de la médecine.

Avec délicatesse, elle déplia un à un les doigts crispés sur le manche de l’arme et jeta celle-ci plus loin. Puis, elle entrouvrit la bouche de la blessée afin de lui faciliter la respiration. Une fois qu’elle l’eût mise dans une position de sécurité, elle inspecta son corps à la recherche de ses plaies, et fut étonnée de n’en trouver nulle trace. Si elle n’était pas mutilée, alors d’où provenait tout ce sang qui souillait ses vêtements ?

“Se pourrait-il que…”

Iro avait du mal à y croire, tant la chose paraissait irréaliste.

“Cette fille-là, une meurtrière ? Impossible. Et pourtant…”

Elle secoua la tête, chassant cette pensée sombre pour se recentrer sur ses soins.

“Peu importe qui elle est et ce qu’elle a fait, une blessée reste une blessée, et il est du devoir du médecin de la soigner.”

Iro acquit alors la certitude d’avoir étudié la médecine auparavant, et elle gagna en assurance ; un élément sur son passé qu’elle aurait trouvé seule, sans obéir à la crevette.

Son nom, elle devait l’appeler par son nom et lui parler, jusqu’à ce qu’elle se réveille.

— Tenshi, dit-elle avec une voix aussi apaisante que possible, Tenshi Nasake. Tout va bien, Tenshi. Tout va très bien. Je voudrais juste que tu ouvres les yeux, Tenshi. Je suis ton amie, tu n'as pas à t'inquiéter. Si tu m'entends, alors serre mes mains, Tenshi.

Les mots lui venaient sans qu'elle ait à réfléchir, instinctivement. Elle répéta ces phrases comme une psalmodie tout en caressant ses cheveux d'une main, l'autre tenant fermement, mais non sans douceur, ses doigts sanglants et crispés.

Les yeux de l'adolescente s'ouvrirent et s'embuèrent presque aussitôt, tournés vers le ciel monochrome. Une larme roula sur sa joue livide, suivie d'une autre ; bientôt, elle ne put plus s'arrêter de pleurer, hoquetant et le corps parcouru de tremblements incontrôlables.

— Maman, gémissait-elle entre deux sanglots, Maman ! C'est impossible, c'est un cauchemar... Dis-moi que ce n'est qu'un horrible cauchemar, Maman... Que rien ne s'est passé, que je vais me réveiller, et que tu seras là...

Iro n'eut pas besoin de ses souvenirs pour deviner que Tenshi avait un problème avec sa mère, disparue, ou morte. Elle se refusait à envisager cette seconde possibilité, car cela signifierait son échec : comment pourrait-elle la réconforter, alors qu'elle ne savait même plus ce que l'on ressentait lorsque l'on avait une famille ?

Les larmes de Tenshi tombaient sur le sol comme de la pluie, et étaient immédiatement absorbées par la matière blanche et poudreuse qui le composait.

Intriguée par ce curieux phénomène, Iro voulut tout d'abord découvrir la nature de cette terre immaculée. Elle porta un grain à ses lèvres et le laissa fondre sur sa langue ; son visage se décomposa lentement lorsqu'elle réalisa qu'elles étaient condamnées à errer dans un désert de sel.

Elle posa les yeux sur Tenshi qui continuait à gaspiller la précieuse eau, ignorant qu'elle ne faisait que réduire la faible espérance de vie qu'elle avait, sans eau sous un soleil de plomb.

Iro réalisa qu'elle avait soif, et regretta le rocher au milieu de la cascade où elle s'était réveillée. Elle se prit à haïr celui qui l'avait envoyée dans cet enfer, sans autre indication que celle d'aller vers l'est avec une fille dénommée Tenshi, tout ça pour retrouver ses souvenirs. Elle n'avait rien demandé à personne, et n'avait nulle envie d'être mêlée à ces histoires ; Tenshi lui paraissait bien sympathique, mais que penser d'elle si elle était liée à Hirameki, qui représentait pour elle un ennemi ? Il ne lui avait donné aucune vivres, ni même une carte ou un équipement de survie, ou encore des vêtements plus adaptés : elle était vêtue d'une chemise de nuit d'été et allait pieds nus.

Elle remarqua que Tenshi non plus n'était pas chaussée, et commença à douter de ce qu'elle considérait comme acquis, à savoir que les gens portaient normalement des chaussures. Cependant, elle relativisa : si l'on poursuivait ce raisonnement en observant Tenshi, on pouvait tout aussi bien conclure que tout le monde avait les cheveux violets, ou qu'il était courant de s'évanouir avec du sang sur les mains.

Iro avala sa salive avec difficulté : ce réflexe simple était désormais douloureux pour sa gorge parcheminée, signe sans appel d'un état de déshydratation. Ses paupières se fermaient toutes seules, tant à cause de la chaleur accablante que du sommeil en retard qui la rappelait à l'ordre sans ménagement. Elle n'avait rien à perdre à obéir à l'injonction de son corps ; aucune forme de vie ne pouvait survivre dans un désert de sel - du moins, elle l'espérait car elle ne pouvait faire autrement. Elle ne devrait pas non plus mourir de soif tout de suite ; il lui restait encore une journée environ.

Éreintée, elle s'étendit entre Tenshi et le couteau, et s'assoupit.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

TeddieSage
Salut. Moi c'est Danny ou si vous préférez, Teddie. Pour une présentation plus complète, lisez le premier article. Je tenais juste à vous remercier d'avoir pris la peine d'ouvrir cette page, au cas ou vous souhaitiez mieux me connaître.

Ce blog n'est pas tout le temps joyeux. La vie m'a rendu malade, mais le confinement est en train de m'achever. Ceci sont mes confessions les plus intimes et je m'ouvre à vous, dans l'espoir de rejoindre quelqu'un qui aussi souffrirait en silence. Bienvenue dans mon cerveau. Vous trouverez parfois des passages légers, mais cet ouvrage se veut avant tout thérapeutique.

Les commentaires et annotations sont fermés. S'il vous plaît, ne faites pas trop attention aux nombreuses fautes et répétitions. Je n'écris pas tout ça dans le but de le faire éditer. Si vous souhaitez communiquer avec moi, je vous prie de le faire en privé. Je ne vise personne dans mes propos, je parle surtout de manière générale. Par contre, parfois je n'aurais pas le choix de répondre indirectement à des questions qu'on me pose, afin que certaines personnes puissent comprendre mon opinion sur certaines choses. En général, je ne mords pas.

Ce blog contient du langage grossier par moments. C'est un endroit pour me défouler, car j'en ai grandement besoin. Si je juge que mes articles posent problèmes, je passerais le tout en privé et partagerais son accessibilité qu'à des gens de confiance. Merci de votre compréhension.

Si le cœur vous en dit, sachez que vous pouvez désormais m'envoyer des dons ou des pourboires par PayPal. Permission accordée par les admins.

https://www.paypal.me/teddiesage
513
0
0
351
Défi
Zosha
C'est de la folie, j'ai pas du tout le temps, mais ça va quand même être marrant, let's try !

Les textes seront courts.... comme beaucoup de mes textes, finalement xD
15
40
9
5
Défi
5
2
0
0

Vous aimez lire KagomeAohane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0