La fille de Solan

4 minutes de lecture

— Je déduis de ta tête de déterrée qu'ils ont refusé ton projet de loi ?

— Je ne vois pas ce qui te fait dire ça, répondit Yoake d'un ton où perçait le sarcasme.

L'Impératrice et sa pupille étaient assises l'une en face de l'autre dans le carrosse qui les reconduisait au palais. Les roues se prenaient souvent dans les nids de poule parsemant la chaussée pavée de la capitale et les secousses successives commençaient à faire leur œuvre sur Yoake, qui pâlissait à vue d'œil. Les deux jumelles étaient dans une autre voiture apprêtée sur ordre de la souveraine ; elle devait discuter avec Kodama et les informations qu'elle attendait n'étaient pas destinées à être entendues par les jeunes princesses. Elle-même était surprise de la visite inopinée de la magicienne parme.

— Tu n'arriveras à rien avec ces soi-disant représentants du peuple. Les rares députés ayant encore une liberté de pensée et allant au bout de leurs idées sont soit intimidés par la mafia, soit contre toi politiquement parlant.

Yoake soupira d'un air las ; malgré sa jeunesse, lorsqu'elle ressortait de l'Assemblée, elle se sentait au bout de sa vie. Le texte qu'elle avait préparée avec l'aide de Renai prévoyait entre autre de renforcer la surveillance des lieux de passe et d'assigner à résidence les principaux suspects. Il avait été rejeté à l'unanimité sans même être débattu par la commission spécialisée. Cette issue était prévisible, mais rageante pour l'Impératrice qui essuyait une fois de plus un échec cuisant.

— Tout ce que je souhaite, répondit-elle, c'est maintenir la paix à Suna et offrir aux citoyens la sécurité, la prospérité et la justice.

Elle ferma ses yeux turquoises, et fit le vide dans son esprit.

— Qu'as-tu à me dire, Kodama ? Si tu as fait le déplacement depuis Kaishinju, j'imagine que c'est important. Du nouveau du côté de la fille de Solan ?

— C'est exact, confirma la magicienne en se passant une main dans ses cheveux blonds, embarrassée de devoir assombrir la journée de son amie avec de mauvaises nouvelles. Elle est menacée. Une tentative d'assassinat a été perpétrée contre elle.

— Ah, je le savais déjà, se rembrunit Yoake. Par une autre source, mais sans détails. Est-elle blessée ? Choquée ? Et son père, as-tu pu parler avec lui ?

— Non, elle est indemne. Un incendie s'est déclaré alors qu'elle accompagnait Kaya chez un patient. Les origines du feu sont encore inconnues, l'enquête piétine ; mais je suis persuadée qu'elle était visée, ça n'a rien d'une coïncidence. Ce n'est pas une vieille femme impotente qui aura tenté de s'en prendre à son médecin. Kaya a fait du bon travail, c'est grâce à elle que la fillette est toujours en vie. De plus, elle a su se faire aimer d'elle j'ai pu le constater. Cet incident démontre cependant que sa présence n'est plus un obstacle aux yeux de tes ennemis. Quant à son père, il est toujours en mer, quelque part le long des côtes shiks.

Kodama se trompait rarement, l'Impératrice avait appris à se fier à ses intuitions, ce qui n'augurait rien de bon. Yoake croisa les bras sur sa poitrine pour tenter de se concentrer en dépit des cahots incessants. Elle devait trouver une solution rapidement pour éliminer la menace qui pesait sur la jeune herboriste.

— Je vais engager un garde du corps, déclara-t-elle finalement.

Si Kaya et Shio ne suffisaient plus pour assurer sa sécurité, alors il fallait envoyer des renforts le plus tôt possible. Ceux qui avaient assassiné Solan douze ans auparavant étaient opiniâtres et comptaient donc bien éliminer sa fille unique ; ce faisant, ils fairaient d'une pierre deux coups, éradiquant une menace potentielle tout et déstabilisant Yoake.

Kodama la fixa d'un regard qui en disait long sur sa pensée ; elle appréciait beaucoup son amie, mais sur ce point sensible, elles étaient en désaccord total.

— Un clan ? grimaça-t-elle. Tu comptes encourager les nokemonoya en engageant un des leurs pour accomplir une tâche confiée par toi, l'Impératrice de Suna ? Réalises-tu la portée de ce geste, sa symbolique ?

— Je sais ce que tu en penses, Kodama. Que me suggères-tu de faire ?

La magicienne écarta les bras en signe d'impuissance, puis secoua la tête, résignée.

— Je n'ai pas le choix, reprit sombrement Yoake, les combattants des sociétés "officielles" de protection sont des amateurs en comparaison des assassins professionnels de Hakujin qui sont sûrement derrière cet attentat. J'ignore tout de mon ennemi, ou plutôt mes ennemis, car j'ai semblerait-il un don pour m'attirer les foudres de la terre entière. Ils se cachent dans l'ombre en se livrant aux plus viles bassesses, mais ne s'attendent sûrement pas à ce que je riposte en utilisant les mêmes moyens qu'eux. Si je veux déjouer leurs plans, je dois mettre toutes les chances de mon côté et adopter la solution la plus pragmatique, même si cela implique d'enrôler un nokemono.

— Je vois mieux ce que tu veux dire. C'est peut-être la meilleure solution, après tout. Choisis bien le clan cependant, plus il sera puissant, plus il te demandera en retour. À ta place, j'éviterais de m'adresser à Hakujin, puisqu'il est probable que l'assassin provienne de leur secte. S'ils sont de forces égales et qu'ils ont suivi la même formation, cela ne servira à rien.

Yoake haussa un sourcil, intéressée, et lui fit signe de développer ses propos.

— Tourne-toi vers un clan d'envergure moyenne, implanté principalement à Kaishinju et concentré sur l'espionnage et l'intimidation, conseilla son amie. Si le combattant qu'on t'affectera est habitué au combat de rue, il aura plus de chances contre un assassin professionnel que quiconque.

— Tu as des noms en tête ?

— Au cours de mes "promenades" sur le port, un nom revenait souvent. Je pense qu'il s'agit de l'option "la moins mauvaise" : le clan Yumekawa.

— Leur chef ?

— Ce n'est pas une inconnue pour toi : il s'agit d'Eriko Tsukiyama.

— La Vice-présidente de l'Assemblée ? Très bien, j'en fais mon affaire. D'ici ce soir, ce sera réglé.

Le carrosse marqua un arrêt ; elles entendirent les chevaux renâcler et gratter le pavé de la cour du palais. La porte s'ouvrit, et un laquais les aida à descendre la marche. Les deux femmes prirent le chemin du bureau de l'Impératrice en silence, espérant qu'elles auraient le loisir de discuter de choses plus légères.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

TeddieSage
Salut. Moi c'est Danny ou si vous préférez, Teddie. Pour une présentation plus complète, lisez le premier article. Je tenais juste à vous remercier d'avoir pris la peine d'ouvrir cette page, au cas ou vous souhaitiez mieux me connaître.

Ce blog n'est pas tout le temps joyeux. La vie m'a rendu malade, mais le confinement est en train de m'achever. Ceci sont mes confessions les plus intimes et je m'ouvre à vous, dans l'espoir de rejoindre quelqu'un qui aussi souffrirait en silence. Bienvenue dans mon cerveau. Vous trouverez parfois des passages légers, mais cet ouvrage se veut avant tout thérapeutique.

Les commentaires et annotations sont fermés. S'il vous plaît, ne faites pas trop attention aux nombreuses fautes et répétitions. Je n'écris pas tout ça dans le but de le faire éditer. Si vous souhaitez communiquer avec moi, je vous prie de le faire en privé. Je ne vise personne dans mes propos, je parle surtout de manière générale. Par contre, parfois je n'aurais pas le choix de répondre indirectement à des questions qu'on me pose, afin que certaines personnes puissent comprendre mon opinion sur certaines choses. En général, je ne mords pas.

Ce blog contient du langage grossier par moments. C'est un endroit pour me défouler, car j'en ai grandement besoin. Si je juge que mes articles posent problèmes, je passerais le tout en privé et partagerais son accessibilité qu'à des gens de confiance. Merci de votre compréhension.

Si le cœur vous en dit, sachez que vous pouvez désormais m'envoyer des dons ou des pourboires par PayPal. Permission accordée par les admins.

https://www.paypal.me/teddiesage
513
0
0
351
Défi
Zosha
C'est de la folie, j'ai pas du tout le temps, mais ça va quand même être marrant, let's try !

Les textes seront courts.... comme beaucoup de mes textes, finalement xD
15
40
9
5
Défi
5
2
0
0

Vous aimez lire KagomeAohane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0