Discours

3 minutes de lecture

Une fois installées sur les chaises garnies de coussins, Renai et Tenshi se concentrèrent sur les paroles prononcées par leur mère pour de ne pas en perdre une miette. Yoake, bien droite à sa chaire, déclamait son argumentaire sans sourciller, malgré l'hostilité apparente de son auditoire. Le roi lui-même, Mizu-umi Shi Take, était présent et écoutait d'un air las sa harangue, la tête appuyée au creux de sa main.

Le projet de loi de Yoake constituait en lui-même une attaque frontale à presque tout le gouvernement : il visait à empêcher le développement des mafias pullulant déjà à Suna. Leur statut n'étant pas défini précisément par la loi, cela leur permettait d'agir en toute impunité. Leurs activités vicieuses présentaient une réelle menace pour la population ; Yoake ne pouvait tolérer que cette pègre soit autorisée et tentait, à l'instar de ses prédecesseures sur le trône, d'imposer une législation stricte au sujet de criminels qui se faisaient appeler "nokemonoya" - parias. Elle avait échoué plusieurs fois depuis le début de son règne, mais ne pouvait se résigner à laisser inchâtiés ces travailleurs de l'ombre.

L'heure était grave : sa propre pupille, sa petite protégée résidant à Kaishinju, avait été victime d'une attaque de la part d'un assassin professionnel, probablement issu du clan extrémiste dont le nom suffisait à faire trembler un nokemono des plus aguerris, Hakujin. Si elle ne réagissait pas maintenant, la prochaine fois, la cible de l'attentat ne s'en sortirait pas. Cette pensée lui était intolérable !

Les deux sœurs avaient conscience de l'omniprésence de la corruption, mais n'avaient jamais réalisé à quelle point celle-ci pouvait être dangereuse pour elles. Leur mère ne leur faisait que des descriptions édulcorées de l'avilissement écœurant des élus et de leur acharnement pour l'empêcher de gouverner. Yoake les avait protégées de son mieux, en les dissimulant au reste du monde jusqu'à ce qu'elles soient assez matures pour comprendre. Elle les avait préservées des écueils de la cour, les élevant dans une aile à part du palais, avec un jardin privé et des leçons particulières. Elles étaient encore pleines de l'ingénuité de l'enfance, surtout Tenshi qui n'entendait rien aux subtilités de la politique et de la diplomatie.

Yoake était une oratrice confirmée, les mots coulaient sans pause, elle ne montrait aucune trace de timidité et parlait d'une voix assurée. Pourtant, son auditoire ne semblait pas convaincu et se désintéressait de ses propos ; cette réaction prévisible ne la troubla pas, et elle continua son discours, imperturbable.

"Le Roi Take... Monsieur Akizumi... Masaki Kotaro, Jun Yukikaze, Eriko Tsukiyama, Midori Uta..." analysa Renai en promenant son regard sur l'auditoire. "Même Ayame Kagami, qui rendait souvent visite à Yoake... Ce sont tous des membres des clans. Jubakumori, Yumekawa, Fukaiumi, même Hakujin ont infiltré les institutions. Suna est pourri jusqu'à la moelle. Et ça, même Yoake aura du mal à le changer. Tout ceci n'est qu'une vaste comédie, la démocratie n'existe plus depuis des décennies."

À un certain point du discours, Tenshi commença à bâiller et se pencha vers sa sœur jumelle en lui donnant un coup de coude.

— Je ne me sens pas très bien dans cette loge confinée, est-ce qu'on pourrait sortir un instant ?

Renai soupira ; elle était absorbée par le discours et déçue de ne pas pouvoir l'écouter jusqu'à la fin. Cependant, elle ne pouvait rien lui refuser, d'autant qu'elle trouvait également l'atmosphère pesante.

— Juste un peu alors, concéda-t-elle.

Les deux adolescentes quittèrent leurs sièges confortables, heureuses de pouvoir se dégourdir les jambes. Elles poussèrent la petite porte d'accès qui donnait sur le couloir et s'éclipsèrent discrètement, sans que personne ne remarque leur disparition.

Une fois à l'extérieur, Ten commença à marcher de long en large en inspirant profondément, tandis que Ren s'adossait au mur, les bras croisés.

— Et maintenant, qu'est-ce que tu comptes faire ? demanda-t-elle.

— Visiter un peu.

Ren haussa les sourcils ; cette idée ne lui plaisait guère.

— Nous n'avons pas le droit de nous promener ainsi sans autorisation, fit-elle remarquer à Tenshi, espérant que celle-ci hésiterait à enfreindre les règles.

— Ça, c'est toi qui le dis. Je suis sûre qu'on ne nous grondera pas. Et de toute façon, nous ne croiserons personne, ils sont tous dans la salle ! Allez, viens !

Tenshi partit en courant dans la direction opposée à la sortie, ses pas amortis par la moquette rouge tapissant le sol. Ren entendit son rire cristallin s'éloigner et fut prise d'une vive inquiétude : sa sœur trouvait toujours le moyen de se mettre dans le pétrin, elle ne devait pas la quitter d'une semelle. La poitrine serrée par un mauvais pressentiment, elle se lança à sa suite en pestant intérieurement.

Postée devant la porte d'entrée de l'amphithéâtre, une jeune femme surveillait les princesses du coin de l'œil. Sitôt qu'elles se furent éloignées, elle leur emboîta le pas.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 10 versions.

Recommandations

TeddieSage
Blog sentimental et personnel, sans horaire fixe.

Salut. Moi c'est Danny ou si vous préférez, Teddie. Pour une présentation plus complète, lisez le premier article. Je tenais juste à vous remercier d'avoir pris la peine d'ouvrir cette page, au cas ou vous souhaitiez mieux me connaître.

Ce blog n'est pas tout le temps joyeux. La vie m'a rendu malade, mais le confinement est en train de m'achever. Ceci sont mes confessions les plus intimes et je m'ouvre à vous, dans l'espoir de rejoindre quelqu'un qui aussi souffrirait en silence. Bienvenue dans mon cerveau. Vous trouverez parfois des passages légers, mais cet ouvrage se veut avant tout thérapeutique.

Les commentaires et annotations sont fermés. S'il vous plaît, ne faites pas trop attention aux nombreuses fautes et répétitions. Je n'écris pas tout ça dans le but de le faire éditer. Si vous souhaitez communiquer avec moi, je vous prie de le faire en privé. Je ne vise personne dans mes propos, je parle surtout de manière générale. Par contre, parfois je n'aurais pas le choix de répondre indirectement à des questions qu'on me pose, afin que certaines personnes puissent comprendre mon opinion sur certaines choses. En général, je ne mords pas.

Ce blog contient du langage grossier par moments. C'est un endroit pour me défouler, car j'en ai grandement besoin. Si je juge que mes articles posent problèmes, je passerais le tout en privé et partagerais son accessibilité qu'à des gens de confiance. Merci de votre compréhension.

Si le cœur vous en dit, sachez que vous pouvez désormais m'envoyer des dons ou des pourboires par PayPal. Permission accordée par les admins.

https://www.paypal.me/teddiesage
503
0
0
346
Défi
Zosha
C'est de la folie, j'ai pas du tout le temps, mais ça va quand même être marrant, let's try !

Les textes seront courts.... comme beaucoup de mes textes, finalement xD
15
40
9
5
Défi
5
2
0
0

Vous aimez lire KagomeAohane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0