Un creux à remplir

3 minutes de lecture

Awa avait cinq ans lorsqu'elle commença son entraînement. À son entrée au centre de formation, son professeur lui confia un jitte tout cabossé, mais au manche corail luisant et à la lame acérée. Elle n'avait tout d'abord pas compris à quoi un couteau à légumes lui servirait pour aller à l'école. 

Mais lors de son premier voyage scolaire, elle le découvrit bien rapidement. 


Kaishinju, mars 261


Awa se mordit la lèvre violemment pour se retenir de pleurer et eut un mouvement de recul. 

Un cri inhumain venait de résonner à nouveau à ses oreilles, lui déchirant les tympans et faisant éclater son cœur blessé en miettes. 

— Pourquoi... murmura-t-elle. 

Toutes ces questions interdites, dont les réponses étaient si évidentes pour les autres que personne ne les posait, avec ces réponses dérangeantes que nul ne connaissait réellement, elle les ruminait, du haut de ses cinq ans.

— Pourquoi faites-vous ça ? hurla-t-elle en même temps que la prisonnière qui se faisait torturer dans la même salle qu'elle.

Son professeur s'arrêta et se tourna vers elle en essuyant le sang sur son visage. La prisonnière ouvrit les yeux et croisa son regard d'acier plein de larmes d'un air surpris. Le bourreau eut une moue de dégoût devant les pleurs d'Awa et haussa les épaules.

— Si tu ne le sais pas, que fais-tu ici ? Tu ne dois pas ressentir d'empathie, ça nuirait à ton entraînement. Allez, sors.

Awa se dirigea à pas pesants vers la porte et capta au passage le sourire amer de la prisonnière, ce qui, loin de la réconforter, ne fit que l'enfoncer dans son sentiment d'infériorité et de faiblesse.

La fillette n'était pourtant pas idiote, bien au contraire. Seulement, il lui était impossible d'ignorer la souffrance des autres ; la violence gratuite dont était victime la femme la révoltait. Elle était écœurée par les agissements de ses aînés, écœurée par l'odeur du sang poisseux qui imprégnait leurs mains. 

Habituée à la solitude, Awa s'assit dans un coin non loin de la porte et ne dit plus rien. De sombres pensées l'envahissaient, et son âme d'enfant en souffrait par-dessus tout. Elle sentait comme un creux dans sa poitrine, un vide douloureux que rien ne pouvait combler. Sa nature pragmatique et observatrice lui souffla qu'elle se trompait. 

"Si, le sang... Tous, ils ont tous l'air si heureux quand ils font couler le sang... Ça doit être ça, le secret du bonheur... Est-ce que j'ai le droit d'être heureuse à ce prix ?"

Soudain, elle entendit un cri plus fort que les autres et fut aussitôt projetée à terre, clouée au sol par une force invisible. 

Apeurée, Awa versa des larmes de terreur, une douleur indicible s'emparait de son corps. Quelque chose tentait de s'immiscer dans son cœur, ses yeux la brûlaient, mais elle résistait autant que possible. 

La chose parut hésiter, puis relâcha la pression sur son cœur et disparut. 

Awa ferma les yeux, soulagée. Mais la chose avait pris son tribut ; le creux s'était encore plus accentué et la lançait douloureusement, attendant d'être comblé. 

"Comment faire ?" se demanda Awa. "Ça fait mal, si mal... Qu'est-ce que je dois faire pour que ça s'arrête ?"

"Tue..." lui murmura une voix qui émergeait du creux. "Remplis-moi du sang de tes ennemis, et ça ira mieux, tu verras..."

"Mais, c'est horrible, ce que vous dites ! Je ne veux pas tuer..."

Awa se plia en deux lorsque la douleur redoubla d'intensité. 

"Tuer... Tuer..." répétait inlassablement la voix. 

"Tuer, tuer..." répétait-elle en crispant sa main sur son cœur. 

Awa entendit soudain les pas précipités d'une personne qui dévalait les escaliers jusqu'à la pièce où la prisonnière était retenue. Une musique déprimante l'accompagnait, mais elle ne ressentit absolument aucune émotion en l'écoutant, elle qui était pourtant si sensible. 

N'y tenant plus, elle ferma les yeux et essaya de calmer la douleur en s'endormant. Mais l'odeur du sang omniprésente l'empêchait de se détendre. Son estomac semblait avoir décidé de commencer un cours de gymnastique acrobatique et ne lui laissait aucun repos. Alors elle attendit en silence, luttant toujours pour que le creux disparaisse et cesse de la tourmenter. Mais depuis le passage de la chose, il n'arrêtait pas de grandir, au contraire. Elle devait faire quelque chose à tout prix. 

Lorsqu'elle se releva de sa léthargie, Awa n'était plus une enfant, et encore moins une humaine ordinaire. 

Elle qui ne parvenait pas à comprendre les pensées des autres avant de venir ne cherchait même plus à les décrypter. 

Seul comptait son objectif : combler le creux par tous les moyens. 

Elle n'était plus qu'un automate prêt à être formé pour devenir une arme humaine et un pion de plus sur l'échiquier des puissants. 

La chose lui avait facilité la tâche ; depuis son passage, Awa ne ressentait plus ni la tristesse, ni la compassion. 

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

TeddieSage
Blog sentimental et personnel, sans horaire fixe.

Salut. Moi c'est Danny ou si vous préférez, Teddie. Pour une présentation plus complète, lisez le premier article. Je tenais juste à vous remercier d'avoir pris la peine d'ouvrir cette page, au cas ou vous souhaitiez mieux me connaître.

Ce blog n'est pas tout le temps joyeux. La vie m'a rendu malade, mais le confinement est en train de m'achever. Ceci sont mes confessions les plus intimes et je m'ouvre à vous, dans l'espoir de rejoindre quelqu'un qui aussi souffrirait en silence. Bienvenue dans mon cerveau. Vous trouverez parfois des passages légers, mais cet ouvrage se veut avant tout thérapeutique.

Les commentaires et annotations sont fermés. S'il vous plaît, ne faites pas trop attention aux nombreuses fautes et répétitions. Je n'écris pas tout ça dans le but de le faire éditer. Si vous souhaitez communiquer avec moi, je vous prie de le faire en privé. Je ne vise personne dans mes propos, je parle surtout de manière générale. Par contre, parfois je n'aurais pas le choix de répondre indirectement à des questions qu'on me pose, afin que certaines personnes puissent comprendre mon opinion sur certaines choses. En général, je ne mords pas.

Ce blog contient du langage grossier par moments. C'est un endroit pour me défouler, car j'en ai grandement besoin. Si je juge que mes articles posent problèmes, je passerais le tout en privé et partagerais son accessibilité qu'à des gens de confiance. Merci de votre compréhension.

Si le cœur vous en dit, sachez que vous pouvez désormais m'envoyer des dons ou des pourboires par PayPal. Permission accordée par les admins.

https://www.paypal.me/teddiesage
503
0
0
346
Défi
Zosha
C'est de la folie, j'ai pas du tout le temps, mais ça va quand même être marrant, let's try !

Les textes seront courts.... comme beaucoup de mes textes, finalement xD
15
40
9
5
Défi
5
2
0
0

Vous aimez lire KagomeAohane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0