Chapitre 32 : La décision de Flint

20 minutes de lecture

Le matin du 3 novembre 3918 AD, alors que la plupart des membres de la Septième Brigade étaient déjà réveillés, plusieurs chevaux tirants des calèches arrivèrent au nouveau site de campement de la résistance. Flint reconnu deux tignasses blondes parmi les gens qui sortirent de ces véhicules. Il mangeait un bol de gruau à l'érable, en compagnie de son mari, lorsqu'il les vit. Il lâcha le tout, se leva d'un bond et se précipita vers les deux individus en courant.

Kyran et Sarah furent sous le choc de voir que leur petit frère était à ce point heureux de les voir, mais tous les deux avaient une terrible nouvelle à lui annoncer.

— Oh par tous les dieux, les quadruplés Markios vont bientôt être tous réunis ! Quel bonheur ! pleura-t-il. Lucas est avec vous ?

Le visage du mage blanchit comme un drap, alors que sa sœur sanglota. La bonne humeur de Flint s'effaça rapidement. Ces retrouvailles auraient dues êtres heureuses, mais à voir leurs expressions, le capitaine de la Septième Brigade comprit qu'il leur était arrivé quelque chose de grave. Instinctivement, celui-ci prit la main de Kyran.

— Dis-moi que ce n'est pas vrai...

Le binoclard, dont les vitres de ses lunettes avaient été réparées par magie, se mordilla la lèvre inférieure. Il hocha tristement la tête, pour confirmer à Flint que leur frère avait péris. Le grand blond à l'esprit farouche, lâcha la dextre de son frère et fit volte-face, posant son regard à ses pieds.

— Connaissant notre frère, il est partit de manière magistrale, soupira-t-il.

— Tu serais fier de lui, avoua Kyran. Grâce à son sacrifice, nous avons pu nous échapper du château et il a grandement blessé Satan.

— Dans ce cas, il ne sera pas mort en vain.

Kyran s'était attendu à ce que son cadet explose ou bien lui lance plusieurs insultes. À sa grande surprise, Flint était calme et compréhensif. Il essuya quelques larmes avant de se tourner vers sa sœur. Cette dernière avait besoin d'être réconforter davantage que lui. Il la serra dans ses bras, elle lui rendit ce câlin.

— Bon retour parmi nous, Sarah, dit-il.

— Oh Flint... Où est Papa... ?

— Il n'est pas au camp, si c'est ce que tu veux savoir. Il est partit hier, à l'ouest, en compagnie de quelques hommes. Ils ont détectés un village où des survivants de la guerre ont besoin d'être rapatriés. Toutefois... mère est ici.

La nonne cessa subitement de pleurer. Elle semblait troublée par cette révélation.

— Kyran m'a tout expliqué... dit cette dernière. De la destruction d'Aeglys, jusqu'à maintenant... Cependant, je n'ai aucun souvenir de tout cela. Tout est si flou dans ma tête... C'est comme si j'avais été plongée dans un profond sommeil.

— Il y a plusieurs choses que vous ignorez sûrement. Tout cela, c'est à cause de Satan. Mais ne vous en faites pas ; nous allons tout vous raconter, dans les moindres détails.

— Je sais par contre... que maman est... Oh Athéna !

Sarah avait terminé cette phrase comme une affirmation religieuse, ce qui surprit son frère. Flint n'avait pas réalisé que derrière lui, leur mère était sortie de sa tente, portant sa robe de chambre. Celle-ci vit trois de ses enfants ensemble et compris que ses espions avaient accomplis leur tâche. Elle sortit ses mains de ses poches et s'approcha d'eux, en courant. Cependant, elle réalisa qu'ils ne la connaissaient pas et s'arrêta promptement.

— Est-ce bien qui je crois... ? fit Sarah. Pardonne-moi, Flint, mais certains souvenirs sont encore flous dans ma mémoire.

Le grand blond se tourna pour voir sa mère, à deux mètres de lui, recouvrant son visage nerveusement. Elle s'approcha de ses enfants et mit une main sur l'épaule du plus jeune des quadruplés. Émue, la Princesse de l'Olympe n'arrivait pas à prononcer le moindre mot. Cette femme avait attendue de voir ses enfants depuis si longtemps, qu'elle en perdait tous les moyens. Kyran fut le premier à parler, afin de rompre le silence.

Diana, notre mère.

Il était bouche-bée, comme s'il avait vu un fantôme. Les espions lui avaient mentionné que cette dernière était bel et bien vivante et qu'elle était aux côtés de son père et de Flint. Jamais il n'aurait imaginé, dans ses rêves les plus fous, que sa propre mère était une déesse. Pendant plusieurs années, on lui avait caché ce secret, afin de le protéger. Puisqu'il était désormais un citoyen de l'au-delà, on pouvait tout lui dire. Comme sa sœur, il se souvenait à peine du jour fatidique où sa planète avait été détruite, car ses souvenirs avaient, pour la plupart, été remplacés par ceux d'un ange déchu.

— Notre mère ? couina Sarah. Mais... je... ?

Athéna fondit en larmes, à travers son sourire. Elle s'approcha de la nonne, qui rencontrait sa mère pour la deuxième fois de toute son existence. Cette dernière comprenait qui elle était réellement, mais tout ceci semblait irréel à ses yeux.

— Enfin, je te retrouve ! pleura la princesse. J'ai eu si peur pour ton âme !

Confuse, dans une étreinte de sa mère, la nonne la serra à son tour, comme si elle le faisait pour une bonne amie. Ma déesse se prend pour ma mère, est tout ce qu'elle pouvait répéter dans sa tête. Non... Ma déesse est ma mère...

Sarah cligna des yeux à quelques reprises, avant de s'exprimer :

— Donc, je ne rêve pas. Vous êtes bel et bien... Athéna ?

Elle déglutit nerveusement, ne sachant pas si elle devait s'agenouiller devant sa Créatrice ou bien tutoyer sa mère. Mêlée, celle-ci ressentit un étourdissement. Néanmoins, la religieuse avait conscience d'avoir jadis rencontrée la dame qui se tenait devant elle. Tout cela s'était produit le jour où on l'avait transformée en créature du mal.

— Je suis Athéna Minerva, fille adoptive de Zeus, aussi connue sous le nom de Diana en Aeglys. Oui... Je suis ta maman... votre maman.

— Oh bonté divine ! s'exclama la nonne.

— Tu as été, sans le savoir, ma plus grande admiratrice, mais aussi celle qui m'a toujours redonné foi en l'humanité, dans mes moments les plus sombres. Tu ne sais pas à quel point j'avais hâte d'enfin te rencontrer, ma petite Sarah.

— Je suis la fille... de ma déesse... ? couina sa fille, en état de choc.

Flint roula des yeux et s'approcha de celle-ci, avant de lui faire une pichenette sur le nez.

— Oh non, tu ne vas pas nous faire une crise comme la dernière fois.

Sarah secoua sa tête et gloussa nerveusement. Cependant, elle prit rapidement les mains de sa mère, entre les siennes et s'agenouilla, de façon cérémonieuse.

— C'est pour moi un honneur de vous rencontrer, Athéna... ou devrais-je dire... Maman, s'exprima-t-elle, nerveusement. Oh miséricorde... Comment dois-je m'adresser à vous ?

— Hé ho, fit son frère, t'as pas besoin d'être si religieuse avec elle. C'est notre mère, quoi ! Enfin bon... Fais comme tu veux.

Pouffant de rire, la princesse aida la nonne à se relever et l'embrassa sur la joue.

— Tu peux me tutoyer, ma rose blanche, dit-elle, à l'attention de sa robe nacrée. Je veux tout apprendre de toi ! Oh tu es si jolie ! L'image parfaite de ton père !

— Tu réalises qu'on se ressemble tous, quand même, rechigna Flint, à l'écart.

Elle n'y fit pas attention, tournant son regard vers Kyran, avec qui elle n'avait jamais réellement eut de contact direct. La déesse tendit son bras vers lui pour l'inviter dans leur étreinte. Maladroitement, il s'approcha et la serra à son tour. Il ne s'était pas attendu à recevoir tant d'amour, de la part de cette dame.

— Mère... j'ai une terrible nouvelle à vous annoncer, couina Sarah.

La bonne humeur de la princesse s’estompa, laissant place à de la tristesse.

— Je sais... je l'ai tout de suite deviné en vous voyant...

— Il est mort en héros, déclara Kyran.

— Ça, c’est bien notre Lucas. Mais ne vous en faites pas pour lui. Nous retrouverons son âme et nous le ramènerons, ou je ne m'appelle plus Athéna.

— Tâchons surtout de mettre fin à cette guerre.

— J'y compte bien, mon fils. J'y compte bien.

Flint entendit alors sa sœur qui récitait une prière à l'intention de sa déesse, ce qui le mit mal à l'aise, sachant que leur mère était présente. La dame concernée, était flattée par cette douce attention, mais commençait à se sentir gênée.

Tandis que le capitaine allait faire demi-tour pour retourner en direction de son mari, il ressentit le sol, vibrant sous ses pieds, à une puissante hallucinante. Le grand blond entendit quelqu'un pleurer et crier de joie avant de foncer tout droit vers Athéna et Sarah. La divinité se tassa de justesse, laissant Gabriel serrer la nonne dans ses bras. Flint cligna des yeux, abasourdi par cette scène. Puis, il se dit que tout cela était tout à fait normal, car le colosse avait grandi aux côtés des quadruplés. Celui-ci serra la religieuse contre lui et enfouit son nez dans les cheveux de cette dernière, pleurant de joie. La pauvre petite blonde pouffa de rire, mais rendit l'enlacement à son grand ami bedonnant.

— Qu'il fait bon de tous vous retrouver, dit-elle, ravie.

¤*¤*¤

Midi passé, tout le monde avait été mis au courant du sacrifice de Lucas. On avait accueilli les rescapés du château dans les rangs de l'armée. Le Roi de l'Olympe n'était pas revenu depuis une demi-journée de son expédition à l'est du campement. Athéna était donc en charge du terrain, en compagnie des autres généraux. Au sud, Perséphone, Thanatos et Hypnos cherchaient pour d'autres survivants de cette guerre.

À l'écart de l'armée, le groupe de la Septième Brigade s'était rassemblé afin d'offrir une cérémonie mortuaire à l'ancien Ambassadeur de Lanartis. Sarah et Kyran étaient présents, afin d'offrir leurs prières à leur défunt frère. On avait posé une photo du guerrier, au centre d'une table recouverte de fleurs. Son corps n'avait pas pu être déplacé, mais tous ses amis étaient présents, afin de lui faire ses adieux.

— Il est partit trop vite, dit Gabriel, avant de poser une rose près de la photo du défunt. Nous devrons le ramener, coûte que coûte.

— Il pourra compter sur nom, répliqua Flint, en prenant la main de son époux. Toutefois... les noyaux de création sont entièrement épuisés. Je crains que nous puissions redonner une forme physique à son âme.

— Déjà faudrait-il qu'on la trouve.

— Nombreuses sont les âmes errantes, tout ce que nous avons à faire, c'est de les stocker dans les cristaux magiques. On s'occupera de tous les ramener une fois que ça sera fini.

Le gros barbu secoua sa tête et se tourna vers les autres membres de leur groupe.

— Et ces fameux cristaux, on en a combien avec nous ? demanda celui-ci.

— Au moins un, pour chacun d'entre nous, répliqua Luna. Le mien est pratiquement plein, alors je l'ai envoyé aux experts pour qu'ils puissent le purifier.

Gabriel mit une main dans ses poches et sortit le sien, légèrement noirci à cause des derniers démons qu'il avait absorbé. Lui aussi devrait faire de même que son amie magicienne. Pour lui, cet objet lui était insignifiant. Tant qu'il pourrait cogner des monstres et en tuer, cela aurait un sens à ses yeux. Ces cristaux commençaient à l'énerver, au point qu'il n'avait plus envie de s'en servir.

— Mais où s'en va-t-on avec ces conneries ? grogna celui-ci. Absorbe une âme par-ci, absorbe une âme par-là... Pendant ce temps, on se fait tous embrocher comme des filets de viandes ! Qui d'entre nous sera le prochain à finir dans la gueule du diable ?

Personne n'osait lui répondre. Ils étaient tous aussi perdus que lui. Chacun obéissait les ordres des dieux et tentait d'aider les gens dans le besoin. Leur unique objectif du moment était d'agrandir leurs rangs, pour qu'ils puissent un jour être assez nombreux à confronter les Forces des Ténèbres. Pour cela, ils devraient convertir les démons en êtres de lumières et continuer à répéter les mêmes actions, jour après jour.

— Ne me dites-pas que vous n'avez pas remarqué la même chose que moi ? fit le colosse. Nous sommes coincés dans une boucle qui ne cesse de se répéter. On se fait tuer, on renaît en monstre. On tue des monstres, ils deviennent comme nous. Et ça continue, encore, et encore. Je suis en train de perdre la tête, moi !

Encore une fois, il touchait à une corde sensible. Cette guerre leur avait arraché un allié précieux, ainsi qu'un ami. Mais quel serait le destin de son âme ? Lucas serait probablement réincarné en démon, comme l'avait prédit Gabriel. Rien ici, ne demeurait mort éternellement, tant et aussi longtemps qu'on possédait les meilleurs outils.

— Il dit vrai, soupira Luna. La population du Saint Royaume a vécu ainsi depuis plusieurs millénaires. C'est pourquoi la majorité des âmes sont expédiés sur d'autres mondes, afin de ne pas finir à nouveau dans cette guerre...

— Oui, mais là, le cycle des naissances et des morts a été corrompu par les démons, commenta Wyatt. Pour cette raison, cette planète sature de monstres. Donc, tant et aussi longtemps que nous serons coincés ici, nous allons devoir endurer tout ça. À moins, bien sûr, que l'un d'entre vous aurait une autre idée à nous proposer.

La magicienne se tourna vers Flint. Comme d'habitude, tous se tournèrent vers elle, comme si elle détenait une réponse à ce dilemme. Confus, le capitaine observa ses camarades, un par un. De tous les membres de son groupe, Luna arrivait souvent à avoir des idées de génie, qui leur permettait de résoudre des problèmes.

— Qu'est-ce que t'as à me regarde comme ça ? fit celui-ci en s'adressant à la demoiselle aux cheveux mauves. Ai-je fais quelque chose de mal ?

— Non, mais j'aimerais te rappeler un détail très important, expliqua celle-ci. Qui sommes-nous censé être ?

— Des brigadiers ?

— Oui et quel est le devoir de tout brigadier ?

— De protéger les civils envers les criminels et les forces du mal.

— Oui, mais n'oublie pas que nous avons aussi une troisième, celle de résoudre des problèmes. Nous sommes formés depuis des années à venir en aide à notre nation.

Une lumière illumina l'esprit de Flint. Il avait compris où elle voulait en venir. Il jeta un regard au loin, observant les esprits élémentaires qui se tenaient tous ensemble, à part Dia qui se trouvait en compagnie à Athéna. Il leur faudrait partir du campement.

— Quand ? interrogea le grand blond.

— Le plus tôt sera le mieux. Nous sommes tous équipés pour combattre le diable et ses acolytes. Si nous y mettions tous nos efforts, nous pourrions faire gagner un temps précieux à l'armée et nous emparer des derniers noyaux de création du château.

— Qui se porte volontaire pour tuer Satan, dans ce cas ?

Tous les membres de la Septième Brigade se tournèrent vers lui. Flint déglutit, réalisant qu'en tant que capitaine, cette tâche lui revenait par défaut.

— Hé ho ! Je dirige notre équipe, ça ne veut pas dire que je suis le plus fort d'entre nous.

Le grand blond se cacha derrière Gabriel, effrayé. Ce dernier roula des yeux et leva les yeux au ciel. Il haussa des épaules avant de prononcer :

— Chéri, ce n'est pas le moment de faire ton lâche.

— Mais t'as entendu ce que Kyran et Sarah ont dit sur lui ? Il est immense... et il dévore notre espèce... J-Je... ne v-veux pas terminer dans son ventre !

— Très bien, très bien. Je m'en occuperais.

Outré par cette remarque, Flint se mit en face de son mari et le fusilla du regard.

— Il en est hors de question ! Je ne te laisserais pas affronter la bête tout seul !

— Il faut bien que quelqu'un le fasse.

— Es-tu sourd ? Je refuse !

Le colosse caressa la tête de son mari pour le rassurer. Pendant ce temps, Kyran se retourna vers son frère et s'approcha de lui.

— Si vous retournez au château, j'irais avec vous. Lucas m'as confié Éclipse pour une raison, et c'était de la protéger. Cependant, elle en meilleure sécurité lorsque ses frères et sœurs sont tout près.

Le capitaine hésita un moment, lorsqu'il entendit son aîné. Il se tourna lentement vers lui, se grattant l'arrière de la nuque. Il ne savait pas si c'était une bonne idée.

— Kyran, sans vouloir te vexer, tu es plutôt un bureaucrate et non un combattant.

— As-tu donc oublié que mes pouvoirs magiques sont aussi puissants que ceux de père ? L'unique raison pour laquelle je n'étais pas brigadier était parce que nous devions gérer la république. Cela ne m'empêchait pas de m'entraîner quotidiennement.

— Je confirme, fit Luna Kelly. Pour avoir tout appris de lui et votre père, c'est un excellent mage. Il ferait un bon élément à rajouter à notre formation.

— Nous venons de perdre Lucas, continua Flint. Je ne veux pas prendre le risque de te perdre, toi aussi. Que penserais Papa s'il apprenait que je suis parti avec toi, sans lui dire au revoir ? Il va nous en vouloir.

Celui qui fut autrefois l'un des conseillers de Baldt, secoua sa tête.

— Tu n'as pas à t'inquiéter pour ça. Athéna saura gérer la situation.

— Dans ce cas, je viens aussi avec vous ! fit une voix, derrière les frères Markios.

Ils se tournèrent pour voir Sarah, s'étant rapproché d'eux. Le visage déterminé et les mains serrés en poings, la religieuse voulait participer à ce plan. Il y eut quelques chuchotements autour d'eux. Certains n'approuvaient pas, de peur qu'elle se fasse blesser.

— Sarah ! Non ! supplia le capitaine. Ta magie est trop précieuse pour que tu te sacrifies ainsi. S'il te plaît, reste auprès de notre mère. L'armée a besoin de tes talents.

— Pfft ! Une raison de plus pour que je vienne avec vous. Cassandra est une excellente guérisseuse, mais la Septième Brigade a beaucoup de membres désormais, et nous avons aussi des esprits élémentaires à protéger. Qui serais-je si je devais vous laisser vous jeter dans la gueule du loup ? Une lâche. J'ai toujours suivis notre religion à la lettre et ce n'est pas le moment pour moi de vous abandonner. J'irais avec vous, que ça te plaise ou non.

Flint recouvrit son visage de désespoir. Gabriel pouffa de rire derrière lui. Les autres membres de la Septième Brigade l'imitèrent, car tous étaient désormais habitués à l'entêtement des Markios. La nonne avait un petit sourire satisfait.

— Très bien... mais tu seras protégée en tout temps, bouda son frère. Scottie, Kylie. Vous veillerez sur elle comme la prunelle de vos yeux. Shayne et Misaki, je veux que vous protégiez Cassandra. Estelle sera notre spécialiste des champs de forces, comme d'habitude, mais je veux que Kyran, Luna et Wyatt, vous l'assistiez en tout temps. Gabriel sera notre boulet de canon, comme d'habitude. Moi, je m'occuperais de Satan.

— Ça me semble bien, comme plan, dit Kyran. Cependant, n'oublie pas que nous avons avec nous la présence d'esprits élémentaires. Ils pourraient nous aider, plus que tu ne le crois. Le diable sera bien entouré. D'autant plus qu'après notre évasion, il ne va pas hésiter à renforcer la sécurité du château, ainsi que les environs.

— Très juste. Dans ce cas, je propose que nous trouvions une faille dans leurs formations et que nous nous infiltrions dans leurs quartiers généraux le plus discrètement que possible. Scottie et Shayne se chargeront de cette tâche.

Flint se tourna vers les deux meilleurs éclaireurs du groupe. Le jumeau Sanders hocha la tête, tandis que le Général Wolfe se frotta le haut du nez. L'elfe à la peau basanée, semblait réfléchir à ce que leur disait le capitaine. Celui-ci était impressionné de voir que le jeune homme devant lui, semblait avoir la situation en main.

— J'aimerais en faire partie, déclara le politicien aux lunettes argentés. Je connais les entrées et les sorties secrètes du château pour l'avoir exploré assez souvent, durant ces derniers mois. Je pourrais vous aider à trouver un endroit sécuritaire.

Flint grommela, sachant qu'il mettrait son frère en danger. Scottie et Shayne était d'excellents combattants, mais pas lui. L'envie de se mordre les ongles lui passa à l'esprit, mais il se ressaisit rapidement.

— D'accord, fît celui-ci. Par contre, au moindre signe de danger, tu ramènes tes fesses dans nos rangs. Je ne veux pas ta mort sur la conscience.

Il plantait son doigt et son annulaire dans le torse de Kyran, avec insistance.

— Si ça peut te rassurer, j'accepte, répondit l'aîné des quadruplés.

— Merci. Maintenant, allez tous vous préparer. Nous partons dans une heure. Cela me laissera un peu de temps afin d'en glisser un mot à ma mère.

Tous s'échangèrent des regards complices, déterminés à éliminer le diable, une bonne fois pour toute. La Septième Brigade n'avait fait qu'obéir aux ordres des Dieux, pour les derniers jours. Il était temps pour eux de prouver à tous qu'il ne fallait jamais sous-estimer leur équipe. Alors que Flint observa ses compagnons de routes s'éloigner vers leurs tentes, il sentit la main de Gabriel lui prendre la sienne. Cela le rassura.

¤*¤*¤

— Mais vous êtes cinglés ! s'exclama Athéna, qui suivait le groupe avec inquiétude.

Tous les membres de la Septième Brigade, y compris les esprits élémentaires, Kyran et Sarah, se trouvaient à l'entrée du campement. Ils étaient sur le point de partir, quand la déesse les arrêta. Celle-ci était contre l'idée de laisser partir ses enfants en mission.

— Fais-moi confiance, expliqua le capitaine. Nous sommes tous convaincus que c'est la meilleure chose à faire. Nous ne pouvons plus agir sur la défensive. Il est temps pour nous de mener l'offensive. Sans quoi, bientôt il ne restera plus un seul être de lumière sur ces terres. Crois-moi, nous connaissons tous les risques que cela implique.

— Mais c'est du suicide ! insista la Princesse de l'Olympe. Attendez au moins que Nash et Artael reviennent de leurs virées !

— Chaque minute compte, maman, poursuivit Flint. Nous ne pouvons plus attendre.

Flint ne regardait pas Athéna, néanmoins il avait recommencé à la traiter comme une mère. Il était assis sur un cheval à la fourrure noisette et à la crinière dorée. Cette monture était l'une des préférées de son père, qui passait beaucoup de temps avec les chevaux du camp. Shayne et Scottie avaient droit à leurs propres étalons, alors que Gabriel conduisait une calèche contenant Kyran, Sarah, Luna, Wyatt, Kylie et Estelle. Misaki et Cassandra montaient à dos de juments. Quelques soldats s'étaient portés volontaires pour les suivre, afin de les aider dans leur mission personnelle.

— Au galop, Éclair ! ordonna le grand blond à son cheval.

Il donna deux petits coups aux côtes de l'animal qui comprit qu'ils devaient partir. Gabriel fit alors s'avancer la calèche, tirée par les plus puissants étalons qu'il avait trouvés. Les autres ne tardèrent pas à les suivre.

La déesse soupira, réalisant qu'elle ne changerait pas l'avis de son fils. Elle devait reconnaître, toutefois, qu'il avait du cran. Elle-même ne se sentait pas prête à combattre le diable, alors qu'il avait un sérieux avantage sur leurs troupes. La dame soupira et retourna au campement, laissant les membres de la Septième Brigade les quitter.

Elle retourna à la tente de Nash, où l'attendaient Artémis et Apollon. Ces derniers distribuaient des ordres aux lieutenants et aux capitaines, qui devaient aussi repartir pour diverses tâches. Personne ne s'arrêtait jamais de travailler, ici. Il y avait toujours quelque chose à faire et beaucoup de victimes de guerres à sauver.

— Ils sont partis ? demanda la chasseuse au mohawk tressé.

Les derniers subordonnés étaient sortis après avoir reçus leurs directives. Il ne restait plus que la princesse, sa sœur et son frère. Athéna opina du chef et s'approcha de la grande table, où était déroulée la carte du monde. Des jetons représentant leurs chefs étaient placés un peu partout, autour des terrains qui entouraient le château des dieux. Elle ramassa un pion d'échec, à sa gauche, qu'elle rajouta sur le grand bâtiment.

— Nous allons devoir rappeler quelques-uns de nos hommes et les envoyer assister Flint et son groupe, dit-elle. Ils ont l'intention de tuer Satan et de récolter au moins un noyau de création. Le problème, c'est qu'ils ne sont pas assez nombreux pour transporter une telle magie. Ils foncent tout droit à la catastrophe.

— Dans ce cas, je me propose pour prendre quelques hommes, afin de partir les assister, fit Artémis. Je pourrais très vite les rattraper.

— Non. J'ai besoin que tu ailles à la recherche d'Artael et que tu le ramènes au camp. Quant à toi, Apollon, j'aimerais que tu t'occupes de ramener Nash. Ils doivent tous les deux, être mis au courant des plans de la Septième Brigade.

Les jumeaux hésitèrent un instant, sachant que la princesse serait seule pour gérer les commandes de ce site, s'ils partaient.

— Ne vous inquiétez pas pour moi, dit-elle. Hercules m'aidera. Il s'est remis de sa blessure. J'enverrais un messager l'avertir que j'ai besoin de lui.

— Du moment que tu es certaine que c'est ce que tu veux, commenta Apollon.

— N'oubliez pas à qui vous avez à faire.

Elle arqua un sourcil, observant les jumeaux à tour de rôle. Tous les deux savaient qu'elle était capable de prendre des décisions très importantes, sur un coup de tête. La femme qui se tenait devant eux avait toujours eu le don d'encaisser toutes les conséquences que cela impliquait. Après tout, l'ancienne coalition de Dieux à l'esprit rebelle dont elle faisait partie avait dû faire des choix tous aussi difficiles que les siens.

— Revenez vite, précisa-t-elle.

Artémis et Apollon acceptèrent de partir, laissant seule leur grande sœur. Cette dernière espérait qu'ils auraient bientôt des nouvelles d'Hermès et de Poséidon. Aux dernières nouvelles, Aphrodite aurait été aperçue au sud de la province, en compagnie d'Héphaïstos. Le groupe de Perséphone était justement à leur recherche.

Athéna se frotta les tempes, en réfléchissant aux prochains plans d'actions. La côte ouest des territoires était entièrement occupée par les démons, alors que le nord commençait peu à peu à être vidé, grâce à l'intervention de son armée. Il leur faudrait envoyer plus de soldats au sud, afin de repousser l'ennemi. Ce n'était plus qu'une question de temps, avant qu'ils ne commencent à concentrer leurs efforts en direction du château.

Toutefois, les démons se faisaient de plus en plus nombreux. Malgré leurs efforts, tant et aussi longtemps que Satan aurait en sa possession des noyaux de Création, ils devraient tuer davantage de hordes, plus monstrueuses, les unes que les autres.

— Voyons, voyons, se dit la princesse en lisant les derniers rapports. Plus de trente soldats sont revenus à la vie, grâce aux cristaux... toutefois nous avons perdu plus de cinquante hommes et femmes durant les dernières heures. Je vais devoir nos sorties pour quelque temps, sinon nous risquons de tous y passer.

Elle souffla une mèche folle qui lui tombait au visage, avant de poser les feuilles près de la carte. La déesse pouvait ramener plusieurs personnes parmi eux, avec sa propre maîtrise de la création. Hélas, elle n'était pas assez puissante pour en ramener plus d'une à la fois et cela lui prenait plus de vingt-quatre heures avant de pouvoir répéter le processus. Un noyau leur permettait de ressusciter davantage de victimes, sans s'épuiser. Cet objet, d'une puissance légendaire, n'avait été fabriqué qu'en petites quantités et seuls les Dieux du Saint Royaume y avaient normalement accès.

D'un côté, Athéna ne pouvait pas en vouloir à Flint et ses amis se rendre au château, car ils souhaitaient rétablir l'ordre. Elle ne pouvait pas s'empêcher de croire que c'était une erreur de leur part, de partir sans l'armée. Celle-ci se dit qu'elle devrait apprendre à leur faire confiance. Après tout, ils l'avaient bien suivie et aidée depuis des mois.

— Garde ! lança-t-elle, à l'attention de l'un des soldats, posté devant l'entrée de la tente.

— Oui, Votre Altesse ?

— Trouvez Hercules et dites-lui de venir me rejoindre. J'ai à lui parler.

— Tout de suite, Ma Dame !

L'homme s'éloigna aussitôt, exécutant l'ordre de sa supérieure. Hercule servait autrefois de capitaine de la garde, un poste très important au sein de la population d'une grande cité qui se dressait autrefois au sud du château. La ville, portant le nom d'Élysia, était la capitale de ce monde. Depuis le début de cette guerre, elle appartenait aux démons. Athéna comptait sauver cet endroit, car il leur serait d'une grande utilité afin de défendre ses soldats. Elle comptait parler de cela au général, lorsqu'il entrerait dans la tente.

Attendant l'arrivée de son ami, la déesse regarda au loin, espérant que ses enfants, ainsi que leurs camarades, réussiraient leur mission. Ils avaient tous besoin d'espoir.

Annotations

Recommandations

É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
1116
2762
281
163
docno
La suite du "Murmure du violon".
L'histoire du violon mystérieux ne pouvait pas en rester là !

Quel est le véritable pouvoir du cristal alchimique ?
D’autres personnages démoniaques vont-ils surgir pour s’en emparer ?
La douce Mégane seule et abandonnée va-t-elle faire une carrière internationale ?
Ophélie a-t-elle réellement changé ?
Est-elle capable d’être une mère et une épouse ?

Des voyages dans des endroits fabuleux et réels d'un luxe inouï.
De l’intrigue. Du complot. De la trahison. De l’amour aussi.

Le jet privé vous attend ainsi que des personnages incroyables… Tatiana, le père DiPaoli, Mr Jean...
142
143
61
103
Asa No
Habitant des bas quartiers de la capitale de Vapyllist, Thébaldéric se voit offrir un contrat bien peu commun pour quelqu'un de sa profession. On lui demande de participer à la mise à mort d'un dragon.
Ayant déjà eu affaire à l'une de ces créatures et ne voulant décevoir son commanditaire, le jeune homme accepte et se lance dans la mission sans se douter un seul instant qu'il est sur le point de faire tomber le voile du plus vieux secret du monde.




Histoire pour un appel à texte

CV, sortez vos pinceaux !
727
1292
1767
489

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0