Chapitre 15 : Le secret d'Athéna

21 minutes de lecture

Vêtue de ses habits de journaliste, Perséphone marchait le long de Baldt Street en esquissant un sourire. Elle assumait pleinement son statut de Déesse des Enfers. Celle-ci avait une mission : asservir ce monde, convertir des âmes fraîches en démons et envahir le Saint Royaume qu’elle comptait dominer une bonne fois pour toute. Il n’y avait rien de plus qu’un cœur de pierre dans sa poitrine. La demoiselle ne se souvenait plus du jour où elle avait ressenti le moindre bonheur. Devant cette dernière, un édifice explosa.

Levant sa tête vers le bâtiment, la dame aperçu un dragon aux couleurs obscures qui crachait de gigantesque flammes autour de lui et détruisait tout sur son passage. La ville d’Ottawa se faisait anéantir par son armée de démons et elle était satisfaite. Elle ferma ses yeux un moment, leva sa tête en l’air et huma l’odeur du sang.

Puis, elle fronça des sourcils, se souvenant qu’elle avait essayé de sortir des frontières de cette capitale, mais qu’un mur invisible l’en avait empêché. La déesse comprit alors que ceci n’était nul autre qu’une dimension séparée à la véritable Terre où elle comptait passer le reste de ses jours. Celle qui partageait autrefois le corps de Narcissa Tabris, fit alors demi-tour et retourna à Baldt Street où elle continua son carnage.

— Sortez de vos cachettes, Markios ! lança cette dernière en se tournant vers une ruelle sombre. Je sais que vous êtes là !

Elle claqua des doigts et aussitôt, un immeuble éclata devant ses yeux. C’était l’un des nombreux blocs appartements qui se désintégra en poussière. La magie de Perséphone était puissante et dévastatrice. Malgré cela, une lueur de magie blanche persistait à travers cette nuit obscure. Car, lorsque le nuage de poussière devant la dame fût tombé, un champ de force magique révéla plusieurs individus à plusieurs mètres de celle-ci.

Estelle Markios se tenait devant son groupe et maintenait une barrière protectrice. Derrière elle, Kylie Sanders et son frère étaient équipés de leurs armes respectives de l’autre monde. La punk avait retrouvé son épée et son bouclier, alors que le frère de cette dernière bandait déjà son arc en direction de la Déesse des Enfers. Il décocha une flèche.

Perséphone rattrapa le projectile entre deux doigts, une flèche qui lui était destinée dans le cœur. Elle cassa cette dernière et sourit.

— C’est tout ce que vous savez faire, vermisseaux ? demanda-t-elle en essayant de provoquer ces derniers. Quelle déception.

En un flash de lumière, la divinité reçu une lame à travers le dos. Elle retourna lentement son visage pour apercevoir Flint Markios, au visage sévère. Celui-ci venait de l’attaquer par surprise. Il retira son arme et recula d’un bond. Il n’avait pas Dia en sa possession, mais Luna et Wyatt lui avait trouvé un équipement convenable.

— Ton heure a sonné, j’en ai peur, déclara le grand blond.

Surgissant depuis le nuage de poussière, un grand homme basané fonça tout droit vers la déesse et planta son arme en bas de la blessure causée par son autre opposant. Un filet de sang coula le long de la bouche de la dame. Elle gloussa.

— C’est tout ce que vous savez faire ? répéta cette dernière, avec insistance. J’ai connu de meilleurs guerriers que vous, durant tout mon temps passé en Enfer…

Elle retira la lame de Shayne Wolfe et l’empoigna par la gorge de son autre main. Elle souleva ce dernier avec aisance, l’empêchant de respirer. Flint bondit dans sa direction pour protéger son ami, mais Perséphone l’envoya valser dans les airs, avec une onde psychique. Les blessures de la déesse se refermaient déjà.

— Elle est trop forte ! hurla Estelle. Nous ne pourrons pas la tuer de cette manière !

— Souviens-toi que tout ceci n’est qu’une illusion, dit Scottie tout bas, près de cette dernière. Nos compagnons peuvent toujours éteindre sa machine et…

— Je ne crois pas que ça fonctionnera, trancha sa sœur. Perséphone est parfaitement consciente que tout ceci n’est qu’un piège.

Le jeune homme fronça des sourcils et hocha la tête. Il devait admettre que sa jumelle avait raison, pour changer. Leurs nombreuses années à travailler ensemble portaient leurs fruits, finalement. Kylie Sanders était de plus en plus rusée, apprenant de ses erreurs et de celles des autres. Il réalisa qu’elle avait beaucoup changé et lui aussi.

— Essayons de gagner du temps, expliqua-t-il. Artael ne devrait plus tarder…

Sa sœur opina de la tête, Estelle aussi. La petite blonde renforça son champ de force, alors qu’une horde de petits monstres commençaient à entourer celle-ci et ses camarades. La punk en tua plusieurs avec ses armes. Scottie fit jaillir plusieurs pics de glace du bouclier magique, transperçant plusieurs corps monstrueux.

Pendant ce temps, Shayne finit par se libérer de l’emprise de Perséphone et inversa leur situation. Cette fois, c’était lui qui la maintenait dans les airs avec une puissante vrille ténébreuse qui sortit de terre. Derrière lui, Flint trancha le corps d’une gargouille en deux et se tourna vers son ami et leur adversaire.

— Il est trop tard pour vous, j’en ai peur, dit l’ex-vampire en s’adressant à la déesse. Vous avez échoué à notre test. Vous nous ne serez d’aucune utilité contre le Conclave.

— Je me disais bien que tout ceci n’était qu’une ruse des olympiens, une mascarade pour me manipuler ! râla la déesse renégate. J’aurais dû m’en douter qu’il ne fallait pas faire confiance à ces anges ! Maudits soient-ils !

— Je peux toujours faire preuve de clémence, si vous acceptez de vous livrer à Athéna sans causer davantage de dégâts…

— Plutôt mourir d’atroces souffrances que de me prosterner devant cette briseuse de rêves ! J’ai tout perdu à cause d’elle et de son père ! Jamais je ne coopérerais cette… traîtresse ! Maintenant crève !

Perséphone ne plaisantait pas. De son corps jaillis une explosion magique qui désintégra aussitôt les vrilles de l’ex-vampire. Ce dernier se recouvrit d’un champ de force, instinctivement et fut projeté à plusieurs mètres derrière lui. Flint interrompu le reste d’explosion avec sa propre magie. Il lança un puissant jet de lumière qui dévia une partie de l’attaque de celle-ci dans les airs.

— Alors, c’est ça ? Tu ne veux rien entendre ?! répliqua le grand blond. Ça fait longtemps que j’attendais ce moment d’enfin m’adresser à toi, et tu me fais penser à une misérable petite fille pourrie et gâtée. Tu n’es pas une déesse, tu es une gamine.

— Comment oses-tu me traiter de la sorte ?!

Furieuse, la dame au chignon noir fit apparaître deux puissantes ronces épineuses qui entourèrent l’ange aux cheveux dorés. Ils étaient recouverts d’un poison que Flint reconnût pour l’avoir déjà ressenti, plusieurs années plus tôt. Sa chair brûla, créant une odeur nauséabonde qui lui donna un haut le cœur. Par réflexe, ce dernier activa un sort de guérison, refermant ses blessures alors qu’elle en créait de nouvelles.

— Laisse mon père tranquille ! hurla Estelle.

La jeune femme arriva entre eux, telle une fusée, et trancha les ronces avec une épée argentée. Dans son autre main, elle tenait un bouclier scintillant. Le capitaine de la Septième Brigade comprit qu’il s’agissait de Scottie et Kylie, sous différentes apparences. Perséphone se prit la targe en plein dans le visage, ce qui étourdit cette dernière.

Les jumeaux Sanders reprirent aussitôt leurs apparences humaines. La punk contourna la déesse et l’empoigna en dessous des bras pour la mobiliser. Parallèlement, son frère créa une trappe terrestre qui recouvrit les pieds de leur ennemie. Cette dernière essaya de cogner la tête de la jeune femme aux cheveux violets, mais celle-ci l’évita de justesse et lui mordit l’oreille. La Reine des Enfers cria de douleur.

Flint avait soigné ses blessures complètements, mais une partie du poison avait intégré sa peau. Faible, il recula et tomba à genoux. Sa fille se penchait déjà sur lui, vérifiant ce qui n’allait pas. Elle s’était beaucoup entraînée aux côtés de Cassandra en dix ans et connaissait désormais plusieurs techniques de soins.

— C’était… toxique… marmonna l’homme, étourdit.

— Ne bouge pas ! Je m’en occupe ! répliqua sa fille.

Shayne profita de cet instant pour se relever. Il courut en direction de la déesse, toujours ankylosée par les jumeaux et bondit afin de donner un coup de pied dans le torse de cette dernière. Elle eut le souffle coupé et perdit connaissance. Scottie relâcha le piège de terre et sa sœur laissa celle-ci tomber à leurs pieds. Le général de Baldt en profita pour retourner Perséphone sur le ventre et ligota ses mains par l’arrière avec de puissantes vrilles ténébreuses. Il s’occupa ensuite d’attacher ses jambes.

— Ouf… on l’a échappé belle… mentionna Kylie, se penchant vers l’avant afin de reprendre son souffle. Ça va, tout le monde ?

Elle leva sa tête, ruisselant de sueur. Les autres étaient tous aussi essoufflés qu’elle, en plus d’avoir très chaud avec les incendies qui les entouraient. L’explosion précédente de la déesse avait non seulement tué quelques démons autour d’elle, mais mit plusieurs bâtiments en flammes. Les choses avaient beaucoup dégénérées en quelques minutes.

Cette air ne doit pas être respirable, dit la voix de Luna, à travers leurs esprits. Attendez, je vais voir ce que je peux faire.

Flint leva la tête vers le ciel, confus.

— T’es là depuis quand ? interrogea celui-ci.

Depuis une minute, à peine, dit la magicienne. Gabriel a trouvé Thanatos et l’a convaincu de se rallier à notre cause. Cependant, il a aussi tué des centaines de civils et ne prendra aucune décision importante sans en parler à Perséphone.

— Alors on risque d’en baver, puisqu’on a dû assommer celle-ci, remarqua Kylie.

— Pas nécessairement, répliqua son frère. N’oublie pas que cet endroit n’est qu’une simulation et rien de plus. Nous n’avons qu’à retourner au laboratoire et mettre un terme à cette folie. Là-bas, ils ne pourront nuire à personne.

Il marque un point, fit Wyatt. Cette plaisanterie a assez durée.

Flint allait s’adresser à Luna et Wyatt, quand soudain, il se prit un coup de pied dans le ventre. Perséphone avait repris connaissance rapidement. Elle était si en colère qu’elle dégagea une aura maléfique rougeâtre, faisant souffrir ses adversaires. Ils se recroquevillèrent tous en gémissant de douleur. Celle-ci s’esclaffa.

Mais c’est quoi ce pouvoir !? râla le mage binoclard, depuis le bureau des ordinateurs.

Merde ! répondit Hypnos. Persie, arrête-moi ça tout de suite !

La dame au chignon noir s’était relevée et observa le ciel d’un sourire malicieux.

— Alors, c’est donc toi qui es derrière tout ça ? J’aurais dû m’en douter que tu nous trahirais lorsque l’occasion se présenterait…

Ce désir de vengeance t’aveugle, chère amie ! rétorqua le Dieu du Sommeil. Tu t’en prends aux mauvais bourreaux ! Les véritables assassins de Hadès sont les gens du Conclave et tu le sais ! S’il te plaît, écoute-moi !

— Tu mens ! Zeus a tué mon chéri ! brailla Perséphone, de rage.

Ses gardes l’ont tué, pas lui !

Peu importe ! C’était ses hommes !

La déesse reçut aussitôt une gifle au visage. Son aura maléfique s’estompa et elle tourna son visage en direction de celle qui avait été son employée modèle, pendant quelque temps. Abasourdie, elle cligna des yeux.

— Persie, je t’en prie, ressaisis-toi… dit Athéna, se tenant devant elle. Cette folie a assez durée. Papa n’a jamais voulu que ton mari soit tué ; il voulait juste l’arrêter avant qu’il ne soit banni du Saint Royaume. Je t’en supplie, frangine, ressaisie-toi…

Flint leva sa tête vers sa mère et cligna des yeux. Avait-il halluciné tout cela ?

— Comment ça, ta frangine ? demanda-t-il, étourdit.

Perséphone est la fille biologique de Zeus et de Dame Héra, répondit Hypnos à travers leurs pensées. Puisqu’Athéna a été adoptée par eux, ça fait donc d’elle sa…

Le Dieu du Sommeil n’avait pas besoin de terminer cette phrase. Perséphone se mit à taper dans les bras de la déesse à la chevelure blonde et se mit à pleurer à chaudes larmes avant de tomber à genoux, enlacée par cette dernière.

¤*¤*¤

Plus de dix minutes s’étaient écoulés depuis les retrouvailles d’Athéna et de Perséphone. La Déesse des Enfers pleurait toujours à chaudes larmes dans les bras de sa sœur aînée, née bien avant elle. La dame au chignon était l’enfant de Zeus et d’Hestia, mais naquit plusieurs siècles avant celle qui la consolait. Elle tomba rapidement amoureuse d’un jeune homme qui deviendra plutôt le nouvel Hadès et se maria avec lui. Ils se retrouvèrent rapidement impliqués dans une rébellion envers les membres du Conclave qui refusaient de comprendre que leur système était en train de causer leur génocide.

Durant tout ce temps, la dame de la nuit, tel qu’on la surnommait, avait maudit son père et renier l’existence de sa fratrie. Elle s’était sentit si seule durant tout ce temps, que l’affection de la divinité blonde brisa sa colère, pour remplir son cœur d’une profonde tristesse. Elle pleura tellement que cela lui causa une migraine.

Athéna expliqua toute cette histoire aux membres de la Septième Brigade qui les observaient en silence. Artael se trouvait à leurs côtés, réfléchissant à tout ce qu’elle avait dit. Ce dernier avait déjà été mis au courant, bien des jours avant les autres. Il avait dû garder ce secret pour lui, car cette dernière ne voulait pas déranger les autres avec cette affaire de famille. Elle-même avait dû prendre ses distances et la traiter comme une paria, mais jamais la Déesse d’Aeglys n’oublia que Perséphone avait un jour été sa petite sœur.

Eh bah… soupira Luna, depuis la salle des ordinateurs. Je n’en reviens pas que vous nous ayez caché ce secret depuis tout ce temps. Pffft…

Je suis désolée, dit Athéna. J’avais reçu l’ordre de me taire, mais puisque nous ne sommes plus affilés au Saint Royaume, je n’ai plus aucune raison de garder ce secret. Mon père aurait fait la même chose.

— Tonton Nash était-il au courant ? demanda Flint, clignant des yeux.

— Non… Malheureusement, je comptais tout lui dire, mais le Conclave a décidé de détruire Aeglys bien avant que je puisse lui dire tout ça. Et ce n’est pas parce que je n’ai pas essayé de lui raconter cette histoire… il y a eu tellement d’imprévus… Aussi, n’oubliez pas que nous étions surveillés là-bas. Je ne voulais pas éveiller davantage de soupçons. J’ai eu tort, finalement. Notre faction a été détruite par mes nombreuses maladresses. Je vous demande pardon à tous.

Le capitaine de la Septième Brigade soupira et secoua sa tête.

— T’as vraiment le don de nous mettre dans des situations impossibles, grogna celui-ci. J’espère que tu t’en rends compte… Et c’était quoi cette idée de faire de nous des divinités ?

Athéna se mit à rire nerveusement, alors qu’elle sentit le regard foudroyant de son fils se poser sur le sien. Ce dernier s’inquiétait toutefois pour Sarah Markios, qui n’avait pas donné signe de vie depuis plusieurs jours. Il s’adressa à Hypnos.

— Eh toi ! Le mec louche qui nous a tous réunis, commenta celui-ci.

Mm… ? fit son interlocuteur. Qu’est-ce qu’il y a, Flint ?

— Peux-tu me dire où se trouve ma sœur ?

Mlle Markios ? Un instant…

Ils entendirent tous des cliquetis, alors que le Dieu du Sommeil écrivait quelque chose sur un clavier. Le grand blond l’entendit déglutir.

J’ai une horrible nouvelle à vous apprendre, soupira-t-il. Son âme ne se trouve plus sur le serveur… et elle n’est pas la seule…

— Mais comment est-ce possible ?! répondit Luna. Ne me dis pas que nous avons été piratés ! Oh misère… plus de dix pourcent des âmes ont disparu !

Ce maudit Conclave, grogna Athéna entre ses dents. Ils nous ont repérés.

— Cela expliquerait donc pourquoi elle n’est plus avec nous, ajouta Artael.

Le patriarche de la famille Markios se frotta le bout du menton.

— Hélas, si elle a retrouvé la mémoire, nous sommes dans de beaux draps, expliqua-t-il. La révélation de l’identité de sa véritable mère l’a transformée en déchue.

— Et Kyran, dans tout ça ? ajouta Flint à Hypnos.

Il fait partie des disparus, expliqua Luna. Oh merde ! D’autres âmes sont en train de disparaître ! Il faut faire quelque chose, les gars !

Nous devons mettre fin à la simulation, tout de suite, émit Wyatt.

Désolé tout le monde, cela va nous prendre quelques minutes, formula l’albinos.

Rapidement, les membres de la Septième Brigade remarquèrent des déchirures étranges dans l’atmosphère. Les trois mages étaient en train de fermer le serveur, mais étant donné que ce dernier était très grand, il leur fallait réveiller plusieurs âmes en même temps. Pendant ce temps, Thanatos et Gabriel arrivèrent près de Baldt Street.

Le Dieu de la Mort avait rebroussé chemin pour ramasser le colosse qu’il transporta dans ses bras. Les démons étaient devenus incontrôlables et avaient commencés à attaquer la divinité. Cette dimension étrange devenait de plus en plus dangereuse. Une fois le gros guerrier posé près de son mari, le grand type à la chevelure noire s’allongea par terre, à bout de souffle. Ce dernier ne s’était pas attendu à ce que l’ex-golem soit si lourd.

— Mon bébé ! s’exclama Flint en bondissant dans les bras de son mari. J’ai eu peur pour toi ! Bon sang ! Mais t’es aussi beau que dans mes souvenirs !

Le gros bonhomme rougit timidement avant de jeter un coup d’œil vers le pauvre Thanatos. L’homme qui l’avait transporté dans les airs, jusque-là, était dans les vapes.

— Je m’inquiète surtout pour notre nouveau collaborateur, dit Gabriel.

— T’aurais pu prendre ton apparence svelte, non ? interrogea son époux.

— Je n’avais plus de mana…

L’imposant guerrier rougit timidement avant de poser son regard sur Athéna et Perséphone. Il ne ressentit aucune hostilité, de leur côté et fit une moue.

— J’en déduis que les choses se sont bien passées, entre-elles ? fit celui-ci.

Avant même de pouvoir répondre à son mari ; Estelle, Kylie et Scottie bondirent en direction de l’ex-golem et le renversèrent sous l’impact. Le pauvre Flint se tassa juste à temps. Gabriel pouffa de rire alors qu’il retrouva sa fille et les jumeaux dont il s’était beaucoup attaché. La pauvre petite blonde pleurait de joie en revoyant son père qu’elle n’avait pas revu depuis presque une semaine.

— Trop content de te revoir, vieux ! dit Kylie en donnant une tape amicale sur l’épaule de son beau-père. Flint nous a tout raconté pour ton accident ! Bordel, tu nous as fait une sacrée frousse !

— Je ne suis pas parti longtemps, pouffa Gabriel. Allons, je vais bien, je vous assure…

— Mon papounet est de retour… couina Estelle, à chaudes larmes.

— Oh… ne t’en fais pas, je ne mourrais pas aussi facilement.

Le gros barbu donna une bise sur le front de sa fille. À sa grande surprise, Scottie les enlaça tous les deux. Il souriait timidement, mais était heureux de retrouver son héros culinaire. Le colosse roula des yeux, mais reçu une autre paire de bras sur lui. Cette fois, c’était Shayne qui vint se serrer contre lui.

— Vous êtes en train de m’étouffer… bouda l’ex-golem.

— Oh tais-toi, bouboule, fit le basané. Rabat-joie.

Ils pouffèrent tous de rire en même temps. Gabriel s’avoua vaincu.

— J’apprécierais vraiment que vous n’étouffiez pas mon mari, mentionna Flint Markios, recouvrant son visage de honte.

Artael, de son côté, aida Thanatos à se relever. Le Dieu de la Mort reconnu aussitôt les traits de l’ancien président de Baldt, pour l’avoir gravement blessé avec sa magie lorsqu’il incarnait Randell Tabris. Tous les deux s’échangèrent des regards maladroits, sachant qui ils étaient. Le père des quadruplés Markios ne lui en voulait pas toutefois, car tout cela était de l’histoire ancienne à ses yeux.

— Cette blessure a pris combien de temps à guérir ? demanda le partenaire de Perséphone. Je ne vous ai pas manqué, la dernière fois…

— Quelques semaines, répondit Artael. Mais rien de grave. Je travaillais déjà quelques jours après avoir été hospitalisé.

— Pfft, vous êtes aussi résistant que votre insupportable jumeau.

— C’est un trait commun que tous les Markios partagent, je crois.

— D’ailleurs… est-il parmi nous ?

Ce fût Hypnos qui répondit :

Négatif. Celui-ci, disons que Mlle Megumi a fait sa propre justice et l’a éliminé.

— Ça ne m’étonne pas d’elle, remarqua le politicien.

Ce dernier était blasé par cette nouvelle ; cela ne l’affectait pas tellement puisqu’il détestait son frère depuis plusieurs décennies.

Malheureusement, son âme a déjà quitté notre serveur, répliqua Luna. Le Conclave s’est emparé de lui quelques minutes après qu’il ait manqué d’air dans son incubateur. Nous craignons le pire. Il est fort possible que l’ennemi s’en serve comme pantin lors de nos prochaines confrontations.

Dans ce cas, nous l’éliminerons encore et encore, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de lui, dit Flint. Il n’y a pas de place pour Troyd Markios à Célestia, de toute façon.

— Célestia ? sollicita Thanatos. C’est quoi ça ?

Ce fut Athéna qui répondit à cette question.

— Pour faire court, Papa a décidé d’envoyer balancer les membres du Conclave en créant notre propre Paradis qu’il m’a offert, au cas où j’aurais besoin de m’évader du Saint Royaume. Nous y accueillons tous les anges, les dieux, ainsi que les âmes qui ne veulent plus vivre sous l’ancien règne. Il l’a conçu quelque temps après l’exile d’Hadès et de Perséphone, mais ça nous a pris plusieurs années avant de perfectionner celui-ci.

La Déesse des Enfers secoua sa tête en soufflant des narines.

— C’est typique de notre père, bougonna celle-ci. Incapable de me sauver, mais toujours habile de ses mains. Je regrette qu’il soit mort. J’aurais bien envie de le gifler pour m’avoir abandonné. Mais bon…

Sa sœur ainée retourna son attention vers elle. L’expression mélancolique de la déesse problématique, lui craquait le cœur.

— Nous pourrions vous accueillir là-bas, mais je ne pense pas que ça serait une bonne idée, précisa Flint. Les gens veulent vos têtes sur des plateaux d’argents. Cependant avec notre aide, vous pourriez retourner au Saint Royaume et vider celui-ci du système corrompu. Il pourrait devenir votre demeure.

Athéna observa son fils, surprise que ce dernier se montre aussi ouvert d’esprit. Elle s’attendait à ce qu’il soit furieux d’apprendre que son ennemie était en fait sa tante.

— Vous feriez ça pour nous… ? déglutit Perséphone.

— Eh, pourquoi pas ? fit sa sœur. Après tout, on vous le doit bien après ce que les vieux schnoques de notre gouvernement vous ont fait subir… Toutefois, n’oubliez pas que vous êtes des criminels recherchés… voir, des meurtriers.

— En effet… nous avons commis des gestes irréparables et nous devrons en assumer les conséquences. Si pour cela, nous devons à nouveau assumer le rôle de gardiens des Enfers, nous le ferons sans hésiter. Je passerais une éternité me repentir, s’il le faut.

— Pfft… c’est quoi une éternité, pour nous, les dieux ? Quelques jours à peine, quand on le compare à la vie d’un mortel. Non… Je crois plutôt que tu devrais y passer des milliards d’éternités. Ça serait plus logique.

Perséphone secoua sa tête et grimaça de dégoût.

— Tu ne ferais quand même pas cela à ta petite sœur ? gémit cette dernière.

— Ma frangine a été vilaine, répliqua Athéna en faisant un petit bip sur le nez de son interlocutrice. En pénitence, ma vieille.

— Je te déteste, Nana… bouda celle-ci.

Pour toute réponse, la divinité blonde embrassa Perséphone sur le front et l’enlaça.

— Je t’aime aussi, Persie, fit celle-ci.

La dame de la nuit n’avait plus une once d’hostilité en elle. La présence de la Déesse d’Aeglys apaisait son cœur brisé. Elle pleurait en silence un bon moment, avant que Flint Markios s’approche de sa mère et de son ancienne ennemie.

— Qui es-tu, toi ? demanda la puissante sorcière. Tu ressembles étrangement à Nana…

— Je suis son fils, Flint. Ça fait de moi ton neveu.

— Oh… tu es l’un des quadruplés… n’est-ce pas ? C’est bête… j’avais des neveux et une nièce depuis tout ce temps…

Elle pivota son regard vers Athéna en fronçant des sourcils.

— Et vous m’en avez privé, grogna-t-elle.

— Nous avons tous le temps qu’il faut pour nous rattraper, expliqua le Capitaine Markios. Cependant, ce n’est pas vraiment l’endroit pour ça…

Il disait vrai, car l’incident au milieu de Baldt Street avait attiré des foules de monstres. Ils étaient encerclés par de nombreuses créatures qui couraient dans leurs directions. Un à un, les membres de la Septième Brigade se mirent en cercle autour d’Athéna, sa sœur et son fils. Flint fut le dernier à se mettre en position.

— Oh non, oh non, oh non… marmonna nerveusement Kylie Sanders. Nous sommes dans la merde… Mais qu’est-ce qu’ils font, là-haut ?

Ça y est ! Nous y sommes ! lança la voix de Luna, dans leurs esprits. Préparez-vous pour une déconnection abrupte, les amis. Un… deux… trois…

Puis, plus rien. Tout devint sombre autour du groupe.

¤*¤*¤

Un à un, les membres de la Septième Brigade de la simulation ouvrirent leurs yeux au laboratoire lunaire. Flint fut le premier à sortir de son incubateur. Il prit une longue serviette que lui tendit Misaki Megumi et s’essuya le visage, puis le reste de son corps. Son mari fut le prochain à se réveiller, mais Lucas Markios s’occupait déjà de lui.

— Sommes-nous partis longtemps ? demanda le grand blond à son frère.

— Plus ou moins une semaine, répliqua ce dernier.

Le Capitaine tourna son regard vers l’albinos.

— Tu sais que tu vas te faire taper sur les doigts pour ce que tu as fait à mon oncle, hein ?

— Je n’ai aucun regret, dit-elle avec un sourire en coin.

Flint pouffa de rire.

— J’aurais fait pareil, avoua-t-il. Les membres du Conseil ne vont pas apprécier cette méthode. Mais je ne suis pas obligé de le mentionner dans mon rapport…

— Tu ferais ça pour moi ? demanda-t-elle.

— Pfft, pourquoi pas. Nous sommes en guerre. Ils ne sont pas obligés de savoir.

— Et puis bof, nous sommes leurs dieux, on s’en fout de leur opinion.

Misaki pouffa de rire en serrant son collègue de travail dans ses bras. Elle lui remit des vêtements propres et l’emmena à une pièce vide où il put se changer.

Simultanément, Luna Kelly sortit aida Gabriel à sortir de son incubateur. Celui-ci était désorienté et réalisa qu’il était toujours sous son apparence d’homme athlétique, dans cette réalité. Lorsqu’il réalisa où il était, il se tapota les joues.

— Bon retour parmi nous, fit la magicienne, avec un petit sourire.

— Flint ? Il est où ? demanda celui-ci en tournant sa tête à gauche, puis à droite.

— Il est partit se changer, ne t’en fais pas.

Plusieurs minutes plus tard, la majorité des visiteurs de la simulation furent réveillés et on leur fit la même chose que Flint et Gabriel. Une fois qu’ils furent tous changés, ils se rassemblèrent tous près de la table de cuisine où ils expliquèrent tout ce qui s’était passé et pourquoi ils étaient dans cette salle. Ce fut aussitôt le chaos. Afin de remédier à ce problème, Athéna bondit sur la table et mit deux doigts près de ses lèvres. Elle siffla.

— Écoutez, tout le monde ! fit la déesse. Vous ne le savez sans doute pas, mais cette simulation était nécessaire pour sauver ma sœur ! Vous auriez fait pareil à ma place ! Je comprends votre désarroi, mais il fallait absolument que je la ramène sur le droit chemin !

— Ouais bah, pour notre Créatrice, vous êtes vraiment abject de nous avoir mis là-dedans sans notre consentement… fit un jeune homme derrière Scottie Sanders.

— Je ne pensais pas dire ça, mais il a raison… C’était cruel de votre part, Athéna.

— Je sais, je l’avoue, j’aurais dû mieux planifier tout ça ! répartit la divinité. Hélas, nous manquions de temps et mes ingénieurs ont dû faire le choix de sélectionner les meilleurs combattants qui soient, afin de venir à notre aide si les choses dégénèreraient. Vous avez tous fais vos preuves en tant que citoyens d’Aeglys et pour cette raison, nous devions vous engager. Je vous demande pardon pour ce manque de délicatesse, mais il le fallait !

Celle-ci posa son regard sur son fils et les membres de la Septième Brigade, qui se trouvaient tous devant les autres. Elle les montra d’un signe de main.

— Devant vous se tiennent un nouvel ordre de divinités qui se chargeront désormais de l’équilibre entre la vie et la mort ! Ils ont été préparés toute leur existence à combattre les forces du mal et sont devenus des membres très important de mon armée ! Vous aussi pourriez en faire partie ! Cependant, je comprendrais que cela ne plaise pas à tout le monde ! Vous pourrez reprendre vos vies d’avant sur la nouvelle version d’Aeglys, si cela vous intéresse, mais sachez que nous avons besoin de toute l’aide possible !

— Une armée ? Mais pourquoi ?! demanda un autre homme derrière Flint et Gabriel.

— Le monde spirituel est en danger depuis des millénaires et est sur le point de s’effondrer ! répliqua la déesse. Votre monde a été conçu spécialement pour former de braves combattants afin de venir à notre aide, en cas de guerre ! La bande devant vous a déjà fait le choix de protéger leurs semblables, et vous savez déjà qui ils sont ! Vous êtes tous des membres de la communauté baldtienne et pour cette raison, vous connaissez l’importance des brigades ! Moi, Athéna, fille de Zeus, jure que tout cela partait d’une bonne intention. C’est humblement que je vous demande pardon !

À la grande surprise de son fils, la déesse aux cheveux blonds s’agenouilla sur la table et se mit à prier devant tous ses sujets. Perséphone était déconcertée par les paroles de sa sœur et aussi par le fait qu’elle s’humiliait ainsi devant tous ces gens.

— Je vous crois ! dit le jeune homme derrière Scottie, en levant son poing en l’air. Je vous suivrais jusqu’en Enfer, s’il le faut ! Gloire à vous, Athéna !

Rapidement, les autres combattants de cette pièce l’imitèrent. Flint était étonné de voir que les paroles de sa mère avaient touché tous ces gens. Elle avait réussi son coup.

Annotations

Recommandations

É. de Jacob

Le chemin vers la Lumière, c’est l’amour,
C’est l’amour.
Si tu souffres de l’agression de tes idées noires,
Si tu croupis dans la prison de tes ténèbres en plein jour,
Si tu ne vois plus la lueur au bout de ton désespoir,
Sache que ton chemin vers la Lumière, c’est l’amour.
Apprends à changer ta vision du réel.
N’accorde pas prise aux reproches,
Ni à ta condamnation personnelle.
Du renouveau de ton âme, tu approches.
D’abord, pour les autres et toi : ton pardon ;
Des remords et des regrets : ton absolution ;
Ton apprentissage de l’amour : ta solution ;
Laisser derrière toi le passé, ta résurrection.
Le chemin vers la Lumière, c’est l’amour,
C’est l’amour
La foi en la Divinité te paraît peut-être stupide,
Car tu es persuadé qu’il s’agit d’un monde irréel.
Si une personne t’en parle, tu t’éloignes d’elle,
Tu ne veux pas du tout entendre ces ritournelles.
Mais laisse-moi te dire que la Divinité n’est pas religion ;
Que tu peux entrer en contact avec Elle simplement,
Sans rites, sans dogmes, sans menaces de punitions
Sans obligations, ni restrictions, ni peur du châtiment.
De même que, si tu commences à converser avec Elle,
Elle te répondra, et tu ressentiras alors pour Elle
Un amour illimité qui te fera sentir tout autre.
Ne crains rien, tu n’as pas à devenir apôtre.
Converse avec le ciel, les nuages et les esprits,
Une merveilleuse et magique musique, tu verras,
Commencera à te combler d’une immense joie,
Sur le chemin illuminé de l’amour inédit, infini.
Le chemin vers la Lumière, c’est l’amour,
C’est l’amour.
Mais peu importe que tu refuses ce lien divin,
Si, au moins, tu recherches dans les nuages et le ciel,
Le réconfort bienfaisant de la Lumière spirituelle,
Alors, tu auras, à mes yeux, emprunté le bon chemin.
Le chemin vers la Lumière, c’est l’amour.
Voilà la merveilleuse voie de ta guérison,
La magnifique route inversée de tes désillusions.
Le chemin vers la Lumière, c’est l’amour.
597
1388
123
130
É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
1168
2967
285
171
docno
La suite du "Murmure du violon".
L'histoire du violon mystérieux ne pouvait pas en rester là !

Quel est le véritable pouvoir du cristal alchimique ?
D’autres personnages démoniaques vont-ils surgir pour s’en emparer ?
La douce Mégane seule et abandonnée va-t-elle faire une carrière internationale ?
Ophélie a-t-elle réellement changé ?
Est-elle capable d’être une mère et une épouse ?

Des voyages dans des endroits fabuleux et réels d'un luxe inouï.
De l’intrigue. Du complot. De la trahison. De l’amour aussi.

Le jet privé vous attend ainsi que des personnages incroyables… Tatiana, le père DiPaoli, Mr Jean...
217
170
96
157

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0