Chapitre 1 : Une seconde chance

21 minutes de lecture

Quelques secondes s'étaient écoulées depuis la trahison du Conclave, mais le temps s'était déroulé différemment pour la Septième Brigade. Pour Flint Markios et ses amis, quelques semaines avait passées. Leur petite planète sécurisée, au milieu de nulle part, leur avait permis de transformer les lieux en un monde sur lequel les dieux du Saint Royaume n'avaient aucune influence. Peu à peu, Célestia, tel qu'ils avaient appelé cet endroit, s'agrandit et accueilli de nouveaux habitants, tels que des anges et des esprits élémentaires.

Grâce aux nombreux messages laissés par Zeus, sur les panneaux administratifs, Nash réussi à récolter de nouvelles âmes en volant dans le système du Saint Royaume. Le groupe appris au fil du temps, que cette planète où ils vivaient était en fait connectée au Jardin d'Éden depuis sa création. Seuls les gens connaissant l'accès de la planète pouvaient savoir où se rendaient toutes ces âmes volées. Puisque ces personnes étaient toutes mortes ou disparues, le Conclave n'en avait pas fini de lutter envers ces voleurs.

Rapidement, de nouvelles maisons furent construites pour y mettre toutes les nouvelles recrues de leur armée grandissante. Toutefois, ce terme n'était pas vraiment approprié puisque ces lieux étaient un sanctuaire pour tous ceux et celles qui désiraient vivre une existence paisible. Chaque ange rejoignant Célestia devait toutefois être informé qu'ils étaient en guerre et qu'on avait besoin de leur aide pour survivre. Yosuke Megumi, autrefois le mari de Misaki Megumi, se porta volontaire pour former les nouvelles recrues. Ce fut à son plus grand regret qu'il réalisa que son ex-épouse avait refait sa vie avec Lucas Markios. Cela causait quelques tensions, mais en général. Ils s'évitaient.

Gabriel admirait les bâtiments qu'ils avaient construits en un temps record, grâce aux machines. Il avait décidé, ce jour-là, de partir faire un pique-nique, en compagnie de Wyatt, Scottie et de son mari.

Flint éprouvait de la difficulté à enlever le bouchon de liège de la bouteille de vin qu'il avait choisi pour cette occasion.

— As-tu besoin d'aide, mon chéri ? demanda son gros mari.

L'homme aux cheveux dorés secoua la tête en grognant.

— De toute manière, ce n'est que du vin... remarqua Gabriel.

— N'est pas né le bouchon de liège qui m'empêchera de boire ! grogna Flint.

— Ils ne sont pas vivants, chéri...

— Peu importe !

Le grand blond laissa tomber le tire-bouchon dans l'herbe et employa ses dents afin de se battre avec le plus cruel adversaire au monde, c'est-à-dire : cette bouteille. Le colosse secoua sa tête avant de se tourner vers Wyatt et Scottie.

Tous les deux avaient fini par se rapprocher, quelque temps après leur arrivée à Célestia. Au début, ils n'arrivaient pas à rester seuls, tellement ils étaient embarrassés par les tensions étranges qui régnaient entre eux et Estelle. Finalement, la petite blonde se désintéressa du mage et ce dernier recommença à traîner avec le jumeau de Kylie. Leurs amis se demandaient tous s'ils sortaient ensemble ou s'ils étaient simplement de bons copains. Ces derniers ne leur disaient rien, concernant leurs vies privées, au détriment de la punk qui s'intéressait à la vie amoureuse de son frère.

— Allons Flint, nous n'avons pas vraiment besoin de vin, remarqua le mage en s'adressant à son supérieur. Les sandwichs et les fromages étaient excellents et nous avons apporté des bouteilles d'eau.

— Mes compliments au chef, ajouta Scottie, en faisant un clin d'œil à Gabriel.

Le gros châtain gloussa et lui ébouriffa les cheveux. Tous les deux avaient développés une relation platonique, à un tel point qu'ils étaient toujours ensemble à faire des activités. Ce pique-nique était leur idée.

— C'est bon ! J'abandonne ! râla Flint, avant de déposer la bouteille de vin dans le panier. Je demanderais à Shayne de me passer son canif, au retour...

Il s'assit avec ses camarades et fronça des sourcils en mettant ses mains sur ses hanches. Le capitaine de la Septième Brigade passait un très mauvais moment. Son partenaire le tira vers lui pour l'enlacer, ce qui le détendit un peu.

— Au fait, nous célébrons quoi, aujourd'hui ? demanda le blond.

— Nash ne te l'a pas dis ? questionna son mari.

Le capitaine secoua négativement la tête.

— Ce matin, pendant que tout le monde dormait, il a envoyé Cerbères à travers le portail et ce dernier est revenu aussitôt avec tous ses souvenirs, expliqua le colosse. La malédiction du Conclave n'a donc aucun effet sur ceux et celles qui n'étaient pas sur la planète, au moment où ils l'ont lancé.

Son époux était médusé par cette remarque.

— Wow... vraiment ? interrogea-t-il.

— Mm hmm, confirma Scottie. Ça veut dire que nous pourrons bientôt retourner chez nous, sur notre bonne vieille planète. Seulement...

— Seulement quoi ?

— Nash a refusé de nous dire ce qui se passe là-bas, mais ça ne semble pas une très bonne nouvelle. Il compte rassembler la Septième Brigade aux quartiers généraux, au souper. Il compte nous parler de ses récentes découvertes.

— Dans ce cas, notre casse-croûte, est-ce vraiment une célébration ou une alternative pour adoucir la soirée ? Croyez-vous qu'il a prévu de nous annoncer autre chose... ? On part quand, sinon... ? A-t-il dit autre chose pendant que vous y êtes ? Devrais-je lui parler... ?

— Euh... C'est que...

L'homme aux cheveux bleus et yeux de la même couleur se tourna vers l'imposant bonhomme, cherchant de l'aide en ce dernier qui avait la parole plus facile avec Flint. Le jumeau de Kylie Sanders éprouvait toujours un peu de difficulté à discuter avec son supérieur, même après quelques semaines passées à ses côtés. Le blond posait toujours plein de questions à une vitesse folle ; parfois l'éclaireur timide se sentait intimidé en sa présence.

— Allons, chéri, remarqua Gabriel. Tu es en train de lui faire peur avec toutes ces questions. Relaxe un peu. On ignore ce qui se passera.

— Pardon, déglutit le capitaine. Je suis seulement curieux... et stressé. J'ai toujours de la difficulté à accepter que nous nous sommes faits trahis.

— Je comprends. Moi aussi je me demande pourquoi le Conclave a fait ça. Tout ce que nous pouvons faire, c'est répondre aux attentes de ta mère. Elle compte sur nous pour mettre une fin à cette folie.

Voulant changer le sujet de conversation, pour alléger l'atmosphère, le colosse tourna son regard vers Scottie et Wyatt. Il esquissa un petit sourire en gloussant.

— Alooooors... maintenant que nous sommes tous les quatre, que direz-vous de nous parler de ce qui se passe entre vous... ? prononça celui-ci, d'humeur taquine.

Scottie rougit. Il avait déjà caché une partie de son menton son chandail. Wyatt lui prit la main, pour le rassurer.

— On... a décidé de sortir ensemble, tout simplement, dit le mage. Je me disais bien que ce pique-nique cachait autre chose.

Il roula des yeux en secouant la tête.

— Ah bon ? Depuis quand ?! demanda l'ex-golem, tout excité.

— Dep... depuis quelques jours, couina Scottie.

— Oh chouette ! Je suis si heureux pour vous !

Le colosse éclata de rire et fit une bise sur la joue de Scottie avant de donner une tape amicale sur l'épaule de Wyatt.

— C'est Luna qui nous a forcés à nous reparler, à vrai dire... soupira Scottie. C'est trop bizarre... Mais bon, elle ne supportait pas de voir Wyatt déprimer...

— Votre fille nous a fait la gueule pour plusieurs semaines par contre. C'est pour ça qu'on hésitait à se parler.

Le gros barbu cligna des yeux en se grattant la tête.

— Ah bon ? Pourquoi donc ? demanda-t-il.

— Elle m'a accusé d'avoir volé le mec pour qui elle en pinçait... soupira Scottie. Là, il n'y qu'avec Wyatt qu'elle est un peu en froid.

Il hésitait à lui révéler toute l'histoire. Avant d'être absorbé par le néant, il se souvint qu'Estelle l'avait tapé dans le torse et lui avait traité de tous les noms, avant qu'il ne tombe dans le trou noir. Une semaine après leur réveil, elle lui avait fait part de son ressenti, mais s'était excusé pour ensuite s'éloigner quelque temps. Au bout d'un mois elle était passée à autre chose et ils avaient recommencés à se parler. Wyatt de son côté, pris Estelle à part et lui dit qu'il ne lui appartenait pas. Celle-ci ne l'avait pas mal pris. Elle haussa simplement des épaules, puis lui souhaita une bonne vie. Tous les deux prirent alors leurs distances et ne se parlaient pratiquement plus.

— Ah, les ados... vous savez comment ils sont, remarqua Flint. Vous sortez tout droit de l'adolescence, aussi, vous savez où je veux en venir.

— Mouais, dit Scottie. Ça serait bien par contre qu'elle arrête de nous faire la gueule, quand elle nous voit ensemble.

Gabriel rassembla ses poings devant lui, tout excité. Il ne tenait plus en place.

— Alors ! Vous l'avez fait ? C'était comment !? couina-t-il, en mode groupie.

— Nous n'en sommes pas encore là, remarqua le mage en pouffant de rire. Gros pervers ! Mais il est vrai que je n'ai jamais fait l'amour, donc c'est tout nouveau pour moi. Pour le moment, on profite simplement du moment présent.

Scottie hocha la tête et se rapprocha un peu de son petit ami. Il colla sa tête sur la nuque de son partenaire et huma son parfum. Il ferma les yeux.

— Aaaaaaah, je fonds ! repris le colosse, heureux pour les nouveaux tourtereaux.

Flint ne put s'empêcher de trouver son mari un peu ridicule, cependant, il trouvait aussi ce dernier adorable. Ce n'était pas tous les jours qu'ils rencontraient des couples du même genre.

— J'en déduis que ça ne te dérange plus tellement que les gens te voient avec des hommes, pas vrai ? demanda le blond au mage.

— Enfin... c'est de devoir dévoiler certaines parties de ma vie privée au gens qui me gêne. Je rêve du jour où nous n'aurons plus besoin d'étiquettes et où nous pourrons tous simplement aimer qui l'on veut, sans jugement...

Le capitaine était un peu perturbé par cette affirmation, mais en même temps, il comprenait le sentiment de Wyatt. Il se souvint avoir détesté sortir du placard, lorsqu'il était plus jeune. Ce fut facile de le faire en famille, mais plus le temps avançait et plus il en avait marre de devoir justifier son amour pour Gabriel, aux étrangers. Dans un monde idéal, il est vrai qu'il aimerait bien que les gens puissent simplement sortir avec n'importe qui, mais lui ne se sentirait jamais capable de tomber amoureux d'une femme.

— Bah, moi j'aime bien qu'on m'identifie comme le gros homo du groupe, pouffa Gabriel en souriant. Cette définition me va à ravir.

— Ouais bah... j'aimerais penser la même chose que toi, Gab, soupira le binoclard. J'ai quand même grandi avec un entourage assez... strict et ordinaire.

— Comment ça ? interrogea son interlocuteur.

— Disons que ma famille d'accueil était gentille et tout, mais ils étaient de durs travailleurs. Ils n'avaient pas tellement d'amis queers et je les voyais rarement socialiser avec eux. Je ne sais pas si j'ai raison de croire que ma mère adoptive était homophobe... Pour mon père adoptif, je pense surtout que c'est parce qu'il n'aime pas particulièrement parler les étrangers. Ils étaient très conservateurs.

— Oh joie... répliqua caustiquement le blond. Ça a dû être pénible.

— Enfin, si, reprit Wyatt. Pour les premières années où j'ai vécu avec eux, je devais toujours me rendre utile. Au moindre signe d'excentricité, ils me regardaient de travers. Ils ont fini par accepté que je n'étais pas comme ils le souhaiteraient et que je ressentais des choses pour les garçons et les filles de mon âge. Ils savaient que je ne serais pas heureux en restant coincé à Xu Fahn, donc ils ont demandés à leur ami Randell de me trouver une place à votre capitale. Ils avaient déjà entendu des rumeurs sur vous deux, à vrai dire...

Flint se pointa du doigt, en clignant des yeux.

— Nous deux ? demanda-t-il.

— Ouais, répondit le jeune homme aux lunettes. Ils savaient que je finirais par me faire quelques amis ici, donc lorsque mon oncle m'a engagé, ils se sont dit qu'ils faisaient ainsi une bonne action pour moi. Par après, ils sont venus me rendre visite à quelques reprises durant les dernières années et m'ont dit qu'ils avaient remarqué que je m'étais beaucoup épanouit. Ma mère s'inquiétait pour moi, mais elle est vite repartie lorsque je lui ai dit que je me sentais bien à Baldt. Ils ne m'ont même pas demandé si j'avais une petite amie ou un petit ami.

— Au moins, ils s'inquiètent toujours pour toi. C'est gentil de leur part.

— J'ai quand même un peu peur de leur présenter Scottie... s'ils sont toujours vivants... Enfin, vous comprenez où je veux en venir...

Les trois autres hochèrent leurs têtes en même temps. Les parents de Wyatt n'avaient pas l'air d'être très accueillants. Au moins, le bonheur de leur fils était beaucoup plus important que le leur et ils avaient accepté cette vérité en l'émancipant. Devenir brigadier, par la suite, avait été la meilleure décision de sa vie. Non seulement le jeune homme s'était trouvé un travail qu'il aimait, mais il s'était entouré de gens qui l'aimaient et le respectait comme une famille.

— Je ne vous le dirais jamais assez, mais je vous aime, les gars, déclara celui-ci.

Le mage se tourna ensuite vers Scottie et l'embrassa.

— Toi, un peu plus que les autres, ajouta-t-il.

— Ooooh, trop mignon ! couina le colosse.

Flint sourit et se leva, tout en ramassant les restes qu'il rangea dans le panier de pique-nique. Ils avaient tous terminé leur repas et profitaient simplement de la température. Celui-ci aida ensuite son mari à se lever.

— Que diriez-vous qu'on aille faire un tour au parc avant de rentrer au bercail ? proposa le blond. J'ai envie de me promener un peu, pour faire descendre tout ça.

— Allez-y sans moi, dit Scottie. J'aimerais faire un somme...

Le jeune homme aux cheveux bleutés bailla en se couvrant la bouche. Il s'étendit sur le gazon et Wyatt l'imita, tenant toujours la main de ce dernier.

— Je vais rester un peu, moi aussi, dit ce dernier. Ne vous en faites pas pour le panier et les bouteilles, on apportera tout ça à la maison.

— Merci beaucoup, fit Gabriel. C'est charmant de votre part.

Le couple plus âgé s'éloigna ensuite pour aller se balader. Scottie profita de cet instant pour embrasser le mage sur la nuque. Son petit ami grimpa par-dessus lui l'embrassa tendrement sur les lèvres. Ils se caressèrent les cheveux, puis les bras et plus encore. Sans hésiter, l'éclaireur attrapa les fesses de son partenaire et les pressa légèrement. Ils avaient très envie l'un de l'autre. Cette rencontre avec le capitaine et son mari les avaient rendus très à l'aise.

— Oh... Wyatt... couina Scottie, de plaisir.

Les orteils du jumeau se tordirent lorsque celui qui l'embrassait, touchant l'un de ses points sensibles, avec ses doigts.

— J'ai très envie de toi, souffla le mage à son oreille.

— Alors qu'est-ce que t'attends ? soupira l'éclaireur.

— Viens dans ma chambre, tout de suite... J'ai une surprise qui t'attends.

Le jeune homme aux lunettes échangea un baisé mouillé avec son partenaire et lui donna une petite tape sur le torse, avant de se relever. Scottie déglutit en clignant des yeux. Il bouda le fait que son chéri le taquinait ainsi. Rapidement, il observa ce dernier qui ramassait déjà les affaires, puis le fit signe de le rejoindre.

— Qu'est-ce que t'as planifié, toi ? demanda le jumeau.

— Si je te le dis, j'aurais gâché la surprise, déclara son mec. Je me demande si tu vas aimer... Magnes-toi et tu verras.

Il lui fit un clin d'œil et s'éloigna tranquillement. Son interlocuteur fit une moue, puis se leva. Après avoir ramassé les longues serviettes sur lesquelles ils s'étaient assis pour leur repas, il partit rejoindre celui qui faisait battre son cœur.

¤*¤*¤

Luna Kelly était perchée à son pupitre, alors qu'elle analysait ce qu'il y avait sur l'écran de son ordinateur. Elle était accompagnée d'Estelle Markios et de Kylie Sanders, alors qu'elles devaient toutes les trois réanimer des âmes et les transformer en anges. Elles se trouvaient au sous-sol des quartiers généraux et Nash était en pause depuis plus d'une heure.

— Victoria Stevenson, morte le 18 juin 3918 A.D. d'une attaque de démon, alors qu'elle fuyait sur la route avec son groupe de musique, dit la magicienne à haute voix. Cette jeune femme avait une voix divine et était reconnue pour être une excellente musicienne. Cette jeune femme ne possède pas les caractéristiques requises pour devenir un soldat. Son charisme naturel et son talent pour le chant font d'elle un choix excellent pour remonter le moral des gens.

Kylie tourna son visage vers le moniteur de sa collègue de travail.

— Je préfère te prévenir tout de suite, si tu comptes ranimer mon ex, je me casse, dit la jeune femme. C'est chiant ce qui lui est arrivé, mais je ne la veux pas dans mes pattes. Capice ?

— De toute façon, nous recherchons des gens qui pourraient contribuer à notre cause, répondit la jeune femme aux cheveux mauves. Elle ne possède pas de talents culinaires ou de soins, ni de traits qui pourraient nous aider dans les corvées. Je vois cependant qu'elle a pris les courts de premiers soins de l'église...

— C'était une grosse paresseuse. Crois-moi, elle a beau avoir une voix excellente, ça ne fait pas d'elle une personne exemplaire...

Luna ouvrit les fichiers qui étaient associés à ceux de Victoria.

— Ouf... toute sa troupe s'est fait tuer, en fait, ajoute-t-elle. Ils étaient en route pour Xu Fahn, d'après les dernières notes sur leurs dossiers.

Le visage de Kylie s'assombrit, elle baissa son regard et releva ce dernier afin d'ouvrir les mêmes fichiers sur son écran d'ordinateur. Plusieurs de gens avaient fait partie de son groupe de musique, par le passé. Certains noms familiers ne figuraient pas sur la liste des âmes ayant péris sur leur planète, au cours de ces mois-là. Conrad Sanders et Ruby McFinnigan étaient toujours vivants, ainsi que Daichi Hatsuki, Sakura Megumi et Yuki Megumi.

— Veux-tu prendre une pause, Ky'? demanda Estelle, en se tournant vers son amie. Nash ne va pas tarder à revenir...

— Non, ça ira, dit la punk. C'est juste chiant qu'il y ait tant de morts sur cette liste. Je ne m'attendais pas à ce que Perséphone et ses sbires tuent autant de gens, en notre absence. Imagine la différence qu'on aurait fait, si nous étions présents avec les esprits élémentaires... Ça me désole...

— Mouais, je pense comme toi, soupira Luna.

Estelle retourna son attention sur la liste et vérifia les noms qui commençaient par la lettre M. Il n'y avait aucun Markios sur cette dernière. Elle était soulagée de voir que son oncle, sa tante et son grand-père étaient toujours vivants.

— Et bah merde ! grogna Luna. Gretta et Misha Doyle ont rejoint la liste des âmes, aux côtés de Marcus... Mais vous savez quoi ? Je les engage tout de suite ! On a déjà Derek avec nous. Je me dois de les réunir.

Elle se mit alors à taper rapidement sur les touches du clavier et de l'autre côté de la pièce, les incubateurs se mirent à briller, alors que des formes commençaient à apparaître dans ces dernières.

— Luna, mais qu'est-ce que tu fous ?! dit Kylie.

— Les Doyle sont d'excellents ouvriers, répliqua celle qui venait de mettre en marche la procédure de réincarnation angélique. Marcus peut très bien se charger de l'administration de Célestia pour aider Nash.

— Mais ils ne savent pas se battre !

— Ça ne fait rien ! On a aussi besoin de fermiers pour cultiver la terre et élever les animaux du ranch. Celui qu'on a créé l'autre jour aurait grand besoin d'être occupé. Gretta est plus que qualifiée pour cette tâche !

— Très bien... puisque tu insistes...

Alors même qu'elles terminaient leur conversation, une grande femme rousse et aux yeux verts apparut complètement dans un premier incubateur. Elle avait un tube d'oxygène relié à la bouche et était vêtue de vêtements simples.

— Est', dit Luna. Va chercher Derek tout de suite. Il va vouloir être là pour sa famille. Kylie, peux-tu aller me chercher un café noir ?

— Oui chef ! répondit Estelle.

— Eh, pour qui tu me prends ? râla la jeune femme aux cheveux pourpres.

— Tu restes là à te tourner les pouces, remarqua la magicienne. Faut prendre des risques avec ce système, sinon nous n'avancerons jamais. Maintenant... voudrais-tu s’il te plaît me rendre ce service ?

La guerrière à l'attitude farouche plissa des yeux et se leva pour rejoindre Estelle, au rez-de-chaussée. La demoiselle aux cheveux mauves, de son côté, contourna le grand pupitre des ordinateurs, afin de se rendre aux incubateurs. Dans l'un d'entre eux, elle voyait déjà le corps de Misha qui s'était presque formé complètement. Marcus n'avait que ses pieds de présents dans sa boite en vitre.

Une fois le corps de Gretta complètement matérialisé dans cette dimension, le liquide transparent qui entourait son corps disparu à travers les petits trous sous ses pieds et le contenant qui l'entourait se souleva dans les airs, emmenant le tube avec lui. La grande rousse toussait à pleins poumons, recrachant un peu d'eau qu'elle avait avalée. Elle était confuse et se demandait où elle était passée.

— Gretta ! Est-ce que ça va ? demanda Luna. Vous m'entendez ?

La femme au fort caractère remarqua la magicienne et hocha la tête.

— Oui, mais tout ce dont je me souviens, c'est la lame d'un démon qui m'a transpercé le ventre... Comment est-ce possible ?

Elle souleva un peu son chandail et constata qu'elle n'avait aucune cicatrice. La pauvre femme était en état de choc.

— C'est assez délicat comme sujet, mais nous sommes dans l'après-vie et nous sommes aussi en train de reconstituer votre fille et votre mari.

— Comment ? dit son interlocutrice.

Luna lui pointa l'incubateur de Misha où cette dernière était en train de se réveiller. Celui de Marcus était toujours en train de reconstruire le vieil homme.

— Par tous les Saints, c'est quoi ces choses ? dit Gretta en pointant les cloches de verres qui recouvraient sa fille et son homme.

— Ce sont des incubateurs offerts par un dieu, le père de notre Déesse Athéna. Grace à ces derniers, nous pourrons ramener d'entre les morts plusieurs de nos semblables. Je sais que ça peut vous paraître bizarre, puisque vous êtes morte durant la guerre, mais votre fils est ici, avec nous.

— D... Derek ? Mon fils ?

La magicienne fit oui de la tête. Un instant plus tard, le jeune homme, dont elles parlaient, entra dans la pièce. Il était accompagné d'Estelle qui l'avait retrouvé devant la maison de la Septième Brigade. Il n'avait pas tellement changé, outre le fait qu'il était un peu plus musclé que durant la période où sa mère et sa sœur avaient déménagé en Lanartis.

— Je n'en reviens pas ! Toute ma famille est là ! s'exclama le jeune homme aux cheveux noirs. Mais... pourquoi ? N'a-t-on pas besoin de combattants, plutôt ?

— Ne t'en fais pas pour ça, expliqua Luna. Je pense aussi au moral des troupes.

À la fois émerveillé, mais inquiet, Derek Doyle s'avança vers l'incubateur de sa sœur qui venait de s'ouvrir. Cette dernière secoua la tête, déboussolée. Elle tomba dans les bras de son frère aîné. Précipitamment, Gretta fit un câlin à son fils, pleurant à chaudes larmes. Quatre ans s'étaient écoulés depuis qu'ils s'étaient vus.

— Mais où sommes-nous ? fit la vendeuse de parfums, confuse.

Elle sursauta lorsqu'elle réalisa que l'homme qui l'avait ramassé était nul autre que son grand frère. Ce dernier leur expliqua brièvement où ils se trouvaient, alors que Luna s'éloignait pour ramasser des serviettes. Elle ramena ces dernières afin de le passer aux deux jeunes femmes qui étaient toutes trempes. Pendant ce temps, Marcus Doyle sortait de son incubateur. La magicienne l'aida à se tenir droit. Il se frotta les yeux, réalisant qu'il avait dormit longtemps.

— Oh... cette pièce est très éclairée, remarqua celui-ci. Mais où suis-je ?

— Désolé de vous avoir réveillé, Marcus, mais les anciens citoyens de Baldt ont besoin de vos services, déclara Luna Kelly. Votre famille est avec nous...

— Papa ! couina Misha Doyle en hoquetant.

— Marcus ! s'exclama Gretta, alors qu'elle contournait déjà ses enfants afin d'aller retrouver son mari. Oh mon pauvre Marcus chéri !

La grande fermière croisa ses bras autour de la taille de son mari et le souleva dans les airs, telle une maman ours qui protégeait son petit. Les yeux du pauvre homme au front dégarni, grimaça de douleur. Son épouse et lui furent rapidement encerclés par leurs enfants.

Kylie revint enfin au sous-sol, accompagnée de Nash Markios. Elle transportait une tasse de café noir qu'elle avait promis à Luna. Lorsque Marcus remarqua le visage familier du Dieu de l'Olympe, il le salua.

— Oh ! Capitaine Markios, vous êtes mort, vous aussi ? remarqua-t-il.

— Tout le monde ici est mort, confirma Nash. Et nous sommes en guerre. Voilà pourquoi nous avons besoin de recruter vos services afin d'assister nos troupes.

Le roi se tourna vers Luna et lui fit un signe de tête positif.

— Luna ici présente a jugé que vos talents individuels seraient suffisants pour aider notre armée dans notre quête, continua celui-ci.

— Mais capitaine, fit l'ancien conseiller de Baldt. Où sommes-nous exactement ? Mon âme devait reposer au Jardin d'Éden jusqu'à ma réincarnation...

— Nous sommes une planète privée conçue par son Altesse, le Roi Zeus. Elle était destinée à protéger sa fille Athéna qui a mystérieusement disparue. La dernière demande de la princesse fut que l'on sauve le monde d'Aeglys coûte que coûte. Pour ce faire, elle nous a laissé tous les outils nécessaires pour reconstruire ce que notre faction a perdu... et plus encore.

— Je vois... et pourquoi avez-vous engagé ma famille ?

— Gretta est une excellente fermière et nous avons un ranch qui n'attend que ses services. Votre fils est l'un de nos soldats volontaires. Votre fille a un charme naturel et des talents de beauté qui pourraient remonter le moral de nos troupes. Quant à vous, j'aimerais que vous m'assistiez à diriger cette organisation.

— Intéressant... Vous savez où vous enlignez avec nos expertises personnelles, mais personne ne nous a demandé nos avis...

Gretta fronça des sourcils et donna une taloche derrière la tête de son mari.

— Arrête de dire des bêtises, chéri ! grogna celle-ci. Athéna a besoin de nous ! Je ne vais pas rester ici les bras croisés alors que l'armée nécessite des gens pour élever les bêtes et s'occuper de leurs jardins !

— Et Poséidon dans tout ça ? Vous l'avez oublié ? grogna son mari.

— Malheureusement, lui aussi est porté disparu à cause de cette guerre, dit Nash. Puisqu'il était l'un des Dieux d'Aeglys, l'ennemi ne l'a sûrement pas épargné.

Marcus leva son poing en l'air et fronça des sourcils.

— Alors là, j'en fais mon affaire personnelle ! grogna-t-il. Personne ne touche à mon dieu ! Montrez-moi les lieux et dites-moi tout ce que je dois savoir ! Je tâcherais d'aider votre armée de mon mieux, foi de Doyle !

Gretta éclata de rire, alors que Misha enlaça son père fortement. Elle était fière que celui-ci ait changé d'avis. Cependant, elle réalisa qu'elle se trouvait entourée de gens qui étaient tous décédés. La demoiselle cligna des yeux et se souvint brièvement de s'être prise une flèche dans le front. Elle toucha celui-ci et vit que la blessure avait été refermée. Ensuite, Priya Lightwood avait couru jusqu'à elle et l'avait prise dans ses bras. La naine avait pleuré son amie, puis tout devint blanc.

— Excusez-moi, Monsieur Markios... dit-elle timidement.

— Oui, Misha ? répliqua le dieu.

— Est-ce que les Lightwood figurent parmi la liste des victimes de cette guerre ?

— Boris et Priya ? demanda Gretta. Pourquoi donc ?

— J'ai voyagé avec eux après ta mort, Maman... répliqua la vendeuse de parfums. Ce fut peu de temps après avoir libérer essayer de libérer le château d'Archenwald... En chemin, Boris allait recevoir une flèche dans la poitrine. Pour le protéger, j'ai foncé dans celui-ci et le projectile m'a tué...

— Oh... ma brave petite fille... commenta la fermière. Si tu savais comme je suis fier de ton acte si courageux !

— Ma foi, vous avez l'une de ces malchances avec les flèches... constata Luna qui se tourna vers Derek, puis Misha.

L'ange aux cheveux noirs, ayant autrefois ressentit quelque chose pour la magicienne, se mit à rire nerveusement.

La magicienne se tourna aussi vers Gretta. Cette dernière rougit timidement, car la pauvre avait péri dans une pluie de flèches enflammées, alors qu'elle tentait de faire évacuer des civils avec des soldats volontaires. Elle n'avait aucune trace de brûlure sur son corps.

— Vous avez tous connus des morts horribles, mais l'essentiel, c'est que vous soyez enfin réunis, formula Nash. Derek a cependant péri deux fois, mais ne vous en faites pas. Nous ne l'avons pas abandonné pour autant. Nous savions qu'il serait heureux de servir la cause d'Athéna.

Le soldat rougit en entendant ces paroles.

— C'est un honneur de vous servir, votre Majesté ! dit-il en faisant la pose militaire devant le Roi de l'Olympe.

Marcus, Misha et Gretta ignoraient tout de la nouvelle identité de Nash. Ils regardèrent le membre de leur famille, incompréhensibles.

— Ouah, j'en perds des bouts, moi... constata le patriarche des Doyle.

— Ne vous en faites pas pour ça, expliqua Luna. Nous vous expliquerons tout durant les heures qui vont suivre. Maintenant, si vous le voulez bien, j'aimerais vous accompagner jusqu'à vos appartements privés. Vous partagerez la même demeure que Derek, ici présent. Ainsi, vous vivrez tous en famille.

La grande rousse costaude esquissa un sourire et passa une main autour de l'épaule de son fils. Elle embrassa le front de ce dernier.

— Et la bonne nouvelle, dit ce dernier, c'est que cette maison est liée à la ferme, au poulailler et aux granges pour animaux. Nous avons déjà quelques ouvriers qui y travaillent, mais ils manquent tous d'expériences...

— Dans ce cas, qu'attendez-vous pour me montrer le chemin ? questionna cette dernière, en observant son enfant, puis Luna.

Tandis que Nash observa la magicienne qui escortait les Doyle en dehors des quartiers généraux de la Septième Brigade, celui-ci se serra les bras et remercia mentalement Zeus et Athéna de leur avoir donné une seconde chance. Grace à leurs sacrifices, ils pourraient sûrement en venir à bout des Perséphone et de tous les traîtres du Conclave. Sur cette pensée, il laissa Estelle et Kylie à leurs tâches.

Annotations

Recommandations

É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
1104
2735
280
162
docno
La suite du "Murmure du violon".
L'histoire du violon mystérieux ne pouvait pas en rester là !

Quel est le véritable pouvoir du cristal alchimique ?
D’autres personnages démoniaques vont-ils surgir pour s’en emparer ?
La douce Mégane seule et abandonnée va-t-elle faire une carrière internationale ?
Ophélie a-t-elle réellement changé ?
Est-elle capable d’être une mère et une épouse ?

Des voyages dans des endroits fabuleux et réels d'un luxe inouï.
De l’intrigue. Du complot. De la trahison. De l’amour aussi.

Le jet privé vous attend ainsi que des personnages incroyables… Tatiana, le père DiPaoli, Mr Jean...
125
131
41
94
Asa No
Habitant des bas quartiers de la capitale de Vapyllist, Thébaldéric se voit offrir un contrat bien peu commun pour quelqu'un de sa profession. On lui demande de participer à la mise à mort d'un dragon.
Ayant déjà eu affaire à l'une de ces créatures et ne voulant décevoir son commanditaire, le jeune homme accepte et se lance dans la mission sans se douter un seul instant qu'il est sur le point de faire tomber le voile du plus vieux secret du monde.




Histoire pour un appel à texte

CV, sortez vos pinceaux !
727
1292
1767
489

Vous aimez lire Flint Markios ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0