Pression

4 minutes de lecture

Voilà presque quinze jours que les enfants sont partis en colonie de vacances et ce soir je vais aller les rechercher. Pour leur faire plaisir, nous mangerons à l’extérieur. À l’arrivée de leur car, je charge leurs valises dans ma voiture, et vais les déposer à la maison.

Devant ma porte, à quelques centimètres au-dessus de ma serrure quelqu’un vient de coller un adhésif publicitaire : « Serrurier 24 h/24 »…

Je reçois comme un choc ce message. Après avoir fracturé ma porte et être pénétré chez moi, on me passe le message que ma serrure peut à tout moment être ouverte. Ce qui me gêne le plus c’est que cet avertissement m’ait été délivré précisément lorsque j’allais chercher mes enfants. Une petite heure s’était écoulée, je ne crois pas, là non plus, au hasard. Mais peut-être que je me trompe…

Je détache l’autocollant, nous rentrons les valises dans la maison et nous ressortons aussitôt manger en ville. Je ris avec les enfants, je leur demande comment s’est déroulé leur séjour.

Le lendemain je pense à nouveau à cette intimidation. Il est clair que je dois répondre en essayant d’être ferme.

Je me souviens que pour l’affaire de la pinède, ma vidéo avait eu un certain impact. La connaissance est une protection, et la publication d’informations également. Nous ne devons pas chercher au sein de notre cerveau une logique. Celle-ci n’est que l’apanage de la réflexion, en minorité comparée à tout le gros reste nébuleux qui nous guide. Ainsi je peux être blâmé à cause de mes dénonciations, tout en étant approuvé pour mon geste. Notre monde est rempli de paradoxes et plus ceux-ci sont grands, mieux ils sont acceptés.

L’interprétation d’une histoire grecque, celle de Prométhée qui apporte le feu sacré de l’Olympe aux hommes, illustre assez bien cette bivalence. Dans la mythologie, le feu est dérobé aux dieux puis transmis aux humains. L’auteur du forfait, Prométhée, en est puni, et se retrouve enchaîné sur un des monts du Caucase, un aigle venant tous les jours lui dévorer son foie qui se régénère, créant ainsi un supplice sans fin. Suivant les versions, il est tantôt prétendu que Prométhée n’aurait été châtié uniquement à cause de son larcin, le vol du feu, discutable quand on sait que le feu se multiplie sans que les propriétaires initiaux, ici les dieux, ne le perdent jamais. D’autres fois, ce serait pour la faute d’avoir transmis ce feu aux hommes, symbole du savoir.

La question pourrait demeurer, quant à savoir s’il faut ou non, à mon niveau, transmettre des connaissances. Je vais réaliser un nouveau petit film. Je ne vise pas tant l’information des internautes, qui n’est qu’un prétexte à ma propre protection. Des policiers me menacent de prison, d’autres, ou leurs amis, viennent me fracturer la porte et pénétrer chez moi en toute impunité. Ce ne sont pas ces agents qui vont décider de baisser la pression à mon égard : ils sont intouchables. C’est à moi que revient le seul choix d’agir ou de continuer à subir. Des solutions diverses existent en nombre. Je ne les perçois pas toutes. La réalisation d’un petit film accessible sur la Toile m’apparaît une avancée vers le dénouement de mes affaires.

J’attaque le Premier ministre Smith dont je demande expressément la démission comme un leitmotiv. Cet homme apparaît avec des ambitions présidentielles. Au sein de son parti, il est minoritaire. Contre trois autres candidats à la primaire pour les dernières élections présidentielles, il n’avait pas réussi à franchir la barre des huit pour cent. Il avait alors tracé son chemin au sein du ministère de l’Intérieur avant de devenir plus tard Premier ministre. Son choix me parle : ce n’est pas l’intérêt de la France qui le guide. Il aurait pu agir comme ministre de l’Économie et même s’il ne réussissait pas à ce poste, il aurait montré de l’importance pour la place de notre pays. En allant à l’Intérieur, il affiche un intérêt moindre pour les intérêts de la nation : va-t-on le juger sur la baisse éventuelle du nombre de tués sur les routes ? Difficile, car ses prédécesseurs ont déjà bien agi en la matière. Prétend-il lutter contre les vols divers, les cambriolages ? Là encore il n’a jamais présenté d’idée nouvelle sur ce sujet. Dans des pays déficients en matière démocratique, être ministre des armées permet d’obtenir certaines satisfactions, car ce poste représente la menace d’un putsch. Chez nous, le pouvoir de l’armée a été considérablement diminué. Celui qui contrôle la police, dans une moindre mesure, peut alors se satisfaire de ce choix par défaut.

À l’époque des élections municipales à Istres j’avais acheté le livre d’un ancien policier de la Brigade anticriminalité locale, mais je ne l’avais pas lu, à peine survolé. Je le reprends et l’ouvre. L’auteur raconte les liens étroits entre le pouvoir politique local, donc Ricardo, et certains policiers ou commissaires. Le racket à des fins politiques, les enquêtes truquées, les falsifications de preuves, tout y passe, jusqu’à un acte gratuit ou méchant de trois policiers qui y est dévoilé.

En 2010 la mosquée d’Istres, récemment construite, est criblée pendant une nuit d’une trentaine de balles. L’enquête conclura qu’il s’agissait de gens de la communauté gitane, sans parvenir cependant à les identifier. Le maire décidera de ne pas porter plainte et l’affaire en restera là. Aujourd’hui que le livre paraît, les actes sont prescrits et les auteurs ne peuvent plus être poursuivis ou jugés. Sans risque, cet ancien policier peut alors dévoiler que c’étaient certains de ses propres confrères qui avaient mitraillé la façade de l’édifice religieux. Cette affaire me renforce dans l’idée que les policiers qui interfèrent avec le pouvoir politique sont des gens protégés, en tout cas à Istres et visiblement dans le Sud.

Je parle d’agents qui sont venus démolir la porte de mon domicile notamment à cause de l’écharpe niçoise portée par l’homme clé de l’affaire, ce qui me rend certain qu’ils formaient tous, avec ceux en planque, une même équipée. Un titre me plaît : Quand la police frappe à ma porte, c’est pour la défoncer.

Je pose la caméra sur un trépied et me filme. Je raconte l’événement de ma porte défoncée, puis je précise le contexte. J’entrecoupe les extraits vidéos par quelques répétitions de « Smith, démission ! ».

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Rayeuse
Ecris Simone est un collectif d'autrices féministes qui lance des défis sur instagram
https://www.instagram.com/ecrissimone/?hl=fr

Je me lance donc dans cette aventure et essayer de répondre au mieux au thème et contraintes imposées. Je rajouterai d'autres textes libres sans aucun rapport avec les défis. Donc oui, ceci est un recueil de nouvelles/textes courts sur une cause qui me tient à coeur !
2
3
0
5
Défi
Sagittaire
Réponse au défi 'Un cauchemar' de Jed D .
1
4
0
3
Défi
beatrice

A toi, mon père, qui m'a quittée à l'aube de tes soixant-dix printemps
A toi, mon fils, qui m'a souri à l'aube de mes vingt- cinq printemps
Aux quatre vents, sur tes montagnes d'auvergne, tu voyages, mon père
Au pays de soleil- levant, tu as décidé de faire ta vie, mon fils
Comme la lumière du soleil illumine la terre, vous avez réussi à éblouir mon triste coeur
Merci.



6
15
22
1

Vous aimez lire lionel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0