Brazzaville : le départ

3 minutes de lecture

Nous devions aider trois cents familles à retrouver un toit : le coût d’achat des matériaux avait été estimé avec une certaine marge, dans l’hypothèse d’une flambée des prix entre le moment où le projet est déposé et sa réalisation. Les montants sont toujours discutés. Si des économies sont dégagées, elles sont investies dans de nouveaux achats, pour des bénéficiaires supplémentaires.

À l’issue de la mission, nous dépassons les six cents familles aidées, soit plus du double que ce qui était projeté. C’est un succès.

Mon contrat arrive à sa fin. Le billet d’avion pour le retour de Rachel et de Nicolas expire début décembre, tandis que je vais rester deux ou trois semaines de plus pour clôturer administrativement ma mission.

Presque trois mois avant le départ prévu de Rachel, je m’étais rendu au consulat pour vérifier qu’il n’y aurait pas de difficulté. Là, on m’avait assuré que tout était extrêmement facile et rapide pour les conjoints de Français : il suffirait de venir le matin, veille de l’embarquement, pour obtenir le visa dans les heures suivantes. Une demande introduite le matin pour un visa accordé dans l’après-midi… Ceci me laissait rêveur. Cependant, par précaution, nous avions déposé le dossier complet avec un peu plus de deux mois d’avance.

Les semaines se sont succédé sans que nous soyons appelés pour retirer les passeports revêtus du précieux sésame.

Dix jours nous séparent de la date arrêtée sur le billet d’avion. Rachel doit impérativement être en possession du visa, sans quoi elle ne pourra pas embarquer. Quand je songe qu’elle était en situation régulière en France avant qu’elle ne m’accompagne à l’étranger… Je me rends au consulat.

– Demain, vous aurez le visa, il n’y a aucun problème, me dit-on.

Mais il n’y a rien le lendemain. Le surlendemain, je me déplace à nouveau. On me répond avec le même discours. Dois-je faire confiance au personnel français de ce consulat ? J’obtiens cette fois-ci un indice : mon interlocuteur m’indique attendre une autorisation de Paris, qui ne serait, selon lui, qu’une formalité.

Un autre jour, on me maintient le refus : Rachel n’aura pas son visa pour rentrer en France. Seul notre fils d’un an, qui est Français, est autorisé à revenir au pays…

Je ne parviens pas à identifier les raisons de cette opposition : Rachel y a systématiquement droit en tant qu’épouse de Français. Le consulat ne peut pas le refuser. Alors ce sont les délais qui sont allongés.

J’émets deux hypothèses. La première est que certains agents administratifs puissent être gratifiés d’une prime en fin d’année s’ils ne dépassent pas un certain nombre de visas délivrés. Il s’agirait d’un moyen vicieux pour instaurer des quotas implicites. Ainsi, Rachel n’obtiendrait son laissez-passer que dans un mois et demi, en janvier.

La seconde serait qu’au ministère, à Paris, ils aient décidé de nous contrarier, mais pourquoi ? Aucune de ces deux extrapolations ne me convient. Je ne comprends pas.

Le lundi, je me rends à nouveau au consulat. Rien. Et dire que j’ai participé à un programme cofinancé par la France, et voilà comment je me sens remercié.

J’ai confirmé l’enregistrement de Rachel auprès de la compagnie aérienne, mais ils me demandent son visa. Je ne l’ai pas. Je dois le présenter trois jours avant le départ, sans quoi sa place n’est plus réservée et un nouveau billet devra être acheté, autour de deux à trois mille euros.

Le 28 novembre, je reçois un appel du consulat, Rachel vient d’obtenir in extremis son visa. Le 2 décembre, son avion décolle.

Je n’ai pas saisi l’attitude tenue par l’administration pendant deux mois. En pratique, c’était un peu comme si l’on avait cherché à me faire comprendre :

— Monsieur Aubert, vous devez choisir entre vivre avec votre épouse à l’étranger, ou en France, mais sans elle…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Didi Drews
Un monde étouffé par son quotidien gris.
Une ville couverte de suie.
Au large des eaux, par-delà les parterres de menthe, la commune de Val-de-Nelhée bourdonne comme à son habitude, entre les tensions latentes et les crimes sanglants. L'équilibre se trouve toujours.
Les eaux sont là pour ça.
Jusqu'à ce qu'une série de meurtres vienne brouiller les cartes.




Image de couverture par Free-Photos de Pixabay
365
685
1229
374
Poppy Bernard
Texte ouvert aux avis et relectures :)

Sainte Morfesi n'est pas un pensionnat ordinaire. Nichée au bord de Roìsin, une île battue par les vents et les assauts de l'Empire voisin, l'école résiste à sa manière.

Les enseignants sont intenables, une oie sauvage garde les lieux, les élèves complotent contre le gouvernement et le cuistot s'obstine à transformer en saucisse tout ce qui lui tombe sous la main.
Ajoutez à cela un nouveau directeur tyrannique, et vous comprendrez pourquoi personne ne veut y mettre les pieds pour enseigner les langues, poste vacant depuis des mois.

Pourtant, une jeune femme se présente au portail le jour de la rentrée. Elle s'appelle Billie, a des cailloux dans ses chaussures et parle avec un accent étrange.
Billie sait que, comme dans toutes les écoles pour filles du monde, Sainte Morfesi abrite autant de fantômes que d'élèves. Encore faut-il les retrouver, car le vieux pensionnat ne délivre pas ses secrets sans en exhumer d'autres...
96
131
676
144
meggiej.14
Scénario dramatique + coming of age

Il se passe en deux temps, tout d’abord dans les jours modernes avec Nova, une adolescente neurodivergente frappée par une drame familial et qui fugue pour explorer la grande ville pour la première fois. Elle va y vivre son premier amour, de belles amitiés mais aussi découvrir que la vie peut être très injuste. Ensuite, avec Seb, jeune garçon neurodivergent aussi, dans les années 70, qui débute des études classiques dans un séminaire et qui se rapproche d’un des Frères. Il découvrira comment les différences et l’intelligence peuvent être à la fois un cadeau et un fardeau.

TW: abus sexuel (pas très graphique); fugue; pédophilie (pas très graphique)
9
21
62
42

Vous aimez lire lionel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0