1, 2, 3, dormez

5 minutes de lecture

Je fais souvent confiance aux gens, et, selon ce principe, je crois beaucoup leurs paroles. Ce n’est pas forcément de la naïveté, mais juste que je ne comprends pas toutes les raisons que certaines personnes auraient à mentir.

Ainsi, lorsque j’ai lu sur la Toile qu’il était très facile de devenir hypnotiseur, je l’ai cru. J’ai appris les trois ou quatre étapes du déroulement d’une hypnose. Me voilà, quelques semaines plus tard, à Aix-en-Provence devant un parterre de volontaires.

— Un, deux, trois ! Dormez ! Profondément… De plus en plus profondément… Vous n’entendez que le son de ma voix, vous ne réagissez qu’à mes suggestions apaisantes, car, avant tout, vous voulez vous sentir bien, et vous appréciez ce moment de détente.

« Vous visualisez cinq larges marches, qui descendent, et, sur chaque large marche, un peu comme des paliers, à chaque descente, au décompte de cinq à zéro, vous tomberez dans un état de relaxation, de détente… Approfondissez deux fois plus cet état agréable dans lequel vous êtes déjà… Bien, très bien, deux fois plus relaxé, deux fois plus détendu… Vous profitez de cette détente, et vous l’approfondissez… Deux fois plus relaxé, deux fois plus détendu…

« Vous descendez sur le quatrième palier… Là encore, lors de cette descente, vous plongez deux fois plus profondément dans cet état de bien-être. Vos muscles, votre corps se détendent. Tout, de la tête aux pieds, les jambes, les mains, les bras, les épaules, le cou… La tête aussi, votre cerveau se relâche, c’est bien, vous vous sentez bien, très bien…

« Vous descendez maintenant sur le troisième palier. Et vous êtes deux fois plus détendu, deux fois plus relaxé. Vous plongez dans cet état de bien-être. Deux fois plus profondément…

« Dans la détente, vous sautez, accélérez jusqu’au dernier palier, et vous doublez votre relaxation, votre bien-être. Vous êtes bien, comme dans un cocon, comme dans du coton, très bien, extrêmement détendu…

« C’est votre esprit qui est plongé dans cet état merveilleux, un peu comme dans un rêve… Et votre esprit, pour plus rien au monde, ne voudra être dérangé de cet état. Déjà, vous ne sentez plus les pieds, ni les jambes, ni ces bras qui sont tous comme engourdis… Tout à l’heure, quand je vous demanderai d’ouvrir les yeux, il vous sera impossible de bouger. Les pieds seront collés au sol, impossibles à soulever. Les bras resteront ballants le long du corps, et vous n’aurez aucune envie, plus aucune envie de les bouger. Vous pourrez sourire… ou rire… parce que cette position très confortable, celle de la relaxation mentale vous convient, et aussi parce que la situation est amusante, mais il vous sera impossible de bouger, tout ce corps, extérieur, sera figé, et plus vous essaierez, moins vous y arriverez. Impossible à bouger ! Un, deux, trois, ouvrez les yeux ; il vous est impossible de bouger ! Impossible de faire le moindre mouvement sauf de sourire… »

Et en effet, la personne devant moi ne parvient plus à bouger… Son corps, ses membres demeurent bloqués. Elle me sourit, et me confirme qu’elle est complètement figée. Elle ne revient pas de cette situation, et moi non plus d’ailleurs. Les quelque cinq ou dix individus autour de nous, dans la rue, nous regardent, médusés.

J’induis une nouvelle transe et j’enchaîne les phénomènes hypnotiques. Je prends la main de la personne, que je pose sur sa tête. J’annonce que cette main va aspirer son prénom, qu’elle va garder prisonnière dans sa main refermée, et qu’à son prochain réveil, elle ne se souviendra plus de son prénom.

— Un, deux, trois, réveillez-vous, ouvrez vos yeux. Ah, c’est une belle journée, aujourd’hui, n’est-ce pas ?

— Oui…

— Au fait, je ne sais plus si je me suis présenté… Moi, c’est Lionel.

Je lui tends ma main, qu’elle serre aussi. Je poursuis mon interrogatoire :

— Et vous, c’est… ?

La personne fait la moue comme si elle était déçue de ma question, ou si elle ne comprenait pas l’importance de ce que je demandais. Elle secoue la tête de gauche à droite dans un mouvement de négation. Je persiste :

— Vous n’avez pas de prénom, vous ne savez pas comment vous vous appelez ?

— Non…

— Bon, ce n’est pas grave, ne vous inquiétez pas… Fermez les yeux.

J’affectionne assez que les gens hypnotisés alternent les yeux ouverts ou clos, car cela permet de dissocier les phases de réveil ou des suggestions hypnotiques. Je prends la main de la personne qu’elle maintenait fermée, je l’ouvre et la plaque sur sa tête.

— Voilà, votre prénom est revenu. Ouvrez les yeux.

Elle s’exécute. Je continue :

— Ah, j’oubliais, tout à l’heure, je me suis présenté, je m’appelle Lionel, et vous ne saviez plus votre prénom… Je crois que tout est rentré dans l’ordre, n’est-ce pas ? Vous vous appelez…

Cette fois-ci, elle me renseigne correctement, puis se met à rire en portant sa main devant sa bouche, comme un enfant qui a fait une petite bêtise, assez drôle et sans gravité. Les autres personnes autour de nous restent sciées. Certaines hasardent :

— C’est vrai, tu ne te souvenais pas de ton prénom ?

Je vais continuer ma démonstration d’hypnose avec quelques nouveaux volontaires. Certains me demandent depuis combien d’années je pratique, si j’en fais ma profession, si je soigne des gens avec, comme un hypnothérapeute par exemple. J’occulte ces questions par des réponses vagues, avec le sourire.

Nous sommes le 23 juillet 2013 après-midi, sur le cours Mirabeau à Aix-en-Provence. Le matin même, à 11 heures, je sortais de chez mon nouvel avocat. Une affaire de divorce, mais aussi du pénal, une affaire criminelle.

J’aurais dû être bouleversé cet après-midi à cause de la réunion de cette fin de matinée. Pourtant non, j’ai pris un sandwich dans un snack, puis suis allé au rendez-vous pour la démonstration d’hypnose. Et j’ai pleinement réussi.

C’était la première fois que je me produisais. Seul et sans filet. J’avais organisé quelques jours auparavant cette démonstration sur un site Internet d’animations diverses locales. J’avais fixé à quatre personnes seulement ma présentation, mais la file d’attente s’était allongée, et j’avais remonté la barre à dix participants. Moi, seul, n’avais jamais pratiqué la moindre hypnose précédemment. Je m’étais contenté de lire un livre électronique trouvé sur la Toile, sur un site d’hypnotiseurs de rue : La Voix de l’inconscient, devenez hypnotiseur en quelques minutes seulement.

Donc dix personnes, plus les passants, et j’étais en plein centre piétonnier d’Aix. Et je n’avais jamais pratiqué l’hypnose. Étrangement, j’étais serein. Je savais que je réussirai. Je n’avais pas la « pression » comme l’on dit communément. Pourquoi ? Certainement à cause de ces dernières années j’avais appris à me distancier de certains faits.

Parvenir à se dissocier des émotions. Voilà la clé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Coffre-à-histoires
Viens me voir, humain. Tu ne peux pas résister, n'est-ce pas ? C'est normal. Je suis le roi de l'hypnose.
1
0
0
1
Défi
IvanO55
J'ai vu ce défi, et je me suis dit :
"tiens, je n'ai jamais écouté"
donc j'ai décidé de noter ma réaction à, chaud de "Time" de Hans Zimmer, j'espère que vous apprécierez !
4
8
28
2
Raelka
Aujourd'hui, le stylo me démangeais. J'avais en tête d'écrire un énième roman que je ne terminerait sans doute pas et reléguerais dans un dossier dédié aux cas comme celui-ci. Mais mon stylo, poussé par mon état d'ennui profond me laissant seul avec moi-même, en avait décidé autrement.
Je partage donc ici les quelques vers sans rimes et sans règles qu'il a dépeint de son ancre noire.

♣ Aussi publié sur mon compte Wattpad dans mon recueil "Les maux des mots" ♣
4
2
3
1

Vous aimez lire lionel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0