Deuxième temps - 1.

2 minutes de lecture

Londres, années vingt.

Beedle, magnifique chat persan, était apprécié par son jeune maître. Seulement lorsque certaines conditions étaient réunies. Si Beedle le permettait, Himleek pouvait passer l’après-midi entière à l’étudier, et l’ausculter.

Pas une seule fois le garçon ne lâchait le stéthoscope trouvé dans les affaires de son paternel. Avant même qu’il ne vienne au monde, la mère d’Himleek avait décidé la vocation de son fils : il suivra la voie de son père. Cinq ans suivant sa naissance, l’enfant était déjà plongé dans les encyclopédies d’anatomie et de biologie. Le pauvre Beedle, subissait bon nombre d’inspections et autres examens de son ossature, sa musculature, et même des battements de son cœur.

Pris d’amour pour la médecine, Himleek Loak entra dans une école hautement réputée d’études supérieures dès ses quatorze ans. Surdoué, il était l’un des meilleurs de sa catégorie. Pour beaucoup, cette catégorie brossait un panel de disciplines un peu trop large : il était bon partout.

Tout ce que Loak, Him pour les intimes, entreprenait, il le réussissait. Les autres l’enviaient, pendant que lui, remerciait son dieu. Chrétien dévot, le médecin assumait entièrement sa piété.

L’année de ses dix-neuf ans, il allait pourtant remettre en cause ses croyances : recruté par l’armée anglaise pour ses talents dans le domaine de la médecine, Him s’apprêtait à vivre l’enfer sur Terre.

Le jeune diplômé, une enveloppe en main, regardait le ciel orangé, le temps semblait s’être figé. La lettre qu’il tenait lui annonçait son départ pour le sol français, dès l’aube le lendemain.

« Bienvenue en 1939 », murmura-t-il.

*

Pendant six longues années, Him parcouru l’Europe. De la France, jusqu’à l’URSS, en passant bien entendu par l’Allemagne et l’Italie. Il sillonnait de nombreuses terres, secourant tous les civils et soldats, alliés ou ennemis. Peu lui importait les raisons de cette Guerre. Le médecin soignait, et se dévouait entièrement à sa mission, se vidant de son énergie, mentale et physique.

Himleek avait vu des atrocités : des êtres humains détruits, déchirés, démembrés. Des corps, encore vivants, mais dont l’âmes les avait quittés depuis bien longtemps. Ces visions le hantaient, même ses cauchemars les plus épouvantables représentaient une source de soulagement à côté des horreurs qu’il vivait au quotidien. La Guerre anéantit les croyances, et surtout l’espoir du jeune homme. Tout n’était que noirceur et ténèbres pour lui, même quelques années après la fin du gigantesque conflit.

Une lueur fit renaître une once d’espoir dans l’esprit d’Himleek Loak, en 1949.

Toujours médecin, il exerçait dans un hôpital londonien, sa ville natale. Devenu reconnu pour son don, il avait obtenu un poste haut placé. Malgré tout, c’était sans saveur ni plaisir qu’il aidait ses patients.

Tard le soir, Him veillait souvent dans son bureau, à ranger et classer divers dossiers. Un de ces soir-là, l’infirmière Eve Ashley, recrutée le jour même, lui apportait de nouveaux dossiers. Malheureusement, arrivée au seuil du bureau de M. Loak, elle trébucha. Himleek se précipita hors de sa chaise pour l’aider, il lui tendit la main. Les yeux bleus du médecin plongèrent dans le regard flamboyant d’Eve.

Une fois rentré chez lui, Him se mit à prier. La dernière fois qu’il avait joint les mains en pensant à Dieu, c’était avant de partir en France.

Himleek Loak était heureux : il avait trouvé l’amour.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire papyyrus ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0