IV. Une étrange demande

5 minutes de lecture

Sacha avait un peu de mal à avoir de l'appétit. Elle ne faisait que jouer avec les spaguettis à la sauce bolognaise que son père avait préparés( c'était pourtant son repas préféré ! ) et était perdue dans ses pensées. Bien sûr, son père l'avait remarqué et, conscient de ne pas la troubler, il s'abstint de tout commentaire. Cependant, Maxius avait une bonne stratégie pour lui remonter le moral. Quelques bouchées de pâtes plus tard, il emmena sa vaisselle dans l'évier et fouilla dans les sacs de courses sous le regard étonné de Sacha, qui avait émergé de sa rêverie en le voyant s'agiter.

  • Qu'est ce que tu fais papa ? lui demanda-t-elle, prise au dépourvue.
  • Attends un peu, lui répondit-il, tout en ressortant avec un cri de joie un paquet rectangulaire.

Il lui tendit cet intriguant emballage, un sourire radieux étalé sur son visage, et Sacha déchira rapidement le papier. Elle écarquilla les yeux en voyant ce que c'était. Son père lui avait offert un attrape-rêve, retenu par des chaînes d'argent d'une incroyable brillance et d'où pendait des petites plumes blanches en parfait En son centre brillait une magnifique pierre verte qui scintillait comme ses yeux sous la lumière. La splendeur de ce bijoux avait, littéralement, coupé le souffle de Sacha.

  • Papa, il... il est magnifique, lui dis-je d'une voix enrouée sous l'émotion.
  • C'est un petit cadeau que ta mère a souhaité t'offrir pour tes quinze ans. Enfin, elle aurait voulu te l'offrir, mais son travail l'en a empêché. Alors je lui proposé de le prendre en attendant qu'elle revienne. Mais, maintenant...
  • J'ai compris papa, l'interrompit Sacha. Elle leva ses yeux vers lui, embués de larmes de tristesse et de joie. Merci beaucoup, je t'adore ! lui dit-elle en le serrant fort dans ses bras.

Ils ne se séparèrent que plusieurs minutes plus tard. Son père l'aida à mettre ce collier, et Sacha l'y aida en soulevant ses cheveux. Une fois autour de son cou, elle souleva le pendentif et le contempla avec béatitude. Il était magnifique. Après l'avoir remercié une nouvelle fois son père, elle remonta dans sa chambre, et un joyeux aboiement l'accueillit.

  • Hé Choupi ! Descend de mon lit s'il te plaît !

Son petit chien, un jeune bichon maltais de trois ans, descendit de son matelas en gémissant légèrement, mais il revint à la charge dès que Sacha s'allongea, agitant sa queue et sautant dans tous les sens. Devant toute cette bonne humeur, la jeune fille ne se résolut pas à le chasser. Elle le cajola et embrassa sa petite tête aux yeux noires pétillant. Passé ce petit moment, Choupi tourna sur lui-même et s'allongea tout contre elle en baîllant. Alors Sacha contempla de nouveau son collier, songeant qu'avant elle, sa mère le portait. De nouveau, elle sourit. Son père lui avait vraiment offert le plus beau des cadeaux. Au même instant, Sacha repensa à la lettre et déposa ses yeux sur le papier. Et, étrangement, elle se mit à hésiter. Pourquoi ? Peut-être, qu'au fond, elle savait qu'une fois qu'elle l'aurait lu, il s'agirait des derniers mots que lui aurait adressé sa mère. Les derniers...

C'est ainsi qu'elle hésita longuement, ne lâchant pas la lettre du regard, sa curiosité à la fois attisée et maintenue muselée par sa volonté... qui fut au bout du compte moins forte. Elle s'empara vivement du papier, se déplaçant légèrement vers la droite et faisant tomber son chien, qui grogna tout doucement de mécontentement. Adressant un vague << pardon >>, elle alluma la lampe de son chevet et s'allongea sur le dos, remarquant à peine Choupi s'installer à nouveau contre elle, et entama sa lecture :

Ma petite puce,

Si cette lettre te parviens, c'est que ce que je craignais ait bel et bien arrivé. J'ai écrit ceci pour te transmettre quelques petites choses que je t'aurais dit si j'avais pu lors de ma visite, et quelques années plus tard. Je pense cependant que je n'ai pas tellement le choix de te le dire maintenant. Quand tu auras fiini de lire, brûle la lettre.

Je tenais tout d'abord à te présenter mes excuses pour ne pas être venue à ton anniversaire cet été. Je voudrais bien t'expliquer pourquoi, mais ce serait trop compliqué. Mais, voilà, je voulais te le dire : bon anniversaire ! Tu as du recevoir mon petit cadeau à mon avis. J'espère qu'il te plaît. Il appartenait avant à ton arrière-arrière grand-père, un grand aventurier. Depuis, nous nous le transmettons de génération en génération, une vieille tradition.

Cependant, la suite que j'ai à t'annoncer est peut-être moins plaisante.

Je suis traquée. Pourquoi, je ne peux te le dire ici. Les réponses que tu attends se trouve dans mon carnet que tu détiens. Mais, comme tu as pu le remarquer, il y a une serrure. Ne pense pas à l'arracher, tu ne peux pas non plus demander à quelqu'un d'étranger de la retirer, c'est trop dangereux. Si je te l'ai envoyé, c'est pour éviter que ceux qui essaient de me voler mes recherches ne les trouvent. Ils ne tarderont pas à venir dans la maison de ton père malheureusement. Ces << gens >> sont près à tout., pour des raisons que je pense plus ou moins connaître.

Aussi, je te demande de partir le plus vite possible, le temps que tout cela se calme un peu. Va au chalet où nous t'avons emmené quand tu étais petite. Une connaissance viendra te chercher sous peu, et une autre prendra le carnet. En attendant, vis quelques temps là-bas et poursuis-y tes études. Il y a un lycée à Gap, qui vient d'être innover. Ne t'en fais pas, je t'y ais déjà inscrite, tu pourrais y aller à la rentrée. Tout est formalisé. Mais, surtout, quoi qu'il arrive, fais en sorte que nul ne voit ni ne connaisse l'existence de ce carnet.

Je sais que tout cela doit te paraître fou ma chérie, et je m'en veux de te demander de faire tout cela. Tu dois te poser aussi beaucoup de questions, et je peux t'assurer que j'aurais aimé y répondre. Comme cela ne m'est plus possible, je peux alors t'assurer que la plupart se trouve à ce chalet.

Voilà. Je voulais aussi te dire que je t'aime plus que tout. Ton père aussi, bien évidemment, même si nos chemins se sont séparés. Et je regrette de ne pas avoir pu passer plus de temps avec vous. Je vous aime.

Ps : tu peux ammener Choupie avec toi si tu y tiens.

Sacha ne put s'empêcher de rire en lisant la dernière phrase, même si ses mains tremblaient. Tout cela était complétement fou. Elle ne savait plus quoi penser. De manière robotique, Sacha se dirigea vers la cuisine, actionna la plaque de gaz et enflamma le papier, attendit qu'il se consumme suffisament et s'en débarassa. Fatiguée, elle retourna se coucher dans sa chambre, à côté de Choupie qui ronflait déjà. L'adolescente ne tarda pas à tomber dans les bras de Morphée.

oOo

  • Sacha.
  • Hummm...
  • Sacha ! insista la voix de son père.
  • Quoi ? répondit d'une voix lourde de sommeil Sacha, qui n'ouvrit pas pour autant les yeux.

Pourquoi son père venait-elle la réveiller ? La rentrée était dans quatre jours, et ils n'avaient rien prévu de faire.

  • Quelqu'un souhaiterait nous voir. Ou plutôt te voir.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

LéaC

Une envie de légèreté.
544
1023
5
6
Christian Juvanon

Bienvenue au royaume de Mycènes ! Ce territoire a peut-être existé jadis, en tout cas il n'en reste aucune trace. Dans ce livre-jeu, vous êtes l'acteur principal de l'aventure qui vous est proposée. Vous êtes Elbrelax (à moins que vous ne préfériez un autre nom, par exemple si vous êtes de sexe féminin), un clerc évoluant dans ce royaume médiéval-fantastique, et vous aurez maintes prouesses à accomplir pour réussir votre mission.
5
2
0
223
LéaC
Caro, 42 ans, erre d'une histoire à l'autre en attendant le retour de Philou, son grand amour.
Manon, 33 ans, après un divorce compliqué, vit une passion interdite.
Quand les deux jeunes femmes se rencontrent par le biais d'un site d'écriture, elles ne s'attendent pas à ce que leur destin bascule à ce point.
Similitudes, hasards de vie, les coïncidences sont nombreuses.
Et si le chemin vers l'amour véritable passait d'abord par le retour à soi et la sororité ?

Entre voyages aux Seychelles, conversation avec la lune, et la présence de quelques anges facétieux sur leur route, Manon et Caro ne sont pas au bout de leurs surprises ...

Embarquez-vous dans une histoire pleine de rires, de connexions folles et de ... Mojitos !

Récit à 4 mains.
MaJ irrégulières.
230
598
248
64

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0