III. Lettre

5 minutes de lecture

Sacha se rendit dans le salon pour prendre son petit-déjeuner. Ses yeux verts étaient encore bouffis de sommeil par sa nuit peu reposante. En effet, elle n'avait cessé de rêver de sa mère, luttant contre des humains costumés, et se retrouvant finalement sur un lit d'hôpital. Sacha se trouvait assise, sans parvenir à l'aider. Après ces terribles frayeurs, elle avait fini par descendre lorque la fenêtre de sa chambre se teinta d'orange. Son père, qui travaillait tôt le matin, avait été surpris de la voir déjà debout, mangeant lentement une tartine de beurre.

Maxius avait beaucoup hésité à laisser sa fille seule durant la matinée. Il était directeur de bureau, travaillant dans une compagnie d'agent immobilier. Il avait déjà songé à prendre sa journée, mais quand la veille il l'avait proposé à Sacha, elle lui avait dit qu'il ne devait pas s'inquiéter pour elle. Sa conviction l'avait finalement convaincue et, avec un dernier regard plein de tendresse à son intention, il partit. L'adolescente avait pu ainsi avoir toute la matinée pour être seule, et rassembler ses pensées. Elle avait déjà beaucoup pleuré, aussi elle put se contrôler au mieux et se décida à mieux réfléchir.

Elle s'était donc assise sur une chaise sur une table, les mains tenant sa tête avec un regard rêveur. La discussion qu'avait eu son père avec les associés de sa mère était pour le moins étrange. Certes, elle n'avait pas été là au début, et n'avait pas entendu ce que disaient ceux au téléphone, mais son père avait raison. Sa mère était seulement une zoologue. Pas une passionée de bijoux, ni détentrice d'un quelconque objet de valeur, mis à part ses ordinateurs. Hormis ses notes sur les animaux qu'elle étudiait et le fait de devoir parfois les approcher, qu'y avait-il de si important à lui prendre, au point de commettre un cambriolage, qui plus est armé ?

Les affaires de son amie les intéressaient peut-être ? Peu probable. De ce qu'elle avait compris et ce que son père avait réussi à savoir entre temps, seules certaines recherches de sa mère avaient été dérobées. Rien d'autre. Tout ce qui étaient à la docteur avait été épargné. Sa mère était la cible, ou plutôt sur les résultats de ce qu'elle étudiait. Sacha avait beau se creuser la tête pour comprendre, elle ne savait pas ce qui aurait pu justifier un tel acte. Elle était sûre que sa mère était zoologue, et non autres choses. Plus d'une fois, lorsqu'elle vivait chez sa mère, Sacha avait pu l'accompagner lors de ses voyages. Peut-être ne savait-elle pas tout ce qu'elle faisait, mais son métier était plus que certain.

<< Tu te prends pour Sherlock Holmes ma grande ou quoi ? Qu'est ce que je pourrais bien trouver assis là, de toute façon. Les enquêteurs réussiront sûrement à coincer les coupables, ne te prend plus la tête >>, pensa-t-elle intérieurement, souriant à cette pensée.

Il était vrai qu'elle n'avançait pas d'un pouce, surtout que ses réflexions ne faisaient que l'amener à d'autres questions. Elle décida donc de se détendre en allant regarder des feuilletons qui passaient à la télé, tâchant d'oublier ne serait-ce qu'un instant ses problèmes. Ce fut bien sûr peine perdue.

Alors que la jeune fille méditait sur ses pensées, une personne frappa à la porte, suivit de la voix d'un homme :

_ Excusez moi, je dépose un colis pour Lewis Sacha. Y a-t-il quelque'un de ce nom vivant ici, ou un proche ?

Retirée de ses pensées, Sacha grogna un vague << Oui, j'arrive >>. Alors qu'elle venait, Sacha se rendit compte qu'elle était encore en pyjamas. Elle soupira longuement, décidant de faire avec et, après avoir vérifié à travers une lentille qu'il s'agissait bien d'un facteur, elle entrouvrit.

C'était la première fois qu'elle le voyait. Il devait très certainement être un apprentis. Il ne devait avoir que vingt ans, maigre et une casquette masquant difficilement ses cheveux noirs. Sacha put voir qu'il tenait un carton à bout de bras, et il semblait assez nerveux. Avec maladresse, il lui tendit à papier qu'elle devait signer, tout en jetant des coups d'oeil autour de lui, suant à grosse goutte. Après avoir fini, elle lui jeta un regard interrogatif mais, avant d'avoir pu ne serait-ce que le questionner sur la raison de son stress, le jeune facteur lui jeta littéralement le paquet dans les bras et rejoignit son camion au pas rapide sans demander son reste. << Bizarre >>, pensa-t-elle. Se pourrait-il que se soit le colis qui l'est mis dans cet état ? Rien qu'en pensant à cette idée, elle imagina un premier temps qu'il devait être piégé, avec à l'intérieur une bombe à retardement. Mais c'est en regardant le nom de l'envoyeur qui la retint de jeter au loin cet intriguant contenu. Il y était inscrit le nom de sa mère.

_ Maman... murmura-t-elle, le coeur s'emballant.

Refermant violememment sa porte, Sacha mis le colis sur la table du salon, se dirigea vers la cuisine et attrapa un cuteur afin d'ouvrir rapidement. Une fois fait, elle resta interdite quelques secondes. Qu'avait pu lui envoyer sa mère ? Peu de jours après qu'elle se retrouve dans le coma ? Relevant une mèche brune qui s'était placée devant son visage, elle fouilla dans le carton et ferma les doigts sur le mystérieux envoi. D'une main tremblante, Sacha le sortit et contempla la dernière chose que lui avait envoyé sa mère.

Il s'agissait d'un carnet qui, au vu de son état, avait très certainement déjà servi. Sa couverture, de couleur rouge, était un peu abîmée et, grâce au nom inscrit sur celle-ci, Sacha vit qu'il appartenait à sa mère. Elle se souvenait de lui. Plusieurs fois, Lara y avait porté ses observations et des croquis d'animaux. Elle avait même laissé Sacha noté ce qu'elle trouvait également d'intéressant. Affectueusement, elle caressa la couverture en se remomérant certains moments passés. Cependant, elle remarqua qu'il y avait un petit cadenas qui empêchait d'ouvrir le carnet, tout comme les journaux intimes des adolesents voulant y conserver leurs secrets. La jeune fille fronça les sourcils, étonnée d'en trouver un là. Elle essaya de forcer, mais finit par renoncer. Il devait très certainement y avoir la clé dans le carton. De nouveau, elle plongea la main dedans, fouillant avec minutie, mais sans rien sentir quoique soit qui ressemblait à une clé.

_ Raaah, c'est pas vrai, où est-ce qu'elle peut être à la fin ? grommela-t-elle.

Une mystérieuse conversation la veille, un facteur nerveux, un carnet avec un cadenas... Décidément, pleins de choses dénués de sens s'enchaînaient depuis son retour de l'hôpital ! Elle finit enfin par attraper quelque chose, mais ce n'était pas un clé. Quand elle vit ec que c'était, elle écarquilla les yeux : il s'agissait d'une lettre. Laissant de côté le carnet pour le moment, elle ouvrit sa nouvelle découverte et reconnue instantanément l'écriture de sa mère. Mais au moment même où elle s'apprêtait à lire, son père l'appela pour qu'elle vienne l'ouvrir. Elle décida donc de remettre ça à plus tard, emmenant rapidement le tout dans sa chambre, et accueillant son père qui revint les bras chargés des courses pour le déjeuner et le dîner.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

LéaC

Une envie de légèreté.
544
1023
5
6
Christian Juvanon

Bienvenue au royaume de Mycènes ! Ce territoire a peut-être existé jadis, en tout cas il n'en reste aucune trace. Dans ce livre-jeu, vous êtes l'acteur principal de l'aventure qui vous est proposée. Vous êtes Elbrelax (à moins que vous ne préfériez un autre nom, par exemple si vous êtes de sexe féminin), un clerc évoluant dans ce royaume médiéval-fantastique, et vous aurez maintes prouesses à accomplir pour réussir votre mission.
5
2
0
223
LéaC
Caro, 42 ans, erre d'une histoire à l'autre en attendant le retour de Philou, son grand amour.
Manon, 33 ans, après un divorce compliqué, vit une passion interdite.
Quand les deux jeunes femmes se rencontrent par le biais d'un site d'écriture, elles ne s'attendent pas à ce que leur destin bascule à ce point.
Similitudes, hasards de vie, les coïncidences sont nombreuses.
Et si le chemin vers l'amour véritable passait d'abord par le retour à soi et la sororité ?

Entre voyages aux Seychelles, conversation avec la lune, et la présence de quelques anges facétieux sur leur route, Manon et Caro ne sont pas au bout de leurs surprises ...

Embarquez-vous dans une histoire pleine de rires, de connexions folles et de ... Mojitos !

Récit à 4 mains.
MaJ irrégulières.
230
598
248
64

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0