II. Souvenirs

5 minutes de lecture

Sacha rouvrit lentement ses yeux, une sensation de vertige faisant bouger anormalement sa vue. Elle était sur quelque chose de mou. Probablement le matelas d'un lit. Sa mémoire lui revenant, la jeune fille se redressa subitement, regardant autour d'elle. La pièce où elle s'était reposée était sa chambre où elle dormait chez son père. Il avait dû la ramener ici lorsqu'elle s'est évanouie. Ou plutôt, le sentiment qu'il s'était passé ceci. Tout était normal autour d'elle. Avait-elle rêvé ?

Afin d'en avoir le coeur net, Sacha se leva, enfila ses chaussons roses et sortit de sa chambre. Elle passa devant deux portes et descendit l'escalier menant à son salon. Elle s'arrêta soudain en entendant la voix de son père. Sacha se mit à descendre encore quelques marches, avec plus de précaution, et tendit l'oreille. Elle ne le voyait certes pas, mais elle l'entendait parfaitement. Visiblement, il était très en colère, ce qui l'incita à écouter très attentivement.

_... je sais que nous ne sommes plus mariés, Lara et moi, mais je vous rappelle que sa fille vivait toujours avec elle. ... Peut-être pas toujours mais savoir ce qui est arrivé l'a bouleversée ! C'est de votre faute si Lara est dans cet état !!! ... Non, non, non, c'est trop facile de dire " Calmez-vous monsieur, soyez réaliste, évitons de parler de ça ici ". Vous saviez parfaitement que ce que faisait Lara était dangereux, n'est ce pas ? Ce n'était pas que des recherches sur des espèces animales, pas vrai ? ... Non, elle ne me disait pas tout ce qu'elle faisait. Mais quand on vivait encore encemble, elle avait l'habitude de toujours fermer son bureau avec un verrou électronique et elle semblait toujours inquiète. Beaucoup trop pour une zoologue, même avec une carrière comme la sienne. ... Pardon ?! ... Mais bon dieu vous savez très bien pourquoi je vous ais appelé ! Je suis sûr que vous savez qui sont ceux qui l'ont attaqué, mais que le révélé vous attireraient aussi des ennuis. ... C'est ça, allez vous faire voir ! ... Quoi ? ... Et pourquoi m'aurait-elle envoyé quelque ch... Allô ? Allô !

Sacha comprit vite que ceux que son père avait téléphoné avait raccroché, confirmé par un juron de son père qui éteignit avec colère son appareil. Quant à la jeune fille, son coeur se serra : sa mère était bel et bien dans le coma. Elle entendit son père mettre un violent coup de pied dans l'un des meubles du salon, avant de se laisser tomber dans le fauteuil des deux résidents. Sacha, n'ayant plus rien à faire ici, remonta lentement les marches qu'elle avait descendu. Elle partit se rendre dans la chambre de son père. C'était peut-être idiot, mais c'était le seul endroit où il y avait les photos les plus importantes avec sa mère, lorsque tous trois étaient réunis. L'adolescente alluma le radiateur et alluma une loupiote qui était sur le tiroir qui avoisinait le lit paternel. Elle ouvrit l'une des portes, et prit dans ses mains l'album familial.

Jamais son père n'avait voulu se débarasser de ces souvenirs, et Sacha lui en étant reconnaissant. Elle avait vraiment besoin de voir, même en image, sa mère pleine de vitalité et radieuse comme le soleil. Elle alla tout au début du livret, recouvert de photos en tout genre. Ses yeux se posèrent sur la photo d'elle prise quelques heures après qu'elle soit venue au monde. Son père et sa mère souriaient tout en pleurant, les mains liées entre elles. Lara avait appelé sa fille Sacha en mémoire à sa grand-mère paternel, qu'elle avait beaucoup aimé. Cette dernière avait été aussi zoologue, et sa mère avait dit en riant à moitié qu'elle espérait que sa fille ait ainsi les mêmes ambitions qu'elles deux. Ensuite, Sacha regarda une photo d'elle en train d'admirer des oiseaux sauvages sous l'oeil bienveillant de son père. Une petite fille qui essayait de citer leur nom et qui portait le chapeau fétiche de sa mère. Elle n'avait que trois ans à cette époque, mais elle voulait à tout prix lui ressembler.

Sacha laissa ses larmes perler en contemplant et en se remémorant cette époque si belle et douce. Les fêtes d'anniversaires, les sorties au zoo, les promenades dans la forêt, les goûters entre amies, les soirées costumées ( une tradition familiale ), les moments de bonheur ou de petites blagues rigolotes. Elle finit par refermer le livre lorsqu'il n'y eut plus de photos avec sa famille au complet, et jeta son dévolu sur les cassettes vidéos. Sacha se mit à fouiller un peu, en choisit une de quand elle avait cinq ans, et se mit à la visionner sur le caméscope qu'elle avait récupéré.

Ce souvenir était important pour elle, car il s'agissait de la dernière sortie où ses parents avaient été ensemble. Pendant l'été, ils avaient été allé dans un chalet en montagne près de Gap, dans les Alpes, montagnes se situant entre la France et l'Italie. Ils se disputaient en ce temps, à cause des absences répétés de sa mère, mais ils avaient voulu lui offrir un dernier bon souvenir. Bien sûr, Sacha ne s'était rendue compte de rien, en ce temps, même avec les indices devant elle.

Son père choisit ce moment pour rentrer, poussant doucement la porte pour ne pas faire peur à sa fille. Quand il entendit la vidéo, il s'approcha et s'assit à ses côtés, regardant la scène devant ses yeux.

<< Maman ! Maman ! Viens voir ça ! J'viens de trouver des empreintes !

C'est vrai ma chérie ? Tu veux bien me les montrer ? >>

Une femme d'environs vingt-cinq ans s'approcha d'une fillette brune de cinq ans à peine, qui était assis sur la pointe des pieds et qui dessinait un croquis de l'une des empreintes qui étaient au sol, dans de la terre humidifiée par une petite averse qui était survenue plus tôt dans la journée. Quand elle s'approcha, Sacha put voir sa mère froncer les sourcils, fixant avec beaucoup d'attention la trace au sol. Elle reporta à nouveau son regard vers elle, caressant avec affection ses cheveux.

<< Tu me les montres à moi aussi ma puce ? >>

C'était son père qui avait dit ça, venant également. Il y eut un instant de silence, et son père emporta sa fille dans ses bras qui se mit aussitôt à pousser un cri de joie.

<< Toi, tu vas devenir une grande zoologue plus tard, comme ta mère ! N'est-ce pas chérie ?

Oh oui, il n'y a aucun doute à avoir là-dessus.

Tous trois se firent un câlin général, serrant leur fille dans leur bras. Maxius sentit Sacha trembler, et il la réconforta dans ses bras, la berçant doucement.

_ Je suis désolé ma puce. Pour tout.

Alors que sa fille pleurait dans ses bras, il contempla une dernière fois celle qui fut sa femme prendre le caméscope que leur fille avait oublié. Son visage apparut une dernière, la montrant en train de regarder l'horizon, le soleil derrière ses cheveux, puis la vidéo cessa.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0