12

3 minutes de lecture

Je n’ai pas toujours su que j’aimais les filles. En fait, je crois que cette question me trottait dans la tête pendant longtemps, mais que je n’ai jamais voulu y répondre. Et puis j’ai rencontré une fille et la façon dont je la regardais m’a fait peur. J’ai tergiversé pendant de longs mois.

Oui. Non. Peut-être. Non, pas moi. Et pourquoi pas ?

Finalement j’ai accepté. Oui, moi, j’aime les filles.

Un jour, un garçon m’a draguée. Il n’était pas particulièrement beau mais faisait preuve d’une gentillesse à laquelle je n’étais pas habituée. J’aurais pu me laisser tomber dans ses bras, mais je n’en avais pas envie. Pas à cause de lui. À cause de son sexe. Son genre. Son identité sexuelle.

Non seulement j’aime les filles, mais je n’aime pas les garçons.

J’ai pourtant rêvé du prince charmant étant petite. Je regardais les garçons, j’admirais les acteurs et les chanteurs sexy. Je suis quoi alors ? Quelle étiquette dois-je accrocher à mes vêtements ? L’idée de ne rentrer dans aucune case me terrifiait.

Puis, tu es arrivée et tu as brisé les codes. Homosexuelle. Bisexuelle. Pansexuelle. Asexuelle. Queer. Tout ça tu t’en fiches, tu aimes sans limite, tu jongles avec les « codes », tu fais la marelle sur les cases.

Tu es juste toi, c’est déjà beaucoup.

J’ai découvert que c’était normal, rassurant, de vouloir se ranger dans une case. On se dit qu’on n'est pas seul, que d’autres personnes nous ressemblent. Mais je sais aussi qu’il n’y a aucune obligation à chercher des étiquettes, des mots pour se qualifier. Il y a autant de sexualités différentes que d’individus sur Terre. Je suis l’un d’entre eux et j’ai ma propre sexualité, ma propre orientation, ma propre identité, elle n’appartient qu’à moi. Et j’en suis fière.

C’est en défilant dans les rues de Paris, sous un soleil de plomb, pour célébrer cet arc-en-ciel d’individus, que j’ai voulu me libérer de ces codes, de ces stéréotypes. Entourée de tout ce monde, de cette musique, cette sueur, cette excitation, cette peur, cette fascination, je me suis rendue compte de notre point commun, de ce pourquoi nous étions tous ici à braver la chaleur. Nous aimons, entièrement et indéfiniment. Avec notre cœur et non avec notre tête.

C’est donc ce que j’ai fait le soir même. Je t’ai aimée sans limites, sans peur. Je voulais tout de toi et te donnais tout de moi. Nos souffles se sont mélangés pour la première fois, alors que nos corps s’emboîtaient pour danser une valse amoureuse.

Tu irradiais de bonheur malgré le bleu qui s’installait sur ta cuisse suite à un coup reçu dans la foule, une empreinte laissée par un mouvement de joie. Je le caressais doucement, je voulais y mettre de la crème, apaiser la douleur. Mais tu répétais que tu n’avais pas mal, que tu ne sentais rien.

Alors j’y ai déposé un baiser, pour vérifier si tu disais vrai. Et j’ai perdu le contrôle. Mes mains se sont baladées sur ton ventre, tes jambes, tes seins. Ma bouche a goûté chaque parcelle de peau avant de savourer la saveur de ton sexe. Doucement, lentement, j’ai embrassé, léché, dégusté chaque morceau de toi, jusqu’à ce que tu demandes grâce.

Je t’ai regardée, nue dans ce lit minuscule. Tes yeux marrons me faisaient penser à du caramel fondant. Tes cheveux crépus se dressaient comme une crinière autour de ton visage. J’ai caressé une cicatrice au-dessus de ta hanche droite. Un grain de beauté décorait le creux de tes reins et un autre ton aisselle gauche, caché sous les poils. Ton sein gauche était plus gros que le droit. Parmi tes nombreux tatouages, je voyais une fille avec un tournesol à la place du visage sur ton avant-bras droit.

Je me suis rendue compte que j’avais toujours mes vêtements, barrière inutile entre nos deux corps. Je m’en suis séparée, sans appréhension. Alors c’est toi qui m’as visitée. Tu as franchi les remparts de ma citadelle, tu t’es promenée dans les ruelles sinueuses, tu as observé chaque façade, chaque fenêtre. Petit à petit tu as fait tienne cette ville et je t’ai laissée l’assaillir, l’envahir, l’acquérir.

Puis, ton sexe contre le mien, nous avons dansé ensemble. Nos souffles donnaient le tempo, le slow s’est transformé en tango, puis en rock. Ton corps n’était jamais assez près, il en fallait toujours plus. Même après cette explosion dans mon corps, ce feu d’artifice entre mes jambes, il m’en fallait toujours plus. Toujours plus de toi, toujours plus de nous, je n’étais jamais rassasiée.

J’ai attendu que tu t’endormes, puis j’ai pleuré de bonheur.

Annotations

Recommandations

Défi
Jacques IONEAU
Ce texte, co-écrit par carolinemarie78 et Jacques Ioneau, en réponse au défi "Imaginaire", est une suite de Fleur de nave : "https://www.scribay.com/text/337348389/fleur-de-nave" .
32
62
113
21
Anna Greensayer
Voici un calcul simple :

Harcèlement + Injustice - Un "grand" homme.

10 ans après, on y applique également le calcul suivant :

Un beau détective + Un policier qui sort de l'académie - 420 de Q.I

Impossible mais non.

= Flandre
6
12
23
9
Victor Bouvier


Il vit un profond calvaire dans cet enfer
Banal qu’est cette inhumaine planète terre.
Attendant que sa peine soit exécutée
Il doit porter sa croix, solitaire oublié.
Au milieux de ces Hommes, il se sent bien seul.

Eux, d'ailleurs, tissent succinctement son linceul,
Lors de leurs dégoulinantes veillées passées
A se bourrer, ne pouvant y participer,
Ange déchu, risquant de s’électrocuter.
Corneille déçu aux artères écœurées,

Le vermeil poison, la virulente sangsue,
S'éparpille dans ces veines bleutées. Perdu
Dans ces folles nuées de possibilités
Il ne sait comment agir, rester éveillé
Toujours sur ces gardes, sortant ces rêches griffes.

Son destin ne cesse de le gifler, nocif,
Alors obnubiler par l'espoir, il encaisse.
Il les voit sans les voir, tous tenus en liesse,
Pauvres chiens drogués par cette rouge fontaine
De jouvence, profit, aveuglés par la haine,

Haine quotidienne. La sale violence
Etend rapidement ses tentacules fourbes.
Fourbes et viles sont les divines puissances
Qui règnent sur ce monde d'ondes et de courbes.
Courber l’échine, s’échiner à en pleurer

Le soir, saignant, devant son enfant affamé.
Il lit dans les métro, sur les suants visages
De ces êtres, la désillusion des rêves
Enfantins, des palpitants, colorés, paysages
Imaginaire. Mais sombre est sa vie de rêve.

Le jour est devenu nuit depuis qu'il s'enlise,
Que les barres d'immeubles sont devenus grises,
Blanchâtres, à en faire pâlir un croc mort.
Devant son noir miroir, il regarde la mort
L'enlacer. Il avale des médicaments

Pour mentir puisque c'est la loi, le monde ment,
Tout le monde tente de se voiler la face.
Alors il cherche à faire partie de la masse
Pour être tranquille, libre. Lui fils de rien,
Il veut devenir fils du bon dieu, fils de chien.
0
0
0
1

Vous aimez lire Croque Morts ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0