La renaissance du dragon

3 minutes de lecture

Sur les murs froids étaient projetées des ombres plus obscures que la nuit elle-même. Elles bougeaient telles des flammes dansantes. Des paroles étranges étaient prononcées, semblables à de l'ancien valyrien. L'atmosphère était humide, fraîche, et l'odeur d'encens et du feu empestait la pièce.

Sur une sorte de table était allongé un corps nu, menu et de taille moyenne. Son visage doux et jeune semblait reposer en paix. Ses cheveux blancs, ondulés lui arrivaient jusqu'à la taille. Elle était Daenerys du Typhon de la Maison Targaryen, première du nom, Reine de Meereen, Reine des Andals, de Rhoynar et des Premiers Hommes, Souveraine des Sept Couronnes et Protectrice du Royaume, Khaleesi de la Grande Mer Herbeuse, Mère des dragons, l’Imbrûlée, Mhysa. Du moins, elle l'avait été. Un coup de poignard de son amant, Jon Snow, avait suffi à faire d'elle un cadavre. La disparition de ce dernier, aussi appelé Aegon Targaryen, au delà du Mur avait éteint la dynastie Targaryen pour toujours.

Sous la table brûlait un grand feu qui léchait les bords et rampait sur sa peau. Cependant, elle ne portait aucune brûlure. Une femme lui tournait autour, habillée de rouge, récitant des mots inconnus et incompréhensibles, semblables à du haut valyrien. Mais elle semblait absorbée par sa tâche et ne détachait ses yeux du corps de sa défunte reine. Le feu grandit plus vite et le bois commença à noircir. La voix de la sorcière devint plus grave et plus forte. Plus les secondes passaient et plus le feu grossissait, s'élevant au-dessus du bois. La femme suait et blanchissait à mesure que le brasier grandissait. Sa voix se brisait et ses efforts semblaient la rendre malade. Toutefois, la chaleur se répandait dans les moindres parcelles de sa peau, sans l'endommager pour autant. La sorcière hurla, des gouttes de sueur dévalèrent son front. Du sang sortit de ses narines, de sa bouche, de ses ongles et s’écrasaient sur le sol, le brasier progressait toujours plus, son corps tremblait, sa voix se faisait grave, forte, à mesure que les flammes dansaient et que le sang giclait, la sorcière s'affaiblissait, puis tout à coup,

il s'éteignit.

La sorcière s'écroula. Elle était morte.

De la jeune reine, tout homme aurait pu croire qu'elle dormait profondément.

Pourtant,

ses yeux s'ouvrirent brusquement.

Sa vie lui avait été rendue par le feu et le sang.

+++

La porte s'ouvrit dans un grincement perceptible. Le feu était éteint et le froid se ressentait au plus profond de la jeune reine du Nord. Cependant, elle ne pouvait s'empêcher de voir dans les flammes la dragonne assassiner son frère Bran. Son ventre se noua lorsque cette pensée lui traversa l'esprit. Son bureau était en désordre: des papiers gisaient sur la table, sur le sol, des bouts de cendre salissaient le parterre. La luminosité était faible et la pièce semblait triste.

Elle regardait depuis la fenêtre de son château les montagnes enneigées qui s'imposaient. Il n'en restera rien si nous la laissons faire.

-On m'avait dit qu'elle était morte, fit-elle la voix brisée.

Elle n'avait pas parlé depuis longtemps, se réfugiant dans le doux silence de l'hiver, loin des regards et des murmures de la Cour. Le sommeil ne lui avait point rendu visite depuis qu'elle avait appris la nouvelle.

-Elle l'a été, répondit Arya Stark, stoïque.

Après un long moment, elle tourna enfin son regard vers sa sœur, qui laissa échapper un hoquet de surprise en la voyant. L'impassibilité dont Arya avait fait preuve jusqu'alors s'effaça devant l'apparence de sa Reine. En effet, des cernes noires cerclaient ses yeux et son visage paraissait veilli de plusieurs années.

-Alors comment a-t-elle pu le tuer ? cria-t-elle.

Ses genoux se dérobèrent. Incapable de se relever, elle laissa couler ses larmes. Elle pouvait se le permettre à présent, il n'y avait que sa sœur pour la juger. Des pas s'approchèrent. Arya prit son visage entre ses mains et attira sa tête contre son ventre. Elle lui caressa tendrement les cheveux puis prononça tout bas :

-Il me suffit d'un nom.

Alors entre deux larmes, Sansa prononça, d'une voix pleine de haine :

-Daenerys Targaryen.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 10 versions.

Recommandations

Kindaichi
Bien décidés à s’offrir une journée de gaieté, des élèves du prestigieux collège Charles-Roi organisent une randonnée secrète en forêt. Tandis que certains se prélassent auprès des eaux et que d’autres découvrent de nouvelles espèces florales, l’escapade tourne vite au désastre. L’un d’entre eux est retrouvé assassiné, et un homme au masque rouge, errant dans ces bois, semble se retrouver sans raison partout où ils mettent les pieds. Une macabre course à la survie est alors lancée. Luttant jusqu’à leurs dernières réserves, les adolescents, se retrouvent à inscrire chaque détail de leur tragédie dans un carnet.

Le carnet de leur mémoire…
320
379
453
216
Défi
Nicodico

Le monde est comme une branche près d'un feu ; il peut s'embraser à tout moment.
269
342
10
2
Défi
Nicodico

La petite fille tremblait dans son lit, couchée dans le noir. L'histoire que lui avait racontée son grand frère la terrifiait encore. Celle d'un garçon qui était entrainé aux enfers par un monstre effrayant caché sous sa maison. Elle entendit soudain un grincement, puis plusieurs bruits sourds qui semblaient venir de l'étage d'en dessous. Ses parents marmonnèrent quelque chose depuis la chambre d'à côté, puis se levèrent tous les deux et descendirent.
Elle entendit un cri suraigu, un grognement de douleur, puis plus rien. La petite fille se redressa dans son lit, et appela :
- Maman ? Papa ?
Des grincements montèrent depuis les escaliers, signe qu'une masse lourde gravissait les marches. La porte de sa chambre s'ouvrit. Une forme apparut, une forme effrayante, monstrueuse, abominable : un être constitué de parties d'humains que la petite fille n'aurait su reconnaitre. Tout ce qu'elle sut faire, ce fut de crier.
Ce qui ne l'empêcha pas de mourir sous les mâchoires de l'abomination.
254
345
29
14

Vous aimez lire Lyanna Stark ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0