4 décembre (J-21)

4 minutes de lecture

4 décembre (J-21)


Pour la surprise de J-21 avant Noël, il va falloir que je me dépêche ! Kevin rentre dans une heure et j’ai beaucoup de choses à mettre en scène avant son retour. Je dresse mentalement une liste de tout ce dont j’aurai besoin en me disant que finalement, j’ai bien fait d’avoir regardé « cinquante nuances de Grey » !

***

Une clé tourne dans la serrure, la porte d’entrée s’ouvre puis se referme en claquant. Des pas résonnent dans le couloir, se dirigent vers la cuisine puis entrent dans le salon. Soudain, la voix de mon cher et tendre se répand dans la pièce. Il m’appelle. Il me cherche. Je ne bouge pas.

Les yeux recouverts d’un foulard de soie pourpre, je reste attentive au bruit, je ne peux compter que sur mon ouïe pour savoir ce qu’il fait, s’il arrive. Ma respiration est saccadée et mon cœur bat à tout rompre. Je tente de me calmer en réajustant ma posture. Assise à même le sol de notre chambre, entièrement nue, j’attends qu’il me découvre, moi, Krystal, sa femme, sa soumise d’un soir.

Alors que je me redresse pour éviter les crampes, les bruits de pas s’approchent de ma direction, mon corps est alors parcouru de délicieux frissons. Je repose mes fesses sur mes talons et mes mains sur mes cuisses, puis baisse la tête. Un sourire m’échappe lorsqu’il entre dans la pièce en jurant.

— Bonsoir Maître, dis-je sans bouger d’un centimètre.

Kevin comprend aussitôt mon manège. Il faut dire que pendant le film, il enviait beaucoup Christian Grey. C’est pourquoi, ce soir, je lui offre ce rôle sur un plateau d’or. Cette nuit, mon époux se transforme en acteur érotique pour mon plus grand plaisir.

Toujours, d’après les bruits, je suppose qu’il est en pleine admiration de notre chambre rouge. J’aurais payé cher pour voir sa tête à ce moment-là. Ses pieds le mènent aux étagères où j’ai disposé tous nos jouets, puis au lit que j’ai drapé de soie enflammée. Je suis presque certaine d’entendre son cœur battre la chamade lorsqu’il découvre sur une chaise, un jean déchiré aux genoux.

— Surtout, ne bouge pas, dit-il en entrant dans le jeu.

Lorsque Kevin sort de la pièce, je m’autorise à bouger un peu et même à repousser le foulard qui me cache la vue. Mais je n’aurais pas dû. Ou peut-être que j’ai bien fait finalement ? Cette initiative, même si elle est impromptue, réveille en Kevin son pouvoir inconscient de dominateur. Et je dois bien avouer que j’aime beaucoup ça.

— Tu ne sais donc pas obéir ?

Je déglutis difficilement au son de sa voix suave, mais déterminée. Ma poitrine se lève et se baisse à une vitesse ahurissante. Quelque chose se passe dans mon bas-ventre et mes poils se hérissent. Je suis à fleur de peau.

— Réponds-moi Krystal !

— Pardon Maître.

— Je suis dans l’obligation de te punir. Tu en es consciente ?

— Oui Maître.

— C’est bien… Très bien…

La chaleur me monte aux joues, mes poils se hérissent et mes seins se dressent. Je tente de contrôler ma respiration, mais c’est mission impossible. Je suis trop folle d’excitation. J’ai envie de me trémousser, de me caresser pour faire passer ce désir dévorant. Je me liquéfie alors même qu’il ne m’a pas touchée ! Il faut impérativement que je reste concentrée sur les sons pour ne pas succomber.

Kevin marche à petits pas devant l’armoire. Il avance vers moi. Il est là, à droite. Il passe dans mon dos et se poste devant moi. Mon maître d’un soir se baisse, il est à genoux maintenant. Je sens son souffle chaud et rapide sur la base de mes cheveux.

— Regarde le plafond et ouvre les cuisses.

Je m’exécute aussitôt et penche la tête en arrière en écartant les jambes. Sa main vient immédiatement au contact de ma toison. Kévin me pénètre d’un doigt, juste trois ou quatre doux va-et-vient.

— Tu aimes ça, hein ! Tu es trempée, petite coquine, tu aimes quand tu n’as aucun droit. Tu en veux plus n’est-ce pas ?

— Oui Maître.

J’entends qu’il se lève et ouvre la braguette de son jean. Puis je discerne le bruit de ses pas qui retournent vers l’armoire.

— Je vais te faire hurler de plaisir, mais tu ne dois pas bouger d’accord ?

— Oui Maître.

Je n’ai même pas eu le temps de me taire que Kevin pose un vibromasseur sur mon clitoris, ses doigts autour de mon téton qu’il pince délicatement. Le contact est plus que satisfaisant. Ma bouche s’ouvre en grand, mon bassin pousse contre le jouet vibrant pour plus de répercussions, je halète. Avec les yeux bandés, j’ai l’impression que les sensations sont décuplées. Le plaisir est tellement plus fort qu’à l’ordinaire ! Je gémis, je supplie, je crie, quand enfin, les traits de mon visage se crispent lorsque l’orgasme approche.

Mais Kevin n’est pas disposé à me laisser jouir aussi rapidement. Il m’ordonne de me mettre debout tout en me privant des vibrations ardentes. Je me redresse et me plante là, raide comme un piquet. Mon Maître et époux passe la main entre mes cuisses et m’écarte les jambes en frôlant mon bouton magique. Il se met à genoux, son souffle approche de ma vulve trempée. Soudain, sa langue se pose sur ma chair gorgée et ses doigts s’introduisent en moi. Ce contact, infime soit-il me rend bestiale, ce n’est pas assez il doit me délivrer de ce supplice ! Il faut que je jouisse !

Je presse mon bassin contre ses doigts, je veux qu’ils aillent plus loin, plus fort, qu’ils soient plus satisfaisants. Kevin connaît très bien mon langage corporel, il sait qu’à cet instant, je n’ai plus le contrôle de rien, je suis limite désespérée. Ses doigts laissent place à mon ami le godemichet et là, c’est l’extase assurée. Mon époux exerce en moi des à-coups puissants et rapides qui me font très vite monter aux rideaux. Mes jambes tremblent littéralement de plaisir, mes genoux fléchissent quand son vibromasseur entre à nouveau en contact avec ma pulpe d’amour . Des spasmes incroyables secouent mon corps, je ne suis plus que sensation. N’en pouvant plus, mes cuisses se referment sur elles-mêmes et Kevin a juste le temps de me tenir avant que je ne tombe au sol.

— Je t’aime ma soumise…

Annotations

Recommandations

Défi
Axel 48

Il est sept heures du matin, tandis que la chaleur des rayons du soleil commence à se faire ressentir. Et moi, assis sur un banc, dans le parc se situant à côté de chez moi. Je lis. Je savoure le silence un instant. Il n'y a absolument personne. Seul l'envol d'une tourterelle derrière moi casse ce moment de sérénité. Tandis que je me replonge dans la lecture du Désert des Tartares, j'entends des bruits de pas. Ah ? La ville n'est peut-être finalement pas le désert dont il est question dans mon livre. Je cherche du coin de l'oeil qui a rompu cette solitude. Pourtant, pas l'ombre d'un humain.
Jetant un oeil à droite, puis à gauche, avant de continuer ma lecture. Encore un bruit de pas. Cette fois, je ne peux pas le rater. L'homme se tient devant moi. Il est plutôt mal habillé. Je m'attends à ce qu'il me demande de l'argent.
« J'peux m'asseoir ?
- Hein ? Je suis occupé là.
- Oui mais j'peux m'asseoir ? »
J'acquiesce. Je ne prends pas un grand plaisir à l'inviter à s'asseoir et me décaler pour lui laisser une place, mais soit. Sinon je sens qu'il va insister toute la matinée. C'est tout de même bizarre. Nous ne nous connaissons pas me semble-t-il. Il souffle fort, je n'arrive pas à lire.
«Vous pourriez respirer plus discrètement s'il vous plaît ? Je suis en train de lire. »
Il m'ignore. Je n'y crois pas. Je lui laisse la place et voilà comment il me remercie.
« Au fait. Pourquoi tenez-vous à vous asseoir à mes côtés ? Il y a des tas de bancs dans le parc ! Finis-je par lâcher.
- J'ai b'soin de quelqu'un, me répond-il.
- Comment ça ?
- Ben oui, je ne sais qui a décidé ça, mais tous les évènements de ma vie sont faits pour me détruire. Je ne sais plus quoi faire. »
Décidément, son cas m'intrigue réellement.
Il continue : « Le peu d'amis que j'avais sont tous partis faire leur vie ailleurs. Moi, je suis resté ici avec ma femme. Enfin, mon ex-femme. Elle m'a trompé. »
Voilà quelqu'un de bien seul. Pas d'amis, pas de femme. Je suis sans voix.
« Il me reste mon père, mais il est très âgé, il n'y a plus vraiment place à la discussion. Je n'ai plus personne. Vous est-il déjà arrivé de penser que votre vie était finie avant l'heure ? Car c'est mon cas. A quoi bon, s'il n'y avait pas mon père, je me serais suicidé. Mais les médecins sont formels, ce n'est plus qu'une question de mois pour lui. Et à ce moment-là, je n'aurai plus rien à faire dans ce monde. Est-il possible d'autant souffrir ? Même la lame d'un couteau ne pourrait causer pareille blessure. »
J'ai pitié pour lui. D'ailleurs, qui peut rester de marbre face à cette personne ? Je me retiens de pleurer. Mais je ne sais comment le réconforter. Cette femme est terrible ! En le trompant, elle a tué son ex-conjoint !
« Je...
- Ça ne fait rien. Qu'y pouvez-vous ? Me coupe-t-il.
- A part vous faire part de mes sincères condoléances, je ne vois pas. Votre cas m'attriste profondément. »
Nous restons tous les deux, silencieux. Soudain, je vois une autre personne se baladant dans le parc. Cela me fait chaud au coeur, c'est ma dulcinée. Je l'ai rencontrée il y a peu, je l'aime énormément.
« Oh non... fait l'homme à côté de moi.
- Qu'est ce qu'il y a ?
- Cette dame ! C'est elle ! Mon ex-femme ! »
2
1
0
3
Zéro Janvier
Dans un café, un client observe un adolescent et une vieille dame, imaginant ce qui les unit.
8
20
3
2
Défi
Lescure . D

J'avais bien dormi ! Comme tout les matins je m'étirais un peu , prête à l'attaque pour gambader dans de belles forêts . Parfois je croisais des animaux , et parfois elles s'avéraient bien plus silencieuses. Le mieux , c'est quand toute la terre se penche, et là je peux faire du toboggan tout le long de la rampe des feuillages . Parfois mes bras s'accrochent dans des branches nouées , mais une force venu d'ailleurs m'aide à les déraciner , ou les démêlées . Cette force venu d'ailleurs est une sorte d'araignée, mais en bien plus grand , et qui possède que cinq pattes . Je n'ai encore jamais aperçu ses yeux , mais quand cette arachnide m'attrape par ma grosse jambe, ( oui car je suis unijambiste), je me sens surpuissante ! Enfin bref, je fais ma petit vie , et heureusement pour moi , après ces grands moments de sport , j'ai le temps de me reposer avec bien d'autre amis à moi . Parfois tous fatigués on dort , mais parfois on se lance des dialogues interminables ! Il y en a qui raconte leur vie et leurs exploits , toujours à ce venter, dire qu'il est le plus fort ou d'autres qui disent qu'elles sont les plus belles . D'autres sont silencieux , dans leur petit endroit solitaire, plongés dans l'ombre . Et moi je regarde ce spectacle , je profite de la vie , et je ris de certains qui se plaignent tout le temps . Ma vie est assez mouvementée , j'ai eu  des bras brisés , un jour j'ai dû changé même ma jambe car j'étais tombée de très haut . Pourtant , moi on ne m'entend pas . Il y en a qui se plaigne juste pour un vernis qui est partie , c'est si ironique ! Je me suis relevée , personne m'a aidé , et moi je suis maintenant tout le temps heureuse . Je glisse dans ces douces feuilles , laissant glisser mes bras dans les feuillages , la douceur me tend ses bras , et la main qui me tient semble beaucoup m'aimer . Et ça , c'est le meilleur des sentiments !
0
0
0
1

Vous aimez lire Mistyque ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0