3 décembre (J-22)

4 minutes de lecture

3 décembre (J-22)

Aujourd’hui, nous sommes le trois décembre et ma surprise est déjà toute trouvée. Hier, avant de rentrer du boulot, je suis allée dans un sex-shop un peu plus loin dans la ville pour m’acheter un petit objet sympathique. Une chose qui, j’en suis certaine, me procurera beaucoup de plaisir et ravira mon cher et tendre…

***

Nous sommes dimanche, notre seule journée de véritable repos. Kevin et moi avons passé la matinée au lit, puis l’après-midi devant la télévision, en mode détente cocooning. Il est désormais dix-neuf heures, le repas est prêt, il ne me reste plus qu’à prendre une douche et me préparer pour cette fameuse surprise. Me levant du canapé, je dépose un doux baiser sur les lèvres charnues de mon amoureux, puis m’éclipse dans la salle de bain en emportant, sans qu’il s’en aperçoive, son téléphone portable.

Du second tiroir, je sors mon Lush, un vibromasseur connecté qu’il me tarde d’essayer. Mais avant tout, je lis attentivement le manuel d’utilisation qui m’explique la marche à suivre concernant la connexion sans fil. Pendant que l’application se télécharge sur le smartphone de Kevin, j’ouvre le robinet d’eau chaude et me mets nue. Lorsque la température est bonne et que la buée s’installe sur le miroir, j’entre dans la cabine de douche et me savonne en vitesse, relativement pressée pour ce qui nous attend. Une fois sortie de l’eau, j’actionne le mode Bluetooth pour synchroniser les deux appareils puis décide de tester le sextoy, seule avant le grand jeu. J’active l’une des vibrations proposées et le tiens fermement dans ma main. Et là, je reste bouche bée. Pour sûr, l’effet sera renversant !

Alors que je suis en train d’insérer le jouet, Kevin semble trouver le temps long et frappe à la porte que j’avais préalablement fermée à clé pour un effet de surprise parfait.

Krystal, tu en as encore pour longtemps ? Je commence à avoir faim là…

S’il savait que le repas ne serait pas servi de sitôt !

J’arrive dans deux petites minutes, chéri ! réponds-je en étouffant un gémissement.

Une fois l’œuf vibrant bien en place, je peux d’ores et déjà sentir la pression délicieuse sur mon point G alors même qu’il n’est pas encore en fonction. Avec le téléphone de Kevin, je fais glisser mon doigt sur la touche de contrôle et actionne le mode le plus doux. L’effet est saisissant. Mes cuisses veulent se refermer et j’imagine qu’il va falloir que je lutte afin de ne pas jouir immédiatement. Incapable de résister plus longtemps, je désactive les vibrations, enfile une petite nuisette en satin rouge et retourne dans le salon, là où mon chéri ne se doute de rien…

Les joues rouges à cause du court trajet qui faisait bouger l’œuf sur mon point d’amour, je retourne dans le canapé et m’installe à califourchon sur les jambes de mon époux. Téléphone en main, je me trémousse lentement en activant le massage vibrant. Aussitôt, Kevin écarquille les yeux, se demandant d’où cette sensation provient. Il approche sa tête de moi afin d’avoir une vue sur le portable quand tout à coup, il me le prend des mains, le regard brillant, tel un enfant devant une montagne de chocolat. C’est l’un de ses plus grands fantasmes, les jouets sont ses meilleurs alliés.

Tu as tiré le gros lot, chéri… dis-je en l’embrassant sauvagement.

Les yeux fermés, nos dents s’entrechoquent, nos langues s’adonnent à une danse sensuelle puis, tout à coup, sans que je m’en aperçoive, Kevin active un mode vibrant que l’on nomme mitraillette. Des pulsations fortes et rapides envahissent l’intérieur de mon bas-ventre, rendant fou mon point G. Je halète, mon bassin bouge à un rythme effréné, cherchant l’accomplissement. Mon clitoris chauffe, gonfle, glisse, je suis trempée, j’en veux plus. Ma main se fraie un chemin jusqu’à mon entrejambe et mon majeur sur pose sur mon organe sensible que je cajole aussitôt. La lenteur ne me satisfait pas, la tension est si forte qu’elle me fait hurler.

Kevin s’amuse de me voir perdre pied et ralentit la cadence. Je sens partout sur mon corps, une fine couche de transpiration me rendant glissante. Je libère ma poitrine en abaissant le haut de ma robe de nuit et d’une main sauvage, caresse mes seins tendus vers celui que j’aime plus que tout.

J’aimerais que ce calendrier dure toujours, fait-il en se penchant vers moi pour prendre mon sein entre ses lèvres chaudes.

Tout en continuant de me donner du plaisir avec sa langue et ses dents, Kevin active une playlist de vibration allant du plus faible au plus fort, chose qui déclenche en moi le début d’un orgasme fulgurant. L’œuf s’occupe de mon sexe palpitant, Kevin de ma poitrine volumineuse, et moi, je masse mon clitoris dans une pression forte et délicieuse à souhait.

Au bout de quelques minutes de torture intense, mais délicieuse, je suis prise d’une série de spasmes puissants, secouant tout mon corps et mon être. Mes cuisses se referment instinctivement, mon dos se cambre avec volupté, signe de jouissance extrême. L’orgasme se répand en moi et me transporte au septième ciel, haletante, des étoiles dans les yeux, je crie mon plaisir sans aucune pudeur.

Alors que je suis toujours dans le feu de sensation divine, Kevin me soulève, me dépose allongé sur le canapé, s’occupe de retirer doucement l’œuf magique et se met nu. Son sexe bien dur en main, il s’avance et se place entre mes jambes.

Jouis encore, chérie, tu es si belle…

D’une lente pression, il entre en moi, son pouce jouant avec mon clitoris, et déclenche alors un second round de plaisir. Il ne lui faut que quelque va-et-vient pour jouir au plus profond de mon être, les yeux dans les yeux. Encore et toujours plus amoureux…

Annotations

Recommandations

Défi
Axel 48

Il est sept heures du matin, tandis que la chaleur des rayons du soleil commence à se faire ressentir. Et moi, assis sur un banc, dans le parc se situant à côté de chez moi. Je lis. Je savoure le silence un instant. Il n'y a absolument personne. Seul l'envol d'une tourterelle derrière moi casse ce moment de sérénité. Tandis que je me replonge dans la lecture du Désert des Tartares, j'entends des bruits de pas. Ah ? La ville n'est peut-être finalement pas le désert dont il est question dans mon livre. Je cherche du coin de l'oeil qui a rompu cette solitude. Pourtant, pas l'ombre d'un humain.
Jetant un oeil à droite, puis à gauche, avant de continuer ma lecture. Encore un bruit de pas. Cette fois, je ne peux pas le rater. L'homme se tient devant moi. Il est plutôt mal habillé. Je m'attends à ce qu'il me demande de l'argent.
« J'peux m'asseoir ?
- Hein ? Je suis occupé là.
- Oui mais j'peux m'asseoir ? »
J'acquiesce. Je ne prends pas un grand plaisir à l'inviter à s'asseoir et me décaler pour lui laisser une place, mais soit. Sinon je sens qu'il va insister toute la matinée. C'est tout de même bizarre. Nous ne nous connaissons pas me semble-t-il. Il souffle fort, je n'arrive pas à lire.
«Vous pourriez respirer plus discrètement s'il vous plaît ? Je suis en train de lire. »
Il m'ignore. Je n'y crois pas. Je lui laisse la place et voilà comment il me remercie.
« Au fait. Pourquoi tenez-vous à vous asseoir à mes côtés ? Il y a des tas de bancs dans le parc ! Finis-je par lâcher.
- J'ai b'soin de quelqu'un, me répond-il.
- Comment ça ?
- Ben oui, je ne sais qui a décidé ça, mais tous les évènements de ma vie sont faits pour me détruire. Je ne sais plus quoi faire. »
Décidément, son cas m'intrigue réellement.
Il continue : « Le peu d'amis que j'avais sont tous partis faire leur vie ailleurs. Moi, je suis resté ici avec ma femme. Enfin, mon ex-femme. Elle m'a trompé. »
Voilà quelqu'un de bien seul. Pas d'amis, pas de femme. Je suis sans voix.
« Il me reste mon père, mais il est très âgé, il n'y a plus vraiment place à la discussion. Je n'ai plus personne. Vous est-il déjà arrivé de penser que votre vie était finie avant l'heure ? Car c'est mon cas. A quoi bon, s'il n'y avait pas mon père, je me serais suicidé. Mais les médecins sont formels, ce n'est plus qu'une question de mois pour lui. Et à ce moment-là, je n'aurai plus rien à faire dans ce monde. Est-il possible d'autant souffrir ? Même la lame d'un couteau ne pourrait causer pareille blessure. »
J'ai pitié pour lui. D'ailleurs, qui peut rester de marbre face à cette personne ? Je me retiens de pleurer. Mais je ne sais comment le réconforter. Cette femme est terrible ! En le trompant, elle a tué son ex-conjoint !
« Je...
- Ça ne fait rien. Qu'y pouvez-vous ? Me coupe-t-il.
- A part vous faire part de mes sincères condoléances, je ne vois pas. Votre cas m'attriste profondément. »
Nous restons tous les deux, silencieux. Soudain, je vois une autre personne se baladant dans le parc. Cela me fait chaud au coeur, c'est ma dulcinée. Je l'ai rencontrée il y a peu, je l'aime énormément.
« Oh non... fait l'homme à côté de moi.
- Qu'est ce qu'il y a ?
- Cette dame ! C'est elle ! Mon ex-femme ! »
2
1
0
3
Zéro Janvier
Dans un café, un client observe un adolescent et une vieille dame, imaginant ce qui les unit.
8
20
3
2
Défi
Lescure . D

J'avais bien dormi ! Comme tout les matins je m'étirais un peu , prête à l'attaque pour gambader dans de belles forêts . Parfois je croisais des animaux , et parfois elles s'avéraient bien plus silencieuses. Le mieux , c'est quand toute la terre se penche, et là je peux faire du toboggan tout le long de la rampe des feuillages . Parfois mes bras s'accrochent dans des branches nouées , mais une force venu d'ailleurs m'aide à les déraciner , ou les démêlées . Cette force venu d'ailleurs est une sorte d'araignée, mais en bien plus grand , et qui possède que cinq pattes . Je n'ai encore jamais aperçu ses yeux , mais quand cette arachnide m'attrape par ma grosse jambe, ( oui car je suis unijambiste), je me sens surpuissante ! Enfin bref, je fais ma petit vie , et heureusement pour moi , après ces grands moments de sport , j'ai le temps de me reposer avec bien d'autre amis à moi . Parfois tous fatigués on dort , mais parfois on se lance des dialogues interminables ! Il y en a qui raconte leur vie et leurs exploits , toujours à ce venter, dire qu'il est le plus fort ou d'autres qui disent qu'elles sont les plus belles . D'autres sont silencieux , dans leur petit endroit solitaire, plongés dans l'ombre . Et moi je regarde ce spectacle , je profite de la vie , et je ris de certains qui se plaignent tout le temps . Ma vie est assez mouvementée , j'ai eu  des bras brisés , un jour j'ai dû changé même ma jambe car j'étais tombée de très haut . Pourtant , moi on ne m'entend pas . Il y en a qui se plaigne juste pour un vernis qui est partie , c'est si ironique ! Je me suis relevée , personne m'a aidé , et moi je suis maintenant tout le temps heureuse . Je glisse dans ces douces feuilles , laissant glisser mes bras dans les feuillages , la douceur me tend ses bras , et la main qui me tient semble beaucoup m'aimer . Et ça , c'est le meilleur des sentiments !
0
0
0
1

Vous aimez lire Mistyque ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0