Méchant Josh

2 minutes de lecture

Melody resta longtemps à observer le soleil s’élever dans le ciel. Quand l’astre fut bien haut, elle se rendit compte qu’elle avait faim. Elle ne voulait pas voler de la nourriture dans le garde-manger des vampires. Et puis, elle avait surtout envie de se reposer.

La gamine descendit sous terre et alla jusque dans sa chambre. Elle se confectionna un petit lit de nuages roses et rebondissants. D’habitude, elle en créait pendant les pauses, pour jouer avec les autres enfants du village. Ils lui manquaient.

L’aventure l’amusait, mais il lui tardait de retrouver les bras de sa mère. Elle s’endormit le cœur lourd, bercée par les paroles qu’elle ne comprenait pas, du côté des vampires.

*

Elle se réveilla au bout de quelques heures. Des cris épouvantables résonnaient dans la maisonnette. Elle sentait les murs trembler. Elle se releva de son confortable matelas et se rua vers la chambre des créatures, sans vraiment savoir ce qu’elle comptait faire pour les aider. Car il était évident que l’on s’en prenait à eux.

Elle s’arrêta net à l’entrée et y passa seulement la tête. Prudence est mère de sûreté, disait sa mère. La pièce était sombre, mais, grâce au soleil qui filtrait par le haut de l’escalier, la gamine parvint à distinguer l’essentiel.

Elle écarquilla les yeux en constatant que Josh maintenait Mary contre le mur et la frappait de façon répétée. Il l’immobilisait de toute sa force avec ses bras et l’écrasait, de plus en plus fort. Elle criait, de plus en plus fort. Elle essayait de s’enfuir en lui griffant le dos. Parce que, en plus, ils étaient tous les deux nus. Mary devait avoir froid !

C’était horrible. Melody n’en revenait pas que Josh, qui était pourtant le plus gentil des deux, fût en fait si méchant. Ce n’était pas bien de battre les gens ! Et elle, toute petite, ne pouvait rien faire ! Mary gémissait de plus en plus fort, les yeux fermés de douleur. Melody voyait bien que la vampire aurait voulu mordre pour se défendre, mais elle devait trop aimer Josh pour ça. Et Josh en profitait.

L’enfant prit la fuite. Josh était beaucoup trop violent. Elle ne pouvait pas secourir Mary. Elle devait aller chercher de l’aide chez les loups-garous. De toute façon, il faisait encore jour et ils ne supportaient pas le soleil. Elle devait faire vite.

Melody sortit de la maison de terre et se mit à courir. Peut-être qu’elle arriverait à trouver de l’aide à temps ? Peut-être qu’elle réussirait à sauver Mary ?

Elle galopa au moins vingt minutes avant de devoir s’arrêter, chancelante. Son petit torse s’élevait de manière tout à fait irrégulière sous la pression de ses poumons affolés. La tête lui tournait. Elle fit quelques pas de plus et s’effondra.

Elle avait faim. Elle n’avait pas assez dormi. Ce n’était pas bon. Depuis combien de jours ne s’était-elle pas nourrie ? Sa mère lui avait déjà dit qu’il ne fallait pas oublier de manger. Il faut des forces pour vivre, il faut vivre pour la magie.

La vue de Melody se troubla et elle perdit connaissance sous le soleil fébrile de dix-huit heures.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

jean-paul vialard


On est là dans son corps de chair
Son corps de pierre
On attend que vienne le temps
On attend longuement
D’être enfin à soi
De se connaître
De ne plus être en fuite
De son être
La seule ressource qui soit
0
0
0
0
Hadrien Babuttomont

Bientôt, j’aurai le ravissement pour mouillage.
Vénérables automnes vous m’avez dit qu’il n’est rien qui perturbe la dignité de l’être, quand bien même il serait condamné à périr humilié, dans le silence des pierres, dans le dédain des mousses.  
Hivers éternels je sais par vous la sagesse de l’insecte immobile, feignant la mort, trompant l’ennemi qu’un voile- la faim, la haine, la méchanceté- obscurcit. J’ai appris chez vous à me musser dans le pli chaleureux du silence, à explorer ce que même le paralytique peut explorer- que peut-être seul le paralytique explore : la couture de son âme. J’ai bâti mes regards aux montres de l’hiver: guetter, cesser la fuite un instant pour écouter les chants et respirer les vents ; savoir ce qui se tient tout près, derrière les bruits de botte et les rires trop clairs.
Percer ce grand secret que taisent les marées, que trahissent parfois dans un tressaillement les rivières indiscrètes.
Du printemps j’ai appris qu’il y avait une confiance à mettre quelque part, en sécurité. J’ai mis en dépôt ma foi au ciel, quand je vis qu’il amenait chaque année des chaleurs mesurées à nos terres fragiles ; qu’il brisait rhumatismes et engelures, pour étendre sur chacun les doigts de l’abondance.
C’est en l’été que je plaçai ma joie.
Étés comme des chevaux de monte, pour éreinter le monde et chaque soir dormir sous une lune chaude. A l’été se tenait chaque fois le drapeau des conquêtes, pour la rumeur des criques, la promesse des fruits, la traque des korrigans ; pour être l’homme qui va, dos tourné sur les âges, vibrant d’une plénitude que rien ne brise, pas même la fronde.
Morts d’étés, vos âmes, pas mêmes indécises quand leur corps perd pied ! Vous filez droit au ciel, livrant vos restes au règne des bêtes reconnaissantes.

Et les jours, imperturbables, filent entre tes doigts comme des épis murs.
Qui es-tu, moissonneur ? 
1
2
7
1
Défi
Mélodie Bach

Un mois, cela fait maintenant un mois qu'elle t'a transformée. Tu n'avais jamais envisagée qu'elle puisse le faire, tu te serais contenter de la place de calice. Reprendre le flambeau de ton père après sa mort, pour elle, celle qui t'avais volé ton cœur depuis longtemps. Tu l’avais fait, d’ailleurs, quand ta mère s’était éteinte de son cancer et que ton père l’avait suivie dans la tombe, le contrat s’arrêtant à la vie de ta mère. Tu te souviens encore de ce jour, à l’hôpital où en perdant ta mère, tu avais aussi perdu ton père. Ils avaient pu tous les deux te faire leurs adieux et ton père t’avais donné ses derniers conseils sur la vie que tu voulais. Ils avaient essayé de te dissuader de prendre cette voie qu’ils avaient été contraints de choisir avant de se résigner en voyant ton amour pour elle. Suivant les conseils de ton père, tu avais réussit à la convaincre de te prendre comme calice alors qu’elle ne voulait pas de ça pour toi. Elle t’aimait trop pour accepter de t’enfermer dans ce rôle mais tu t’étais servi de cet amour qu’elle ressentait comme une arme pour la piéger. Elle avait fini par céder en te liant à elle avec un contrat et tu étais devenu sien.
 
Les mois qui avaient suivis t’avaient semblés les plus heureux de ta vie. Tu étais auprès d’elle et même si, clairement, la morsure régulière pour qu’elle se nourrisse n’était pas agréable, tu t’y étais fait. Elle essayait au maximum de ne pas te faire trop mal mais cela restait douloureux. Après tout, il fallait qu’elle atteigne une veine pour boire. Mais cette douleur était négligeable par rapport aux disputes incessantes qui avaient rythmés vos vies avant qu’elle ne rende les armes. Tu te souviens encore de la manière dont elle te poussait à avoir une vie simple, d’humain normal alors que toi, tu aspirais à vivre éternellement à ses côtés trouvant les autres filles fades. Tu avais fini par gagner et même si elle tenait encore éloigné de la cour, tu profitais de ces instants sachant qu’elle finirait par devoir t’emmener dans ce château dont tu parcours aujourd’hui les couloirs en tant prédateur. Tu y étais déjà venu, quelques fois, en tant que proies intéressantes et alléchantes, seul le fait que l’héritière au trône des vampires tenait à toi t’avais protégé.
 
Mais cette protection avait ses limites, tout comme celle pour les calices. Tu t’en étais rendu compte, une nuit, alors que tu te reposais dans l’appartement où vous viviez et qu’elle était absente. Un opposant à une de ses idées politiques avait décidés de t’attaquer. Son but était de te tuer et il n’avait pas besoin de boire ton sang qui était devenu une sorte de poison pour tous ceux de son espère sauf elle. Eliane avait immédiatement senti le danger alors que tu entamais une folle course dans la campagne nocturne pour fuir l’ennemi. Tu étais devenue une proie véritable coursé par un prédateur. Elle était arrivée à temps pour t’éviter la mort mais pas la transformation qui était ta seule solution pour survivre.
 
Le réveil avait été douloureux et le pire avait été ta première gorgée de sang prise sur une humaine consentante. Tu aurais voulus mourir sur le coup, préférant la mort au statut de prédateur que tu étais devenu. Car si devenir son calice, évoluait parmi eux et être à elle pour toujours ne te dérangeait pas. L’idée de devenir l’un d’eux t’avait toujours rebuté et pourtant tu l’étais devenu. Tu te souviens encore de l’avoir implorée de laisser le soleil te prendre, te consumer en cendre et du regard qu’elle t’avait lancés. Cela t’avait fait l’effet d’un électrochoc, elle était prête à te laisser faire cette chose horrible en sachant que cela détruirait et qu’elle devrait rester pour donner un héritier à son peuple. Alors, tu avais pris sur toi, tu avais accepté cette condition pour elle. Parce que cela avait toujours été elle et que cela ne changerais pas. Tu as appris à contrôler tes nouveaux dons et tes nouvelles pulsions pour ne pas mettre en danger le secret de son...votre peuple. Tu restes humain, celui que tu étais avant mais juste tu ressens avec plus d’intensité et cela te bouleverse toujours. Humain, tu pensais être celui qui l’aimait le plus mais c’était faux, c’était elle et c’est encore elle, prête à tout pour toi. Tu ne renonceras pas à cette vie mais tu respecteras les humains à qui tu prends du sang et si l’un d’eux devient ton calice, tu te comporteras comme elle se comportait et se comporte encore. Tu ne veux pas perdre l’étincelle d’humanité en toi, devenir un monstre comme certains d’entre eux. Tu crois en la coexistence et tu feras tout pour qu’elle perdure.
0
0
0
3

Vous aimez lire Mesdames Duc ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0