La maison de terre

2 minutes de lecture

Melody avait posé le lourd sac des vampires et tracé un très grand carré. Au sol, elle dessina plusieurs espaces. Même si Josh la pressait, elle prit soin de différencier une pièce pour la cuisine, deux chambres, une salle de bain et un salon.

Mary sortit d’une besace deux très longues capes faites de lin nervuré d’iris. Elle passa la sienne et jeta la seconde à son compagnon. Le soleil commençait à les incommoder.

« Dépêche-toi… siffla Mary. Je n’aime pas passer toute la journée là-dessous… »

La gamine ne les écoutait pas. Ils lui avaient donné un défi de taille : creuser une maison. Elle dessina le symbole d’Uruz sur chaque angle.

Il s’écoula une bonne demi-heure et le soleil achevait de s’extraire de l’horizon lorsqu’elle termina ses préparatifs. C’était prêt ! Josh et Mary attendaient, assis un peu plus loin. Ils veillaient à n’exposer aucune partie de leur corps au jour. Les capes des deux vampires scintillaient pour repousser la lumière.

« J’y vais ! » souffla l’enfant.

Elle arma son concentrateur et s’agenouilla à l’extérieur du futur nid de terre. La main sur le médaillon, le médaillon sur une rune, elle récita une courte formule de construction. Ce n’étaient pas les mots qui étaient importants, mais leur musicalité et la façon dont ils résonnaient avec sa magie.

Le terrain trembla et commença à se creuser. Melody s’affaissa légèrement, mais tint bon. Les deux créatures la fixaient. Jamais ils n’auraient imaginé que la petite se mettrait réellement à la tâche ni qu’elle y parviendrait. Concentrée, elle ne faisait pas attention à ce qu’ils disaient.

Ils disposaient à présent d’un trou de deux mètres de fond, partagé en cinq pièces, avec un joli escalier pour y descendre. Les murs étaient épais, solides. La terre ne s’était pas retirée, Melody l’avait compressée, au sol et sur les côtés.

La petite sorcière se releva et frappa dans ses mains.

« J’ai réussi !

— Il n’y a pas de toit.

— Attends… »

Elle se pencha au bord du trou et inclina les angles droits qui formaient les murs pour les faire se rejoindre en de petits dômes bruns, bien lisses et bien solides. Même s’il valait mieux ne pas trop marcher dessus quand même. Mary se rua à l’intérieur. Elle vérifia les plafonds avant d’ôter sa cape.

« Parfait. À tout à l’heure. On repart au coucher du soleil. »

Josh dévala l’escalier et baissa sa capuche. Il émit un grondement appréciateur. Sa compagne était déjà dans leur chambre.

« J’ai pas fait les lits… s’excusa la petite en le rejoignant dans le hall d’entrée.

— Ça ira très bien. Pas besoin d’un lit. À tout à l’heure. Dors, on marchera plus vite.

— J’ai oublié le sac dehors ! »

Melody remonta et attrapa le bagage. Elle s’arrêta net. Le soleil s’était levé sur la campagne, mais, trop concentrée sur sa construction, elle ne l’avait pas vu. Le paysage qu’elle découvrit la laissa bouche bée, fascinée, émerveillée.

Ils avaient vraiment beaucoup marché durant la nuit. Elle distinguait, au loin, les nuages noirs qu’elle avait connus toute sa vie. Ils prenaient fin à la frontière où elle avait abandonné la pluie. Ici, le ciel était bleu. Comme dans ses livres. Il n’y avait pas que du gris et de la boue à perte de vue. À la place, une flore verte, magnifique, encore très proche du sol, prenait à cœur la reconquête des terres.

La gamine s’assit en haut de l’escalier et se mit à pleurer. C’était beau.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

imaginatiou
Cela fait maintenant quinze ans que l'humanité perd petit à petit l'ouïe. Je me réveil enfin de ma léthargie pour essayer de trouver une explication. Je dis enfin, car c'est hier que nous sommes tous devenu sourd, et que c'est seulement aujourd'hui que je cherche à comprendre.
6
11
24
9
Défi
The last shadow

Chapitre 1


Une horrible douleur parcourt mon crâne, comme si on m'avait écrasé la tête dans un étau. Mes yeux peinent à s'ouvrir, je me sens comme un lendemain de cuite, la lumière m'aveugle. Les formes sont floues et je ne vois presque rien, mais bordel cette odeur... C'est horrible, ça me brûle le nez. Une envie aussi profonde que soudaine me frappe l'estomac, je n'ai même pas le temps de m'en rendre compte que mon dernier repas venait de jaillir sur le sol. Je tousse et me frotte les tempes, j'essaye de reprendre le plus possible mes esprits ... Putain encore une soirée où j'ai fini trop mal, je commence enfin à distinguer ce qui m'entoure. C'est quoi ce délire, finalement y a pas tant que ça de lumière, c'est plutôt sombre et glauque... 
Merde  dans quoi je me suis embarqué, bon réfléchit James ... C'est une petite pièce sombre, ça pue, y a des toilettes dans le fond, bon et puis y a tout ces barreaux. Oh non, j'ai pas atterri en taule quand même... Non c'est pas possible la taule c'est pas aussi sale, et puis c'est une prison du vingtième siècle. Je vais me lever pour aller voir si y a pas quelque chose ou quelqu'un qui m'expliquera ce que je fais là. En me levant j'entends des objets métalliques tomber au sol dont un lourdement. En regardant je m'aperçois qu'un flingue, un chargeur et une cuillère viennent de tomber par terre... C'est quoi ce flingue!? Merde c'est pas à moi, j'ai quand même pas tué quelqu'un, oh non, non, non merde c'est pas bon du tout ça... Je décide de prendre la cuillère en premier lieu, elle est tout ce qu'il y a de plus banal comme une cuillère de self ou de cantine. Je me décide à prendre le flingue en main. Il est lourd, imposant, brillant et ... chargé. Sur le côté est inscrit "desert eagle .50". Un flingue digne d'un blockbuster du dimanche soir. Je m'approche des barreaux et m'aperçois qu'ils sont rouillés, je préfère ne pas les toucher, je tiens pas à chopper le tétanos. Le couloir est éclairé faiblement de la lumière du jour. 
- Hé ! Y a quelqu'un ?!
J'obtiens pour seule réponse un silence pesant et inquiétant. Peut être qu'en y mettant plus de voix quelqu'un m'entendra...
- Oooh, y a quelqu'un  ?!
- Non, ne criez pas où il va revenir.
- Woua....
Je sursautais car une petite voix fluette et apeurée parvenant du fond de ma cellule venait de me répondre. J'avais la trouille et je tremblais comme un taré. Je me retournai doucement, envahi de sueurs froides, j'avais peur de ce que je verrais au fond de la cellule...
2
2
0
2

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0