D.24

2 minutes de lecture

Sloane Berjäk aurait dû avoir fini son service depuis plus d'une heure. Tel aurait encore été le cas en octobre. Elle aurait été chez elle à cette heure-ci, avec ce qui lui restait de famille : une mère ivrogne qui radotait, mais envers qui elle s'était longtemps sentie reconnaissante pour lui avoir donné la vie. Depuis qu'elle travaillait au département 24, la vie était devenue un mystère insondable pour Sloane. Elle avait cru tout savoir, avoir tout vu. Et pourtant, un jour, une femme avait quitté ce monde sous ses yeux. Ce n'était pas la première que le SRS emportait ; mais c'était la première qu'elle voyait disparaître. Ce n'était pas la première mort à laquelle elle assistait : elle en avait vu, des gens mourir, lorsqu'elle travaillait encore en chirurgie ; c'était la première patiente qu'elle voyait disparaître. Il n'y avait pas d'autre mot. Cette femme avait quitté la vie, sans prévenir, mais elle n'était pas morte. Elle avait disparu. Elle s'était tout bonnement évaporée sous les yeux de l'infirmière ; partie en fumée. Il n'était rien resté de son corps, pas plus que de ceux qui avaient disparu avant elle et dont Sloane avait obstinément refusé de croire en la volatilisation ; pas plus que de ceux qui disparurent ensuite.

L'infirmière jeta un bref coup d’œil dans la chambre de la patiente. Emerson Henson était toujours là, courbée dans le fauteuil, à la fois impassible et profondément troublée. Sloane savait qu'elle l'avait plongée dans l'horreur en lui annonçant la mort imminente de sa compagne. Elle s'était bien gardée de lui préciser qu'il s'agirait en fait d'une disparition, pure et simple. Il y en avait eu des cœurs brisés et des torrents de larmes, dans le département 24. Elle avait assisté, impuissante, au déchirement des couples et des familles ; elle avait vu les amants écorchés vifs, les parents meurtris, les enfants devenus orphelins, autant de proches endeuillés auxquels ils ne restait même pas une dépouille sur laquelle se recueillir. Rien que les pleurs et la douleur. Rien que des lits vides. Rien qui eût ressemblé de près ou de loin à de l'espoir. Elle avait compris, au fil des semaines, qu'elle était condamnée à être l'observatrice, sans piste ni remède, de cette vague sans nom qui déferlait sur la ville.

Annotations

Recommandations

Défi
Anaid Retinperac
Le jeu des micronouvelles - Semaine 27 : Dimanche
8
14
0
0
Défi
lina arlli
Acrostiche rimé.
2
1
0
1
Victor Bouvier
Pour nos Guerrières et Soldats inconnu(e)s.
2
0
0
0

Vous aimez lire Opale Encaust ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0