IX – Le Mauvais Mari

4 minutes de lecture

Il hurle un « Yeeeah ! » en descendant le premier déversoir, la pagaie au-dessus de la tête comme un kayakiste professionnel après la ligne d’arrivée.

— À ton tour !

Kum Kardashian se dresse sur son embarcation et arbore un sexe raide. Je glousse derrière ma main.

— Si tu descends, elle est à toi !

J’éclate de rire et fonce droit sur lui. Mon kayak cogne le sien. Il fait un plat sur l’eau. Lorsqu’il remonte à la surface, loin de s’en offusquer, il hurle de joie. Il tend la main. Je la frappe maladroitement. Il nous félicite à nouveau.

— Ne traînons pas. Un groupe de gamins pourrait arriver.

Quelques minutes plus tard, nous nous arrêtons sur une plage à l'écart, où nous serons tranquilles. Nous nous posons sur nos serviettes. Il a retiré son gilet de sauvetage. Il est toujours nu. Je porte quant à moi un maillot léopard distendu qu’il a retrouvé dans les affaires de son père. Il a tenté de me convaincre de sortir dans mon plus simple appareil. Après tout, il a déjà tout vu sur mon Tumblr, mais croiser des enfants sur la rivière me dérangeait… Pas lui.

Nous entrechoquons nos deux gobelets de rosé. Je m’attends à ce qu’il m’invite à retirer le vieux textile. Il n’en fait rien. Nous restons un moment là, dans le silence, rôtis par le soleil et rafraîchis par la brise. Lui a les yeux fermés. Il se tient sur les coudes, le ventre offert au ciel, la tête reposant sur sa nuque, les cheveux emmêlés qui pendent dans son dos. Je repense à Marie qui offre son corps au Soleil. Son visage me revient comme un nœud à l’estomac.

J’observe mon compagnon. Mon regard descend des clavicules au sternum, glisse vers son nombril… À la vue de ce corps osseux, je ne peux m’empêcher de me sentir rond comme un poulet roussi, la chair de poule affleurant sur ma peau.

— J’ai passé une excellente soirée, hier. Tu as fini par te… lâcher.

— Ah bon ?

Il le confirme, un sourire déchirant son visage. Je frissonne. Me promener dans la maison ce matin n’a éveillé aucun souvenir de la veille, juste des épisodes de mon enfance chez mes grands-parents, entourés de bahuts en bois massif, de tapisseries fleuries et de rideaux de velours. Cette amnésie ne m’a pas inquiété, j’étais trop heureux de sillonner les réminiscences de mon enfance. Être vivant me suffisait probablement…

Maintenant que Kum Kardashian réveille ce black-out, je m’inquiète de ce que j’ai pu dire ou faire. Vers quoi ont conduit ses allusions sexuelles ? Son enthousiasme m’a-t-il emporté ? Pourquoi avons-nous dormi dans le même lit ? Pourquoi était-il nu et pas moi ? Pourquoi ne suis-je pas parti ? J’ai besoin de savoir pour me rassurer, mais je ne suis pas sûr que les détails m’apaiseraient. Mon verre tremble.

— T’as un copain ?

J’avale une gorgée de travers. Je pose le gobelet et tousse bruyamment. Je ne réponds pas. J’ai peur de savoir où conduira cette conversation. Si je réponds oui, il pensera que je suis un mauvais mari. Si je dis non, je serai un mauvais mari. Dans tous les cas, un bon époux ne se prélasse pas à moitié nu sur une plage avec un garçon à poil. Qu’est-ce que je fais encore ici ? Qu’est-ce qui m’arrive ? Pourquoi ne suis-je pas parti hier ou ce matin ?

— Le silence répond pour toi.

— Non ! Je suis… personne. Je n’ai personne. Et toi ?

Il éclate d’un rire exagéré.

— Je ne saisis pas le principe du couple. C’est un truc d’hétéro : un père, une mère, des gosses. Ce sont les refoulés qui se marient entre eux. Tu les reconnais facilement. Ils ne sont pas sur Grindr. Ils font l’amour. Ils ne vont pas en boîte. Ils organisent des sorties à Ikea. Et ils tiennent absolument à être appelés « gays ». Pédé, c’est sale pour eux, alors même que c’est la liberté ! Loin des normes et de tout ce… bordel. Des générations de folles et de trans ne se sont pas battues pour finir… décapitées par l’institution du mariage… Je me souviens quand notre mode de vie était encore un modèle…

Je ne sais pas comment interpréter ses propos. Suis-je la honte de mes ancêtres gays– enfin, homos ? Ma sexualité est-elle aussi une blague, comme mon obsession de devenir un écrivain à Goncourt ? Est-ce pour ça que j’ai épousé le premier type qui m’a dit je t’aime ? Je plante mon front entre mes genoux. Ma respiration devient difficile. J’inspire et expire lentement.

— Ces… gays ne savent pas s’amuser. Ils ont besoin de petites cases dans lesquels s’enfermer. Comme le placard qu’ils n’ont jamais quitté, tu vois ?

Des cases, des cases, des cases… Ma tête devient lourde. Je sens la crise cardiaque…

— Ça va ?

— Je- non. J’ai oublié mes antidépresseurs.

Il éclate de rire. Quand je relève le visage, il se fige.

— Merde. T’es sérieux.

Je n’arrive plus à articuler.

— Ne prends pas cette merde…

Il s’apprête à dire quelque chose, mais s’en abstient.

— Tiens, voilà un truc plus naturel.

Il me tend un pétard et un briquet. Je ne consomme pas de drogue, uniquement des produits vendus dans des boutiques qui ont pignon sur rue et paient leurs taxes. Les cours de prévention contre la drogue au lycée me reviennent par flash. L’addiction, les effets sur la santé, sur le moral, le temps d’élimination… Ma vue sature. J’avale de petites gorgées. Kum Kardashian reste immobile, le joint tendu.

Je revois la joie qui déchire mon visage quand Arthur me demande en mariage, comme si c’était la plus belle chose qui pouvait m’arriver, alors qu’adolescent je ne concevais même pas d’avouer ce penchant à quiconque… Une larme coule le long de ma joue. Mes pensées sont un rocher qui dévale une pente sans fin. « Et si on invitait des messieurs pour… nous amuser ? » Voilà comment Arthur a suggéré notre premier plan à trois. « On pourrait faire ça de temps en temps. Mais toujours ensemble. Il n’est pas question d’être ouverts ou infidèles. »

J'arrache le joint et le briquet des mains de Kum Kardashian. Je tire une première bouffée. Advienne que pourra.

Annotations

Recommandations

Firewolf29
Skayn, 18 ans, vit à Alvana, une autre dimension de la planète terre, habitée par quatre clans : les Jynas, les Tenas, les Sinas et les Krynas. Alors que les quatre tribus menaient leur vie dans la paix, une guerre, qui oppose les Jynas et les Sinas aux Tenas et les Krynas, éclate suite à la découverte d'un réseau de Nekana, un métal très rare, dans les mines d'Alvana. Il y a un an, Skayn s'engagea dans l'armée de Jyna pour défendre son peuple. Et aujourd'hui, l'entraînement est terminé : Skayn est sélectionné avec d'autres futurs combattants pour rejoindre les guerriers. Mais des ennemis Krynas débarquent soudainement pendant la cérémonie et sèment la terreur. Skayn s'allie avec trois de ses camarades, eux aussi élus, pour lutter ensemble contre les Krynas.

Alors que les quatre nouveaux amis échappent aux Krynas, ils font la rencontre d'un sorcier nommé Yari, qui va leur enseigner la magie pour qu'ils puissent sauver le peuple Jyna des griffes de leurs ennemis...
20
16
0
28
Défi
J-T150901
Voici le septième chapitre d'une oeuvre que j'ai commencé à écrire avec les défis de PM34. Je vous invite à lire les chapitres précédents et suivants pour comprendre l'histoire :

Chapitre 1 => Le phare
Chapitre 2 => Les cartes
Chapitre 3 => La photo
Chapitre 4 => La mission
Chapitre 5 => La soirée jeu
Chapitre 6 => La pièce
Chapitre 7 => Celui que vous êtes en train de lire
Chapitre 8 => Le dessin

Bonne lecture ! :)
2
3
21
9
Bakar Seck
C'est l'histoire de Mohammed Rassoul GUEYE. Son père est mort lorsqu'il avait 17 ans lui laissant avec ses deux frères jumeaux Assane et Ousseynou, sa sœur Fatima Binetou Mohammed et sa mère Maïmouna DIALLO.
Etant l'aîné, parviendra-t-il à réussir ?
S'en sortira-t-il ?
Venez tous découvrir La vie de Mohammed Rassoul après la mort de son père
10
6
14
30

Vous aimez lire Étienne Bompais-Pham ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0