Commensal

Une minute de lecture

 C’est le jour ! La libération ! Etuhidor attend ce jour depuis, depuis ? Quand ? Pour un peu, elle dirait depuis sa naissance. A-t’elle des raisons ? Même pas une, dirait-elle ! Alors d’où lui vient cette impatience ?

 D’une foule de sensations, de révoltes silencieuses, de spectacles à ses yeux inéquitables, d’injustices constatées, un ensemble menant alors à cette envie furieuse d’aller voir ailleurs.

 De consacrer son temps futur à rétablir la vérité, ou, au moins une partie de la réalité du monde taÏrien. Depuis le moment où elle a pu raisonner ? Comprendre ? Entendre ? Voir ?

 Comme tous ses compagnes et compagnons, les pupilles, sa vie avait été couvée. Elle pouvait même dire que son enfance fut heureuse. Un paradoxe surement qui cohabite avec son flux de révolte permanent.

 Etuhidor, elle en avait conscience, n’est pas courageuse. Elle resta toujours silencieuse, se bornant à des constats. Jamais elle ne fit part de ses doutes. Elle vécut dix-neuf ans en dissimulant sa pensée.

 Pour tous, elle était l’enfant idéal, un ange. Toujours souriante, toujours enjouée, jamais un mot plus haut que l’autre, écolière puis étudiante douée, elle n’attirait aucune foudre. Que des compliments, encouragements, indifférence aussi car elle communiquait fort peu ; ne s’immisçant dans les débats que si le sujet en était général, non polémique, non politique, non philosophique. Autant dire tout de suite, très rarement !

 Les choses évoluèrent un peu quand elle fit la rencontre de Lavemont Galaïche, mâle de sa tranche d’âge, commandité par Maître Lavemont (d’où son double nom là où le coutume n’en veut qu’un)

 Si le fait n’était pas inhabituel, pour autant il était assez rare qu’un Maître, renommé, multi-créditeur, passe commande d’une progéniture. Non pas que le fait fut choquant dans la société taïrienne où la mixité humanoÏde/androgenus est la règle. Au final, presque tous les pupilles finiraient dans une famille androgenus. Quelques-uns, très rares, intégreraient une famille humaine. Les autres seraient destinés aux services d’ordre, depuis les barboux jusqu’à simple polisocier, question d’intelligence.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
sven123
Défi de Ceryse : micro-nouvelles, semaine 5 (ah oui quand même ? semaine 5....)

jour : dimanche
13
40
2
0
NM Lysias
Au sommet de sa tour, Raison rêve d’aventures, loin des mises en gardes de sa mère-Sauveuse. Mais en elle, un pouvoir circule et le danger rode derrière la barrière protectrice des rosiers anesthésiques. Pourtant, Raison ne sent plus la présence des Dépouilleurs, ces monstres mangeurs de magie. L’odeur de mort a disparu, et le manoir qu’elle contemple chaque jour semble vouloir lui dire quelque chose... Tout comme cet être de lumière qu’elle a créé. Raison trouve le temps long et les paroles de Brünhild, répétitives. Quel est ce sentiment qui ne cesse d’accroitre en elle ? Pourquoi ne trouve-t-elle pas de logique à son existence ? N’était-il pas temps de visiter l’île de Grisland ?

Publication 6 janvier 2021

Merci à vous...
5
7
0
1
Défi
Deadnox
et voilà vous me direz en commentaires ce que vous en pensez. Allez bisous les ptit gens.
5
0
4
1

Vous aimez lire JPierre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0