Avatar

2 minutes de lecture

Pour en terminer avec les énigmes, qu’est-ce qui a fait dérailler le projet « mot interdit » ?

Si nous nous tenons à la version officielle, il faut y voir le professionnalisme du polisocier qui, en dépit du scénario, respectant à la lettre le règlement de l’époque, procéda à toutes les vérifications. Son destin n’en fut pas pour autant plus glorieux mais il s’éteignit presque cinquante secondes avant le moment prédéfini ; soit le décalage qui produira l’inattendu résultat final. Reste l’éternelle problématique de témoignages à posteriori, de personnes n’ayant pas directement participé à l’action ; le contraire aurait été d’ailleurs surprenant puisqu’alors elles seraient décédées.

Parfois la réalité nous impose la vérité. Celle-ci est ici toute simple. La conjugaison de l’indifférence, le désintérêt et la démotivation n’ont conduit strictement personne à se pencher sur le sujet !

Si j’aborde le sujet sur cette retranscription historique à destination du futur, n’y voyez qu’objectivité. En réalité, je n’y trouve, à l’instar de tous, pas la moindre justification intellectuelle et la version officielle me satisfait pleinement. Mieux, l’arrière-goût de subtile ironie est, ma foi, fort plaisante. Il me sied parfaitement que les aléas de l’existence commune, que d’aucun nomme à tort hasard, puissent contrecarrer la supposé toute puissance de la technocité omniprésente. Arman Darcelade


 Le travail d’Axandre, néo prime du sitsimulaction « mot interdit », ne se limite pas à la conception du scénario ; ni à la mise en scène.

 Il émet l’idée de départ. Une cellule trace les grandes lignes du scénario. Une autre lui adjoint les détails en vérifiant la faisabilité. Puis un ensemble ostéocytien commence les projections avant de passer à l’action in situ. Au terme de tous ces déroulés, son vrai labeur arrive.

 La vérification intégrale, minutieuse et coordonnée, le placement, la monétisation, l’instant du démarrage et, partie la plus désagréable, la présence sur le terrain. Sortir du cocon n’est du goût d’aucun androigénus sain de processeurs et d’esprits. Ce projet, le plus ambitieux jamais conçu par les cribeliens, surnom de la communauté androigénus « nom interdit », devait conduire à l’indépendance de leur souche. Les imposer en tant qu’acteurs prédominant de Taira. Affaiblir les autres couvées. Restreindre sans l’éradiquer cette race inférieure qui se pensait maître du monde.

 De la conception à la maturation, plusieurs dizaines de millisecondes s’étaient écoulées, une éternité pour un androigénus. Le reste du processus serait à l’avenant, plusieurs jours voire semaines et même mois. Rien que ce facteur était déterminant. L’évolution androigénusienne est, comme vous le savez, très rapide. Les progrès peuvent être de l’ordre du tout de suite à maintenant.

 Comme maître d’oeuvre, il lui fallut créer une ribambelle de capteurs uniquement destinés à surveiller les autres souches. Nous ne pouvions être à l’abri que d’autres aient eu la même abstraction, phénomène classique de la polarisation du couple cause/conséquence menant différentes entités aux mêmes projections aux mêmes moments.

 Son coup de génie, la cause de sa nomination prime, fut de créer les réactionnants de toutes pièces et les induisant comme éléments patents de l’historique tairéen. A petite cause, grand effets, l’introduction du grain de sable dans un rouage mécanique, le simple souffle d’une respiration déviant la trajectoire de la plume. Tellement subtil qu’avant que tous comprennent, humains (note interne : ne surtout jamais les sous-estimer) compris, son canevas serait brodé.

 Il lui restait juste à finaliser l’auteur fictif, le futur coupable aux yeux de la justice humaine, avant de demander l’autorisation au grand Maître d’actionner.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
sven123
Défi de Ceryse : micro-nouvelles, semaine 5 (ah oui quand même ? semaine 5....)

jour : dimanche
13
40
2
0
NM Lysias
Au sommet de sa tour, Raison rêve d’aventures, loin des mises en gardes de sa mère-Sauveuse. Mais en elle, un pouvoir circule et le danger rode derrière la barrière protectrice des rosiers anesthésiques. Pourtant, Raison ne sent plus la présence des Dépouilleurs, ces monstres mangeurs de magie. L’odeur de mort a disparu, et le manoir qu’elle contemple chaque jour semble vouloir lui dire quelque chose... Tout comme cet être de lumière qu’elle a créé. Raison trouve le temps long et les paroles de Brünhild, répétitives. Quel est ce sentiment qui ne cesse d’accroitre en elle ? Pourquoi ne trouve-t-elle pas de logique à son existence ? N’était-il pas temps de visiter l’île de Grisland ?

Publication 6 janvier 2021

Merci à vous...
5
7
0
1
Défi
Deadnox
et voilà vous me direz en commentaires ce que vous en pensez. Allez bisous les ptit gens.
5
0
4
1

Vous aimez lire JPierre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0