Happen

Une minute de lecture

 La rame atteint la station et j’en profite pour jaillir sur le quai devant les yeux médusés des passagers. Dans certains regards, je peux lire la panique récente, de rares velléités d'héroïsme et, pour encore moins nombreux, un civisme qui, dans un autre monde, autre époque, aurait été qualifié de haut. Aucun, lâche comme brave, n’aura le temps de réagir. Que moi, Axandre ai intégré un corps humain, n’enlève rien à mes capacités de vitesse, quel que soit le plan réactif.

 Je cours, saute la barrière de contrôle et m’engage sur l’escalier mécanique. A la vitesse où je vais, n’importe quel humanoïde s’étalerait et se blesserait. Je bouscule, pousse, frappe même pour me frayer un passage dans cette foule d’heures de pointe. Je n’ai pas la moindre pitié pour les importuns qui obstruent ma trace. Mon but est d’arriver en haut le plus vite possible afin de déconnecter le billet virtuel. Je n’ai pas pu y couper, à l’achat, sous peine d’être immédiatement repéré. Encore deux cent mètres de montée mais déjà mes capteurs virtualisent le rectangle lumineux de la sortie. Dans dix secondes je serais hors du danger de la première phase.

 En réalité, j’ai une autre raison, vous vous en doutez, lecteurs impénitents. Celui de gagner encore quelques secondes sur la trame du scénario, quasi indolore pour les consultants ordinaires. Seuls les concepteurs comprendront immédiatement. Sauf que le chef concepteur, c’est moi et que mes sbires me sont tout dévoués. Ceux qui ne le seraient pas, sont déjà hors circuits, c’est le cas de le dire.

 Ca y est, je suis en haut. Un stop de quelques secondes pour me repérer et bien marquer l’épisode 1, publicité incluse. Zut, j’avais oublié le guideur. Il me serine : « Pour la banquothèque, traverser la voie 15 puis tourner à droite vers la voie 67 afin d’emprunter la roulante piétonne sur 780 mètres et… »

 Je le déconnecte sans douceur. Le chemin, si j’avais dû le suivre, je le connais mieux que lui !

 Il est temps. Un coup d’oeil sur les récapitulatifs de mes capteurs. Bien cibler la zone non prioritaire piétons et foncer. Un signal interne me signale l’arrivée du glisseur. La représentation de ma mort peut commencer !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Salaij
Un nouveau chapitre de la nouvelle commencée pendant le challenge :)

https://www.scribay.com/text/2064517315/challenge---bradbury-du-confine/chapter/357948
0
1
0
0
Défi
Stradi Varius

Qu'est-ce que l'Amour ?
N'est-ce pas, tout d'abord, le sens de la Vie ? Tout à chacun possède ce coeur qui bat, qui palpite, qui fait briller les yeux ainsi que l'espérence pour l'Avenir. On a l'impression d'être connecté avec l'Univers, avec le monde entier, tout en se plongeant dans le regard de l'Autre et en vivant avec et pour l'Autre.
Mais est-ce que l'Amour est véritable quand on le vit par l'Autre uniquement ?
Pour aimer, pour connaître l'Amour, pour vivre l'Amour, il est tout d'abord nécessaire de s'aimer soi-même, de se connaître, de se respecter, d'avoir conscience en soi, d'avoir de l'estime pour soi, d'avoir une bonne image de soi-même. Autrement, il n'existera pas plus grande souffrance que de penser que l'on vit par l'Autre tout en s'oubliant, car le naufrage n'en sera que plus rude. Il faut pouvoir accepter que l'Autre puisse s'en aller, que l'Autre puisse changer, que l'Autre puisse vouloir autre chose que ce que l'on lui donne.
Si on ne connaît pas l'Amour de soi, alors on risque tout simplement de sombrer dans les abymes néfastes d'un Enfer que l'on se crée, d'un Enfer que l'on se fait vivre, d'un Enfer que l'on se fait subir. Sans jamais pouvoir se relever réellement, sans jamais pouvoir envisager autre chose, sans jamais pouvoir passer à autre chose, sans jamais penser à autre chose. Les choses avancent sans nous, les choses continuent sans que l'on s'en sorte car on ne connaît réellement l'Amour véritable, l'Amour de soi.
Par la suite, alors, l'Amour pourra se partager pleinement avec l'Autre tant on se respecte, tant on fait ce que l'on veut faire, tant l'on vit l'instant présent sans jamais regarder par l'arrière. On apprend à s'excuser soi, puis mutuellement, à recevoir le pardon, à connaître l'empathie, à partager les souffrances, à communiquer, à vivre tout simplement avec soi et l'Autre. L'Amour ultime naît alors d'une Union fantastique entre deux Symboles vivants de la vie et de l'Acceptation des choses qui changent comme l'Univers tout entier est en perpétuel mouvement.
Et alors, on voit les choses différemment, on voit les choses sensoriellement, on voit les choses sous un angle qui est éminemment pertinant. On cesse de se prendre des coups de poings dans le ventre, on cesse de ne vivre que par les dépens de l'Autre, on cesse de s'imaginer des choses et de comprendre des interprétations nocives pour tout le monde. On vit le bonheur, on échange la joie, on rit mutuellement, on grandit ensemble, on s'épanouit à plusieurs.
L'Amour fait vivre.
L'Amour est grand.
4
9
8
2
Défi
Baptiste Jacquemort


Mon amour,
C’est une étrange confession à quoi je m’en vais me livrer ici. Hier j’ai fauté. Ou plus exactement j’ai failli. Hier soir. Dans la lumière sublime des couchers de soleil dont nous sommes, en cette saison, par quelque faveur céleste si souvent gratifiés. Pardonne-moi.
Tu étais assise, attablée devant ton secrétaire, et tu écrivais une lettre à tes parents. J’étais, moi, allongé sur le divan et je venais de refermer le livre que je lis en ce moment. Je m’accordais un instant d’émerveillement.
Sais-tu comme tu peux être belle lorsque tu es, par toi-même, oubliée ? Je te l’ai dit déjà, mille fois, et chaque fois il me semble que j’échoue à le dire. Sans doute parce que je ne sais pas exprimer ce qui, finalement, ne relève pas de la démonstration mais de la foi. Peut-être aussi est-ce un peu ta faute ? Peut-être es-tu trop rationnelle ?
Le jour avait commencé de décliner. Je m’étais redressé, moi, sans un bruit et je suis resté de longues minutes ainsi, à te contempler. Toute à tes mots, tout appliquée à t’offrir, tu ne te doutais pas de ce qui se tramait dans ton dos. Tu étais au delà…
Derrière nous, le ciel jouait le dernier acte du jour. Nous n’en savions rien, ni l’un ni l’autre, et cependant il devait éclater des feux d’artifices dans le ventre de chacun des pauvres nuages qui se sont aventurés hier à nous menacer de leurs bravades pusillanimes. Et je sais qu’il devait y avoir, répandu sur l’horizon, le sang de la lumière qui éclaboussait jusqu’à nous.
Sur la courbe merveilleuse de ta nuque, découverte comme si elle eût été offerte à la hache d’un bourreau méticuleux, le dernier rayon de soleil avait trouvé son havre. Avec la même délicatesse que celle dont aurait fait preuve la main diaphane d’un ange consolateur, il caressait chacun de ces petits poils si doux qui couvrent ton cou d’un fin duvet d’or et de miel que j’aime tant.
Mon Dieu que tu es belle lorsque le jour se meurt.
Alors, lorsque cet ultime souffle de soleil a commencé de se retirer, j’ai soudain éprouvé le désir impérieux de m’en venir doucement prendre sa place. De déposer mes lèvres où la main de l’ange se fût si naturellement promenée. De te dire « je t’aime » à la simple force de ce tendre baiser.
J’ai laissé s’effacer la lumière. S’étirer imperceptiblement vers l’obscurité. Pour que tu me sois belle, rien qu’à moi, jusqu’au dernier instant de cette singulière éternité. J’ai attendu l’heure propice où je me fusse trouvé le plus riche de toi.
Et puis le téléphone a sonné…
En me levant, j’ai allumé la lumière et lorsque j’ai décroché, déjà, je n’y pensais plus. Pardonne-moi mon amour. J’ai laissé s’enfuir un baiser qui nous appartenait.
11
20
9
2

Vous aimez lire JPierre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0