Lili - 13 (**)

Une minute de lecture

Lorsque la cabine atteignit enfin le cinquième étage, Lili hésita quelques secondes devant la grille. Sa conscience lui soufflait d’en avoir le cœur net. Avant qu’elle ait pris sa décision, l’ascenseur fila vers un autre niveau.

Elle revint sur ses pas et colla son oreille à la porte. N’entendant aucun bruit, mis à part son propre rythme cardiaque, elle sonna une dernière fois, tête baissée, honteuse d’insister.

Toujours pas de réponse.

Déterminée à abandonner après cette ultime tentative, elle s’appuya machinalement sur la poignée. Celle-ci céda sous son poids. Intriguée, elle poussa le montant vers l’intérieur. Elle était ouverte !

Lili s’engagea, craintive. Elle s’attendait à se faire insulter pour cette irruption, mais en balayant du regard la grande pièce, celle-ci lui sembla vide.

Sur le canapé, elle remarqua un violon en laiton posé négligemment. Elle avait le souvenir de l’avoir aperçu sur une étagère lors de sa première visite. En s’avançant, elle découvrit, surprise, la table basse au verre craquelé et puis… cette chose.

Pétrifiée, elle réalisa, qu’il y avait une personne à terre. Était-ce Franz ? Elle n’aurait pas su le dire tellement ce visage tuméfié était méconnaissable.

Affolée, elle hésita à s’approcher. Elle l’appela par son prénom. Pas de réponse. Terrorisée, elle fouilla son sac à la recherche de son portable. Inutile, il était déchargé. D’un coup d’œil rapide, elle repéra un téléphone fixe qu’elle attrapa avant de courir vérifier si la victime respirait.

Sans oser toucher ce visage meurtri, elle se pencha sur lui et tint sa main pendant qu’elle composait le numéro d’urgence. Alors qu’elle attendait une réponse, elle détecta un pouls ainsi et une main qui la serra fort. Et là, elle put enfin souffler.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 20 versions.

Recommandations

Défi
Quelqu'un DeMystérieux
Réponse à "Les Nouvelles, le retour !", les pensées d'un soldat.
2
3
9
1
Jaquie
Au commencement il n'était rien, si ce n'est le ciel et la terre. Un jour que la terre s'ennuyait, elle se fit féconde et devint mère de toute choses. Alors le ciel narcissique créa les océans pour y voir refléter son image. Et le vent me diras tu?
3
3
12
2

Vous aimez lire Gigi Fro ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0