Nouveau départ et petits jeux - 2 (***)

2 minutes de lecture

Depuis cette rencontre, la même scène repassait dans sa tête, comme s'il s'agissait d'un rêve. S'il osait lui proposer un verre, saurait-il se contenir ? Il poursuivit sa routine d’échauffement à l’archet lorsque la porte s’ouvrit intempestivement, le sortant brusquement de sa rêverie.

— Oh ! Je suis désolée ! Je me suis gourée ! s’exclama une autre jeune femme rousse arborant un fier sourire narquois.

Franz fut étonné de la voir s’inviter au lieu de déguerpir.

— Navrée de vous importuner, Monsieur Schligg ! feignit l’impertinente sur un ton faussement peiné qui ne le trompa pas.

Il la connaissait, cette insolente : la petite chérie d’Albert. Cette amie avec bénéfices dont la liaison avec le Chef d’orchestre se voulait discrète. Désabusé, le violoniste regarda sa montre. Il ne comprenait pas ce qu’elle faisait là. Alors, il choisit de l’ignorer. Il se rassit, posa son étui sur ses genoux et rangea son instrument. L’importune s’approcha avec une assurance féline, puis, devant lui, se pencha à la hauteur de ses yeux.

— Je m’appelle Liesl Kruse, salua-t-elle, en tendant sa main. Nous faisons partie du même orchestre.

— Je sais qui vous êtes, répondit Franz, soupirant, agacé par l’audace de la demoiselle.

Quelle différence avec le regard de biche apeurée de Teresa !

— Vous me connaissez ? minauda-t-elle en s’approchant comme un chat qui chercherait à séduire son maître.

— Nous faisons partie du même orchestre, riposta Franz en imitant caricaturalement le ton que Liesl avait utilisé.

Comme si elle était invisible, il retourna à ses affaires, vérifia la position de son instrument et ferma l’étui.

Elle fit un pas en arrière, puis lui tourna tout autour, lentement. Elle le fixait du regard comme un prédateur avant d’attaquer. Finalement, elle se plaça derrière lui et, sans crier gare, posa délicatement ses mains sur sa nuque.

Sur le coup, Franz faillit bondir. Il la laissa faire lorsque ses doigts de fée parcoururent doucement ses cervicales, car elle lui procurait une sensation de volupté qui ne lui déplut guère.

— Vous êtes très tendu ! Je continue ? proposa-t-elle.

Sidéré, il ne put répondre, mais elle poursuivit sa tâche, ce qu’il apprécia sans l’exprimer. Il s’abandonna à la jouissance que ce massage lui procura. Il comprit enfin pourquoi Albert profitait de cette talentueuse musicienne-masseuse. Elle ne dit plus un mot, et ses mains se déplacèrent vers son crâne. Puis elle effleura ses tempes, son front et sa mâchoire, pressant des points précis pour lui faire du bien. Teresa et le concert étaient bien loin. Cette jeune femme avait fini par exacerber un sentiment mêlé de jalousie et d’avidité. Comment Albert pouvait-il avoir accès à ce type de plaisir et pas lui ?

Néanmoins, malgré les bienfaits, il n’approuvait pas sa démarche. De quel droit s’était-elle permis cette proximité ? Il avait à cœur de retourner la situation, car cette petite effrontée avait tout de même profité de lui.

— Puis-je vous inviter à boire un verre après le concert ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 30 versions.

Recommandations

Défi
Tifenn Mha
Je crois que je n'ai jamais autant galéré pour répondre à un défi. J'avais plein d'idée mais finalement aucune ne me convenait alors j'avoue ne pas avoir fait dans l’originalité, désolée. J'espère, tout de même, que ce petit texte sera plaisant à lire !
1
2
1
2
Jean Marchal

le neuf du 27 novembre 2017 est déjà périmé le 28 novembre, car le monde ne s'arrête pas de tourner. Emmanuel Macron est à Ouagadougou, et il est certain que Monsieur et Madame Zongo vont analyser et réanalyser tout ce que le président Français va rendre public. Mais c'est surtout en tant que membre du collectif de direction de l'Europe unie et désunie partiellement que ce que pense et communique Emmanuel Macron va être important. Je ne prends pas la place et je ne mobilise pas l'attention d'un lecteur sur le positionnement de l'ensemble de l'Afrique dans le monde, car tout cela est parfaitement indiqué et actualisé sur le site worldbank.org par des économistes du monde entier. Que chacun se pose cette question : Pourquoi le Nigeria est un pays si en avance sur ce qui est déjà en avance ? Pourquoi cela va si vite dans le domaine des cryptomonnaies en Afrique, dans un pays bien spécifique, le Nigeria ? Pour ma part, je n'ai pas la véritable réponse. Durant cette nuit où les personnes ont dormi en Europe, des fortunes ses sont amenuisées et d'autres ont augmenté encore. Des enfants ont perdu leurs maigres économies ou bien de l'argent qu'ils ont détourné de la carte de crédit de leur mère, ou de leur père. Et cela, partout où il y a des cartyes de crédits et des parents aimants et confiants. Spéculer avec de l'argent volé à ses parents, ce serait donc mal ? Ou ce serait bien? Je ne connais pas la réponse. Perdre 10 fois sa mise dans la cour de l'école, à 7 ans ou 8 ans, avec des billes, des voitures miniatures ou tout objet de valeur, est-ce bien ou est-ce mal ? Laissons à de savants moralistes de tout poil et qui ont le temps de s'étriper sur les réseaux sociaux reservés à l'univers de pédagogues ce soin. Je m'amuse à penser qu'un préadolescent Lituanien dépasse un jeune Estonien plus âgé que lui vers une conquête et une possession d'objets virtuels, que ces deux gaillards sont en compétition avec un jeune sénégalais dans un cybercafé de Dakar, et qu'ils n'émergent pas de quelques dizaines de milliers de leurs compatriotes englués en apparence, alors que la bonne question à se poser, seul un parmi 1000 se la pose, et que, de nouveau, à l'intérieur de cette population sélectionnée par l'usage qu'elle va faire de l'outil, seul de 1 pour 100 à 1 pour 1000 va s'en sortir. Cela n'est pas la compétition des Miss, mais cela y ressemble furieusement ! Et c'est bien amusant à voir. Je comprends bien sûr par ailleurs que les malheureux "laiderons" ou liassés pour compte de cette compétition bascuelent dans une forme de jalousie qui a ses raisons. Heureusement, nous progressons sur la voie d'un revenu universel, et il y a quelques débuts timides. L'essentiel reste bien de définir la meilleure façon d'affecter nos ressources humaines à la création de valeurs effectives, comme la durée de vie en bonne santé, le nombre raisonnable d'enfants pour optimiser cet objectif, et la diminution des souffrances humaines, inégalement réparties à la surface du globe. Omar Sy a-t-il la réponse tout seul ? Non, bien sûr, mais il mène son action et il est encouragé par son épouse...C'est déjà pas si mal de rendre son conjoint fier des actions communes et où le couple exprime sa solidarité.
0
1
0
2
Serizawa Tamao
Premier jet, écriture d'une transcription presque instinctive d'images sombres inspirée par un avenir stérile.
0
2
0
1

Vous aimez lire Gigi Fro ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0