46 - Damian 

8 minutes de lecture

.

Damian

.

   Le canon de l’arme est glacé contre mon front, tandis que mes mains par-dessus celles de ma sœur, bloquent tout mouvement, l’empêchent de dévier de sa cible. Ce serait trop facile de juste dévier l'arme, me contourner et abattre Donni par un autre endroit. Je veux qu'elle reste là, en place mais surtout qu'elle m'écoute.

Autour de nous, les tirs et les hurlements de la shérif ont cessé. Il n’y a plus que nous, le rugissement du sang à mes oreilles, les battements furieux de mon cœur alors que derrière moi, j’entends Donni gémir de douleur.

Elle lui a complètement défoncé le visage à coup de club de golf, il est méconnaissable.

Au loin, je vois Samuel s’agiter, retenu par Rafaël.

J’inspire par le nez, sens les doigts de Ariana se tendre sous les miens , braque mon regard dans le sien.

Elle est blessée au visage, a une belle entaille au niveau du front mais, elle est consciente. Elle sait ce qui se passe, elle n’est pas totalement en dehors de l’abominable réalité à laquelle elle vient d’ajouter sa pierre.

— Pousse-toi de là, siffle t-elle entre ses dents serrées.

— Baisse ton arme Ari. Baisse ton arme et recule.

Ma voix n’est qu’un murmure, je n’ai pas envie que tout le monde entende mes mots, que les individus autour de nous puissent se satisfaire de mes supplications. De quoi cela aurait-il l'air ? La victime qui supplie pour la vie de son bourreau, il y aurait de quoi jazzer.

Le canon de l’arme tremble contre ma peau, ses bras sous tension s’agitent : elle n’en peut plus.

Cependant, la haine au creux de ses yeux bruns, la grimace furieuse qui étire son visage d’une façon terrifiante ne disparaissent pas. Elle est crispée, prête à en découdre.

— Ariana, je t’en pris, je murmure en fermant les yeux.

Une rafale de vent soulève ses cheveux, me fait grelotter de froid. Dans la précipitation, je suis parti sans manteau, sans même une veste. Mon seul sweat enfilé à la va-vite ne me protège pas du tout de l’air glacé et rendu irrespirable par l’odeur de poudre et la fumée.

Au loin, mon père me dévisage, me hurle de dégager et de laisser Ariana en finir avec Donni.

Mais je ne bouge pas d’un iota.

Un autre gémissement dans mon dos, Donni est en train de sortir de sa torpeur. Il rampe un peu, je l’entends au frottement de la terre contre son corps trop massif pour se relever du premier coup.

Une peur viscérale me prend aux tripes : il est là bordel, juste derrière moi.

Mes lèvres se pressent l’une notre l’autre, tandis que mes épaules se tendent. J'essaye d'ignorer l'horrible sensation de le savoir juste derrière moi, prêt à me bondir à la gorge à la moindre occasion. Un flash me rappelle mon choc lorsque, ligoté dans le coffre de sa camionnette, j'ai découvert son visage hideux sous la lumière de la lampe torche.Puis, je revois son sourire immense lorsqu'après m'avoir vendu, il m'a souhaité de bien m'amuser. Mon corps s'agite des pieds à la tête, une nausée me prend, me serre la gorge.Un rapide coup d'oeil sur le côté m'indique que Samuel n'est qu'à quelques mètres de moi. Je ne risque rien, il est juste à côté de moi.

— Dami, c’est un monstre. Il mérite de mourir il...

— H aussi était un monstre, et est-ce qu’il méritait de mourir pour autant ?

— Tu n’as pas le droit de les comparer.

— Papa est un monstre, et tu ne peux pas le nier. Il a tué sans doute bien plus de monde que lui ne le fera jamais. Elena est là, elle va le coffrer, et Raf va s’assurer qu’il en prendra pour son grade alors... baisse ton arme, Ariana. Si tu le flingues, lui n’ira pas en prison, mais toi, si. Et tu n'as pas le droit de nous abandonner tu entends ? Alors, une dernière fois, baisse ton arme.

Un éclat douloureux passe dans son regard, elle hésite un instant. Ses deux mains resserrées sur la crosse, se détendent légèrement, tandis que le canon tremble à nouveau.

Rafaël hoche la tête dans ma direction, me fait signe de continuer.

Elena quant à elle, indique à ses hommes de rester tranquille, de ne pas intervenir.

Mes mains tremblent légèrement, car son ombre, sa putain de présence dans mon dos m’arrache les tripes.

J’aimerais le savoir mort, pour tout ce qui’l a fait endurer à notre famille. Mais, je me contenterais de le savoir entre les barreaux, là où d’autres Cortez l’attendent, patiemment.

Autour de nous, les coups de feu ont repris : un instant, ils me déconcentrent. Jusqu'alors en suspend, l'affrontement vient de reprendre, et de façon encore plus violente. Chaque camp semble vouloir protéger tantôt Donni, tantôt Ariana dans un ballet de balles qui sifflent et m'explosent les tympans.

— Damian dégage de là !

Mon père me brame dessus, à seulement quelques mètres de nous. Il s’est rapproché sans se faire voir.

Son visage est crispé d’une colère brûlante mais, cette colère, cet air mordant, il m’est destiné à moi, et pas à Donni.

— Allez Ari.

Ma sœur inspire à pleins poumons, et enfin, enfin, baisse son arme. Le canon glacé quitte mon front, s’abaisse dans un mouvement lent, tandis qu’elle ferme les yeux un instant.

Mon père gronde de fureur, s’approche pour m’empoigner aux épaules. Ses mains me font un mal de chien, il serre délibérément plus fort que ce qu’il aurait besoin pour me maintenir en place.

— Montgomery Cortez, à terre ! hurle Elena dans son mégaphone.

Elle le pointe de son arme, lui fait signe de me lâcher. Samuel hurle aussi, plus loin, mais bien plus fort qu’elle.

Je mets cependant un petit moment à comprendre qu’il ne hurle pas après mon père ou moi, mais pour nous avertir que derrière, que dans notre dos...

Une poigne violente m’arrache à celle de mon père et, en à peine une seconde, je me retrouve à nouveau sous la menace d’une arme, le canon pressé contre ma tempe. Le bras passé autour de mon cou me fait un mal de chien, d’autant plus lorsqu’il me force à reculer, en hurlant à tout le monde de rester bien en place.

Mon père se défait, écarquille les yeux de colère tandis que Donni, visiblement remis de son passage à tabac, me tient avec détermination contre lui.

— Bah alors Monty, un problème ?

Un coup de genoux dans les hanches me plie en deux, la shérif hurle dans son mégaphone.

Samuel et Rafaël sont à deux doigts de sortir des rangs, mais de là où je me trouve, je vois Elena les en dissuader d’un mouvement de tête.

Trop dangereux.

La poigne de Donni me soulève presque au-dessus du sol tant il tire sur mon cou pour me faire reculer.

Ariana est pétrifiée d’horreur, et mon père totalement ahuri face au culot de Donni.

— C’est marrant non, ricane Donni en recrachant un peu de sang à chaque syllabe. Hein Monty ? Vous y étiez presque, vous aviez presque réussi à éradiquer le nuisible mais...

Il agite l’arme contre ma tempe.

— Tu as pas réussi à formater tous tes gosses à ce que je vois. Et c’est fou car, c’est le plus pété d’entre eux qui arrive encore à croire qu’il existe un moyen de s’en sortir.

Son bras se resserre, il m’étrangle. J’ouvre la bouche pour chercher de l’air, m’agite, me récolte un rire gras de la part de mon agresseur.

— Bouge pas tant mon Dami, ce serait dommage que mon doigt ripe et que tous tes beaux efforts n’aient servi à rien. Une jolie petite tête comme ça, ça vaut cher. Tu en sais quelque chose ?

— Lâche-le putain espèce de connard, il vient de te sauver la vie, siffle Ariana, enfin sortie de son état second.

Donni a une exclamation étonnée, se couvre la bouche de la main, avant de défaire la détente de son arme.

Samuel bondit en avant, est rattrapé par la capuche de sa veste. Rafaël le tient fermement, lui indique de ne pas bouger.

Mes yeux me piquent, l'air me manque.

— Tu sais Ariana, la vie est un cercle, sourit Donni. Les gens vivent, puis meurent, et leurs enfants reprennent le flambeau... et ainsi de suite. Pour ma part, je trouverais ça normal que la boucle, notre boucle, se termine aujourd’hui. Hein Monty, tu en dis quoi ?

Mon père ne pipe pas mot, se contente de caresser son arme du bout de ses doigts.

— La boucle, c’est entre nous qu’elle se joue : ton premier fils a tué mon père lors de son initiation alors, je vais m’arranger pour éliminer celui-là ? La boucle est bouclée !

Je le sens hausser les épaules avec désinvolture.

Il est complètement taré.

— Ah, donc en fait c’est ça.

Le murmure de mon père me surprend presque autant qu’il ne surprend Donni. Étonné d’enfin l’entendre répondre, la pression sur mon cou se relâche un peu, je tousse, reprend un maximum d’air avant que la pression ne revienne brutalement.

— Je pensais que tu avais réussi à passer outre mais visiblement, on ne se débarrasse pas facilement de ses fantômes.

— C’était mon père, espèce de fils de pute ! Et ton fils, ton brave fils Hugo, lui a tiré une balle dans le dos. Quel courage ! Alors qu’en plus, et ça malgré tous tes beaux discours... mon père était un civil, il ne faisait partie d’aucun putain de gang !

— Tu étais au courant ? s'étrangle Ariana.

— À ton avis pourquoi crois-tu que je désirais le virer du gang avant de me faire emprisonner à sa place ?

— Et m'en parler non ?

Donni grince des dents me tire plus fort contre lui, de sorte que mon dos soit totalement collé contre son torse.

Je m’agite, patine dans le vide.

— Arrête de bouger putain !

De sa main qui tient l’arme, il tire en l’air, plus pour me faire peur que pour rétablir son autorité.

Un couinement horrifié m’échappe, je m’en veux terriblement de lui laisser entrevoir cette facette encore trop faible, celle qui, malgré ‘’l'habitude’’ des coups de feu, sursaute encore lorsqu’ils sont tirés si près de mon oreille.

Mes larmes de douleur débordent : je n’arrive plus à respirer.

Un déclic de détente me fait relever la tête. Ariana, bras tendus, pointe à nouveau son arme sur Donni.

— Oh ma belle... ne soit pas ridicule. À ton avis, qui de toi ou moi tire le plus vite ?

Ma sœur secoue la tête, me fait signe de tenir, de rester conscient.

Plus facile à dire qu’à faire.

Mes yeux balayent le parking : c’est une voie sans issue. Je ne sais pas ce que Donni attend exactement de mon père, ou de Ariana mais, qu’importe ce qu’il demandera, il l’obtiendra. Et même avec ça, je ne suis pas sûr qu’il relâche sa prise.

H a tué le père de Donni. Lors de son initiation, il avait donc quinze ans à l’époque. Il y a... dix ans. Ce n’est pas possible. Il ne peut pas nourrir une haine contre notre famille depuis dix ans. Et même ce n’est pas logique, pourquoi aurait-il rejoint le gang des assassins de son père ? H n'a jamais voulu me parler de cette histoire, réservée aux ''vrais membres''. Je pensais jusqu'à aujourd'hui que mon père l'avait recueilli après que H ait effectivement tué son père, mais dans un accident de voiture. Pas pour son initiation. Quelque chose ne va pas, je ne comprends plus rien.

Dans un réflexe ultime de me soustraire à la prise de Donni, je griffe ses avant-bras, me récolte un coup de crosse contre le visage. En un instant, le monde tournoie puis se fissure. Le choc trop violent, me plonge dans l’inconscience.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Hohn Emmanuel
voici une suite pour @yukilove@ mais libre à vous d'écrire une suite .
2
3
0
2
Claire Mayaud


Elle frémit dans sa petite chemise en soie. L'air est plus frais qu'à l'accoutumée mais elle n'y prête pas attention. Accoudée au balcon de son appartement, tout en haut d'un de ces immeubles haussmanniens, elle rêvasse. Elle porte une cigarette à ses lèvres, inspire et expire doucement, lentement, pour savourer chaque instant. Des bruits de klaxons au loin. Des éclats de rire. Tintement de cristal, des verres que l'on entrechoque. La ville à l'heure du coucher, tiraillée entre deux mondes, s'assoupit paisiblement. Le soleil a maintenant disparu mais le ciel porte encore la marque rosée de ses rayons. Ils s'effacent, sans bruit, petit à petit, sans que personne ne le remarque. Tout à coup il fait plus sombre et les ombres grandissent dans la rue. Elle observe le ciel. Peu d’étoiles sont visibles dans la capitale. Son seul véritable défaut d’après notre citadine. Et ce soir, même la lune et sa lumière si familière se font désirer.
La petite brise libère la ville de la canicule qui a été la sienne pendant de longs jours. Les fenêtres des appartements d'en face sont grandes ouvertes, recherchant la fraîcheur du soir qui s'installe. Il est facile d'observer les voisins s'activer. Quelques secondes dans l'intimité d'inconnus. Des inconnus que l'on croise certains matins dans la rue en allant chercher le pain, ou en revenant des courses le soir. D'un signe de tête on les salue, on échange peut-être même des banalités, pour montrer qu'on sait. Qu'on sait qu'ils font partie de notre rue, de notre petit quartier, au fond de notre vie, même si on ne sait pas grand-chose d'eux. Les propriétaires du 4ème de l'immeuble d'en face doivent aimer le rouge. Lustre, canapé, tableau. Passion. Tout est clinquant, brillant. Lui doit être homme d'affaire. Ou avocat. Un métier important. Il a la prestance et l'élégance de ceux qui ont des responsabilités. Le snobisme aussi, le sérieux. Il a les cheveux poivre et sel, le regard direct, intransigeant et des gestes autoritaires. Parfois des disputes éclatent sur leur petit balcon. Lui reste stoïque, aucun mot plus fort que l'autre tandis qu'elle n'est que cris et hurlements dramatiques. Très théâtral. Les voisins d'en dessous font dans des couleurs plus neutres, moins osées, ils sont d'ailleurs aussi moins présents, plus discrets. Même les enfants sont sages. Brossage de dents, petit pipi, histoire du soir puis le marchand de sable passe. La petite se réveille et appelle ses parents. Si, elle est sûre d'avoir aperçu une sorcière sous son lit. Une avec un nez crochu et un chapeau pointu. Papa la rassure, ce n'était qu'une chaussure. Encore un peu plus bas, un vieux couple tire les rideaux de la salle à manger. Des rideaux aux motifs vieillis et aux couleurs passées qui datent du siècle dernier. Puis, il faut aller arroser les plantes à la fenêtre de la cuisine. Il a fait chaud aujourd’hui et l’eau leur procure un nouveau souffle de vie. Petits rituels du soir. Routine rassurante, aimée et inlassablement répétée.
Elle esquisse un sourire. Elle aime ces moments, seule, seule avec ses pensées. Quand l'odeur de la nuit vient titiller son nez. Cette odeur de feu de bois et de liberté si propice à l'imagination. Quand l'irréel prend soudain la place du réel. La nuit est comme une parenthèse dans la réalité, tout semble possible, à portée de main, les rêves les plus fous aspirent à se réaliser, les peurs les plus effroyables paraissent plus menaçantes, plus dangereuses. Dans l'ombre, les amants se réunissent, les caresses se font plus douces, les étreintes plus passionnées. C'est le temps de toutes les promesses mais aussi de toutes les trahisons. Cela ne dure cependant jamais très longtemps, bientôt le soleil refait surface, piégeant les moins prudents ou rassurant les plus angoissés. Les cheminées, sur les toits de ces grands immeubles se détachent dans le ciel sombre, tels des géants silencieux qui agissent dans l'ombre. Elles ne bougent pas, ne respirent pas et pourtant sont là, comme veillant sur les habitants endormis. Certaines laissent s'échapper doucement une fumée grise, signe de chaleur et de foyer, de retrouvailles et de longues soirées.
De la musique au loin. Un tourne disque sans doute. Elle tend l'oreille, essaye de deviner l'artiste joué, du piano, de la musique classique. Elle ferme les yeux et se laisse guider par la mélodie. Bientôt tout son corps s'anime et elle esquisse quelques pas sur son balcon. Entre les géraniums et le basilic. Elle virevolte et ses pieds quittent le sol, elle s'envole. Elle est époustouflante. Et pourtant si fragile. Son corps frêle, caché sous son léger vêtement porte des cicatrices. La vie est dure dirait-on. Mais elle est là, dans son nouveau chez-elle, preuve vivante du renouveau. Elle a repeint la salle de bain en jaune. Pour éclairer la pièce comme un soleil a-t-elle déclaré. Un beau jaune tournesol qui a fait grimacer sa mère. Elle est aussi très fière de son tapis bariolé déniché le matin même dans une brocante. Il se marie parfaitement avec le canapé gris du salon. Parfait pour réchauffer ses pieds l'hiver, à défaut d'avoir une cheminée. Pourtant elle a espéré, dans sa naïveté enfantine, pouvoir trouver un appartement avec un petit poêle. Pour le crépitement du feu. Mais Paris et son petit budget en ont malheureusement décidé autrement. Tant pis, elle s'est promis, qu'un jour elle aurait une piscine et une cheminée. Et une véranda fleurie où elle pourrait s'installer tranquillement pour lire, dans un fauteuil aux gros coussins moelleux. Un hamac au fond du jardin, entre deux grands arbres majestueux. Elle rit. Pour tout et n'importe quoi à la fois. Et quand elle rit tout son visage resplendit. Elle est époustouflante. Elle a toujours attiré les regards. Des hommes célibataires, fiancés ou mariés. Ils l'abordent, la complimentent, cherchent à la charmer par des paroles doucereuses ou des promesses en l'air. Mais, d'un pincement des lèvres, d'un regard hautain ou d'un geste agacé de la main, elle les repousse. Et, déçus, ils s'en vont en conquérir d'autres. Plus abordables et plus sensibles à leurs charmes. Ces femmes, si fiévreuses de plaire et si avides d'attention, qui n'hésitent pas à gratifier leurs prétendants de regards en coin ou de paroles mielleuses.
Elle porte à ses lèvres son verre de cognac et ses bracelets au poignet tintent doucement. Une jeune fille ne doit pas boire d'alcool fort comme ça toute seule. Foutage de gueule. Elle n'a qu'à faire de ces principes de la bonne société. Pourquoi donc ne pourrait-elle pas profiter de ce petit plaisir ? Et puis les règles ne sont-elles pas faites pour être bafouées ? Ses doigts blancs et fins entourent délicatement le verre, ses ongles légèrement vernis sont coupés courts. En un coup d’œil on devine qu’elle n’a jamais vraiment été intéressée par les travaux manuels. Non, la peau de ses mains est beaucoup trop fine, n’a jamais été abimée par la sueur ou la crasse. Elle est plutôt du genre avocate. Ou quelque chose dans les livres peut-être. Elle est réfléchie et mesurée. Mais les yeux pétillants et le regard malicieux. Elle regorge de vitalité, de joie et de volonté.
Bientôt elle soupire. Peut-être est-il temps pour elle de retourner se coucher ? Elle hésite. Son lit l’attend, et, avec lui, ses draps propres aux senteurs de lavande et son bien-aimé. Et puis, le réveil sera difficile si elle tarde trop. Mais elle s’interdit de penser au lendemain, à la sonnerie de son téléphone qui viendra la tirer de sommeil, l’enlever à son repos. Elle s’accorde encore quelques minutes. Juste le temps de mémoriser cet instant. Elle ferme les yeux. Faites que le temps s’arrête, faites que demain n’arrive jamais.
Tout à coup, des bras forts et protecteurs l'encerclent. Un parfum aimé vient chatouiller son nez. Il est là, elle a dû le réveiller. « Pardon, tu dormais. » Il ne relève même pas et continue à la serrer contre lui. Ensemble ils observent la ville endormie. Même le petit couple du 6ème a finalement éteint. Le tourne disque s'est arrêté et le silence s'installe progressivement dans la rue. Le sommeil se fait sentir.
Finalement, la pensée de retourner dans son lit ne lui parait plus si terrible. Il est là près d’elle. Il viendra chasser ses cauchemars si besoin, comme à chaque fois.
"Viens mon amour, Rachel, viens te recoucher, il est tard." Chuchote-il. Elle sourit et lui emboite le pas, sa main dans la sienne.
1
1
0
6
no97434

- Maman, qui m'a donné mon intelligence?
- Ce doit être ton père parce que moi je l'ai encore.
11
6
0
0

Vous aimez lire Cirya6 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0