43 - Damian

13 minutes de lecture

.

Damian

.

   Je me rappelle d'un jour où, Ariana m'a parlé del dia de los muertos au Mexique. Selon elle, il s'agissait d'une fête familiale grandiose où on se réunissait pour fêter la vie que les morts avaient vécu de leur vivant.  Tout d'abord avec un détour au cimetière, auprès de l'ofrenda de nos morts. On mangeait, on buvait, on pensait à eux. Et surtout, on n'était pas triste car, on ne célébrait pas la mort, mais la vie.

Pourquoi n'est-ce pas comme ça dans chaque pays du monde ?

Divaguant sur ce souvenir, je fixe les bulles de la coupe de mousseux que Ariana tient entre ses mains, assez intrigué.

Depuis que nous sommes rentrés du cimetière, après avoir assisté à la mise en terre du cercueil, elle boit beaucoup, rit fort et fait même de la lèche à notre père. Ce dernier, loin, très loin d'être affecté par la mort tragique de son fils qui soit dit en passant, lui a permis d'être relâché avec vingt jours d'avance, parade et parle fort, occupe l'espace autour de lui.

Les hommes du gang lui font de longs discours, lui expriment leur tristesse d'avoir perdu leur chef ''remplaçant'', mais aussi l'infini plaisir de le revoir lui, en bonne santé.

J'aurais préféré que ce soit l'inverse justement.

Je gronde, bois une gorgée de mon verre de jus d'ananas, et fixe Danny me rejoindre en trottinant, pour s'asseoir à côté de moi sur les marches d'escalier. Je ne sais pas ce qu'il boit, mais la couleur ne m'inspire pas confiance.

— Pourquoi t'as pas pleuré à l'église ?

Sa question abrupte me ramène brutalement sur terre, me donne une grande gifle dans le visage. Étonné, je tourne la tête vers lui, hausse les sourcils.

— Quoi ?

— Je t'ai vu, pendant que le père Perez parlait, tu as pas pleuré. Pourquoi ?

— Je m'en suis pas rendu compte.

Et c'est vrai. J'ai vécu cette cérémonie dans une dimension parallèle, comme si je l'observais par le biais d'un autre, comme si je ne connaissais pas l'homme allongé dans le cercueil. À aucun moment, l'idée de pleurer ne m'a submergé, à aucun moment mes sentiments ont pris le dessus.

En y repensant, mon père non plus n'a pas pleuré.

Mon petit frère m'observe d'un drôle d'air.

— Tu l'aimais pas H, hein ?

— Bien sûr que si, je rétorque. C'est juste que... J'en sais rien Dan d'accord ?

Mikky nous rejoint à son tour, une énorme assiette en plastique remplie de gâteaux apéritifs entre les mains.

Danny lui en prend quelques-uns, je refuse gentiment : la dernière chose dont j'ai besoin là, maintenant, c'est de m'enfiler ces merdes.

Le nouvel arrivant fait la causette, tente de nous dérider, Danny et moi. Il parle vaguement du moment où enfin, nous pourrons retourner en Arizona.

À cette simple pensée, mon esprit divague vers Samuel qui, depuis l'autre bout de la salle, discute avec Julio en me lançant de temps à autre de lourds regards interrogateurs.

Je suis pris entre deux feux avec lui. Si mon père découvre le pot aux roses, il creusera lui-même ma tombe entre celle de Lina et Hugo, et m'y enterrera avec une satisfaction toute justifiée selon lui.

Il va finir par le découvrir de toute façon. Après tout, ce n'est pas comme si le voisinage n'était pas au courant que le fils Cortez est un gros pédé.

Je ris amer, enfouis mon nez dans mon verre.

— Vous pensez que papa va rester ici maintenant ?

— Où veux-tu qu'il aille autrement, je marmonne, le cœur lourd.

— Si on réunit tout notre argent, on pourrait peut-être lui payer un hôtel ?

Assez étonné de la question de Danny, je tourne vers lui un visage intrigué dans le mauvais sens du terme. J'ai mes raisons de ne pas vouloir que notre père reste à la maison. J'aimerais cependant connaître celle des jumeaux.

— Pourquoi tu ne veux pas qu'il reste avec nous ?

— Parce que s'il revient, Raf et Sam ne viendront plus aussi souvent et...

Danny se tait, et son jumeau termine :

— Et c'est eux notre famille, pas lui.

Si notre père entendait ça, il serait dingue. Et il aurait des raisons de l'être : délaissé au profit de deux personnes rencontrées il y a trois mois seulement, il y a de quoi grincer des dents.

Je souris un peu, et ébouriffe les cheveux de Mikky.

— En plus papa, il s'en fiche de nous. Il a échangé nos prénoms tout à l'heure.

— Vraiment ?

— Oui. Il est même pas foutu de nous reconnaître.

La tournure vulgaire de la phrase qui franchit les lèvres de Mikky me fait douloureusement penser à mes propres mots, à son âge.

Des pas se rapprochent de nous, et lorsque je relève la tête, je tombe sur Samuel, sourire doux aux lèvres, un feuilleté au fromage entre les doigts.

— Tu en veux un ?

Il me le tend, je refuse, Danny le vole et le gobe en une bouchée.

Dépité, mon petit ami s'assoit près de moi, tout en restant à une distance purement ''amicale''.

— Tu sais que s'il est pas au courant, c'est qu'une question de jours, me glisse-t-il doucement.

— Huh, tu crois que je le sais pas ? Il lui suffit d'aller sur les réseaux sociaux ou juste au lycée pour se rendre compte de...

— Ça t'inquiète tant que ça ?

— Sam, être homo pour mon père c'est juste... pas envisageable.

— Par contre, vendre de la cocaïne c'est ok ? Il a tout de même une drôle de morale.

J'acquiesce en ricanant dans ma barbe.

Nous restons silencieux quelques instants, avant que je ne reprenne la parole.

— Et Raf, comment il va ?

— Il boit beaucoup, je trouve.

— Comme ma sœur. Ça craint.

Nouveau silence. Je croise et décroise mes jambes, mal à l'aise dans mon propre corps, dans ma propre maison.

Lu me fait signe, puis s'approche à son tour, un verre de vin entre les mains.

— Vous faites contre-soirée dans les escaliers ?

— Non, je réfléchis au meilleur moyen de me procurer de faux papiers pour quitter le pays, je grince en roulant des yeux.

— Pourquoi ?

Je lui adresse un mouvement de tête équivoque, mime un « Dad is come back » en articulant bien chaque syllabe. Mon amie se mord l'intérieur de la joue, et balaye Samuel d'un regard avant de franchement le désigner du menton.

— Effectivement, on risque d'avoir un problème de taille.

— Ouais.

— C'est dramatique à ce point ? s'exclame mon petit ami.

Je hausse les épaules, franchement las d'avoir à me torturer l'esprit avec ce problème alors que mon putain de grand frère vient d'être enterré six pieds sous terre. Je veux dire, je devrais être dévasté, et je le suis mais là, tout de suite, la seule chose qui m'inquiète vraiment est qu'à cause de mon père et de ses a priori à la con, la seule personne qui me rend un minimum heureux ne pourra plus passer la porte d'entrée.

Mes poings se serrent, j'inspire par le nez, tremble. Mikky prévenant, pose une main sur mon genou, le serre doucement.

C'est fou comme, de ne pas les voir depuis presque un mois, les a changés à mes yeux. Ils me paraissent plus vieux, plus matures, moins gamins.

Mon frère me sourit, avant de faire un clin d’œil à Samuel.

— De toute façon, entre lui et toi, c'est toi notre préféré.

— Mikky, ça se dit pas ce genre de chose, le reprend Danny.

— Quoi ? C'est vrai.

Samuel pouffe légèrement, avant d'étreindre les jumeaux avec chaleur.

Et dire que mon père, par sa simple présence, pourrait briser tout ça.

C'est hors de question.

   Les ''invités'' sont enfin partis, ne reste que nous cinq à la maison. Comme si rien n'avait changé depuis plus de deux ans maintenant, notre père a repris sa place, a inspecté l'état de l'extérieur, de la plomberie.

Ariana est éméchée, et tourne comme un lion en cage depuis que monsieur a commencé à se la jouer militaire sur chaque minuscule détail de cette saloperie de maison.

Les jumeaux sont en haut, jouent dans leur chambre.

Ariana passe à côté de moi, porte un nouveau verre de bière à ses lèvres. Son regard est d'une dureté sans nom, elle me semble prête à mordre quiconque la regarderait de travers.

Enfin, notre père redescend, et vient se planter face à nous, l'air critique.

— Damian, tu me feras le plaisir de ranger ta chambre, et de trier tes fringues. C'est un bordel sans nom là-haut, je me demande comment ta sœur laisse passer ça.

— Quoi ?

— Quoi, quoi ? T'es pas une nana, alors tu vas me trier ces fringues. Ariana, tu vas pas me dire que tu cautionnes les... torchons que j'ai trouvés dans son armoire ?

— Tu as fouillé mon armoire ?

Non mais je rêve. J'hallucine ?

Il hoche pensivement la tête, et se rapproche d'un pas : je recule d'un pas également. Ma sœur quant à elle, très loin d'être sourde au reproche de notre père, le foudroie du regard.

— T'es gentil, tes réprimandes tu te les gardes pour un autre jour.

Halluciné du ton glacial, il la contourne pour aller s'ouvrir une canette de bière, et revient près de nous avant d'à nouveau se tourner vers moi. Une sale odeur de bière et de transpiration s'échappe de ses pores, me donnerait presque la nausée. Ses yeux me toisent, me font un mal fou à décortiquer chaque centimètre de mon corps à la loupe.

Pourquoi faut-il qu'il me déteste à ce point ?

— Je ne dis pas ça pour t'engueuler Dam, j'ai juste pas envie que les gens te prennent pour ce que tu n'es pas, et ces fringues n'envoient pas le bon message.

Je hoche timidement la tête, lui souffle un « Je m'en occuperai » à peine audible, avant de jeter un regarde en biais à Ariana. Elle a terminé son verre, et s'en est presque déjà resservi un.

— Tu es d'accord Ariana ?

— J'en ai rien à faire de cette question de fringues là, tout de suite. J'ose espérer que tu comprends pourquoi ?

Mon père arque un sourcil, mais ne fait aucun commentaire.

À la place, il revient à moi, encore et toujours. Je me hâte de redresser la tête.

— J'ai également vu traîner tout un tas de médicaments. C'est quoi tout ça ?

— Des médicaments prescrits par...

Je me fige. Mon père a toujours eu une grande aversion pour les psychologues. Pas parce qu'il ne croit pas en leur travail, mais plutôt car il les pense responsables de la faiblesse d'esprit de certains. Pour lui, voir un psychologue revient à accepter et revendiquer sa faiblesse.

— Ton ?

— Médecin.

— Son psychiatre, rétorque Ariana, la voix grave. Son putain de psychiatre, qu'il voit parce qu'il va mal, parce que je te rappelle simplement qu'il s'est tiré vivant d'un truc franchement pas cool il y a un mois. Parce que Lina et H se sont tous les deux fait buter, et parce que notre vie n'est qu'un ramassis de merde. Alors oui, il prend des médocs, et t'as rien à lui dire, comprendo ?

Je reste figé, les muscles tendus à leur paroxysme, le souffle glacé.

Elle ne vient pas franchement de lui dire ça, si ? Mon cœur bat plus fort dans ma poitrine car, même si ce n'est vraiment pas le jour, je sens venir l'explosion, celle qui miraculeusement, n'a pas eu lieu l'autre fois à la prison.

— Excuse-moi mi hija ?

— Je ne pense pas que la prison t'ait rendu sourd ? Tu as très bien entendu, tu lui lâches la grappe maintenant, c'est bon là.

Menaçant, mon père s'approche d'elle d'un pas lourd, la couvre de son ombre.

— Pardon ? J'ai tout de même le droit de faire une remarque à mon fils sur...

— Bah non, justement. T'en as plus le droit, et tu sais pourquoi ? Parce que ça fait deux ans que tu en as rien eu à péter de lui, ou de moi, ou des jumeaux. C'est en partie à cause de toi qu'il voit ce putain de psy, c'est à cause de toi qu'il a voulu rejoindre ce gang de merde, cette putain d'arnaque qui visiblement, compte plus à tes yeux que ta propre famille !

Le ton monte dangereusement. Dans les escaliers, j'entends les jumeaux se rapprocher. Je leur fais signe de remonter, avant que d'un coup, on ne me parle à nouveau. Ou plutôt, qu'on ne me hurle dessus à nouveau.

— Damian, écoute-moi quand je te parle !

Je sursaute, fais un nouveau pas en arrière, et regarde mon père se rapprocher de ma sœur, l'air mauvais. Ils sont tous les deux largement éméchés, et leurs rancunes respectives n'arrangent rien à la situation.

— Je... je vais trier mes vêtements c'est bon, vous engueulez pas pour ça.

— Tu vas rien trier du tout bordel ! Et c'est pas pour ça qu'on discute. On est pas en train de s'engueuler là, ok ?

J'en doute très, très fortement, mais ne fais aucun commentaire.

Mon père renifle, dédaigneux, avant de rire, mauvais.

— Alors maintenant, tous vos malheurs vont être de ma faute ? Si vous êtes dans la merde Ariana, c'est car tu n'as pas su assumer ta responsabilité de tutrice.

— C'est difficile d'assurer lorsque tout est déjà bousillé à la base !

— Tu vas baisser d'un ton, tu me gonfles là !

— Toi baisse d'un ton, et laisse Damian tranquille.

Il sourit, rit à nouveau, et se tourne vers moi.

D'un signe de tête, il me fait signe d'approcher, je refuse, il prend la mouche et grogne de colère.

— Vous avez donc décidé de me les briser tous les deux ?

— Pas du tout. Je ne veux juste pas qu'avec ton retour revienne l'ambiance toxique qui régnait avant ton départ.

— Ambiance toxique, ricane t-il.

— Oui. Toujours là à nous critiquer, à mener une vie d'enfer à Dam, c'est stop là.

— Tu trouves que je te mène la vie dure Damian ?

Je déglutis, ne sais pas quoi répondre.

Évidemment qu'il m'a gâché la vie avant son départ, à sans cesse me rappeler que le seul de ses enfants qui le décevait bien comme il fallait, c'était moi. À toujours me comparer à Hugo, le repreneur parfait, le fils idéal dont il se vantait auprès des copains, qu'il voyait déjà reprendre les rênes du gang. Au même titre qu'il comparait Lina à Ariana, il ne pouvait pas passer une semaine sans qu'il ne me fasse une leçon sur ma façon de m'habiller, de marcher, de parler, de me tenir.« Marche pas comme ça, on dirait une nana ! », « Tu comptes impressionner qui avec ce genre de fringue ? », « Regarde Hugo, est-ce qu'il perd son temps à lire lui ? Non ! », « Tu voudrais pas faire du sport un peu, c'est quoi ce corps de faible ? » ou « Quand tu auras finis de te pomponner comme une pédale, on pourra peut-être discuter de tes priorités dans la vie, non ? ».

Tout me revient, et je sens mon cœur craquer.

Je veux pas que ça recommence, jamais. Je ne veux pas de lui ici, je ne veux pas que sa vie interfère sur la mienne, je refuse de le voir bousiller les jumeaux comme il m'a bousillé moi.

— Oui, je réponds simplement.

Mon cerveau tire la sonnette d'alarme. J'aurais mieux fait de mentir, après tout. Mais encore une fois, mon cœur a été le plus rapide.

Ses yeux s'écarquillent, et Ariana me sourit, fière de moi.

— Vraiment ? Pauvre princesa, je crois qu'on a pas la même définition de la vie à la dure.

— Me traite pas de ''princesa'', je marmonne.

— Et pourquoi pas ? Je trouve que ce surnom va plutôt bien avec ta garde-robe.

Je frissonne, et recule encore, tandis qu'il avance, qu'il empiète dans mon espace vital.

— Arrête de reculer. Tu m'as dit l'autre fois en prison, que tu avais presque rejoint le gang ? Ce n'est pas avec une attitude comme celle-ci que tu pourras survivre.

— C'est sûr qu'en adoptant l'attitude correcte, on survit ! je m'exclame. La preuve, ça a tellement bien marché pour Lina et Hugo !

La gifle part avant que je n'ai pu l'esquiver. Ariana se précipite à ma rescousse, repousse notre père, lui montre les dents, avant de sortir son portable et de le lui fourrer sous le nez.

— Ose recommencer, ose, gronde t-elle. Et j'appelle les flics. Ils attendent que ça, le dérapage qui te reconduira directement en taule. Espèce de malade, à croire que t'as rien appris, que t'es juste toujours la pauvre merde qu'ils ont bien fait de coffrer il y a deux ans. T'étais peut-être pas le responsable direct de la mort de Lina, ni de celle de H mais crois-moi sans toi, ils seraient encore tous les deux en vie.

Mon père est blême. Il nous fixe tous les deux sans mot dire, les yeux injectés de sang, les doigts tremblants de rage.

Puis il fait à nouveau un pas vers nous, Ariana agite son portable.

— Et tu ferais mieux de pas douter de ma parole. Mon petit ami, celui que tu as mal regardé toute la journée parce que Oh mon dieu, il est métis, et bien figure-toi qu'en plus de ça, il est flic. Mais pas juste flic de commune tu vois, il est flic de haut niveau, tout droit sorti de l'US Army. Alors fais pas le malin. T'as réussi à sortir de taule en jouant la carte du père épleuré, je peux t'y renvoyer en jouant la carte du père violent et nuisible.

— Quelle franche réussite, grogne mon père avec dédain. Ma fille se tape un flic black, et mon fils de toute évidence, n'a jamais compris, malgré mes ''remarques'', qu'il n'était pas une fille, mais bien un garçon. La vie est parfois mal faite, comme vous le dites. Ce sont toujours les enfants défectueux qui persistent.

Il attrape sa veste, sa canette de bière, et nous salue d'une insulte salée, avant de quitter la maison, en claquant la porte.

Je tremble de part en part, ne sais pas quoi faire si ce n'est bafouiller des paroles intelligibles à l'intention de Ariana qui, déjà le nez fourré dans ses contacts, lance bien vite un appel à Elena.

— Elena c'est moi. J'ai besoin que tu viennes à la maison s'te plaît.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Hohn Emmanuel
voici une suite pour @yukilove@ mais libre à vous d'écrire une suite .
2
3
0
2
Claire Mayaud


Elle frémit dans sa petite chemise en soie. L'air est plus frais qu'à l'accoutumée mais elle n'y prête pas attention. Accoudée au balcon de son appartement, tout en haut d'un de ces immeubles haussmanniens, elle rêvasse. Elle porte une cigarette à ses lèvres, inspire et expire doucement, lentement, pour savourer chaque instant. Des bruits de klaxons au loin. Des éclats de rire. Tintement de cristal, des verres que l'on entrechoque. La ville à l'heure du coucher, tiraillée entre deux mondes, s'assoupit paisiblement. Le soleil a maintenant disparu mais le ciel porte encore la marque rosée de ses rayons. Ils s'effacent, sans bruit, petit à petit, sans que personne ne le remarque. Tout à coup il fait plus sombre et les ombres grandissent dans la rue. Elle observe le ciel. Peu d’étoiles sont visibles dans la capitale. Son seul véritable défaut d’après notre citadine. Et ce soir, même la lune et sa lumière si familière se font désirer.
La petite brise libère la ville de la canicule qui a été la sienne pendant de longs jours. Les fenêtres des appartements d'en face sont grandes ouvertes, recherchant la fraîcheur du soir qui s'installe. Il est facile d'observer les voisins s'activer. Quelques secondes dans l'intimité d'inconnus. Des inconnus que l'on croise certains matins dans la rue en allant chercher le pain, ou en revenant des courses le soir. D'un signe de tête on les salue, on échange peut-être même des banalités, pour montrer qu'on sait. Qu'on sait qu'ils font partie de notre rue, de notre petit quartier, au fond de notre vie, même si on ne sait pas grand-chose d'eux. Les propriétaires du 4ème de l'immeuble d'en face doivent aimer le rouge. Lustre, canapé, tableau. Passion. Tout est clinquant, brillant. Lui doit être homme d'affaire. Ou avocat. Un métier important. Il a la prestance et l'élégance de ceux qui ont des responsabilités. Le snobisme aussi, le sérieux. Il a les cheveux poivre et sel, le regard direct, intransigeant et des gestes autoritaires. Parfois des disputes éclatent sur leur petit balcon. Lui reste stoïque, aucun mot plus fort que l'autre tandis qu'elle n'est que cris et hurlements dramatiques. Très théâtral. Les voisins d'en dessous font dans des couleurs plus neutres, moins osées, ils sont d'ailleurs aussi moins présents, plus discrets. Même les enfants sont sages. Brossage de dents, petit pipi, histoire du soir puis le marchand de sable passe. La petite se réveille et appelle ses parents. Si, elle est sûre d'avoir aperçu une sorcière sous son lit. Une avec un nez crochu et un chapeau pointu. Papa la rassure, ce n'était qu'une chaussure. Encore un peu plus bas, un vieux couple tire les rideaux de la salle à manger. Des rideaux aux motifs vieillis et aux couleurs passées qui datent du siècle dernier. Puis, il faut aller arroser les plantes à la fenêtre de la cuisine. Il a fait chaud aujourd’hui et l’eau leur procure un nouveau souffle de vie. Petits rituels du soir. Routine rassurante, aimée et inlassablement répétée.
Elle esquisse un sourire. Elle aime ces moments, seule, seule avec ses pensées. Quand l'odeur de la nuit vient titiller son nez. Cette odeur de feu de bois et de liberté si propice à l'imagination. Quand l'irréel prend soudain la place du réel. La nuit est comme une parenthèse dans la réalité, tout semble possible, à portée de main, les rêves les plus fous aspirent à se réaliser, les peurs les plus effroyables paraissent plus menaçantes, plus dangereuses. Dans l'ombre, les amants se réunissent, les caresses se font plus douces, les étreintes plus passionnées. C'est le temps de toutes les promesses mais aussi de toutes les trahisons. Cela ne dure cependant jamais très longtemps, bientôt le soleil refait surface, piégeant les moins prudents ou rassurant les plus angoissés. Les cheminées, sur les toits de ces grands immeubles se détachent dans le ciel sombre, tels des géants silencieux qui agissent dans l'ombre. Elles ne bougent pas, ne respirent pas et pourtant sont là, comme veillant sur les habitants endormis. Certaines laissent s'échapper doucement une fumée grise, signe de chaleur et de foyer, de retrouvailles et de longues soirées.
De la musique au loin. Un tourne disque sans doute. Elle tend l'oreille, essaye de deviner l'artiste joué, du piano, de la musique classique. Elle ferme les yeux et se laisse guider par la mélodie. Bientôt tout son corps s'anime et elle esquisse quelques pas sur son balcon. Entre les géraniums et le basilic. Elle virevolte et ses pieds quittent le sol, elle s'envole. Elle est époustouflante. Et pourtant si fragile. Son corps frêle, caché sous son léger vêtement porte des cicatrices. La vie est dure dirait-on. Mais elle est là, dans son nouveau chez-elle, preuve vivante du renouveau. Elle a repeint la salle de bain en jaune. Pour éclairer la pièce comme un soleil a-t-elle déclaré. Un beau jaune tournesol qui a fait grimacer sa mère. Elle est aussi très fière de son tapis bariolé déniché le matin même dans une brocante. Il se marie parfaitement avec le canapé gris du salon. Parfait pour réchauffer ses pieds l'hiver, à défaut d'avoir une cheminée. Pourtant elle a espéré, dans sa naïveté enfantine, pouvoir trouver un appartement avec un petit poêle. Pour le crépitement du feu. Mais Paris et son petit budget en ont malheureusement décidé autrement. Tant pis, elle s'est promis, qu'un jour elle aurait une piscine et une cheminée. Et une véranda fleurie où elle pourrait s'installer tranquillement pour lire, dans un fauteuil aux gros coussins moelleux. Un hamac au fond du jardin, entre deux grands arbres majestueux. Elle rit. Pour tout et n'importe quoi à la fois. Et quand elle rit tout son visage resplendit. Elle est époustouflante. Elle a toujours attiré les regards. Des hommes célibataires, fiancés ou mariés. Ils l'abordent, la complimentent, cherchent à la charmer par des paroles doucereuses ou des promesses en l'air. Mais, d'un pincement des lèvres, d'un regard hautain ou d'un geste agacé de la main, elle les repousse. Et, déçus, ils s'en vont en conquérir d'autres. Plus abordables et plus sensibles à leurs charmes. Ces femmes, si fiévreuses de plaire et si avides d'attention, qui n'hésitent pas à gratifier leurs prétendants de regards en coin ou de paroles mielleuses.
Elle porte à ses lèvres son verre de cognac et ses bracelets au poignet tintent doucement. Une jeune fille ne doit pas boire d'alcool fort comme ça toute seule. Foutage de gueule. Elle n'a qu'à faire de ces principes de la bonne société. Pourquoi donc ne pourrait-elle pas profiter de ce petit plaisir ? Et puis les règles ne sont-elles pas faites pour être bafouées ? Ses doigts blancs et fins entourent délicatement le verre, ses ongles légèrement vernis sont coupés courts. En un coup d’œil on devine qu’elle n’a jamais vraiment été intéressée par les travaux manuels. Non, la peau de ses mains est beaucoup trop fine, n’a jamais été abimée par la sueur ou la crasse. Elle est plutôt du genre avocate. Ou quelque chose dans les livres peut-être. Elle est réfléchie et mesurée. Mais les yeux pétillants et le regard malicieux. Elle regorge de vitalité, de joie et de volonté.
Bientôt elle soupire. Peut-être est-il temps pour elle de retourner se coucher ? Elle hésite. Son lit l’attend, et, avec lui, ses draps propres aux senteurs de lavande et son bien-aimé. Et puis, le réveil sera difficile si elle tarde trop. Mais elle s’interdit de penser au lendemain, à la sonnerie de son téléphone qui viendra la tirer de sommeil, l’enlever à son repos. Elle s’accorde encore quelques minutes. Juste le temps de mémoriser cet instant. Elle ferme les yeux. Faites que le temps s’arrête, faites que demain n’arrive jamais.
Tout à coup, des bras forts et protecteurs l'encerclent. Un parfum aimé vient chatouiller son nez. Il est là, elle a dû le réveiller. « Pardon, tu dormais. » Il ne relève même pas et continue à la serrer contre lui. Ensemble ils observent la ville endormie. Même le petit couple du 6ème a finalement éteint. Le tourne disque s'est arrêté et le silence s'installe progressivement dans la rue. Le sommeil se fait sentir.
Finalement, la pensée de retourner dans son lit ne lui parait plus si terrible. Il est là près d’elle. Il viendra chasser ses cauchemars si besoin, comme à chaque fois.
"Viens mon amour, Rachel, viens te recoucher, il est tard." Chuchote-il. Elle sourit et lui emboite le pas, sa main dans la sienne.
1
1
0
6
no97434

- Maman, qui m'a donné mon intelligence?
- Ce doit être ton père parce que moi je l'ai encore.
11
6
0
0

Vous aimez lire Cirya6 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0