34 - Damian

9 minutes de lecture

.

Damian

.

   Samuel me ment. Il me ment lorsqu'il m'assure que tout va bien au lycée, qu'il est heureux d'y retourner, que vraiment, ça lui avait manqué. Si on passait son discours dans un traducteur, ça donnerait ceci :

« Franchement, je suis super content, tu sais, après m'être pris cette balle, le temps il m'a parut tellement long, bloqué à la maison à rien faire. Et puis, j'ai retrouvé Duke, et Chiara... Non franchement, j'ai hâte que tu reviennes ! » donnerait « Franchement ? J'ai envie de me tirer une balle. Tu sais, après m'être fait tirer dessus par un autre élève du lycée, j'ai vraiment cru que j'allais rester traumatisé toute ma vie. J'étais bien au final à la maison, à l'abri. Au moins, j'ai retrouvé Duke, Chiara... mais aussi toutes ces têtes de con qui ne font que parler sur moi et analyser chacun de mes faits et gestes. D'ailleurs lundi midi, j'ai cassé la gueule d'un mec qui faisait deux fois ma taille parce qu'il t'a ouvertement traité de pute devant tout le lycée, alors je lui ai cassé le nez. Sincèrement, ne reviens pas, ce lycée craint à mort ! ». Avec évidemment, quelques petites nuances à apporter.

Ce qui me dérange en fin de compte, c'est plutôt cet entêtement qu'il a à me faire miroiter un monde tout beau tout rose où tout irait pour le mieux. C'est pas ça la vraie vie. La vraie vie elle craint, elle sent mauvais, et elle donne pas du tout envie d'être vécue.

Lorsque j'ai fait part de ma réflexion à monsieur Ross ce matin, il a simplement répondu que peut-être, Samuel faisait ça pour me protéger, pour ne pas qu'en plus de ma propre peine, j'ai aussi à endosser la sienne. Je lui ai dit que c'était ridicule, il n'a rien répondu.

Nous avons beaucoup discuté de mon frère ce matin, en réalité. Après l'incident de mercredi, dont je ne m'étais toujours pas tiré ce matin, mon psychiatre a senti que quelque chose n'allait pas. Il m'a demandé de lui expliquer, j'ai refusé, il m'a à nouveau ensorcelé avec ses belles paroles... j'ai fini par cracher le morceau.

J'en veux à H, vraiment. Je lui en veux de ne pas être venu à l'hôpital, de ne pas avoir pris de nouvelles de juste... de pas avoir été là.

Je gronde, sur le siège passager, et vois ma sœur me couler un regard étonné.

— Un problème little D ?

— Oublie ce nouveau surnom, il est dégueulasse.

— Pète un coup, c'est quoi cette mauvaise humeur soudaine là ?

Je lui montre mes dents, et croise les bras sur ma poitrine.

Quelle corvée, mais quelle corvée. Cet après-midi, c'est sortie ''habillage'' avec Ariana, autant dire que je vais y passer des heures. Je... j'ai encore du perdre une taille de pantalon, mes vêtements me sont trop grands pour la plupart.

Et bien qu'elle n'en dise rien, je sais bien que ce problème, accumulé aux autres, dérange Ariana. Car ce souci-là, il dure depuis trop longtemps déjà.

— Fais pas la tête comme ça. On en a pas pour vingt ans, et puis de toute façon, on doit rejoindre ti cariño et mon affreux Rafaël à la fête foraine à dix-neuf heures.

— Ton ''affreux'' Rafaël ?

Elle sourit, pouffe, avant de soulever une épaisse mèche de cheveux qui jusqu'à maintenant, retombait gracieusement dans son cou. Il y a une trace de morsure le long de sa jugulaire.

— Wouah, ok.

— Je le maudis, franchement. Il a des réflexes bizarres parfois, tu feras attention avec Samuel.

Je hoche la tête, repense à l'épisode de mercredi, m'en veux terriblement. Parfois, je songe au fait que quelqu'un d'autre, qu'une personne qui ne serait pas aussi patiente que Sam, m'aurait jeté depuis un bail. J'ai une chance folle de l'avoir, et j'ai l'impression de lui faire endurer des horreurs.

En soi, s'il s'est fait casser le doigt, tirer dessus, tabasser, insulter, afficher sur les réseaux sociaux, c'est de ma faute. Et moi je suis là à lui gueuler dessus, lui vomir sur les chaussures, lui en faire voir de toutes les couleurs, mais... il est toujours là.

Nous arrivons au centre commercial cinq minutes plus tard. Il n'y a pas grand monde : tout le monde doit être à la fête foraine, notre petite fierté à Soledo. Assez grande pour attirer des habitants de la cité des anges, elle regorge de manèges, de stands de confiseries, et reste souvent en ville jusqu'à la fin décembre.

Je ne sais cependant pas si je suis prêt à prendre un tel bain de foule.

— Bon, en priorité des jeans, des pantalons, quelques hauts... tes baskets sont comment ?

— Pas encore de trou dans la semelle, je marmonne.

— Bien, donc pas besoin de chaussures.

Elle arpente les rayons, me montre des articles, n'attend pas ma réponse pour me les jeter à la figure.

Elle peut vraiment être exubérante parfois.

— Ari la fête... on y va combien de temps ?

— Si tu veux pas y aller mi corazon, on peut aussi rentrer à la maison.

— Non non, juste... je sais pas, c'est peut-être bête, mais j'ai peur de croiser...

— Je sais Dami. Mais, si ça peut te rassurer...

Elle se tourne vers moi, un large sourire aux lèvres.

— … je serai collée à tes semelles, jamais à plus d'un mètre. Et puis, tu veux mon avis ? Si je voulais m'en prendre à toi, j'attendrais que Sam ne soit pas dans le périmètre.

— T'es au courant de ce qui s'est passé lundi donc.

— Bien sûr. Raf m'en a parlé, mais... Lu m'avait envoyé un message avant. Elle s'inquiète pour lui.

— Et dire qu'à une époque, tu disais d'elle qu'elle était une fouteuse de merde.

Ma sœur secoue la tête, et me pousse à l'intérieur de la cabine d'essayage. Elle referme le rideau derrière moi, et me laisse me déshabiller dans le silence.

Tranquillement, je retire chaussures, pantalon et tee-shirt et...

C'est le blocage.

Comme piégé par ma propre image, mes yeux restent rivés sur le miroir, cet immense miroir de cabine d'essayage qui ainsi exposé à la lumière, me renvoie un reflet ignoble.

Mon cou est encore jaune, et des traces persistent sur mes cuisses, sur mes hanches. Quelques cicatrices de griffures parcourent mes flancs. J'ai la sensation de voir mes veines palpiter à travers ma peau abîmée, de pouvoir discerner une grande majorité de mes os.

J'ai envie de vomir.

Lentement, j'avance ma main pour toucher la surface glacée du miroir, la ramène brusquement vers moi après en avoir effleuré la surface. J'ai la sensation que ce reflet qui n'est plus le mien, vient de me brûler.

C'est pour ça que Sam m'a repoussé. C'est pour ça que les infirmiers refusaient de me laisser accéder à la salle de bain tout seul. À la maison, nous n'avons pas de miroir de plein pied.

Ma gorge fait un drôle de bruit, tandis qu'elle se noue.

— Ari ? j'appelle brusquement.

Elle ne répond pas. Je sens mon cœur accélérer, se mettre à battre trop vite et trop fort contre ma cage thoracique. Le sang afflux à mes tempes, fait un ravage dans ma tête, me donne le tournis.

Ce silence, ce putain de silence, le même que dans le coffre de cette camionnette, le même que dans cette horrible salle où je devais attendre dans le noir, au bon vouloir de ceux qui m'avaient acheté, que je me calme.

Je suis tout seul, à nouveau.

— Ariana ?

Toujours pas de réponse. Tremblant, j'attrape un pan du rideau, le tire, tombe sur ce couloir de cabines vides, ou aux rideaux fermés.

Et c'est l'image du couloir du Chill's hotel qui me revient, alors je referme le rideau, et me tasse contre le mur le plus éloigné de l'entrée. Le monde semble tourner autour de moi, comme si j'étais le centre d'une toupie lancée à pleine vitesse.

Si tu as peur, si tu te sens menacé, demande de l'aide, me lance monsieur Ross, dans ma tête.

— Ariana !

Je hurle franchement, et commence à me laisser glisser contre le mur, lorsque le rideau s'ouvre doucement sur ma sœur. Visiblement hébétée de me retrouver dans un tel état, elle vient s'accroupir en face de moi, prend mes mains au creux des siennes, tente de comprendre.

Puis, ses yeux se posent sur le miroir, et c'est comme un éclair de génie qui passe dans ses yeux.

— Dam, c'est bon, je suis là, ça va aller.

Mes jambes remontées contre mon torse, mes bras enroulés autour de mes genoux me gardent à distance de son étreinte. J'accepte sa présence sans vraiment l'accepter.

— Je suis désolé Dami j'étais... je regardais les ceintures à côté et...

— Je peux pas Ari je... c'est pas moi.

Nouveau mouvement d'incompréhension. De sa main, elle caresse ma joue, repousse mes cheveux de devant mes yeux, tente de capter mon regard.

— Comment ça ?

— C'est pas moi. C'est... c'est plus moi.

Je ne sais pas où je suis. Le vrai moi, la vraie version, pas ce clone sans couleur, sans fond, cabossé et boiteux.

— Bien sûr que si mon chat... c'est toujours toi, pourquoi tu...

— Je suis repoussant.

Éberluée, elle s'assoit finalement en tailleur face à moi, les mains toujours enroulées autour des miennes. Le bout de ses baskets rencontre la pointe de mes pieds, qui se recroquevillent sous le contact.

Elle a un drôle d'air, entre la sévérité et la préoccupation.

— Damian, tu me regardes maintenant.

Du doigt, elle me force à relever le menton. Mes yeux rencontrent les siens, je déglutis.

Avec une infinie douceur, ses mains quittent les miennes, viennent saisir mon visage en coupe, et le tournent face au miroir.

— Il y a des choses qu'on va devoir travailler. Qu'on va devoir guérir, ensemble. Je sais que tu es mal mon cœur, que ça va pas fort pour toi. Mais écoute-moi bien, parce que je le répéterai pas une seconde fois.

En sautillant d'une drôle de façon, elle se rapproche un peu plus de moi, toue en gardant mon visage rivé face au miroir.

— Tu es beau, d'accord. Tu es magnifique, je pense qu'il n'y a pas un garçon sur cette terre qui t'arrive à la cheville. Je suis tellement fière de marcher à tes côtés lorsqu'on sort, parce que tu es toi, la tête haute, tout le temps, tu es magnifique, ok ? Oui, tu es blessé. Oui, ton corps est marqué, et gardera sans doute des traces de certaines blessures, mais, vois la chose de cette façon : les cicatrices qui resteront, seront les marques de ta victoire. Ta victoire sur ceux qui ont essayé de te faire plier, qui ont voulu te voir au sol.

Mon cœur se serre. Je tente d'ignorer la sensation, de rester focalisé sur les paroles de Ariana, sur la façon qu'elle a de froncer les sourcils en me disant ça.

— Tu es tout, sauf repoussant. Dami tu as hérité des yeux de maman, la chance vraiment et... Samuel sera mieux placé que moi pour en parler, mais tu as un corps de malade. Je connais des filles qui tueraient pour avoir tes fesses d'accord ?

Elle rit, tout en me caressant les cheveux.

— En parlant de notre Sam, est-ce que tu vois comment il te regarde ?

— Je...

— Il te regarde avec un truc dans les yeux, crois-moi Dami : ce truc qui brille lorsqu'il te regarde, c'est le signe que tu as tout gagné. Lorsque quelqu'un te regarde comme Sam te regarde toi, c'est le signe que tu as plus rien à craindre, que tout est bon.

Je souris à mon tour, repense effectivement à ce petit côté indescriptible qui m'attire dans les yeux de mon petit ami lorsqu'à la dérobée, je le vois m'observer.

— Alors dis-le, murmure Ariana.

— Dire quoi ?

— Dis que tu es beau, que t'es canon putain, et que plus jamais tu en douteras. Que c'est pas ces putains de cicatrices, ces putains de marques qui y changeront quoi que ce soit. Allez.

Pensivement, je me mords la lèvre, fixe mon reflet dans le miroir, mes yeux, mon air crispé, le visage déterminé de Ariana.

Je ne suis pas convaincu. Je n'y arrive pas, c'est au-dessus de mes forces.

— Je suis désolé, je murmure simplement.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Hohn Emmanuel
voici une suite pour @yukilove@ mais libre à vous d'écrire une suite .
2
3
0
2
Claire Mayaud


Elle frémit dans sa petite chemise en soie. L'air est plus frais qu'à l'accoutumée mais elle n'y prête pas attention. Accoudée au balcon de son appartement, tout en haut d'un de ces immeubles haussmanniens, elle rêvasse. Elle porte une cigarette à ses lèvres, inspire et expire doucement, lentement, pour savourer chaque instant. Des bruits de klaxons au loin. Des éclats de rire. Tintement de cristal, des verres que l'on entrechoque. La ville à l'heure du coucher, tiraillée entre deux mondes, s'assoupit paisiblement. Le soleil a maintenant disparu mais le ciel porte encore la marque rosée de ses rayons. Ils s'effacent, sans bruit, petit à petit, sans que personne ne le remarque. Tout à coup il fait plus sombre et les ombres grandissent dans la rue. Elle observe le ciel. Peu d’étoiles sont visibles dans la capitale. Son seul véritable défaut d’après notre citadine. Et ce soir, même la lune et sa lumière si familière se font désirer.
La petite brise libère la ville de la canicule qui a été la sienne pendant de longs jours. Les fenêtres des appartements d'en face sont grandes ouvertes, recherchant la fraîcheur du soir qui s'installe. Il est facile d'observer les voisins s'activer. Quelques secondes dans l'intimité d'inconnus. Des inconnus que l'on croise certains matins dans la rue en allant chercher le pain, ou en revenant des courses le soir. D'un signe de tête on les salue, on échange peut-être même des banalités, pour montrer qu'on sait. Qu'on sait qu'ils font partie de notre rue, de notre petit quartier, au fond de notre vie, même si on ne sait pas grand-chose d'eux. Les propriétaires du 4ème de l'immeuble d'en face doivent aimer le rouge. Lustre, canapé, tableau. Passion. Tout est clinquant, brillant. Lui doit être homme d'affaire. Ou avocat. Un métier important. Il a la prestance et l'élégance de ceux qui ont des responsabilités. Le snobisme aussi, le sérieux. Il a les cheveux poivre et sel, le regard direct, intransigeant et des gestes autoritaires. Parfois des disputes éclatent sur leur petit balcon. Lui reste stoïque, aucun mot plus fort que l'autre tandis qu'elle n'est que cris et hurlements dramatiques. Très théâtral. Les voisins d'en dessous font dans des couleurs plus neutres, moins osées, ils sont d'ailleurs aussi moins présents, plus discrets. Même les enfants sont sages. Brossage de dents, petit pipi, histoire du soir puis le marchand de sable passe. La petite se réveille et appelle ses parents. Si, elle est sûre d'avoir aperçu une sorcière sous son lit. Une avec un nez crochu et un chapeau pointu. Papa la rassure, ce n'était qu'une chaussure. Encore un peu plus bas, un vieux couple tire les rideaux de la salle à manger. Des rideaux aux motifs vieillis et aux couleurs passées qui datent du siècle dernier. Puis, il faut aller arroser les plantes à la fenêtre de la cuisine. Il a fait chaud aujourd’hui et l’eau leur procure un nouveau souffle de vie. Petits rituels du soir. Routine rassurante, aimée et inlassablement répétée.
Elle esquisse un sourire. Elle aime ces moments, seule, seule avec ses pensées. Quand l'odeur de la nuit vient titiller son nez. Cette odeur de feu de bois et de liberté si propice à l'imagination. Quand l'irréel prend soudain la place du réel. La nuit est comme une parenthèse dans la réalité, tout semble possible, à portée de main, les rêves les plus fous aspirent à se réaliser, les peurs les plus effroyables paraissent plus menaçantes, plus dangereuses. Dans l'ombre, les amants se réunissent, les caresses se font plus douces, les étreintes plus passionnées. C'est le temps de toutes les promesses mais aussi de toutes les trahisons. Cela ne dure cependant jamais très longtemps, bientôt le soleil refait surface, piégeant les moins prudents ou rassurant les plus angoissés. Les cheminées, sur les toits de ces grands immeubles se détachent dans le ciel sombre, tels des géants silencieux qui agissent dans l'ombre. Elles ne bougent pas, ne respirent pas et pourtant sont là, comme veillant sur les habitants endormis. Certaines laissent s'échapper doucement une fumée grise, signe de chaleur et de foyer, de retrouvailles et de longues soirées.
De la musique au loin. Un tourne disque sans doute. Elle tend l'oreille, essaye de deviner l'artiste joué, du piano, de la musique classique. Elle ferme les yeux et se laisse guider par la mélodie. Bientôt tout son corps s'anime et elle esquisse quelques pas sur son balcon. Entre les géraniums et le basilic. Elle virevolte et ses pieds quittent le sol, elle s'envole. Elle est époustouflante. Et pourtant si fragile. Son corps frêle, caché sous son léger vêtement porte des cicatrices. La vie est dure dirait-on. Mais elle est là, dans son nouveau chez-elle, preuve vivante du renouveau. Elle a repeint la salle de bain en jaune. Pour éclairer la pièce comme un soleil a-t-elle déclaré. Un beau jaune tournesol qui a fait grimacer sa mère. Elle est aussi très fière de son tapis bariolé déniché le matin même dans une brocante. Il se marie parfaitement avec le canapé gris du salon. Parfait pour réchauffer ses pieds l'hiver, à défaut d'avoir une cheminée. Pourtant elle a espéré, dans sa naïveté enfantine, pouvoir trouver un appartement avec un petit poêle. Pour le crépitement du feu. Mais Paris et son petit budget en ont malheureusement décidé autrement. Tant pis, elle s'est promis, qu'un jour elle aurait une piscine et une cheminée. Et une véranda fleurie où elle pourrait s'installer tranquillement pour lire, dans un fauteuil aux gros coussins moelleux. Un hamac au fond du jardin, entre deux grands arbres majestueux. Elle rit. Pour tout et n'importe quoi à la fois. Et quand elle rit tout son visage resplendit. Elle est époustouflante. Elle a toujours attiré les regards. Des hommes célibataires, fiancés ou mariés. Ils l'abordent, la complimentent, cherchent à la charmer par des paroles doucereuses ou des promesses en l'air. Mais, d'un pincement des lèvres, d'un regard hautain ou d'un geste agacé de la main, elle les repousse. Et, déçus, ils s'en vont en conquérir d'autres. Plus abordables et plus sensibles à leurs charmes. Ces femmes, si fiévreuses de plaire et si avides d'attention, qui n'hésitent pas à gratifier leurs prétendants de regards en coin ou de paroles mielleuses.
Elle porte à ses lèvres son verre de cognac et ses bracelets au poignet tintent doucement. Une jeune fille ne doit pas boire d'alcool fort comme ça toute seule. Foutage de gueule. Elle n'a qu'à faire de ces principes de la bonne société. Pourquoi donc ne pourrait-elle pas profiter de ce petit plaisir ? Et puis les règles ne sont-elles pas faites pour être bafouées ? Ses doigts blancs et fins entourent délicatement le verre, ses ongles légèrement vernis sont coupés courts. En un coup d’œil on devine qu’elle n’a jamais vraiment été intéressée par les travaux manuels. Non, la peau de ses mains est beaucoup trop fine, n’a jamais été abimée par la sueur ou la crasse. Elle est plutôt du genre avocate. Ou quelque chose dans les livres peut-être. Elle est réfléchie et mesurée. Mais les yeux pétillants et le regard malicieux. Elle regorge de vitalité, de joie et de volonté.
Bientôt elle soupire. Peut-être est-il temps pour elle de retourner se coucher ? Elle hésite. Son lit l’attend, et, avec lui, ses draps propres aux senteurs de lavande et son bien-aimé. Et puis, le réveil sera difficile si elle tarde trop. Mais elle s’interdit de penser au lendemain, à la sonnerie de son téléphone qui viendra la tirer de sommeil, l’enlever à son repos. Elle s’accorde encore quelques minutes. Juste le temps de mémoriser cet instant. Elle ferme les yeux. Faites que le temps s’arrête, faites que demain n’arrive jamais.
Tout à coup, des bras forts et protecteurs l'encerclent. Un parfum aimé vient chatouiller son nez. Il est là, elle a dû le réveiller. « Pardon, tu dormais. » Il ne relève même pas et continue à la serrer contre lui. Ensemble ils observent la ville endormie. Même le petit couple du 6ème a finalement éteint. Le tourne disque s'est arrêté et le silence s'installe progressivement dans la rue. Le sommeil se fait sentir.
Finalement, la pensée de retourner dans son lit ne lui parait plus si terrible. Il est là près d’elle. Il viendra chasser ses cauchemars si besoin, comme à chaque fois.
"Viens mon amour, Rachel, viens te recoucher, il est tard." Chuchote-il. Elle sourit et lui emboite le pas, sa main dans la sienne.
1
1
0
6
no97434

- Maman, qui m'a donné mon intelligence?
- Ce doit être ton père parce que moi je l'ai encore.
11
6
0
0

Vous aimez lire Cirya6 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0