12 - Samuel 

8 minutes de lecture

.

Samuel

.

   Le bruit sourd de l'appel en cours m'est insupportable. J'ai l'impression qu'il dure depuis une éternité, alors qu'en réalité, ça ne fait que dix secondes.

Allongé sur mon lit, l'ordinateur ouvert devant moi, j'attends que Damian réponde, le cœur au bord des lèvres. Qu'est-ce que je vais pouvoir lui dire ? « Oups, désolé pour samedi, j'ai glissé et te suis tombé dessus » ? Peu crédible, lorsqu'on sait que je l'ai littéralement tiré en avant pour l'embrasser. Enfin, pas totalement. Sur le coin des lèvres, même pas capable de viser droit en plus de ça. À moins que sur le moment, lui voler la moitié d'un baiser me soit paru la meilleure des chose à faire ?

Je grogne en mâchouillant le bout de mon crayon de papier, et sursaute presque lorsque le visage de Damian apparaît à l'écran, l'air fatigué et le teint terne.

Ça sent le purin d'ici, me lance t-il à travers l'appel vidéo.

Et moi je m'inquiète de sa réaction ? Un instant, aurais-je oublié à quel garçon je m'apprêtai à parler ?

Je lui souris, et observe une réponse de son côté, un sourire en coin qui se dessine lentement.

— T'en fais pas, je t'en rapporterai un peu dans ma valise. Ça devrait passer à l'aéroport ?

Il rit franchement, et boit une gorgée à sa bouteille, avant de revenir à moi, ses grands yeux verts fixés sur moi.

— Comment ça va alors ?

— C'est... dépaysant. Ça faisait longtemps que j'étais pas venu.

— Tu as fait du cheval ?

Son intérêt pour les chevaux de mes grands-parents m'étonnera toujours. À chaque fois, ses yeux pétillent d'un coup, et son visage s'illumine.

— Un jour tu viendras avec moi, et je te ferais monter. Ça pourra être drôle.

— Chacun a des domaines de prédilection.

— Et toi alors ? Comment ça s'est passé cet après-midi ?

Son visage se ferme, et je comprends trop tard que j'ai fait une connerie. Il ne regarde plus la caméra, et préfère observer un point invisible derrière son écran. Le chat de ma grand-mère vient se blottir contre moi, tandis que j'attends qu'il reprenne la parole.

— T'as le droit de pas vouloir en parler.

— C'est pas ça..., je sais juste pas quoi dire. C'était une idée débile d'y aller.

Il commence à malmener le tissu de son pantalon, le froisse entres ses doigts. Sauf que pour la première fois depuis un moment, je ne suis pas là pour attraper ses doigts et contenir sa montée d'angoisse. Ça me fait mal au cœur, et je m'empresse de caresser le chat, pour occuper mes propres mains.

— Il t'as dit des trucs pas cool ?

— Ça change pas de d'habitude.

— Pourtant... t'étais content d'aller le voir non ?

Il hausse vaguement les épaules, et boit une nouvelle gorgée à sa bouteille.

Le liquide baisse à vue d’œil, et il ne la lâche pas, même s'il ne boit plus. Je vois sa langue humidifier ses lèvres, sa mâchoire se crisper, puis se détendre.

— Je pensais qu'il..., j'aurais aimé que, enfin...

Il bafouille, se passe une main sur le front, cherche un point autour de lui pour continuer de fuir le contact visuel. Son attitude est étonnante, et me perturbe un peu ; j'ai l'impression de parler à une pâle copie, un clone sans saveur et bercé par un sentiment nouveau, quelque chose de dangereusement étrange.

Damian m'a rarement parlé de son père. Je sais qu'il est en prison bien sûr, qu'il était le chef des Cortez avant que H ne reprenne le flambeau, mais il ne m'a jamais rien dit sur la relation qu'il entretenait avec lui. À en croire son air peiné, il ne devait pas s’agir de quelque chose de très sain.

Il continue de torturer le tissu de son pantalon, et boit encore, s'essuie les lèvres, et je fronce les sourcils.

— Rassure-moi, c'est de l'eau que tu bois ?

Il se mord pensivement la lèvre, et je vois ses yeux se fermer un instant.

Je voulais pas que tu partes, finit-il par lâcher d'un ton étranglé.

— Je rentre dans cinq jours, ça va vite passer.

Son air me fend le cœur. Ses yeux restent fermés, même lorsqu'il recommence à parler, la voix hachée.

— Sam je..., je vais devoir buter quelqu'un.

Mon sang se fige dans mes veines, et je sens ma main qui caressait le pelage du chat, se crisper dans un mouvement compulsif. Le chat miaule, me crache dessus, et saute du lit pour quitter ma chambre en courant, la queue en l'air.

Damian me fixe, attend une réponse.

— … quoi ?

— La phase trois. La toute dernière, il faut... il faut tuer un membre adverse et...

J'ai l'impression d'halluciner, de nager en plein délire, que je vais sortir d'une rêverie un peu trop réelle et me rendre compte qu'il ne m'a pas du tout dit ça. Que j'ai imaginé ses paroles car en fin de compte, cette histoire de gang, me fait de plus en plus peur.

Tuer... un être humain ? Un homme, ou une femme ? De quel âge ? Et, pourquoi ?

— Tu vas pas le faire hein ? Dam s'te plaît, tu rigoles hein ?

Il secoue doucement la tête, et boit une nouvelle gorgée de cette fichue bouteille d'eau, qui doit être pleine de tout autre chose.

— Lâche cette bouteille. C'est quoi dedans ? De la vodka ?

Il se mord l'intérieure de la joue, et hoche vaguement la tête. Mon sang bat fort à mes tempes, me donnerait presque le tournis. Il est en train de picoler tout seul dans sa chambre ? C'est pas possible, il se fout de moi, ce ne peut pas être ça.

C'est pas une rêverie, c'est un cauchemar bien éveillé.

— Elle est où ta sœur ?

— En train de baiser avec ton frère. T'as de la chance que l'audio porte pas assez loin.

Il rigole amer, et termine la bouteille d'une traite, avant de la jeter par terre.

Je suis totalement décontenancé, et ne sais pas quoi faire. Qu'est-ce que je peux lui dire ? « Courage, ça va aller », ou encore pire ? Les mot sont un maigre réconfort, une simple illusion de soutien que tout le monde peut balancer à tout va. Ça n'a pas tant de valeur que ça.

Je grince des dents, et ai le réflexe de penser à appeler Ariana. Mais à quoi bon, vu qu'apparemment, elle et Raf sont en train de prendre du bon temps ? Je réfléchis rapidement à qui appeler d'autre dans mon répertoire : Duke ? Lu ? … son frère ? Damian m'a donné son numéro en cas d'urgence, est-ce que le fait qu'il vienne de descendre une bouteille en plastique pleine de vodka rentre dans cette catégorie ?

— Hé, tu le pensais ce que t'as fais samedi ?

Je bats des cils, réalise qu'il vient totalement de changer de sujet sans autre transition que le temps qui passe, et opine, les lèvres serrées l'une contre l'autre.

— C'est cool.

— Tu sais ce qu'on va faire ? Je vais rester en ligne, et toi tu vas aller te coucher, ok ?

— … quoi ? Je suis pas fatigué.

Je répète, et il il a distraitement le réflexe de hausser les sourcils.

Petit, lorsque ma mère était ivre, ou totalement défoncée, je lui proposais toujours de faire comme ça : qu'elle aille se coucher, lui promettant de veiller sur elle jusqu'à ce qu'elle dorme. Parfois ça marchait, et parfois elle me hurlait simplement dessus en m'accusant de la materner. Drôle d'ironie, lorsqu'on sait que dans le duo, c'était elle la mère, et moi l'enfant.

Le souvenir m'est un peu douloureux, et je me revois il y a six ans, assis au pied du lit de ma mère, au milieu des canettes et des cendres de clope.

— On fait ça ?

— Ouais..., ouais si tu veux.

Il se redresse, et quitte le cadre de la caméra quelques instants, sûrement pour se déshabiller et enfiler une tenue pour dormir.

Le bruit du tissu qui se froisse m'apaise quelque peu, me calme. En quelques secondes, il est de nouveau devant la caméra, un tee-shirt rouge sur le dos. Il doit attraper son ordinateur, car l'image tremble, et se stabilise lorsque le point de vue m'indique qu'il vient de le poser sur son bureau, juste à côté de son lit.

C'est ridicule, sourit-il en s'asseyant sur le bord de son lit.

— Tu feras pas de connerie, jusqu'à ce que je rentre ? Pour la phase trois, tout ça...., on en reparlera samedi, ok ? Tu veux que je demande à Raf de rentrer plus tôt ?

Il m'indique que non, en secouant la tête avant de s'allonger sur les couvertures. Je souris en constatant que malgré le short, il porte des chaussettes aux pieds.

— Ari, elle est au courant de cette phase trois ?

— Elle a fait partie du gang, alors tu te doutes que...

Une pierre glacée me tombe dans l'estomac, en imaginant Ariana presser la gâchette de façon définitive. Sceller la vie de quelqu'un pour une raison pareille ? Je n'arrive pas à comprendre.

— Dami, la prochaine fois que ça va pas, au lieu de... de picoler, tu m'appelles, ok ?

— … ok.

Il bat lentement des cils, commence à se laisser engourdir par le sommeil. C'est étrange, de le regarder tomber dans les bras de Morphée à travers un écran. J'ai l'impression d'être un voyeur.

— J'ai hâte que tu rentres, murmure t-il.

Je lui souris, et lui réponds que j'ai hâte de le retrouver également, autrement que par le biais d'un écran d'ordinateur.

Ce qui est dommage, c'est qu'il aura sûrement oublié notre conversation en se réveillant demain matin. Qu'il ne se souviendra pas d'avoir lâché la bombe que j'ai envie de renommer « Phase 3 », qu'il ne se rappellera peut-être même pas avoir autant bu, face à moi, face à son écran.

Au fait, me lance t-il en rouvrant les yeux. Tu sais, elles sont belles tes dents. Tu pourrais enlever ton appareil.

Et il referme les yeux, en se laissant retomber sur son oreiller.

Je souris pour moi, conscient qu'il est déjà à moitié endormi, et me contente d' l'observer sombrer, dans le silence.

Je ne me remets toujours pas de ce qu'il vient de me dire, et ai du mal à composer avec ça.

Tuer ? Pour de vrai ?

Il ne le fera pas. Il retrouvera la raison avant de commettre un acte pareil.

J'espère.

Je laisse l'ordinateur ouvert devant moi, et réfléchit quelques secondes, mon portable entre les mains. L'envie de prévenir son frère me titille vraiment : après tout, c'est sans aucun doute de la faute de leur père s'il est dans cet état-là. Ce devrait être à lui de gérer ce genre de situation, pas à moi.

Au final, je décide de simplement prévenir Duke. Il n'a rien à voir avec le gang ; il les fréquente certes, mais n'en fait pas partie. Il pourra gérer, et le garder loin de ceux qui pourraient précipiter sa chute, je l'espère tout du moins.

« Salut, c'est Samuel. Je viens d'avoir Dam au téléphone, il va pas bien du tout. Tu pourrais passer le voir demain ? » - Samuel.

J'attends quelques secondes que sa réponse ne me parvienne, bien plus concernée que je ne l'aurais imaginée :

« Je serais chez lui à neuf heures demain. Merci de m'avoir prévenu mec. Je t'appelle quand je suis avec lui. Rien de trop grave ? » - Duke.

« Il a picolé tout seul, alors c'est pas super grave, mais il est pas en bon état là... » - Samuel.

Sa réponse me coupe le souffle, et un instant, j'ai l'impression d'avoir avalé un seau entier de glaçons.

« Merde... il a recommencé ? » - Duke.

.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Hohn Emmanuel
voici une suite pour @yukilove@ mais libre à vous d'écrire une suite .
2
3
0
2
Claire Mayaud


Elle frémit dans sa petite chemise en soie. L'air est plus frais qu'à l'accoutumée mais elle n'y prête pas attention. Accoudée au balcon de son appartement, tout en haut d'un de ces immeubles haussmanniens, elle rêvasse. Elle porte une cigarette à ses lèvres, inspire et expire doucement, lentement, pour savourer chaque instant. Des bruits de klaxons au loin. Des éclats de rire. Tintement de cristal, des verres que l'on entrechoque. La ville à l'heure du coucher, tiraillée entre deux mondes, s'assoupit paisiblement. Le soleil a maintenant disparu mais le ciel porte encore la marque rosée de ses rayons. Ils s'effacent, sans bruit, petit à petit, sans que personne ne le remarque. Tout à coup il fait plus sombre et les ombres grandissent dans la rue. Elle observe le ciel. Peu d’étoiles sont visibles dans la capitale. Son seul véritable défaut d’après notre citadine. Et ce soir, même la lune et sa lumière si familière se font désirer.
La petite brise libère la ville de la canicule qui a été la sienne pendant de longs jours. Les fenêtres des appartements d'en face sont grandes ouvertes, recherchant la fraîcheur du soir qui s'installe. Il est facile d'observer les voisins s'activer. Quelques secondes dans l'intimité d'inconnus. Des inconnus que l'on croise certains matins dans la rue en allant chercher le pain, ou en revenant des courses le soir. D'un signe de tête on les salue, on échange peut-être même des banalités, pour montrer qu'on sait. Qu'on sait qu'ils font partie de notre rue, de notre petit quartier, au fond de notre vie, même si on ne sait pas grand-chose d'eux. Les propriétaires du 4ème de l'immeuble d'en face doivent aimer le rouge. Lustre, canapé, tableau. Passion. Tout est clinquant, brillant. Lui doit être homme d'affaire. Ou avocat. Un métier important. Il a la prestance et l'élégance de ceux qui ont des responsabilités. Le snobisme aussi, le sérieux. Il a les cheveux poivre et sel, le regard direct, intransigeant et des gestes autoritaires. Parfois des disputes éclatent sur leur petit balcon. Lui reste stoïque, aucun mot plus fort que l'autre tandis qu'elle n'est que cris et hurlements dramatiques. Très théâtral. Les voisins d'en dessous font dans des couleurs plus neutres, moins osées, ils sont d'ailleurs aussi moins présents, plus discrets. Même les enfants sont sages. Brossage de dents, petit pipi, histoire du soir puis le marchand de sable passe. La petite se réveille et appelle ses parents. Si, elle est sûre d'avoir aperçu une sorcière sous son lit. Une avec un nez crochu et un chapeau pointu. Papa la rassure, ce n'était qu'une chaussure. Encore un peu plus bas, un vieux couple tire les rideaux de la salle à manger. Des rideaux aux motifs vieillis et aux couleurs passées qui datent du siècle dernier. Puis, il faut aller arroser les plantes à la fenêtre de la cuisine. Il a fait chaud aujourd’hui et l’eau leur procure un nouveau souffle de vie. Petits rituels du soir. Routine rassurante, aimée et inlassablement répétée.
Elle esquisse un sourire. Elle aime ces moments, seule, seule avec ses pensées. Quand l'odeur de la nuit vient titiller son nez. Cette odeur de feu de bois et de liberté si propice à l'imagination. Quand l'irréel prend soudain la place du réel. La nuit est comme une parenthèse dans la réalité, tout semble possible, à portée de main, les rêves les plus fous aspirent à se réaliser, les peurs les plus effroyables paraissent plus menaçantes, plus dangereuses. Dans l'ombre, les amants se réunissent, les caresses se font plus douces, les étreintes plus passionnées. C'est le temps de toutes les promesses mais aussi de toutes les trahisons. Cela ne dure cependant jamais très longtemps, bientôt le soleil refait surface, piégeant les moins prudents ou rassurant les plus angoissés. Les cheminées, sur les toits de ces grands immeubles se détachent dans le ciel sombre, tels des géants silencieux qui agissent dans l'ombre. Elles ne bougent pas, ne respirent pas et pourtant sont là, comme veillant sur les habitants endormis. Certaines laissent s'échapper doucement une fumée grise, signe de chaleur et de foyer, de retrouvailles et de longues soirées.
De la musique au loin. Un tourne disque sans doute. Elle tend l'oreille, essaye de deviner l'artiste joué, du piano, de la musique classique. Elle ferme les yeux et se laisse guider par la mélodie. Bientôt tout son corps s'anime et elle esquisse quelques pas sur son balcon. Entre les géraniums et le basilic. Elle virevolte et ses pieds quittent le sol, elle s'envole. Elle est époustouflante. Et pourtant si fragile. Son corps frêle, caché sous son léger vêtement porte des cicatrices. La vie est dure dirait-on. Mais elle est là, dans son nouveau chez-elle, preuve vivante du renouveau. Elle a repeint la salle de bain en jaune. Pour éclairer la pièce comme un soleil a-t-elle déclaré. Un beau jaune tournesol qui a fait grimacer sa mère. Elle est aussi très fière de son tapis bariolé déniché le matin même dans une brocante. Il se marie parfaitement avec le canapé gris du salon. Parfait pour réchauffer ses pieds l'hiver, à défaut d'avoir une cheminée. Pourtant elle a espéré, dans sa naïveté enfantine, pouvoir trouver un appartement avec un petit poêle. Pour le crépitement du feu. Mais Paris et son petit budget en ont malheureusement décidé autrement. Tant pis, elle s'est promis, qu'un jour elle aurait une piscine et une cheminée. Et une véranda fleurie où elle pourrait s'installer tranquillement pour lire, dans un fauteuil aux gros coussins moelleux. Un hamac au fond du jardin, entre deux grands arbres majestueux. Elle rit. Pour tout et n'importe quoi à la fois. Et quand elle rit tout son visage resplendit. Elle est époustouflante. Elle a toujours attiré les regards. Des hommes célibataires, fiancés ou mariés. Ils l'abordent, la complimentent, cherchent à la charmer par des paroles doucereuses ou des promesses en l'air. Mais, d'un pincement des lèvres, d'un regard hautain ou d'un geste agacé de la main, elle les repousse. Et, déçus, ils s'en vont en conquérir d'autres. Plus abordables et plus sensibles à leurs charmes. Ces femmes, si fiévreuses de plaire et si avides d'attention, qui n'hésitent pas à gratifier leurs prétendants de regards en coin ou de paroles mielleuses.
Elle porte à ses lèvres son verre de cognac et ses bracelets au poignet tintent doucement. Une jeune fille ne doit pas boire d'alcool fort comme ça toute seule. Foutage de gueule. Elle n'a qu'à faire de ces principes de la bonne société. Pourquoi donc ne pourrait-elle pas profiter de ce petit plaisir ? Et puis les règles ne sont-elles pas faites pour être bafouées ? Ses doigts blancs et fins entourent délicatement le verre, ses ongles légèrement vernis sont coupés courts. En un coup d’œil on devine qu’elle n’a jamais vraiment été intéressée par les travaux manuels. Non, la peau de ses mains est beaucoup trop fine, n’a jamais été abimée par la sueur ou la crasse. Elle est plutôt du genre avocate. Ou quelque chose dans les livres peut-être. Elle est réfléchie et mesurée. Mais les yeux pétillants et le regard malicieux. Elle regorge de vitalité, de joie et de volonté.
Bientôt elle soupire. Peut-être est-il temps pour elle de retourner se coucher ? Elle hésite. Son lit l’attend, et, avec lui, ses draps propres aux senteurs de lavande et son bien-aimé. Et puis, le réveil sera difficile si elle tarde trop. Mais elle s’interdit de penser au lendemain, à la sonnerie de son téléphone qui viendra la tirer de sommeil, l’enlever à son repos. Elle s’accorde encore quelques minutes. Juste le temps de mémoriser cet instant. Elle ferme les yeux. Faites que le temps s’arrête, faites que demain n’arrive jamais.
Tout à coup, des bras forts et protecteurs l'encerclent. Un parfum aimé vient chatouiller son nez. Il est là, elle a dû le réveiller. « Pardon, tu dormais. » Il ne relève même pas et continue à la serrer contre lui. Ensemble ils observent la ville endormie. Même le petit couple du 6ème a finalement éteint. Le tourne disque s'est arrêté et le silence s'installe progressivement dans la rue. Le sommeil se fait sentir.
Finalement, la pensée de retourner dans son lit ne lui parait plus si terrible. Il est là près d’elle. Il viendra chasser ses cauchemars si besoin, comme à chaque fois.
"Viens mon amour, Rachel, viens te recoucher, il est tard." Chuchote-il. Elle sourit et lui emboite le pas, sa main dans la sienne.
1
1
0
6
no97434

- Maman, qui m'a donné mon intelligence?
- Ce doit être ton père parce que moi je l'ai encore.
11
6
0
0

Vous aimez lire Cirya6 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0