8 - Damian 

9 minutes de lecture

.

Damian

.

   Lorsque j'ouvre les yeux cette nuit-là, je sens du mouvement sur ma gauche. Un froissement des draps, puis un bras qui tâtonne pour allumer la lampe du bureau. En un éclair, la pièce est inondée d'une abominable lumière crue qui me déchire les yeux.

— Hé, ça va aller.

Une main glacée se pose sur mon épaule et je me concentre pour ne pas trembler.

— Tu as fais un cauchemar je crois.

Mes yeux cherchent la silhouette de Samuel dans le noir, et il me faut un moment pour comprendre que c'est lui qui se tient là, assis dans le lit juste à côté de moi.

Il me tend une bouteille d'eau que j'attrape avant d'en boire quelques longues gorgées. Le liquide tiède me fait un bien fou. Il éteint le brasier dans mon ventre, atténue la douleur.

— T'as envie d'en parler ?

Je secoue la tête, lui rends sa bouteille, et me recroqueville dans le lit. Il accompagne mon mouvement après avoir éteint la lumière, et pose une main rassurante contre mon cou. De son index, il retrace ma jugulaire, en me chuchotant que tout va bien, que ce n'était qu'un cauchemar. Un ridicule cauchemar qui ne peut désormais plus m'atteindre. Sa peau est glaciale contre la mienne, que je sais brûlante. Le contact me fait du bien et me détend.

— Je suis là.

   Samuel n'est plus à côté de moi lorsque je rouvre les yeux, éveillé par la douce lumière du jour perçant à peine à travers les volets rabattus. Les draps sont encore chauds à sa place, mais il ne semble plus être dans ma chambre.

Dans ma tête se rejouent rapidement quelques bribes de souvenir, que je ne saurai interpréter : rêve, réalité, il m'est difficile de faire le tri alors que dans ma tête, c'est encore un vaste désordre.

Des pas précipités m'interpellent dans le couloir, et avant même que je n'aie pu dire quoi que ce soit, la porte s'ouvre et Miguel accourt jusqu'à mon lit avant d'y monter pour s'étendre à côté de moi. Ses cheveux sombres lui retombent en jolies boucles sur le front, et avec un petit sourire en coin, il me touche le bout du nez.

— Dami, il est presque midi.

Je ronchonne, le repousse pour mieux le rapprocher de moi par la suite, dans une étreinte qui le surprend et le fait rire. Il rue, essaye de se dégager en vain : cheerleader est plus qu'un moyen de divertir le public des matchs, nous fréquentons autant la salle de sport que les footballeurs, et Mikky vient de l'apprendre à ses dépens.

— Damian !

— Quoi ? C'est toi qui m'a attaqué le premier !

— Je t'ai juste touché le nez !

Il rit encore, se débat toujours, et je finis par relâcher ma prise lorsque je le sens prêt à se calmer.

Tranquillement, il se rallonge correctement à côté de moi, et plante ses yeux dans les miens.

Les gens disent souvent que j'ai des yeux de chat, de par leur couleur et la façon que j'ai de toujours avoir un air méprisant au visage. Mikky et Danny eux, ont des yeux plus ronds, moins perçants, mais toujours de cette jolie couleur émeraude léguée par maman.

— Tu es fâché avec Ariana ?

— Non Mikky, c'est plutôt elle qui doit être fâchée après moi.

— Non. Et tu sais pourquoi je le sais ?

Je hoche négativement la tête, et il me retouche le bout du nez de son petit index tendu.

— Parce que hier soir, quand tu es monté avec Sam, elle a pleuré. Elle a essayé de se cacher les yeux, mais avec Danny on a tout vu.

Mon cœur se serre dans ma poitrine, mais je n'en montre rien.

Craquer devant Samuel m'a déjà bien suffi hier soir. Et à en croire Mikky, Rafaël a dû assister au même désastre avec Ariana.

Bienvenu chez les Cortez, qui se prétendent durs et invulnérables, mais qui n'hésitent pas à chialer dès qu'ils en ont l'occasion.

— Vous avez eu peur hier au match ? je demande finalement en jouant avec ses cheveux.

Il détourne le regard un instant, pince ses lèvres, avant de hocher la tête.

— Oui.

Il ne semble pas très à l'aise, et me le montre en commençant à triturer mon drap entre ses doigts.

— T'étais pas là, et Ariana elle nous a dit de partir...

Il s'arrête, cherche ses mots, et se rapproche un peu plus de moi.

Son visage se niche au creux de mon cou, et je soupire en caressant distraitement son dos.

Eux aussi devaient en avoir lourd sur le cœur hier soir, et nous avons fui le problème en les collant devant un film. Peut-être que madame Kaya a raison : on est une famille pourrie.

De nouveaux pas dans le couloir, puis la porte qui se rouvre sur Samuel, un large sourire aux lèvres et une tasse à la main.

Ça sent le chocolat chaud d'ici.

— Quand vous aurez fini de ronfler tous les deux, vous pourrez peut-être venir nous rejoindre en bas ?

Je gronde, et observe Mikky sauter du lit pour aller étreindre Samuel avant de dévaler les escaliers.

Plus paresseux, je me redresse en m'étirant avant de bâiller, pour seulement ensuite poser mes yeux sur Samuel, qui n'a pas bougé d'un millimètre.

— Je pensais que tu serais rentré chez toi, je murmure en me relevant.

— Et pourquoi ça ? Je te signale juste que ta sœur fait grave bien à manger par rapport à Raf.

— Vraiment ? Alors ton frère doit vraiment être une tanche. Elle a déjà réussi à louper du riz une fois.

Il rit, et je l'imite, tout en enfilant un jogging par-dessus mon caleçon.

Samuel m'attend jusqu'à ce que je le rejoigne sur le pas de ma chambre. De là, je lui subtilise sa tasse et en bois une bonne gorgée avant de la lui rendre.

— Je croyais que t'aimais pas le chocolat chaud ?

— Y'a plein de choses que tu ignores sur moi.

Il me donne un coup de coude dans les côtes, et je lui grogne dessus avant de descendre les escaliers avec lenteur.

Je crois que malgré la conversation que je viens d'avoir avec Mikky, je ne suis pas totalement réveillé.

— Dis...

Il tourne la tête vers moi, m'indiquant de poursuivre, mais ma question reste en suspend.

Je voudrais lui demander ce qui s'est passé cette nuit, pourquoi il était réveillé lorsque moi-même j'ai ouvert les yeux. J'aimerais qu'il m'assure que je n'ai pas à nouveau craqué pendant mon sommeil.

Sauf que je ne dis rien non, et accélère le pas pour rapidement rejoindre la salle à manger.

— Enfin, s'exclame Fiona, une poêle à la main. Ça va Aurore ?

— La Belle aux bois dormant ? me demande Samuel.

— Fiona adore les Disney. Elle a beau avoir bientôt vingt-cinq ans, elle a un QI de primaire.

La concernée me lance un regard outré, mais ne fait aucun commentaire, préférant terminer de répartir le bacon dans les différentes assiettes.

Ariana est attablée devant le journal du jour, et le lit en sirotant un café qui me fait de l’œil.

— Bonjour, murmure t-elle sans lever les yeux de son journal.

Je lui réponds du même ton détaché, et constate que Samuel et Fiona échangent un regard ahuri.

— Tu décolles à quelle heure déjà ? s'enquit Fiona en secouant l'épaule de ma sœur.

Elle lève enfin la tête de son torchon aux titres racoleurs, et jette un coup d’œil à l'horloge.

— Dans une demie-heure à peu près.

— Tu vas où ?

Elle darde son regard dans le mien, et je constate une certaine rancœur au fond de ses yeux sombres. Cependant, elle n'en montre rien et avale un morceau de bacon avant de me répondre.

— Je vais voir notre cher et tendre frère. Fiona va vous garder.

— On a passé l'âge d'avoir une baby-sitter.

— Le jour où je te rejugerai assez mature pour t'occuper des jumeaux, on en rediscutera.

Sa pique me fait l'effet d'un coup de poing dans l'estomac. Mais comme elle, je maîtrise parfaitement l'art du masque, et décide d'appliquer celui de l'arrogance pour cacher la blessure.

— Je demanderai à mon éducateur comment être mature, c'est juré.

— Parfait, tu as rendez-vous avec lui lundi à quinze heures.

— J'ai entraînement.

— Non, tu as éducateur.

Elle termine son assiette avec raideur, et débarrasse ses affaires alors que nous commençons à peine à déjeuner, Samuel et moi.

— Elle est en colère je crois, me glisse Samuel.

— Bravo génie, comme si j'avais pas remarqué.

Il hausse un sourcil, et je fronce les miens.

— Ah aussi, reprend Ariana en revenant dans la salle. Jusqu'à ce que tu n'obtiennes ta propre arme, une fois que tu seras officiellement dans le gang, j'ai caché les miennes. Interdiction d'y toucher. Histoire que la prochaine fois que j'ai à m'en servrir, elles soient chargées.

Et elle repart dans la cuisine.

Mon sang ne fait qu'un tour, et je me lève de table pour la suivre, les poings serrés.

Elle me tourne le dos lorsque j'entre dans la pièce, et ne me jette qu'un regard désintéressé par-dessus son épaule.

— T'es en colère ?

— À toi de me le dire ? Ce n'est pas moi qui me suis enfui dans ma chambre hier.

— Tu peux comprendre que j'avais pas envie de parler ?

— Tu peux comprendre que j'avais pas besoin de ça en plus ?

Sa voix claque comme un fouet, mais elle ne me regarde toujours pas.

— Jusqu'à preuve du contraire, je n'ai rien fait de mal hier ! gronde t-elle en essuyant une assiette.

— C'est pas la question !

— Si, justement ça l'est. Quoi, t'avais peur que je t'engueule pour cette putain d'arme déchargée, ou peur de constater ce que ça fait d'être pris dans un règlement de compte ?

Elle remonte la manche de son tee-shirt, et exhibe le bandage avec un air de défi au visage.

— Une balle, qui m'a traversée l'épaule de part en part. J'ai du cautériser, et ça fait super mal. Et tu sais pourquoi je n'ai pas été à l'hôpital, parce que j'aurai pu hein ? Pour que madame Kaya ne soit pas au courant, et qu'elle n'ai pas une nouvelle raison de vous placer ! Et après c'est toi qui oses faire la gueule et m'éviter ?

Le sang bouillonne dans mes veines bien qu'une vague de froid ait balayé mes entrailles.

— Alors, répond-moi, avec ta super répartie. Vas-y Dam.

J'inspire par le nez, et pour la première fois depuis longtemps, je n'ai pas les mots. Je ne trouve rien à redire, et pire encore, approuve tout ce que Ariana vient de me balancer à la figure.

Elle a raison sur toute la ligne. Hier, j'ai préféré battre en retraite plutôt qu'assumer l'arme vide et la vision du bandage. Plutôt que de savoir comment elle s'était tirée de l'arme sur sa tempe.

Ce qu'elle me dit, bien que douloureux, est mérité.

Mes poings se serrent un peu plus, mais je ne rétorque rien. À la place, je laisse mes épaules s'affaisser, et tourne les talons.

— On en reparlera, lorsque je serai plus à même de raisonner avec calme !

Elle me crie ces derniers mots alors que je gravis rapidement les escaliers menant à ma chambre, sous le regard étonné de Samuel.

Il tente de m'interpeller, mais je ne l'écoute pas, et m'enferme dans la salle de bain pour me laisser glisser contre le panneau de bois.

Mes doigts tremblent, et de la sueur me dégouline le long de la nuque. Et, malgré mes efforts pour maintenir une respiration convenable, je sens tout de même une différence s'opérer ; mon souffle se hache, et je relâche l'air par petits coups.

Mon portable vibre à côté de moi, et ce n'est qu'à ce moment que je remarque que je l'ai laissé tomber sur le carrelage.

« Phase 2 cette après-midi, on se retrouve où tu sais » - Donni.

Je me mords intensément la lèvre, repense à la fusillade hier soir, à l'air neutre de Ariana alors que l'arme était contre sa tempe, à l'angoisse de ne pas savoir où étaient partis les jumeaux et Samuel. Puis je repense à madame Kaya, l'éducateur que je dois rencontrer lundi, l'ombre du foyer au loin.

Je veux pouvoir protéger comme Ariana le fait. Et je veux aussi conserver ma famille.

Alors je réponds « oui », et je me recroqueville en enfouissant mon visage dans mes genoux.

.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Hohn Emmanuel
voici une suite pour @yukilove@ mais libre à vous d'écrire une suite .
2
3
0
2
Claire Mayaud


Elle frémit dans sa petite chemise en soie. L'air est plus frais qu'à l'accoutumée mais elle n'y prête pas attention. Accoudée au balcon de son appartement, tout en haut d'un de ces immeubles haussmanniens, elle rêvasse. Elle porte une cigarette à ses lèvres, inspire et expire doucement, lentement, pour savourer chaque instant. Des bruits de klaxons au loin. Des éclats de rire. Tintement de cristal, des verres que l'on entrechoque. La ville à l'heure du coucher, tiraillée entre deux mondes, s'assoupit paisiblement. Le soleil a maintenant disparu mais le ciel porte encore la marque rosée de ses rayons. Ils s'effacent, sans bruit, petit à petit, sans que personne ne le remarque. Tout à coup il fait plus sombre et les ombres grandissent dans la rue. Elle observe le ciel. Peu d’étoiles sont visibles dans la capitale. Son seul véritable défaut d’après notre citadine. Et ce soir, même la lune et sa lumière si familière se font désirer.
La petite brise libère la ville de la canicule qui a été la sienne pendant de longs jours. Les fenêtres des appartements d'en face sont grandes ouvertes, recherchant la fraîcheur du soir qui s'installe. Il est facile d'observer les voisins s'activer. Quelques secondes dans l'intimité d'inconnus. Des inconnus que l'on croise certains matins dans la rue en allant chercher le pain, ou en revenant des courses le soir. D'un signe de tête on les salue, on échange peut-être même des banalités, pour montrer qu'on sait. Qu'on sait qu'ils font partie de notre rue, de notre petit quartier, au fond de notre vie, même si on ne sait pas grand-chose d'eux. Les propriétaires du 4ème de l'immeuble d'en face doivent aimer le rouge. Lustre, canapé, tableau. Passion. Tout est clinquant, brillant. Lui doit être homme d'affaire. Ou avocat. Un métier important. Il a la prestance et l'élégance de ceux qui ont des responsabilités. Le snobisme aussi, le sérieux. Il a les cheveux poivre et sel, le regard direct, intransigeant et des gestes autoritaires. Parfois des disputes éclatent sur leur petit balcon. Lui reste stoïque, aucun mot plus fort que l'autre tandis qu'elle n'est que cris et hurlements dramatiques. Très théâtral. Les voisins d'en dessous font dans des couleurs plus neutres, moins osées, ils sont d'ailleurs aussi moins présents, plus discrets. Même les enfants sont sages. Brossage de dents, petit pipi, histoire du soir puis le marchand de sable passe. La petite se réveille et appelle ses parents. Si, elle est sûre d'avoir aperçu une sorcière sous son lit. Une avec un nez crochu et un chapeau pointu. Papa la rassure, ce n'était qu'une chaussure. Encore un peu plus bas, un vieux couple tire les rideaux de la salle à manger. Des rideaux aux motifs vieillis et aux couleurs passées qui datent du siècle dernier. Puis, il faut aller arroser les plantes à la fenêtre de la cuisine. Il a fait chaud aujourd’hui et l’eau leur procure un nouveau souffle de vie. Petits rituels du soir. Routine rassurante, aimée et inlassablement répétée.
Elle esquisse un sourire. Elle aime ces moments, seule, seule avec ses pensées. Quand l'odeur de la nuit vient titiller son nez. Cette odeur de feu de bois et de liberté si propice à l'imagination. Quand l'irréel prend soudain la place du réel. La nuit est comme une parenthèse dans la réalité, tout semble possible, à portée de main, les rêves les plus fous aspirent à se réaliser, les peurs les plus effroyables paraissent plus menaçantes, plus dangereuses. Dans l'ombre, les amants se réunissent, les caresses se font plus douces, les étreintes plus passionnées. C'est le temps de toutes les promesses mais aussi de toutes les trahisons. Cela ne dure cependant jamais très longtemps, bientôt le soleil refait surface, piégeant les moins prudents ou rassurant les plus angoissés. Les cheminées, sur les toits de ces grands immeubles se détachent dans le ciel sombre, tels des géants silencieux qui agissent dans l'ombre. Elles ne bougent pas, ne respirent pas et pourtant sont là, comme veillant sur les habitants endormis. Certaines laissent s'échapper doucement une fumée grise, signe de chaleur et de foyer, de retrouvailles et de longues soirées.
De la musique au loin. Un tourne disque sans doute. Elle tend l'oreille, essaye de deviner l'artiste joué, du piano, de la musique classique. Elle ferme les yeux et se laisse guider par la mélodie. Bientôt tout son corps s'anime et elle esquisse quelques pas sur son balcon. Entre les géraniums et le basilic. Elle virevolte et ses pieds quittent le sol, elle s'envole. Elle est époustouflante. Et pourtant si fragile. Son corps frêle, caché sous son léger vêtement porte des cicatrices. La vie est dure dirait-on. Mais elle est là, dans son nouveau chez-elle, preuve vivante du renouveau. Elle a repeint la salle de bain en jaune. Pour éclairer la pièce comme un soleil a-t-elle déclaré. Un beau jaune tournesol qui a fait grimacer sa mère. Elle est aussi très fière de son tapis bariolé déniché le matin même dans une brocante. Il se marie parfaitement avec le canapé gris du salon. Parfait pour réchauffer ses pieds l'hiver, à défaut d'avoir une cheminée. Pourtant elle a espéré, dans sa naïveté enfantine, pouvoir trouver un appartement avec un petit poêle. Pour le crépitement du feu. Mais Paris et son petit budget en ont malheureusement décidé autrement. Tant pis, elle s'est promis, qu'un jour elle aurait une piscine et une cheminée. Et une véranda fleurie où elle pourrait s'installer tranquillement pour lire, dans un fauteuil aux gros coussins moelleux. Un hamac au fond du jardin, entre deux grands arbres majestueux. Elle rit. Pour tout et n'importe quoi à la fois. Et quand elle rit tout son visage resplendit. Elle est époustouflante. Elle a toujours attiré les regards. Des hommes célibataires, fiancés ou mariés. Ils l'abordent, la complimentent, cherchent à la charmer par des paroles doucereuses ou des promesses en l'air. Mais, d'un pincement des lèvres, d'un regard hautain ou d'un geste agacé de la main, elle les repousse. Et, déçus, ils s'en vont en conquérir d'autres. Plus abordables et plus sensibles à leurs charmes. Ces femmes, si fiévreuses de plaire et si avides d'attention, qui n'hésitent pas à gratifier leurs prétendants de regards en coin ou de paroles mielleuses.
Elle porte à ses lèvres son verre de cognac et ses bracelets au poignet tintent doucement. Une jeune fille ne doit pas boire d'alcool fort comme ça toute seule. Foutage de gueule. Elle n'a qu'à faire de ces principes de la bonne société. Pourquoi donc ne pourrait-elle pas profiter de ce petit plaisir ? Et puis les règles ne sont-elles pas faites pour être bafouées ? Ses doigts blancs et fins entourent délicatement le verre, ses ongles légèrement vernis sont coupés courts. En un coup d’œil on devine qu’elle n’a jamais vraiment été intéressée par les travaux manuels. Non, la peau de ses mains est beaucoup trop fine, n’a jamais été abimée par la sueur ou la crasse. Elle est plutôt du genre avocate. Ou quelque chose dans les livres peut-être. Elle est réfléchie et mesurée. Mais les yeux pétillants et le regard malicieux. Elle regorge de vitalité, de joie et de volonté.
Bientôt elle soupire. Peut-être est-il temps pour elle de retourner se coucher ? Elle hésite. Son lit l’attend, et, avec lui, ses draps propres aux senteurs de lavande et son bien-aimé. Et puis, le réveil sera difficile si elle tarde trop. Mais elle s’interdit de penser au lendemain, à la sonnerie de son téléphone qui viendra la tirer de sommeil, l’enlever à son repos. Elle s’accorde encore quelques minutes. Juste le temps de mémoriser cet instant. Elle ferme les yeux. Faites que le temps s’arrête, faites que demain n’arrive jamais.
Tout à coup, des bras forts et protecteurs l'encerclent. Un parfum aimé vient chatouiller son nez. Il est là, elle a dû le réveiller. « Pardon, tu dormais. » Il ne relève même pas et continue à la serrer contre lui. Ensemble ils observent la ville endormie. Même le petit couple du 6ème a finalement éteint. Le tourne disque s'est arrêté et le silence s'installe progressivement dans la rue. Le sommeil se fait sentir.
Finalement, la pensée de retourner dans son lit ne lui parait plus si terrible. Il est là près d’elle. Il viendra chasser ses cauchemars si besoin, comme à chaque fois.
"Viens mon amour, Rachel, viens te recoucher, il est tard." Chuchote-il. Elle sourit et lui emboite le pas, sa main dans la sienne.
1
1
0
6
no97434

- Maman, qui m'a donné mon intelligence?
- Ce doit être ton père parce que moi je l'ai encore.
11
6
0
0

Vous aimez lire Cirya6 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0