Train du soir

Une minute de lecture

Dix heures du soir, je vois le train arrivé à travers la brume. Son sifflement et son bruit sur les rails résonnent dans toute la gare. Train vers la liberté ou train vers une issue sans fin, je n’en sais rien. Il ne me reste que cela, un ticket vers l’inconnu. Le train ralentit puis s’arrête. Les autres personnes autour de moi affichent tous la même expression, un visage résigné. Nous entrons tous dans la machine à vapeur dans un silence ponctué par des bruits de pas. L’intérieur n’est ni luxueux ni pauvre mais avec assez de places pour tout le monde. En face de moi un homme s’assoit, sur ma droite une femme l'imite. Un train rempli d’inconnus qui ont pris place pour un même voyage. Au bout d’un certain temps, je sens les roues de la machine se mettre à tourner. La vision de la gare laisse place à celle de la nature froide de l’hiver. Un tableau d'une fôret de sapins couvert par le gel. Je laisse mon regard être absorbé par les paysages avant de m’assoupir. Je suis réveillé par un choc brutal, le train vient de s’arrêter. Le conducteur demande aux passagers de descendre. Comme tous les autres voyageurs, je descends du train. La neige grince sous les pieds et le froid se fait ressentir. Je me sens si seul entouré de ces autres inconnus aux allures de fantôme. Deux hommes musclés nous ordonnent de faire la queue les uns derrière les autres. L’attente est longue, très longue. Je pense à comment je suis arrivé là mais c’est le trou noir total. Plus aucun souvenir. Je sais juste que je dois attendre jusqu’à ce que ce soit mon tour. Le temps passe, j’arrive devant un homme avec un grand sourire. Il me déclare d’un ton fatidique :

- Alors, mon cher Monsieur ? Irez-vous en enfer ou au paradis ?

Annotations

Recommandations

Vous aimez lire Magicearth ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0