Le secret des livres

2 minutes de lecture


Le secret des livres


Chaque fois que je me trouve dans un endroit peuplé de livres, qu'il s'agisse d'une bibliothèque, d'une librairie ou de l'étalage d'un bouquiniste, je suis saisi par une sensation de bien-être.

D'où provient ce ressenti ? Sont-ce les livres qui m'envoient un message ou une onde bienfaisante ? Est-ce la perspective d'y découvrir un trésor, un chef-d'oeuvre, la réponse à une question ?

Les livres ont toujours représenté pour moi quelque chose de précieux, de rare, de sacré. Je me sens bien parmi eux. Une bibliothèque est une représentation de l'éternité, car on ne peut pas mourir en lisant.

Dès que j'ai compris que je pouvais m'entourer de livres sans dépenser une fortune, je n'ai plus jamais cessé d'en accumuler.

Un livre est un objet magique, toujours disponible, il tient dans la main, ne tombe jamais en panne et peut vous faire voyager dans l'espace et dans le temps en toute sécurité. Les livres sont des écrins qui renferment l'esprit et le cœur des hommes.

Parfois mon choix de lecture est guidé par l'aspect physique du livre : la reliure, les illustrations, le papier, le format et même l'odeur. Tout cela n'est pas rationnel. Alors je pondère cette première impression en m'intéressant à l'auteur et au contenu. Mais je me trompe rarement, même lorsque mon choix n'est motivé que par l'aspect esthétique.

Je suis étonné de la robustesse et de la longévité des livres. Objets à la fois fragiles et forts, ils sont prêts à défier les siècles pourvu qu'ils trouvent une âme bienveillante pour les préserver de leurs ennemis mortels : Le feu, l'eau, les insectes, les rongeurs et surtout, la folie des despotes !

Cela peut paraître exagéré, mais lorsque je contemple ma bibliothèque, je me sens heureux.

Même la nuit je sens la présence bienveillante des livres.

Tous ces volumes sagement rangés sur leur étagère sont comme autant d'amis qui dans le silence, attendent d'être sollicités pour confier leur secret.

Les romans libèrent mon imagination et me font vivre mille aventures épiques.

Les livres d'histoire me transportent dans les pas des rois, des armées de César et des personnages illustres qui vivent dans les dictionnaires.

Les encyclopédies me donnent l'impression de pouvoir tout connaître.

Les atlas me font parcourir le monde avec des bottes de sept lieues.

Les dictionnaires sont des ouvrages qui permettent de décrire l'univers, ils contiennent les mots nécessaires pour rédiger tous les autres livres.

L'invention de l'écriture, puis celle de l'imprimerie, ont donné à l'humanité le moyen de se transcender. N'est-ce pas la plus géniale des inventions ?

Un homme dépouillé de toute technologie pourra toujours lire et écrire, ces deux activités peuvent contribuer à son bonheur.

Chaque volume de ma bibliothèque est vivant. Il incarne un souvenir, une rencontre, une odeur, un lieu, un événement lié au moment de sa lecture. À mes souvenirs heureux ou douloureux, est toujours associé un livre qui me réconforte et m'apaise.

De peur d'être un jour aveugle et même si rien ne le laisse présager, je fais provision de livres-audio, car si mes yeux font défaut, ces livres seront là pour me parler.

Une telle passion frise la folie, mais c'est une folie que je revendique, car elle est fort plaisante à vivre et ne nuit à personne.

Je ne peux que souhaiter vous la faire partager :

Lisez, enivrez-vous du parfum des livres, demeurez à l'ombre de leurs feuillets et semez sagesse à tous vents.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Mathis.Huppermans
Nous suivons l'histoire de Junsuke Seito,un collégien de 15 ans,il va faire la rencontre d'une fille appelée Camilla Kurogawa,ensemble,ils vont être mêlé à une histoire sombre tout en découvrant le passé de Camilla.
0
0
0
16
Ano
Lucia a très peu de caractère. Elle constate que son petit ami est de plus en plus distant avec elle. La jeune femme tentera d'en découvrir la raison ainsi que de le reconquérir.
2
4
0
25
Tatoon


Allant du firmament jusqu’au folles rivières
Tu t’es tu savamment attendant nos prières,
Nos pleurs et nos chansons dans l’asphalte et la bière
Puis tendrement les cris sortant de nos chaumières.
Tu as vécu au moins cent mille années dernières
Tu as subi le sang la joie et la poussière
Infiniment puissant tu regardas hier
Le futur, le présent, chaque pas, chaque pierre
Et dans chaque être humain tu mis une lumière
Suffoquant dans la main s’élevant sans manière
Défiant les lois sacrées de tout l’univers
Incendiant notre mer détruisant notre Terre
Impunément sereins nous cachons la misère
Derrière quelque édifice ou devant quelques guerres
Mon Dieu qu’avons-nous fait de la tendre atmosphère
Qui enrobait nos vies qui nous offrait de l’air
Souillée ou viciée voilà quelle est notre ère
Nous en échapperons dans le dernier mystère
0
0
0
1

Vous aimez lire Gérard Legat (Kemp) ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0