Nous voulons des informations

8 minutes de lecture

Le soleil est déjà levé depuis longtemps quand elle émerge, elle rabat les draps sur sa tête en marmonnant des choses peu aimables sur la planète. Puis, il y a une seconde de pause. Puis quelque chose comme : « Aaaah ! Où suis-je ? Où est mon uniforme ? Où est mon arme ? Qui m’a déshabillée ? Pourquoi j’ai mal à la tête ? Qui êtes-vous ? Ah, c’est toi… »

Mais très vite et avec beaucoup trop de décibels pour sa propre gueule de bois.

Je rigole et je lui apporte le grand verre d’eau que j’avais préparé depuis un petit moment. Du coup, il est chambré, mais ce n’est pas grave.

Je m’assois au bord du lit. Comme je ne suis vêtu que d’une chemise très légère, elle s’emballe dans le drap et recule à l’opposé du lit. Elle a beaucoup de mal à me regarder dans les yeux, mais elle prend quand même le verre et boit. J’en profite pour répondre :

— « Tu es chez moi, je t’ai amenée là quand tu es tombée dans les pommes. J’avais quelque peu surestimé la tolérance à l’alcool des Humains highlanders. » Je m’abstiens de lui dire que, même pour moi, le bourbon spécial de Pa, c’est du raide. « Ton uniforme et ton arme sont posés sur le coussin là-bas. » Je lis la détresse dans ses yeux quand elle s’aperçoit qu’elle ne peut pas l’atteindre depuis le lit.

— « C’est toi qui m’a, euh…

— Déshabillée ? Ben oui, je n’allais pas te laisser dormir dans cet uniforme, tout de même.

— Mais…

— Mais il ne t’est rien arrivé d’autre, je te rassure. Ce n’est d’une part pas mon genre de profiter des beautés évanouies et, d’autre part je ne couche pas avec des partenaires en qui je n’ai pas confiance. »

La remarque la douche un peu. « Tu n’as pas confiance en moi ?

— Pas encore. Mais sauve-moi la vie encore une fois ou deux et on reparlera. »

À ce moment, je suis à cinq centimètres de ses lèvres et je peux presque goûter son trouble. J’adore ça.

Heureusement pour elle (mais pas pour moi), nous sommes interrompus par ma sœur, qui nous amène à manger. Nous échangeons quelques commentaires en eyldarin à base de sous-entendus grivois (ma chère Endil a un faible pour les peaux sombres) ; si j’en juge par la tête de Sise, elle en comprend assez pour piquer de nouveau un fard. Le fait qu’Endil n’ait pas juger bon de s’habiller (et qu’elle me ressemble beaucoup, ce qui est un peu normal pour une jumelle), n’aide pas.

Par pitié, j’adresse une requête mentale au reste de la maisonnée de ne pas nous rejoindre pour le déjeuner.

***

Une petite heure plus tard, je dépose Sise à sa chambre d’hôtel pour qu’elle puisse récupérer ses affaires et faire un brin de toilette. Elle a bien évidemment refusé de prendre une douche dans la salle d’eau collective. Ni d’utiliser les latrines (collectives aussi). On convient de se contacter dans la journée : j’ai à faire et, prétend-elle, elle aussi. Ça me va.

Retour à la centrale. Je n’y ai pas posé un orteil que j’ai déjà droit à un savon de la taille d’un minéralier siyansk de la part de Rasan, rapport aux frasques de la nuit. Les Administrateurs sont pour une fois d’accord pour dire que quatre cadavres en une seule soirée, c’est trop, surtout quand un agent highlander s’adjuge les trois-quarts du tableau de chasse.

Je laisse passer l’orage et rappelle, à tout hasard, que si Sise n’avait pas été là, Sa Seigneurerie aurait l’immense joie de se choisir un nouveau chef de la sécurité avec la même tolérance pour ses humeurs de chien. On enchaîne sur le couplet des gens irremplaçables qui ne le sont pas, pour le plus grand plaisir du reste du bureau, qui adore autant le théâtre que les excuses pour ne pas bosser. Pour finir, Rasan et moi passons sur sa terrasse pour discuter plus calmement.

De Sise, justement. Il me passe un dossier qui, si j’en juge par les codes de transit, est passé entre autres par Trian. Ça ne m’étonne pas : Rasan et moi sommes de deux clans distincts, mais alliés (c’est d’ailleurs un peu pour cela que j’ai le job) et je sais que le sien a pas mal de contacts sur Trian et, notamment, dans la zone ex-highlander.

Sans surprise, elle a fait des études de droit et de sociologie à Kinshasa, puis l’académie de police de Dakar, dans le cadre des habituelles bourses militaires. Du coup, en paiement d’études, elle a été engagée dans un machin paramilitaire au nom improbable d’Agence de coopération pour la sécurité des routes commerciales, basé à Singapore mais financé par les joyeux drilles de Central City.

La chose étonnante dans son dossier est qu’il y a une réelle dichotomie entre ses résultats, très bons, et son rang actuel. Pour une nation qui se pique d’être une pure méritocratie, la Fédération des hautes-terres aurait pu faire mieux que de la coller simple agent d’une officine obscure sur des routes commerciales de second rang.

Le rapport conclut qu’elle vient d’une famille qui vit du côté de Djibouti, mal vue pour des « raisons idéologiques » (ça veut dire « religieuses », en général), ce qui expliquerait ses études de l’autre côté de l’Afrique, son récent traitement génétique et son changement de nom. Et son intolérance à l’alcool.

— « Ça doit lui faire tout drôle de se retrouver dans un tel micmac pour sa première mission. »

Rasan approuve, mais enchaîne : « Il y a d’ailleurs un truc bizarre à ce sujet : en toute logique, elle aurait dû être à bord de la navette, surtout s’il y avait d’autres agents.

— Si tu le dis. Je ne suis pas aussi au fait des pratiques highlanders.

Le sous-entendu est évident, mais ça le fait rire quand même. « Ce n’est pas ce que j’ai entendu dire.

— Détrompe-toi, je ne l’ai pas touchée. » Et comme il me regarde bizarrement, j’ajoute : « Je préfère la faire languir encore un peu.

— Y’a pas, depuis ta copine sur Eridia, la fréquentation des Terriens t’a rendu sadique. » Je rigole ; ma liaison passée avec une Parisienne pur sucre est un sujet de plaisanterie habituel.

— « Et en parlant de fréquentation, ça a donné quelque chose avec la capitaine de poche ?

— Beaucoup d’enthousiasme, peu d’imagination.

— Mais encore ?

— À mon avis, il y a un pataquès vraiment pas clair derrière cette histoire, mais non seulement elle ne sait pas quoi, je soupçonne qu’en plus elle a reçu l’ordre de me tomber dans les bras pour mieux contrôler l’enquête. Et, si ça se trouve, Sise aussi.

— J’en doute. »

Rasan se redresse soudainement et me rappelle qu’il fait plus de deux mètres tout en étant deux fois plus épais que moi. Même sans être télépathe, je peux percevoir sa question.

— « Ce n’est pas impossible, bien sûr, mais si ça avait vraiment été calculé, on m’aurait envoyé un beau blond. Elle me paraît un peu trop enthousiaste et naïve pour être suspecte.

— Tu l’as sondée ? »

Je ricane brièvement à l’allusion. « Un peu. Elle me paraît gravement perdue.

— Pas si perdue que ça hier soir…

— Justement. Elle n’a pris l’initiative que lorsque ça a commencé à bouger. Ses automatismes de flic, sans doute. Et encore, je suis à peu près certain que c’est la première fois qu’elle tuait quelqu’un.

— Ça m’arrangerait que ce soit la dernière.

— Oui, elle aussi je pense. »

***

Nous revenons dans le central et je fais le point avec le reste de l’équipe. Le Rentelian est sous séquestre provisoire, ce qui nous vaut des protestations de clans, heureusement suffisamment mineurs pour qu’on les ignore.

Kaenar a pu passer leurs barrières informatiques suffisamment longtemps pour constater l’effacement des logs, mais son oubli lui a donné des idées et il est en train de compiler toutes les données de trafic venant des agglomérations voisines pour tenter de reconstituer les minutes qui suivent la disparition du Blue Globe. Il veut se racheter, c’est bien.

Les trois tueurs sont arrivés par un vol commercial en provenance de Fantir, bien évidemment sous un faux nom. Youpi. Comme Irrwisch – enfin, l’Autorité planétaire d’Irrwisch, dont cette partie du starport dépend – n’est pas rattachée au Cepmes, nous n’avons pas un accès direct aux fichiers d’Interpol, mais Flitzossim a lancé des recherches par la route touristique ; ça prendra du temps, mais ça viendra.

Rien à dire sur Antje Hemmerlan, sinon qu’il a mangé trois balles expansives tirées d’une variante américaine d’un Frontière 12.7 européen. Le légiste a conclu que, je cite, « le hamburger est mort sur le coup ».

Bref, les choses suivent leur cours, je décide donc de profiter de ce que Sise ne m’a pas contacté pour aller aux thermes avec la moitié de l’équipe qui finit son service. C’est bon d’être le chef !

***

J’aurais dû m’y attendre. C’est en plein milieu d’une séance de mets-ton-doigt-où-j’ai-mon-doigt avec Kaenar et Thyris (des douanes) que Sise se rappelle au bon souvenir de mon communicateur. Bien entendu, je l’ignore. Bien entendu, elle récidive dix minutes plus tard, alors que les deux précédents se liguent contre moi, avec l’aide de Tuomen, l’agent de liaison avec le continent.

Je profite que les trois s’amusent entre eux et ne prêtent plus trop attention à moi pour la rappeler, avant qu’elle ne réessaye à un moment réellement gênant (quand je mange, par exemple ; je déteste parler la bouche pleine). Elle est excitée comme une puce et, selon ce qui semble être son habitude, me jette à la face une phrase avec beaucoup trop de mots et pas assez d’espaces, mais dont il ressort qu’elle a appris des choses. Je lui dis donc de nous rejoindre, sans préciser qu’il s’agit des thermes. Rasan a raison : je suis sadique.

Il ne lui faut qu’une demi-heure pour arriver, ce qui m’étonne un peu. J’aurais parié sur dix minutes de plus, le temps de trouver le courage d’entrer, mais son enthousiasme semble avoir pris le pas sur ses tabous personnels. Ce n’est que quand elle nous découvre, tous les quatre sérieusement dénudés dans et autour d’un bassin qu’elle se rend compte de ce que « thermes » signifie dans un contexte atlano-eyldarin.

Elle reste au bord du bassin, la bouche ouverte.

— « Ah, Sise, tu nous rejoins ? Tu connais mes collègues : Kaenar, Tuomen et celle qui va faire surface dans dix secondes devant Tuomen, c’est Thyris. »

Elle n’a pas le temps de réagir que Thyris surgit hors de l’eau, lui attrape le bras et l’attire dans le bassin.

C’est donc une Sise entièrement mouillée, mais entièrement habillée qui nous explique ses trouvailles – après avoir fort civilement repoussée les avances de tous mes petits camarades. Elle est peut-être coincée, mais elle a du cran.

Je vous la fait courte, surtout parce que je n’ai pas tout compris, mais elle a passé la journée à analyser une quantité indécente de données et de rapports, tout en sirotant le café de l’hôtel (ce qui m’impressionne presque autant que le reste). Elle a reporté un certain nombre d’incidents avec une synthèse de différents plans de la Taupinière ; je ne sais d’ailleurs pas où elle a trouvé certains des éléments, parce que personne d’entre nous ne les avait vus avant.

Il en ressort qu’à son avis, la navette n’a pu se poser que dans une ancienne annexe, qui appartient à une Guilde siyansk qui a perdu presque tous ses avoirs pendant les Guerres corporatives et qui a revendu l’endroit à un clan atalen de Prasidian, le clan Warkir, peu avant la destruction de la planète, il y a cinquante ans. Les autorités highlanders et Interpol soupçonnent que c’est un Clan de l’ombre, autrement dit du crime organisé.

C’est à ce moment que la recherche de Kaenar aboutit et nous livre une explication sur l’arrivée discrète de la navette : elle s’est cachée dans l’ombre du Rentelian. En d’autres termes, elle s’est glissée tellement près du cargo que leurs échos radars se sont confondus – vus du sol, en tous cas.

Sise a aussi découvert qu’Antje Hemmerlan s’appelait en fait Anto Simalang et avait passé quelques années dans la Légion étrangère highlander, avant de passer dans le civil. Or, les balles qui l’ont tué sont d’un modèle souvent employé par certaines unités de la Légion, celles spécialisées dans l’élimination directe.

Pour le coup, tout le monde décide d’un commun accord la fin du batifolage. L’uniforme de Sise est sec avant que je me sois rhabillé.

Cette fille m’épate.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Onah

Je ferme les yeux et je vois ton visage, tes yeux bleus qui me regardent avec tant d'amour. Ton petit sourire en coin, tes clins d'œil. Je n'ai rien oublié. J'y repense à chaque fois que je crois sentir ton parfum.

J'ai souvent l'impression de te voir, je confons les autres avec toi. Que ce soit en croisant des voitures, au coin d'une rue ou bien au loin d'un rayon de supermarché. Puis, si tu regardes mes anciens petits amis, ils te ressemblent tous, ou bien alors ils ont un petit quelque chose de toi.

Les yeux bleus, le regard, la gentillesse, l'humour, la démarche, la forme du visage... Ils ont tous un détails qui ne m'a pas échappé et pour lequel j'ai fondu. Je n'ai jamais cessé de penser à toi, à nos débuts mignons et innocents, puis à notre histoire qui se termine dans un déchirement.

On a beaucoup pleuré toi et moi. On s'est fait du mal, beaucoup trop. J'avais tellement de peine à te voir mal que j'étais comme tétanisée en voulant faire quelque chose pour t'aider. Sans voix, je me glissais dans tes bras sans rien dire, mais au fond, je sais que des paroles t'ont manqué.

Je n'ai jamais su parler pour réconforter, tu le sais. Dire des conneries, pour faire rire ou pour énerver : c'est assez facile pour moi. Mais trouver les bons mot pour ne pas blesser, pour réconforter, pour aider, pour soutenir, je ne sais pas le faire.

Puis elle est apparue. Comme un éclair, comme un flash. Jolie jeune fille brune à lunettes, petite, rigolote, intelligente et d'une fragilité tellement enfantine. Certains nous confondait, j'étais juste un peu plus grande qu'elle. Ce qui nous différenciait ? La compassion, l'entraide, la bonté.

Elle avait cette façon de manier les mots pour engourdir les peines, diminuer les tristesses, elle supprimait les larmes. C'est d'ailleurs ce qui t'as plu chez elle, elle avait ce petit plus que je n'avais pas.

Quand on s'est séparé et que quelque temps après, tu étais dans ses bras, nos amis en communs me disaient que tu avais trouvé mon double, mais en plus douce. Je ne l'ai pas compris à ce moment-là, j'étais terriblement blessée, indignée, je ne comprenais plus rien. Tu étais pour moi, à ce moment-là, le pire des salauds, mais comme j'étais naïve...

Tu étais mal, tu avais besoin d'écoute, de parler et avec moi, tu avais seulement de la distance qui se créait, car j'étais mal à l'aise face à ton mal-être. Je n'ai aucune excuse et je n'en chercherais pas, je n'étais pas attentive aux autres et à leurs attentes. Je me contentais de satisfaire au mieux les miennes et ça me convenait.

Puis j'ai grandi, enfin j'espère. J'ai rencontré beaucoup de personnes qui m'ont beaucoup apporté. Je t'ai toujours surveillé de loin, toi et ta copine, j'en étais malade que tu sois encore avec, mais d'un côté heureuse de te voir sourire. J'ai eu ces moments où je voulais te crier de me pardonner, que j'avais changé, que je voulais te reparler. Je n'ai jamais eu le courage, j'avais bien trop peur.

La peur que tu me rejettes, que tu me dises que c'est trop tard, que tu as fait ta vie, que tu es heureux et que je dois te lâcher à présent. Cela m'aurait détruite. Je préférais garder l'espoir que tu pensais à moi, mais que notre "nous" resterait qu'un beau souvenir. Je ne voulais pas que tu me vois comme une fille pénible qui revient après quelques années, en espérant comme une enfant.

J'ai rencontré des garçons, j'ai parfois passé de longs mois avec eux et d'autres fois, c'était plus court. Mais aucun d'entre eux ne savait aussi bien me donner autant d'amour que toi, jour après jour. Ce petit grain de folie, ce petit plus qu'aucun autre n'a et n'aura jamais.

Tu es ce mec que l'on voit dans la rue et avec qui on imagine une vie rêvée, mais que l'on ne croise seulement qu'une fois, ou alors très rarement. Ce futur père de famille, dont on rêve toutes. Je me rends compte aujourd'hui de qui tu étais réelement.

Je me souviens de ces crises de jalousie où je partais d'un simple regard fait à une autre fille pour te lister tes défauts. Je me souviens de ça et quand je me revois le faire, j'ai envie de me gifler. J'ose le dire, mais j'étais vraiment une petite conne. Je m'en veux tellement pour tout ça.

Te souviens-tu de ce voyage gâché par mes soins ? Ce début de voyage en car où tu as fait l'effort inespéré pour moi de revenir me prendre la main. Puis moi, deux jours après j'ai tout gâché. Je ne pourrais pas citer toutes les fois où tu es revenu et où j'ai recommencé à te pourrir la vie. Alors forcément, quand une autre te sourit tendrement, tu plonges dans ses bras.

Et maintenant je le sais, j'aurai fait pareil. Je l'aurai fait déjà pour te blesser, pour me venger de ces engueulades à répétitions sur des sujets complétement stupides. Puis pour me sentir enfin aimer aussi, par un homme qui te ressemble, mais qui à autre chose que tu n'as pas et qui me manquait. Je t'ai compris aujourd'hui. J'ai mis du temps, mais j'ai compris.

Tu es revenu ce matin. Un message, que quelques mots et mes larmes qui coulent... Pourtant une phrase banale, rien de mignon, rien de méchant, juste un salut, ça va depuis le temps ? Je te réponds que oui et te demande pour toi. Rien de plus banal.

La réalité est toute autre, mon cœur accélère, intérieurement je crie, je hurle, je ne sais plus, je sais, puis au final je crois plus en rien, mais en fait si...

"Non ça ne va pas. Depuis qu'on ne se voit plus, depuis qu'on ne se parle plus, depuis que tu ne m'embrasses plus. Ça ne va pas depuis un moment maintenant, depuis que l'on est loin de l'autre. Dis moi de quoi tu te souviens. Quels sont tes souvenirs de moi, sont-ils bons, te font-ils sourire ? As-tu envie de me revoir ou de me fuir ?

Désolée de toutes ces questions, mais j'en ai d'autres...

Est-ce que tu vas bien toi, et ta copine aussi ? Tu es toujours avec ? Si tu me dis oui, je te dirai que je suis contente pour toi, que tu mérites le bonheur que tu vis avec elle. Mais je n'en penserais rien.

Pourtant, je veux ton sourire, je veux te savoir bien, mais pas avec elle, pas grâce à une autre femme. Je me répètes, mais non ça ne va pas, je suis malheureuse loin de toi et je l'ai mérité, car j'ai tout fait pour. Mais bordel, je n'arrête pas de penser à toi, je te vois partout, j'essaie en vain de trouver un homme qui te ressemble un minimum.

Tu me manques, si tu savais comme tu me manques. Ton rire, mon dieu, ton rire. Puis ton regard, puis ta voix quand tu me dis que je suis belle. Non ça ne va pas parce que tu n'es pas là, parce que t'es plus là. Dis quand reviendras-tu ?"

Ces premiers émois, ces papillons dans le ventre, ce sentiment de bien-être, de sécurité, de possessivité. J'ai connu tout ça pour la première fois avec toi, tout. Plus tard, j'en ai de nouveau ressenti, mais ce n'était jamais autant, jamais aussi fort qu'avec toi.

Aujourd'hui, je suis perdue, totalement pommée. Qui es-tu vraiment pour me faire ressentir ces choses inexplicables ? Qu'est-ce qui se passe en moi, qu'est-ce qui m'arrive ?

Est-ce que je deviens folle, ou bien peut être que c'est ça être amoureuse ?
3
4
16
6
Défi
Nolan Stewart

"Allez, ouvrez la bouche et repirez en faisant de grands gestes... Vous sentez, non ? Ah, je vois les chakras qui se développent..."
Manta était habillée d'une grande robe noire et, enroulée autour de son cou, une longue écharpe rouge. Ses cheveux gris laisait deviner qu'elle avait la cinquentaine.
La personnalité de Manta est plus ou moins... originale ! Sa façon de voir le monde est assez bizarre et on ne pouvait deviner sa religion car elle en parlait de plusieurs :
"Mettez-vous en tailleur et inspirez tel Bouda le faisait..."
"Pensez à vos chakras, je sens vtre spiritualité présente..."
"Mais non ! Oh ma douée Béniguette, Seigneur Marie-Joseph !"

Cela devait être l'une des rares femmes encore existante étants polythéiste.
2
8
3
0
Kattib
Je fais de vos commentaires, un texte, une histoire, un pouf, un pif, une baffe, une éclate, une écharde, des miettes, bribes et sans même le savoir, vous vous retrouvez dans une histoire sans frontières, car sans fin c'est déjà pris, t'as pigé le concept, ce n'en ai pas vraiment un et alors ? T'aimes, défoules-toi, j'en ferais bon usage
3
4
0
1

Vous aimez lire Stéphane Gallay ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0