La folie homicide

Une minute de lecture

Marc était perturbé, dans son rêve, une folie homicide l'avait convaincue de tuer cette bête innocente, cela faisait très longtemps qu'il n'avait plus ressenti pareille sensation, cette envie de meurtre, l'envie de tuer. Il en était conscient, et ça le rongeait.

Vous me diriez sûrement, que ce n'est qu'un simple rêve, qu'il a tort de s'inquiéter ainsi. Mais si vous saviez... Attendez donc, je vais vous raconter. Alors, il y a maintenant de ça trois ans, Marc était encore étudiant en École de médecine. Ce jour-là, Marc avait décidé de rendre visite à ses parents qui habitaient deux rues plus bas. Sur le chemin, il avait rencontré une petite fille d'environ huit ans. Elle était seule, assise sur le trottoir. Marc lui avait d'abord demandé ce qu'elle faisait là, puis la petite lui avait expliqué que sa mère lui avait demandé de rester chez elle, mais qu'elle avait désobéi. Marc en bon citoyen et tout d'abord en homme ayant un coeur, l'avait consolé puis accompagnée jusqu'au poste de police. La petite fille s'était blessée au genou et saignait. Elle n'avait pas l'air de souffrir mais Marc demanda quand même à voir sa blessure. À la vue du sang. Marc était devenu totalement fou. Il l'avait emmenée dans une ruelle, l'avait étranglée puis jetée dans une mare non loin de là. Personne n'avait jamais sû que c'était lui.

Marc s'en voulait à mort. Il ne l'avait pas tué consciemment, c'était cette folie meurtrière, qui a la vue du sang, avait poussé Marc à faire cela. La même qui l'avait poussé à tuer le daim dans son rêve, elle était revenue le hanter.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Elthen

NdE: Pour une meilleure compréhension de l'oeuvre, il est impératif d'être familier avec les termes suivants, qui ponctueront la lecture, ici recensés dans un glossaire en vingt-six parties. Vous trouverez en annexe II. IV. et VI. les cartes respectives du continent Prolmithien, des Landes Obscures de Praxis et du Concordat Métherien, avec en annexe III. V. et VII. leurs versions topographiques, comprenant des notes sur la végétation et les cycles de saisons diurnes et nocturnes.
En annexe VII. et IX. vous retrouverez deux exposés sur la vie quotidienne d'un citoyen Lambda du Concordat ainsi qu'une introduction aux religions Ethmérides en trois parties - la génèse du monde / les rites quotidiens / les cérémonies qui ponctuent la vie des citoyens des royaumes orthodoxes.
Pour alléger la lecture, nous avons choisi de reléguer en dernière partie du livre les annexes concernant la religion Mithridienne, le pontificat Cloroxien, La géographie Histrionnienne et les coutumes vestimentaires du Concordat, ainsi que les notes de bestiaire - un chiffre entre parenthèse dans le texte vous renverra à l'entrée du bestiaire correspondant, vous permettant un aller-retour rapide qui n'entravera, nous l'espérons, pas trop la lecture.

Bonne chance, et bienvenue a toi, voyageur, sur les terres d'Ith'Rolnir !


8
10
10
2
Défi
SophieFantasy29
Voyage
9
18
2
1
Défi
Marion Brugeassou

Peut-être pourrait-on encor parler d'eux,
Ceux qui voulaient changer la France, ce gueux,
Un début, peut-être avec l'humanisme
Engagé contre Dieu centre du monde et pour l'humain et son peronnisme.

Rabelais essaya de bien faire en tant que curé
De parler de ses hypocrites religieux libérés,
A travers ses romans comme Gangantua
Caché de sous entendues, il leur causa.

Mais vint le temps des Lumières
Avec ses quelques pamphlets en éclair,
Ainsi Voltaire voulut montrer la voie
Quant au final, les élites demeuraient sans voix.

Puis, plus tard, Victor Hugo éleva son coeur
Pour défendre sa patrie, par son seul bonheur
Dehors les dictatures ! Debout les exilés !
Pour la République, il faut se battre à être épié.

Les politiques aussi ont essayé de changer les choses,
Ils font des lois mais ils n'osent !
De Gaulle a peut-être voulu installer sa dictature
Les Français voulaient d'un héro, ils ont eu une conjoncture.

Une merveilleuse femme élue députée arriva,
Simone Veil défenda les droits des femmes dans cette agora ;
Dans cet amphithéâtre d'hommes qui n'ont fait que l'insultaient,
Il lui en fallu du courage pour cette grande femme instantanée.

Politiciens se sont éloignés de l'idée de De Gaulle du président,
Moins de pouvoir entre les mains pour ces cents lents ;
Ils travaillent avec la mafia et se donnent une mission
Faire croire au changement, l'une de ses principales passions.

Ils en ont collé des plus modestes aux pilotis,
On en pleurerait mais eux, ils en ont toujours ris
A protéger ces moins que rien et ces quelques riches
Pendant que nous en bas, nous nous crevons dans nos niches.

La Taubira en fait nettement partie,
Elle vidait les prisons bien trop remplies,
Elle fut la marraine de ces sales rats
Mais elle fut expulsée par ces cobras.

Il y eut Hollande qui essaya de faire tant bien que mal
A rattraper les bêtises de Sarkozy, ce qui lui a été fatal
Et la France n'a alors fait que divaguer
A travers les chemins, contre son gré.

Enfin, pour l'instant, vint le banquier Macron au pouvoir,
Il veut mettre la France au premier rang en un soir ;
Mais où va la France ? Pourquoi s'intégrer désespérément ?
A suivre le chemin des autres mais à ne penser à elle autrement.
1
1
1
2

Vous aimez lire Benjamin.W ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0