Dans les rues

3 minutes de lecture
  • ... Et donc, je suis tombée sur le sac en papier, j'ai crié et vous êtes montés ensemble.
  • ...
  • Pour m'arrêter, compléta Melinda sans parvenir à retenir la rancune qui lui brûlait la gorge.

Leroy inspira longuement l'air frais de la nuit et interrompit leur marche pour observer les environs, l'air absent. Vingt minutes qu'ils traversaient les rues désertes de Paris, deux ombres de plus à se perdre au cœur de ses méandres de pierres et de ses lampadaires alimentés au gaz... et pourtant cette sensation omniprésente, celle d'être fautif, refusait de le quitter. Elle se traînait dans son torse et plombait chacun de ses pas.

La jeune fille s'arrêta à son tour, le regarda en fronçant les sourcils avant de détourner la tête pour contempler le bout de ses bottines, les mains jointes.

Son silence devenait plus insupportable encore maintenant qu'il l'avait écoutée parler aussi longtemps. Surtout, il laissait davantage de place à son dilemme. Lui enlever les menottes ou les garder ?

Désobéir à la loi, pour la première fois ou la placer derrière les barreaux ?

Devenir un inspecteur criminel...

Il dut se mordre les lèvres pour retenir un sourire. Quelle ironie.

Mais il était là pour faire régner la justice, et non pour encager de jeunes innocents. Et sur ce coup-là, il lui fallait l'admettre, il s'était trompé sur toute la ligne.

Comment cette demoiselle aurait-elle bien pu éviscérer qui que ce soit ?

Il plongea sa main gantée dans le pan intérieur de son pardessus de laine, en tira la petite clef de bronze. Elle se raidit tandis qu'il l'introduisait dans la serrure de ses liens.

  • Voilà, admettons que tout ça ne s'est jamais passé, soupira-t-il en rempochant menottes et métal.

C'était au tour de Melinda de le regarder avec stupéfaction. Elle finit par se masser doucement les poignets, les yeux rivés à l'horizon.

  • Alors vous... murmura-t-elle doucement, ce n'est pas pour vous vexer, mais vous êtes vraiment étrange.

Leroy haussa les épaules avant de se tourner vers elle, retrouvant sa contenance habituelle. Justice avait été rendue, et le parfait policier était de retour.

  • Vous êtes emmenée au commissariat pour faire une déposition de témoignage, puisque vous avez échappé de justesse de l'attaque du meurtrier, énonça-t-il d'une voix égale. Vos cris m'auront alerté alors que je faisais le tour des maisons dans le quartier, et l'auront fait fuir.

Elle s'agita d'un pied à l'autre, visiblement mal à l'aise.

  • Et pour le...
  • Il aura fait tomber les preuves dans sa fuite, ajouta l'inspecteur avec calme. Je les ai donc récupérées pour vérifications avant de vous emmener au commissariat pour que vous puissiez vous retrouver en sécurité.

L'apprentie hocha doucement la tête en caressant pensivement sa chair meurtrie.

  • Mais... ça n'expliquera pas mes bleus.

Il se pencha à la lueur orangée d'un réverbère pour mieux les observer, grimaça à la vue des hématomes violacés couvrant la peau de ses poignets.

  • Seigneur, soupira-t-il en se passant une main dans les cheveux, j'ai vraiment serré trop fort...
  • Non, ce n'est pas vraiment ça.
  • C'est à dire ?
  • Je souffre d'hémophilie, monsieur. Je me blesse facilement... je tiens cela de mes parents.

Elle tendit sa main à hauteur de ses yeux, et il put apercevoir un bandage enveloppant son index droit.

  • Je vois, souffla Leroy en se redressant avec un soupir tandis qu'il lissait son manteau. Eh bien, ça ne vous aide pas en cas d'agression, mais cela nous donnera une raison de plus à notre venue ici.

Ils ne se turent de nouveau qu'à l'approche du bâtiment imposant du commissariat.

Dénommé plus formellement "Hôtel de police", comme l'indiquait sa devanture solennelle, il se dressait en véritable Goliath de briques et d'ardoise devant l'étrange duo. Pour le regard effrayé de Melinda, l'endroit pouvait se comparer à une gargouille immense épiant le dix-septième arrondissement de ses cent fenêtres. Comme à l'approche de quelque ennemi redoutable, ils firent une pause le temps de se préparer : elle entrelaça ses doigts nerveusement, lui se recoiffa d'un geste maîtrisé.

Puis, enfin :

  • Allons-y.

Elle lui emboîta le pas rapidement, enchaîna les marches de marbre les unes après les autres, le cœur battant et les poings serrés.

Seulement, dans leur hâte, ils ne se rendirent pas compte qu'une paire d'yeux étrangère les épiait.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 27 versions.

Recommandations

Jahjane

On parle toujours de l'amour qui peut certainement être virtuelle, vrai, unique ou même sincère.
Avant de dire, je t'aime à une personne rassure toi de t'aimer d'abord.
Car le plus grand amour commence par toi.
Mais d'autres diront que l'amour est éphémère.
Je dirais oui et non.
Je pense sincèrement que deux êtres peuvent s'aimer et ressentir le plaisir de recevoir de l'amour.
Un jour, je lui parle de mes sentiments et elle répond OK.
Ce n'est pas parce qu'elle ne m'aime pas.
Au contraire, elle ne sait pas comment faire avec ce type de personne.
Elle ne l'a jamais connu avant, on pouvait lui dire des '' je t'aime et tu me manques'', mais elle n'a jamais rien vu de tel dans les yeux de quelqu'un.
Ils étaient là pour profiter de son corps et de ses atouts.
Aujourd'hui, je veux te dire que je t'aime d'un amour infini.
0
0
0
1
SBahamut
Kuran, jeune prêtre de l’ordre de Vakieo, déesse de la sagesse, décide de suivre la trace d’un étrange mercenaire pour écrire une chronique sur ses aventures. Le jeune homme est très loin de se douter des histoires rocambolesques qu’il va découvrir au fil de son voyage.
8
10
136
32
Défi
Arnvald
Réponse à "MARATHON POÉTIQUE 40 / 52"
Pas sûr du titre ^^ mais je n'ai pas d'autres idées pour le moment :p
7
10
0
1

Vous aimez lire Agapé ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0