Luc, le confiné

2 minutes de lecture

Chapitre 3

23 mai 2039

Depuis plusieurs heures, le capitaine Luc Baltar restait figé derrière l’opérateur des transmissions. Commandant du sous-marin nucléaire Le Terrible (S619), il guettait la moindre information pouvant expliquer l’absence de communication depuis qu’il avait rompu le silence radio imposé par sa mission.

Ils étaient partis de leur port d’attache (Cherbourg) le 23 avril 2039 pour une mission d’un mois en mer. En immersion profonde, le sous-marin avait dû respecter un silence radio total et rester indétectable aux divers bâtiments qui pouvaient croiser sa route.

La mission se passa sans incident majeur et ils refirent surface au large des côtes Bretonnes le 23 mai 2039 à 7h00. Après les vérifications d’usages, les liaisons radios furent rétablies avec leur base d’attache, mais aucune réponse ne fut retournée à leurs divers appels.

Face à eux… un vide inquiétant. Aucun message ne transitait sur les ondes…

***

Journal de bord, Le Terrible : Lundi 23 mai 2039.

Capitaine Luc Baltar aux commandes, je passe le bâtiment ‘Le Terrible’ S619 en code rouge !

Pour une raison inexplicable, nous restons sans nouvelle de la base.

Comment expliquer cet état de fait ?

Aucun navire à l’horizon… Aucun navire sous sonar… Aucun navire sous radars…le silence et cela… quelle que soit la direction !

Incroyable, invraisemblable et pourtant, nous nous retrouvons bel et bien seul au monde.

Quelques hypothèses s’offrent à moi, mais je n’ose en parler aux officiers et encore moins à l’équipage, car je dois avoir des certitudes !

J’ai passé le bâtiment en ‘alerte maximale’ et on a replongé pour se mettre à distance des côtes.

Tous les systèmes de transmission ont été inspectés, vérifiés et contrôlés plusieurs fois. Mais aucun dysfonctionnement n’a été mis en lumière, d’ailleurs, les balises de positionnement des phares autonomes émettaient toujours en continu leur position. Les satellites GPS répondent et nous informent bien en temps réel sur notre position.

C’est à n’y rien comprendre…

Dans un dernier espoir, j’ai tenté de contacter l’OTAN, grâce à mes codes secrets prioritaires (liés à mon navire nucléaire). Mais là encore, je n’ai reçu aucune réponse !

Les autorités autant civiles que militaires ont disparu…

Sur le bateau, les rumeurs commencent à circuler… je dois y mettre bon ordre !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Rina
Défi de Lundi : https://pixabay.com/fr/photos/livre-de-pri%c3%a8res-rose-rose-rouge-115252/
7
3
0
0
Défi
Nicodico

Je n'ai pas compris à temps que je devais écrire un testament avant de mourir.
3
5
0
0
Alain Foucault

Je regarde le fond de sucre de canne, fin et blond, dans le bocal de verre posé sur la table. Juste à côté de la panière, un quignon de baguette ramollie, de la veille, attend dans son emballage de papier.
J'éteins la lumière inutile derrière moi. Le jour s'est levé depuis trois ou quatre heures et le ciel est dégagé.
Les cris des goélands piaillants, au-dehors, se sont tus.
L'ennui me gagne comme une contracture naissante, en ce milieu de matinée. Puis la colère et enfin, un profond sentiment d'impuissance.
La ville se réveille dans un spasme proche de la convulsion, avec son lot de visages crispés, d'objections et de désaccords.
Je suis las des acrobaties,... de chercher en vain dans le ciel, quelque signe que mon calvaire va finir.
6
2
1
2

Vous aimez lire pascalL ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0