Dans le ventre de la bête

2 minutes de lecture

Ça empeste le renfermé. L'odeur poisseuse de milliers de corps se pressant les uns contre les autres. La crasse recouvre les murs de la tour que la moisissure ronge de l'intérieur, veinant les couloirs d'un entrelac de lignes vert sâle. Des torches improvisées répandent une faible lumière qui empêche le bâtiment de tomber tout à fait dans l'obscurité. 

Un pas après l'autre, je descends un escalier de pierre usée en évitant les débris qui jonchent le chemin. Personne. En bas, j'entends la rumeur d'une foule et plus je m'enfonce dans l'escalier, plus le brouhaha composé de cris de rage, d'exultation et de rires bruillants me monte aux oreilles. Aux dernières marches, des hurlements de douleur s'ajoutent à la cacophonie ambiante.

Un grand portaille surmonté d'une dizaine de crânes humains se dresse à l'entrée d'une sorte de fosse entourée par une descente en spirale où la cohue c'est formée. Patchwork cauchemardesque de corps squelettiques, au visages tuméfiés, édentés, aux ongles noircis, pressé pour observer une cage sphérique accrochée au murs et au plafond par d'épais cables de métal. Au centre de la cage, un corps est étendu, couvert de sang qui vient s'écouler à travers les barreaux. Penché au dessus, un géant aux traits boursouflés et à la mine triste, les poings rougis. Un tambour retenti en hauteur et une voix éraillée résonne dans la fosse, elle provient d'un petit homme arnaché sur une chaise se balancant au bout d'une grosses corde enroulée autour d'une poulie fixée au plafond. 

— SAAAAMSOOOON ! Encore une fois vainceuuuur !

La foule exulte.

— Samson ! Samson ! Samson ! 

Le géant n'a pas un regard pour ses admirateurs. Il s'asseoit en faisant trembler sa cage. Le petit homme juché sur sa chaise vient déverouiller une trape et tire le corps ensanglanté qui tombe pour s'écraser en contrebas. Le nabot jette ensuite une gourde et un paquet en tissu sâle dégoulinant.

— Tien mon grand, tu l'as bien mérité. 

Je regarde ce géant morne. Un prisonnier condamné à se battre dans sa propre cellule pour survivre. Ses grosses mains se crispent sur la nourriture et il lâche un grognement bestial à son geolier. Je lève les yeux pour inspecter les cables retenant la sphère. Samson pourrait me servir. Je progresse lentement dans la foule qui commence à évacuer l'endroit pour rentrer dans des compartiment creusés dans la pierre du bâtiment. Il faut que j'atteigne le haut de la fosse. Je travèrse la marée humaine sans trop de problème, la pluspart sont trop amorphe pour remarquer quoi que ce soit. Quelques uns remarquent mes vêtements singuliers en se contentant de hausser les épaules, d'autres penchent la tête et s'arrêtent, un sourire d'abruti sur le visage avant d'être poussé par les autres derrière eux. Je continue mon ascension jusqu'à apercevoir une grille et tois gros bras arnachés de cuir au regard mauvais qui font le pied de grue devant. Vue l'allure des gourdins qu'ils portent à leur ceinture, je ferais mieux de trouver un moyen de les distraire. Je décroche la gourde d'eau prise au condamné de tout à l'heure et la lance en l'air après avoir légerement décapuchonné le bouchon. 

Toutes les têtes se tournent quasi instantanément vers le haut, la gourde décrit un arc de cercle dans les air, un peu d'eau s'en échappe, et le chaos commence.  

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Nicolas Haarman

"J’ai revu Paris. Il y avait longtemps que je n’avais pas reniflé ces odeurs.
Quand on remonte sur Paris on remonte vers notre histoire. Celle des hommes et des femmes. Il y a un je-ne-sais-quoi qui vous prend au tripes. Un peu comme quand on sort d’un avion sur le continent Africain. Une bouffée de temps passé. Beaucoup d’énergies qui se mélangent et pénètrent l’âme. Une réverbération qui s’insinue sous les os, qui fait vibrer la chair.
Et puis passé la Gare de Lyon on la cherche des yeux, dans le taxi ou Uber, on la guette: la Dame de Fer. Finalement on l’entrevoit, fière, symbole trop souvent réduit à une attraction touristique, mais tellement présent dans nos coeurs.
Mon fils la découvrait pour la première fois, et je m’étonnais de ma facilité à en être autant émerveillé après l’avoir côtoyé de si nombreux moments. Les étoiles dans ses yeux, son cri: « Papa regarde! La Tour Eiffel! ».
Majestueuse, tel un roc, un pilier, un phare dans la nuit des vivants.
Les bruits succèdent aux odeurs, une agitation permanente, une altération de sons propre aux métropoles dantesques. De la vie. Aux concerts de klaxons viennent les diatribes des chauffeurs, les demandes d’inconnus, les mêlées de circulation qui s’entrecroisent et au milieu la lumière. Permanente.
Le désordre est délectable, les différences sont complémentaires. La lumière se fond dans l’ombre et cette dernière nous renvoie son éclat.
Paris nous avale de sa beauté, pont après pont, quai après quai, à travers les ruelles, devant ses pierres éternelles. Nous sommes arrivés. Nous avons rendez-vous. Mais avant nous inspirons et tentons de la contenir, cette ville lumière, quand bien même nous devrons la recracher de peur d’étouffer. Car il est souhaitable de la goûter et non la dévorer.
Nous expirons donc et tentons de reprendre notre souffle. Suivent les dédales, le bruit des valises, les escaliers antiques, et la finalité de notre destination. La véritable raison de notre venue.
Car oui Paris nous sommes venus rendre hommage à une nouvelle venue. A une de tes filles. Elle vient de naître, elle porte en elle l’amour d’une famille comme tant d’autres, mais à nos yeux elle est unique. Comme tant d’autres.
Nous venons lui dire que l’on sera là pour elle, quoi qu’il arrive, comme tant d’autres.
Elle est l’avenir, elle est l’amour. Mon fils et moi entrons dans l’appartement. Nous sommes impatients de la voir et la cherchons des yeux. Nous venons rencontrer celle qui a et va changé bien des vies: Roxane.
Elle ouvre les yeux, nous regarde. Nous plongeons les nôtres dans les siens, miroir. Elle soutient notre regard l’air de dire: « C’est quoi la Tour Eiffel à côté de moi? ».
Comme elle a raison. Comme elle a raison…"
1
2
0
2
Sakina713
Un petit conseil...
4
5
1
0
Audel
Obligée de retourner habiter chez ses parents, Moira espère se sentir à l'abri de ceux qui lui veulent du mal. Sauf qu'elle n'est pas seule à occuper les lieux. Ses parents ont un locataire énigmatique. Et si, sa rencontre avec Blaine brisait à jamais son espoir d'une vie à nouveau paisible ? Et si chacun entraînait l'autre dans l'obscurité la plus totale ? Et si tout espoir était vain ?
18
12
10
29

Vous aimez lire Jb Desplanches ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0