Fort Real

6 minutes de lecture

Les gardes de la forteresse s’adonnaient tranquillement à un jeu d’osselets lorsqu’ils repérèrent le gamin. Il trainait non loin de là en leur lançant des regards en biais et en jetant des cailloux sur les pierres.

« Eh, le mioche ! »

L’enfant s’immobilisa. Il n’était pas si jeune, plutôt entre deux âges.

« Viens ici, veux-tu ? »

L’autre arriva en levant le menton d’un air presque insolent, en repoussant ses cheveux noirs.

« Qu’est-ce que tu traînes tout seul devant les portes du fort ? Tu ne devrais pas être au travail ? »

« J’ai quartier libre » répliqua le môme avec aplomb. Il hésita un instant puis leur lança un regard de biais. « Dites, du moment que vous êtes là, vous sauriez pas comment on fait passer des lettres au gouverneur ? »

Les deux gardes échangèrent un regard. « Qui t’a donné une lettre ? »

« Je n’ai pas dit que c’était moi ! » se défendit le jeune indigène.

« À d’autres ! » commenta un des gardes en rassemblant rapidement son jeu d’osselets. L’autre attrapa le gamin par le bras et le secoua. « Fais voir un peu la missive. »

« On m’a dit que j’aurais une pièce ! » riposta le gamin. « Et seulement si je donnais la lettre en main propre. »

« Qui t’a dit ça ? »

« Je ne sais pas son nom. Si nous allons sur le port, je pourrais peut-être reconnaître son visage, mais seulement si j’ai une pièce. Une autre pièce. »

Il leur jeta un regard par en dessous. « Mais je dois donner la lettre au gouverneur. »

« Le gouverneur s’est retiré dans son palais de chasse il y a deux semaines. Tu ne le trouveras pas ici. »

« Ah. » Le môme sembla dépité. « À qui est-ce que je la donne, alors ? On m’a dit de la remettre au patron. »

Les gardes se concertèrent du regard, puis celui qui le tenait par le bras acquiesça. « Je vais t’emmener voir le lieutenant. C’est lui qui s’occupe des affaires en son absence. »

« Et j’aurai ma pièce ? »

*

Le lieutenant Lambert chassa un moustique qui lui tournait autour depuis le début de la matinée. Que de paperasse ! L’interruption d’un garde fut presque la bienvenue. Presque, parce que ledit garde venait accompagné d’un vaurien.

« On l’a trouvé aux portes. Il dit avoir un message pour le gouverneur, et pouvoir reconnaître la personne qui le lui a donné. »

« J’ai aussi dit que je voulais une pièce ! » fit remarquer le jeune indigène.

Lambert fouilla machinalement dans sa bourse et jeta un sou à terre. Le garçon eu un sourire narquois, et sortit une lettre de sa chemise. Lambert fit signe à son domestique de lui apporter la missive ; tandis qu’il la dépliait, il se fit la remarque que le messager n’avait pas ramassée la pièce.

Mon bon sieur Lambert, je saurais où vous livrer le capitaine pirate et traître à la couronne Armand de Sinclair, s’il vous était gré de vous plier à mes deux conditions :

Premièrement, que vous fassiez apprêter un petit navire de fret avec à son bord six tonneaux de biscuits et autant d’eau douce, cinq cent sous d’or et une opale de feu grosse comme le poing, en faisant courir le bruit que vous avez l’intention de les faire parvenir en cadeau à sa Majesté votre Reine,

Secondement, que vous signez pour moi-même et pour mon compagnon de matelotage une lettre d’amnistie nous innocentant de tous les crimes commis durant nos années de piraterie.

Lambert leva les yeux, jetant un regard au garçon qui arborait un désagréable petit sourire moqueur.

« C’est toi qui a écrit cette lettre ? »

Le style un peu suranné donnait l’impression qu’il avait appris ses lettres le siècle dernier, mais l’écriture était claire.

« Aimeriez-vous que je le prouve ? » demanda le garçon avec un sourire. Avant que Lambert n’ait eu le temps de répondre, il se retrouvait en deux petits sauts devant sa table encombrée et trempait sa plume dans l’encre en lui jetant un regard narquois. Il se servit non pas d’un coin perdu mais du document officiel le plus en évidence, rédigeant dans le même style de lettres bien formées : Vous empestez des milles diables.

« Impertinent ! » pesta Lambert en lui reprenant sa plume. Puis, se souvenant d’un détail, il releva la tête. « Tu disais avoir un message pour le gouverneur, mais cette lettre est à mon nom. »

« Tout le personnel du fort sait que le gouverneur est absent » répondit le garçon en se glissant de nouveau entre Lambert et son garde. « Ce qui arrange nos affaires : comme vous le savez bien, c’est une vraie bourrique. »

Lambert aurait dû le gifler de ce manque de respect, mais ce n’était pas sans un fond de vérité. « Pourquoi la pierre ? »

« Sinclair a entendu dire que les opales favorisaient la réconciliation et s’en cherche une belle à envoyer à sa femme. Il espère sans doute que ça lui ressoudera les os… »

Le lieutenant fit la grimace. Madame de Sinclair avait provoqué l’indignation en dénonçant l’attaque non commandité de son époux envers un navire marchand étranger, attaque qui avait ravivé l’inimitié avec son pays et débouché sur l’éclatement d’un nouveau conflit. Cependant, personne ne s’était montré dupe : si Madame de Sinclair se contentait désormais d’une pension royale et tombait avec son époux dans l’opprobre, c’était moins par loyauté envers sa Majesté que par haine envers son mari.

Lambert se leva. Il sentit le sang revenir dans ses jambes alourdies par la chaleur.

« Pour ce qui est des marchandises et du bateau de fret dans lequel tu veux la placer ? »

« C’est pour qu’on vous les vole. »

Lambert fronça les sourcils. « Tu veux que je sacrifie un navire pour cette farce ? »

« Qu’importe la méthode » répliqua le garçon en haussant les épaules. « Sinclair ne nous dira le trajet qu’il compte emprunter qu’une fois la pierre et ces denrées en poche, mais il ne faut pas qu’il se doute que vous la lui donnez. Il prépare son voyage ; si on ne l’arrête pas maintenant, je serai coincé en mer avec lui pendant des mois, et vous serez coincé ici avec un pirate qui a prit le large… »

« Sinclair n’est pas le plus dangereux des renégats de votre espèce » répondit Lambert en faisant quelques pas pour se dégourdir les jambes. « Un ivrogne qui ne vaut pas ce que tu me proposes de perdre. »

« J’ai peut-être omis de mentionner qu’il avait recueillit à son bord la Mariada et ce qui lui reste d’équipage. »

Lambert s’immobilisa, électrisée. L’indigène lui coula un regard empli de malice.

« Cependant, elle, je ne peux pas vous la garantir. À chaque moment qui passe, elle est plus proche de trouver un navire et de reprendre son commerce sur les mers. Si Sinclair volait une grosse opale demain, elle serait sans doute obligée de le suivre dans son périple, mais si cela traîne, vous la retrouverez aux trousses de La Reine Teuta puis vous n’aurez plus que vos yeux pour pleurer. »

Le lieutenant semblait pensif. Il contempla l’intérieur de son fort, où des serviteurs s’affairaient alors que son garde se balançait d’un pied sur l’autre, mal à l’aise. Soudain, assez rapidement pour que le pirate n’ait pas le temps de réagir, il se tourna vers lui et plaqua une main entre ses jambes. La Mué se dégagea aussitôt, mais les soupçons de Lambert étaient confirmés. « Tu es la petite furie de Sinclair ! » s’écria-t-il en l’attrapant par les cheveux.

Plus qu’effrayée, la créature sembla mortifiée. « J’ai l’impression que les habitants de ces îles n’ont toujours qu’une réponse : celle de m’agripper par la tête. Est-ce que je vous arrache votre affreuse tignasse, moi ? »

Lambert le lâcha en le projetant contre le mur. « Tu éventres mes marins, tu jettes leur langue et leurs yeux à la mer, et tu voudrais que je te fasse grâce ? »

« Oh vous savez, les rumeurs sont toujours assez embellies » répliqua la Mué en se frottant le crâne. « J’en ai torturé quelques uns pour la montre, mais quand le spectacle est terminé je balance les autres aussi sec à l’eau. Je vous rappelle que c’est moi qui frotte les planches du pont, après. »

Lambert voulut le rattraper mais la Mué fit un bond impressionnant pour l’éviter. Il est vrai que son peuple était réputé pour son agilité. « Maintenant la question, est-ce que vous allez m’aider à arrêter Sinclair ? »

« Pourquoi est-ce que tu me jettes ton maître en pâture ? » demanda le lieutenant. « Je croyais que vous vous targuiez de loyauté, parmi les pirates. »

« Parmi les pirates » répéta la Mué en faisant passer ses cheveux devant l’une de ses épaules. Puis il se retourna et fit glisser sa chemise.

Lambert avait fréquenté suffisamment de bordels pour savoir reconnaître un joli garçon et, sans cette chevelure noire qui le rongeait, la Mué pouvait passer pour tel. Sous les cicatrices encore gonflées se dessinaient de beaux muscles courbes et il se demanda une nouvelle fois quel était, véritablement, son âge. Il leva une main pour effleurer les marques bleuies des coups qu’il avait reçus mais, avant qu’il ait pu toucher sa peau, la Mué avait rajusté sa chemise.

« Maintenant, est-ce que je peux avoir mon amnistie ? »

Annotations

Recommandations

Défi
Antanasya


On l’avait privé de la vue, mais à quoi bon cela lui servirait alors qu’elle se trouvait dans le noir complet, à l’intérieur même d’un coffre. Jane-Ann ressentait toutes les sensations de la route, d’abord les bosses du petit sentier et ensuite le plat du bitume. Désorientée, elle tentait de compter les virages, recherchant où est-ce que son ravisseur comptait bien l’emmener. Cependant, c’était peine perdue. Elle n’était pas habituée à être aveugle, les routes prises lui paraissaient inconnues depuis la sortie de la forêt.
Tout d’abord, elle avait cherché à crier. Elle s’était débattue, mais les bras puissants de celui qui l’avait enlevée l’étreignaient l'empêchant de faire le moindre mouvement avec son corps frêle. Il l’avait frappée. Sonnée, la jeune fille n’avait rien pu faire quand l’homme lui avait lié les mains et les pieds. Elle avait repris de la vigueur quand le bandeau lui avait masqué la vue, mais il était trop tard. L’homme l’avait soulevée sans qu’elle puisse voir son visage et il l’avait jetée dans le coffre, comme si elle était un vulgaire sac de courses. Jane-Ann avait tambouriné de toutes ses forces contre le coffre. Elle avait bien tendu user sa voix à force de crier, ainsi que ses forces en continuant de donner des coups contre la porte.
Perdue, alors que cela faisait une demi-heure qu’elle s’usait pour alerter quelqu’un, elle se mit à pleurer, trempant de ses larmes le bandeau. La crise d’angoisse ne tarda pas à venir, elle dura pendant une longue heure pendant laquelle Jane-Ann s’entortilla dans tous les sens, hurla avec ce qui lui restait de voix. Puis, à bout de force, elle avait renoncé. Et là, elle écoutait. Le moteur ronronnait, la route semblait lisse. L’autoradio était éteint. Rien, aucune voix. Si bien qu’elle pensa que son ravisseur était seul. Jane-Ann avait peur. Des jeunes filles qui se faisaient enlever, violer et massacrer, on en retrouvait régulièrement dans les fossés. Allait-il lui arriver la même chose ? C’était très probable. Elle refoula un sanglot et sa tête cogna contre la porte du coffre quand son ravisseur roula sur un nid de poule. Il devait être sorti de la grande route.
Elle pensa à ses parents, à sa sœur, son frère et tous ses proches qui à l’heure actuelle devait être à sa recherche.
« Je reviens dans une heure. » S’était-elle écriée en passant la porte de la maison, vêtue de sa tenue de sport, pour faire son jogging. C’était son habitude du dimanche, juste avant le déjeuner. Une habitude qu’elle aurait mieux fait de ne pas prendre ce jour. Ses parents devaient suivre à l’heure actuelle son chemin routinier. Ils connaissaient ses habitudes, ils comprendraient que quelque chose de mauvais s’était déroulé.
Un nouveau virage, puis un autre. Depuis combien de temps se trouvait-elle dans cette voiture ? Elle ne saurait plus le dire à l’heure actuelle. La voiture se mit à ralentir. Le chemin paraissait laborieux, elle pouvait le sentir. Puis, elle entendit des bruits de graviers, sur lesquels la voiture était en train de rouler. Enfin, le véhicule s’arrêta et l’homme descendit de la voiture. Jane-Ann l’entendit s’éloigner. Elle cria de nouveau avec le peu de voix qui lui restait, mais s’époumoner ne servit à rien. Le temps défila encore lentement. Elle écouta au-dehors les bruits de la nature. Le vent qui frappait la voiture, les corbeaux qui croassait. Ils firent place à des chants plus nocturne et vint le moment où à nouveau les pas se firent entendre. Son ravisseur ouvrit le coffre et il la souleva. Jane-Ann cria de nouveau et tenta de se débattre. Elle ne voyait rien, mais elle ne supportait pas la sensation des mains de l’homme sur son corps. A force de se débattre, elle tomba lourdement sur le sol, son épaule gauche la fit immédiatement souffrir. L’homme ricana et de ce qu’elle put comprendre il s’agenouilla de part et d’autre de son corps. Il lui attrapa fermement son visage.
« Si tu ne la boucles pas, si tu n’es pas plus coopérative Jane-Ann, je te tue et après toi j’irai éliminer toute ta famille, tes parents, ton frère et ta sœur. Le ton était autoritaire, glacial et les propos firent trembler de terreur Jane-Ann.
— Pourquoi ? Comment me connaissez-vous ? Je ne vous ais jamais rien fais. Répondit la jeune fille entre deux sanglots.
— Tu étais si routinière Jane-Ann que te soustraire a été un jeu d’enfant, mais tu n’as plus à t’inquiéter de rien désormais, tu m’appartiens maintenant et si tu es sage, si tu fais tout ce que je te demande, tes proches ne paieront pas pour tes mauvaises actions. »
Elle se tut, que pouvait-elle répondre à cela. Hurler ne servait à rien et en plus elle avait les pieds et les mains liés. Jane-Ann renonça pour la première fois et ce renoncement fut le premier d’une très longue liste.
5
3
17
4
Défi
Déso


Pourquoi avons-nous peur de la mort ?
Facile à comprendre ! Depuis des millénaires, la mort nous est présentée comme une horrible mégère toute de noir vêtue et par-dessus le marché, elle agite une faux qu’elle tient dans les mains et à bouts de ses longs bras décharnés. 
Si nous changions simplement sa représentation ? Imaginez-la en une douce mère qui nous prendrait dans ses bras accueillants. Pas de soucis de ce côté-là, elle peut en enlacer en quantité des futurs morts. En changeant son profil, tout serait inversé, on se précipiterait au lieu de vouloir fuir le moment venu. Alors dès aujourd’hui, militons, supprimons son aspect de faucheuse et offrons-lui un look bienveillant. Elle nous sera reconnaissante, et de notre côté, même plus peur !
Madame la mort, le moment venu, si possible, que ce ne soit pas en barbecue.
5
4
0
1
Le Moine Rouge
IL EXISTE DES UNIVERS, ENTRE L’ÂME ET L’ESPRIT. DES UNIVERS AUX LOIS PHYSIQUES DIFFÉRENTES, OÙ L’ON PEUT ÊTRE SOI-MÊME, DES UNIVERS OÙ TOUT PEUT ARRIVER… Les Premiers ont tous les atouts pour dominer les mondes : ils ont les Eux de leur côté, les pays vont plus mal que jamais, enfin la race persécutée va enfin pouvoir venger ceux qui l’ont anéantie, humiliée, réduite en lambeaux. Jusqu’ici, tout semble bien aller… Mais l’émergence d’un pouvoir disparu revient, une troupe de fantassins du Grand Monde fait son apparition et les Eux restent incompréhensibles… Sorö, Cette jeune femme dans le Pays du Nord a peut-être une réponse à cela. Et peut-être aussi le joli garçon qui l’a assommée et abandonnée dans les bois… Les guerres se préparent, les armées se rangent. Il n’y a qu’un grain de sable dans l’engrenage. Un seul petit grain de sable fin…
13
14
49
225

Vous aimez lire Laedde ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0