Amazing !  Nous le voulons tous,

2 minutes de lecture

Il suffit d’un point de vue, mais différent de celui que nous avons, pour apercevoir, comprendre et découvrir le monde dans lequel nous évoluons.

Chacun de nous, le portons et surtout le voulons comme héritage. Laisser une partie de sa mémoire, peut être une trace dans celui-ci ?

Personne ne souhaite et ne veut être oublié !

N’en doute pas !

Vouloir transmettre ce que nous avons de meilleur, et parfois, peut-être de pire en même temps.

Nous existons et vivons surtout pour laisser ardemment une empreinte, notre empreinte.

Quand je dis ‘chacun’, je me tourne vers toi pour te regarder et te dire que ta vie mérite et vaut un récit. Je l’attends si impatiemment, car j’aimerais tant le connaître et surtout te découvrir.

Pourquoi devrions-nous être si identiques ? Pourquoi devrais-je te ressembler pour exister ?

Ne plus avoir l’opportunité de découvrir toutes ces différences, tes différences, ta différence ?

La vie n’a pas besoin de nous apporter ce moment de grâce ou d’illumination alors qu’il vit déjà en nous et surtout en toi ?

Je sais que tu le sens et l’espère aussi !

Alors, vas-y, lance-toi ! Et dis-nous les raisons pour lesquelles nous aimons t’aimer.

Pourquoi, nous aimons te consoler ou parfois te haïr ?

Offres-moi, mais surtout offres-nous ton joyau, et peut être aussi une vérité, ta vérité !

Combien de nous sauraient reconnaitre de vue Pythagore, Eiffel, Rimbaud, Baudelaire ou De Vinci ?

J’en oublie par manque d’espace et de culture.

Ils nous ont pourtant laissé un héritage, certes tous différents, mais que nous connaissons tous. Celui que nous nous devons de transmettre, expliquer et vivre avant de partir.

Pourquoi pleurer dans mon coeur comme il pleut sur la ville? Cela me fait frissonner.

Pourquoi cette tour existe encore alors qu'elle n'était qu'un projet pour une exposition ?

Pourquoi savoir voler avant de savoir marcher ?

Pourquoi renier et juger l'amour de Verlaine pour Rimbaud, quand celui-ci est si pur ? Alors qu'il les motive pour avancer, pour vivre, pour exister ?

Pourquoi appliquer la droiture de la mathématique moderne, quand nous aimons nous échapper dans le monde si tortueux de nos pensées ?

Pourquoi devrions-nous les juger sans essayer de comprendre ce qu’ils nous ont enseigné ?

Chaque vie et surtout toutes les vies sont importantes aussi petites qu'elles soient.

Combien de récits commencent par : il était une fois … , un jour … , et comment ne pas penser à cette fin qui restera un témoignage et un conte pour enfants de tous âges ?

Que nous soyons enfants ou adultes vivons, martelons, mais surtout façonnons nos vies.

Osez ! sans rien regretter! Plutôt que de se taire, de vivre dans la souffrance et de ne pas s’exprimer.

Ensemble, nous créons ce monde. Seul nous le réduisons et l’anéantissons !

Voilà, ma main, elle t’es tendue avec amour.. Ne la juge pas, et ne le refuse pas !

Il et elle sont mon refuge et peut être aussi le tien.

__

Essai sur la tolérance et le cyber-harcelement.

Annotations

Recommandations

LanyHU
J'ai décidé, pour rendre mes Tomes plus structurés, de vous faire part ici de mes journées, par des moments de ma vie.
Je n'ai aucune prétention dans l'écriture et encore moins dans ce volet. Si vous aimez ces petits sentiments volés sur l'instant, j'essayerai de vous en faire un ou des chapitres dans un de mes Tomes.

Avertissement : je suis une personne très sensible et vous demande de respecter cela.
232
244
114
27
Défi
PLS 879
En mode tétine et couches
3
2
0
0
Adrien de saint-Alban


Chômeur, je vis au quotidien la dure réalité du chômage. Je suis rejeté par ma famille. J’ai voté à gauche pour sortir de ma condition de chômeur. Il est vrai, j’avais fini par tirer parti des avantages que me donnait l’oisiveté: affalé devant la télé, me couchant tard, me levant tard, gorgé de bière, la plupart du temps. J’étais souvent saoul comme un cochon, incapable de la moindre initiative, attisant la colère de ma femme. J’avais obligation néanmoins de me présenter aux convocations de pôle emploi sous peine de perdre mes droits, enfin ce qu’il me restait au bout de trois ans de chômage. Autant dire qu’il ne me restait pas grand-chose. Après avoir perdu mon travail, les années passèrent et le temps passe vite quand on est chômeur. J’ai perdu dans la foulée et ma femme et mes gosses, j’ai fini par vendre ma maison pour payer mes dettes, mes impôts aux socialos et les diverses taxes. J’étais pour ainsi dire chômeur à la rue. Maintenant, je vis dans une caravane. Mon dossier de logement s’est perdu dans les méandres de l’administration, oublié en bas d’une pile de dossiers en souffrance. Mon frigo est vide. Je suis en fin de droits et je fais les fins de marché. J’accepte les dons de fruits et de légumes encore mangeables. Je suis juste un grade au-dessus de clochard. Je regarde autour de moi. Le marché se vide. Les derniers chalands ont donné leurs derniers sous, des gens qui, comme moi, le dos courbé, remuent les poubelles, des sacs remplis d’immondices, espérant trouver une pitance salvatrice.
1
0
0
10

Vous aimez lire LanyHU ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0