Les mots ne sont pas de phrases

2 minutes de lecture

Aujourd’hui, j’ai décidé de faire un petit texte sur une chose que je regrette beaucoup.

Ce n’est pas un reproche, mais la façon dont je ressens le monde qui m’entoure.

***

Allan venait de se réveiller à côté de Cole que sa mère avait une nouvelle fois invité à la maison.

Elle savait que son enfant avait besoin du réconfort d'une amitié sans faille. Les derniers jours avaient été un peu chaotiques et elle sentait Allan très perturbé.

Aujourd’hui, ils devaient aller à une exposition de peinture sur the Hill’s, elle savait qu’Allan aimait l’art et espérait qu’elle allait lui remonter le moral.

Arrivé à la Galerie Gagosian, qui est un endroit magnifique, Allan avait un sourire si joyeux que Cole ne put s’empêcher de l’embrasser sur la joue. Il venait de retrouver son Lany si joyeux, qu'il aimait tant.

La galerie Gagosian se dressait majestueusement devant eux. Le hall est d’une pure beauté, mais d’une retenue si touchante qui émerveillait Allan. Alors que cela aurait pu être une démonstration de luxe et d’architecture, ils avaient voulu laisser une place importante à une certaine sobriété pour que les œuvres des artistes explosent.

C’était comme avoir construit un écrin pour contenir un trésor sans être plus beau et ni plus précieux que ce trésor, mais en donnant envie de l’ouvrir.

Aujourd’hui, c’était l’exposition de Tom Weselmann, qui est mort, mais qui reste un peintre très regardé avec son art très original.

À l’intérieur de cette exposition, Allan ne pouvait s’empêcher de déambuler au travers des nombreuses salles pour découvrir et redécouvrir les tableaux qu’il trouvait magnifiques, en y voyant une belle invitation à l’évasion.

À côté de lui se trouvaient des adultes regroupés par clan de pensée qui discutaient ensemble. Il tendit l’oreille pour écouter les avis et savoir ce que pouvaient en penser les adultes et fut surpris des discussions. Il venait de se rendre compte qu’au sein d’un même groupe les gens ne se parlaient pas, mais lançaient par-ci, par-là des bouts de mots qui devaient selon eux représenter un dialogue.

Allan vivait l’exposition en regardant les toiles et aurait tant voulu voyager avec ces personnes.

***

Les amis, je vous écris cela, car je suis toujours surpris de constater que les gens ne se parlent plus. Nous sommes à l’ère du numérique et nous avons pris l’habitude de tout raccourcir. Il y a pourtant tellement de choses à partager alors que la plupart d’entre nous ne communiquent plus. Un mot n’est pas une phrase. Chaque mot sortit de son contexte n’a plus de valeur si on ne prend pas le temps de l'exprimer par une pensée.

Si je vous dis : « Bonne nuit ! », vous pourriez penser que je vous souhaite une bonne nuit ou que j’ai envie de vous donner un ordre. Pourquoi ne pas prendre le temps de revenir à ce qui fait notre richesse, le langage et dire : « Passez une bonne nuit et qu’elle soit pleine de rêves ! ». Là, vous sauriez que mon but est de souhaiter que votre nuit soit la plus douce et la plus belle possible et ma phrase devient ainsi bienveillante et non à double sens.

J’aime votre langue qui est si belle et si riche, mais je suis parfois surpris de la voire réduite juste à deux mots mis l’un à côté de l’autre.

J’aime les phrases et je suis un rêveur. Racontons des histoires autour des mots. c'est une grande richesse que nous devons préserver.

Annotations

Recommandations

LanyHU
J'ai décidé, pour rendre mes Tomes plus structurés, de vous faire part ici de mes journées, par des moments de ma vie.
Je n'ai aucune prétention dans l'écriture et encore moins dans ce volet. Si vous aimez ces petits sentiments volés sur l'instant, j'essayerai de vous en faire un ou des chapitres dans un de mes Tomes.

Avertissement : je suis une personne très sensible et vous demande de respecter cela.
232
244
114
27
Défi
PLS 879
En mode tétine et couches
3
2
0
0
Adrien de saint-Alban


Chômeur, je vis au quotidien la dure réalité du chômage. Je suis rejeté par ma famille. J’ai voté à gauche pour sortir de ma condition de chômeur. Il est vrai, j’avais fini par tirer parti des avantages que me donnait l’oisiveté: affalé devant la télé, me couchant tard, me levant tard, gorgé de bière, la plupart du temps. J’étais souvent saoul comme un cochon, incapable de la moindre initiative, attisant la colère de ma femme. J’avais obligation néanmoins de me présenter aux convocations de pôle emploi sous peine de perdre mes droits, enfin ce qu’il me restait au bout de trois ans de chômage. Autant dire qu’il ne me restait pas grand-chose. Après avoir perdu mon travail, les années passèrent et le temps passe vite quand on est chômeur. J’ai perdu dans la foulée et ma femme et mes gosses, j’ai fini par vendre ma maison pour payer mes dettes, mes impôts aux socialos et les diverses taxes. J’étais pour ainsi dire chômeur à la rue. Maintenant, je vis dans une caravane. Mon dossier de logement s’est perdu dans les méandres de l’administration, oublié en bas d’une pile de dossiers en souffrance. Mon frigo est vide. Je suis en fin de droits et je fais les fins de marché. J’accepte les dons de fruits et de légumes encore mangeables. Je suis juste un grade au-dessus de clochard. Je regarde autour de moi. Le marché se vide. Les derniers chalands ont donné leurs derniers sous, des gens qui, comme moi, le dos courbé, remuent les poubelles, des sacs remplis d’immondices, espérant trouver une pitance salvatrice.
1
0
0
10

Vous aimez lire LanyHU ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0