Bienvenu dans ma démence

8 minutes de lecture

Celui-là, je ne le touche pas, car c’est comme cela que je l’ai vécu !

- Aucun canard et aucun enfant n’ont été maltraités dans cette histoire… sauf Donald, mais lui, je ne l’aime pas!

- Bing c’est le bruit, pas le frère. ( Ry va comprendre le message)

- Avant, elle m’a donné un médicament pour la douleur, mais il est très, très, fort. Alors je suis un peu dans le nuage, comme le Petit Prince dans le chapitre que je raconte comme je l’ai vécu, mais avec mon humour débile. Je vais doucement et je vous explique pourquoi, car je suis encore un peu faible.

***

Elle venait de me trouver, pas bien, dans ma chambre. Je me rappelle un peu, mais je ne pouvais plus parler. Une grande peur m’envahissait et même la main de ma maman me faisait mal quand elle me touchait. Je ne pouvais plus respirer et elle tapait fort sur mon ventre. Je m’en souviens, car j’ai encore le corps un peu bleu. J’ai compris enfin qu’elle essayait de me ramener vers ce monde.

Depuis que je suis petit, j’ai toujours voulu aller à la Maison Blanche. C’est très beau, parait-il, alors hier on y est allé avec ma maman et Cole. Il y a même des visites nocturnes. Elle m’a dit qu’on y allait avec une voiture très rapide, juste pour moi. Tu vois j’étais le VIP de cette soirée !

En fin de compte, elle est encore plus proche que je ne pensais cette belle Maison Blanche et comme j’étais très content, je sortis comme un fou de la voiture et courus devant cette belle maison, alors que la voiture ne s’était pas encore garée ni même arrêtée.

Je trébuchai un peu, mais je me suis rattrapé, sauf la main gauche qui me fait mal encore alors que je vous écris ce récit.

Je ne vois pas le panneau marqué STOP tout en entendant un gros Bing !

Je suis tombé et j’avais un peu mal à la tête quand même. Pourquoi ils mettent un panneau comme ça devant un parking et surtout devant notre belle Maison Blanche ?

Dessus j’aperçois :

« STOP, tu viens de passer dans une zone de Covid47 XXY » et je vois la photo de Donald Duck. Alors j’ai eu très peur, car je sais qu’il a eu le covid19, mon ami Donald. Mais ce n’est pas mon vrai Donald Duck, enfin un peu quand on le voit à la télé quand il danse dans un meeting avec sa belle coiffure qui ne remue jamais. Un jour, il faut que quelqu’un me donne le nom de la couleur de ses cheveux : je ne le connais pas.

Je reconnais maman, qui arrive en courant et en pleurant, pour me mettre un masque pour pas que je lui donne cette maladie, car elle doit rendre très bête avec tout ce que j’ai fait de stupide pour pouvoir visiter la Maison Blanche.

Oui, ce serait stupide qu’on ne la visite pas juste à cause d’un panneau. C’est pour cette raison que je ne suis pas venu vous faire un petit coucou ici. Mais une visite à la Maison Blanche, c’est très hype ! Même si je me rappelle que je portais encore mon pyjama. Une vraie honte de me présenter devant ce président que je n’aime pas avec une couche et en pyjama

Elle me porte et m’allonge sur un joli lit, car avec le choc je n’arrivais plus à bien marcher ni à réfléchir. Décidément, le 47 XXY est plus méchant que le 19. Enfin, je ne sais pas encore, car je n’ai pas encore essayé le 19 !

Mais chez nous, en Amérique, on aime bien faire plus fort que les autres. Alors le 47 XXY, c’est sûr, il va être bien et je sens déjà son effet partout dans mon corps. Surtout quand on fait n’importe quoi !

D’un coup, je sens mon cœur qui fait.. ploc .. ploc ... plic .. plic .. plocplocplocploc. Après, j’ai oublié, car on me réveille trois fois avec un choc électrique qui fait très mal avant qu’il refasse enfin un bruit normal. J’ai souffert à cause d’une piqure dans la poitrine qui m’a fait très mal. C’est comme une très grosse piqure de moustique, mais américaine, nous on sait faire toujours plus gros que les autres, c’est génétique !

J’avais aussi un câble dans le bras, le truc qui fait floc, floc, floc, floc... Le personnel de la Maison Blanche mettait plein de trucs dedans pour que le floc, floc continue longtemps en tournant une petite roue sur le fil.

Et à côté, j’ai un réveil qui ne donne pas très bien l’heure. Je pense que, peut-être, il vient de Chine et c’est pour ça que les chiffres ne sont pas dans le bon ordre. Et il fait tutt, tutt, tutt. Alors c’est sûr, avec un réveil comme ça tu ne peux pas bien dormir !

Et puis plus tard, je vois mon docteur qui lui, ah oui, c’est certain, il ne ressemble pas du tout à Donald, qui me dit qu’il faut qu’on parle, mais je trouve qu’il n’a pas le sourire très gentil comme avant. C’est surement à cause de son masque.

Je n’aime pas ce docteur, car cette année il a enlevé tellement de choses en moi que je n’aurai plus jamais envie de l’aimer.

Quand toi, tu vas chez le docteur, tu sors avec un médicament pour aller mieux?

Mais lui, noooon ! il ne fait jamais ça. Plus on va le voir, plus il dit que ça ne va pas et il coupe des petits trucs en moi. J’imagine que quand il ne restera plus rien alors tout ira bien.

C’est bien, car je n’avais pas d’autres choses à faire sur le moment. Mais je me demande pourquoi il est aussi à la Maison Blanche et dans ma chambre, car la décoration n’est pas belle et ce n’est pas la personne que j’avais envie de voir pour visiter cet endroit. Le prochain président, il faudra lui dire de tout refaire dedans, sinon on perdra des clients. C’est certain, j’ai décidé de mettre une mauvaise note sur Tripadvisor.

Il me dit que quand je vois un panneau STOP, il faut que j’arrête de courir. Tu vois, c’est un bon docteur, car il connait bien les choses et quand il explique on comprend bien. Alors je dis que je comprends tout, avec les yeux, car j’ai un truc dans la bouche qui m’empêche de parler. Quand il l’enlève, il me demande de tousser, car cela fait très mal et le repas est sorti aussi.

Il y avait Cole et maman qui attendaient à côté. Ils sont gentils, car ils n’étaient pas allés faire la visite sans moi. Mais je trouvais le visage de Cole un peu bizarre, avec les yeux rouges. Je pensais que le ménage n’était pas bien fait ici. Il a toujours un peu d’allergie avec la poussière ou alors il ne supporte pas le masque aussi ? Je n’aime pas quand il ne va pas bien, car il a de jolis yeux que j’aime beaucoup, en plus d’être si beau.

Le docteur continue et me dit (là, je fais vite, il explique un peu moins bien quand même et il devient encore une fois Jack the Ripper )

- Lany, tu as le Covid47 XXY, alors maintenant on arrête les bêtises, sinon on ne va pas y arriver et on va droit dans le mur. Je ne sais pas où il veut en venir, car tout ce qu’il fait ne marche jamais et je pense qu’il parle du panneau.

Je suis toujours sage et j’ai promis que je ne ferais plus de bêtises et comme ça on pourra aller faire enfin la visite. Mais la chambre ne me donne plus l’envie de voir le reste...

Elle me rappelle le début de l’année quand il a détruit à jamais le garçon en moi. Je lui fais encore un oui avec les yeux pour qu’il ne touche surtout plus à rien.

Après, les effets du médicament disparaissent et je comprends que ce n’était pas la Maison-Blanche de mes rêves. Mais comme je ne veux plus revenir ici, je vais moins courir quand je vois un panneau STOP. Il parait que je dois le sentir dans ma tête. Cole me dit que depuis deux jours j’ai perdu l’esprit, car je fais des choses que je ne devrais pas.

On est repartis en voiture avec plein de jolis bonbons pour moi, mais pas ceux que j’aime. Une dame m’attendait à la maison pour s’occuper de moi, même pour la toilette.

Il est vraiment nul ce docteur, mais maman dit que c’est le meilleur !

***

Oui, je promets que je vais faire maintenant plus attention au panneau, car Cole et maman ont eu très peur que je ne me relève pas hier soir quand ma tête elle a fait un gros Bing ! (Ry, toujours pas ton frère !)

Tu vois, je peux rire en racontant des choses dangereuses qui me sont arrivées, mais je ne veux pas refaire de la peine à ma famille. Je m’excuse beaucoup et je leur demande pardon, car je les aime, comme vous.

À vous les amis, je vous dis de prendre aussi bien soin de vous et de faire attention si un panneau STOP est devant vous. Sinon je vous donne le numéro de mon docteur, il vous expliquera très bien !

Je lui donne le surnom de Jack l’Éventreur, si tu ne comprends pas il sort le couteau et il fait le job. Un jour, je vous expliquerai comment mon année a commencé avec lui. Mais c’est un chapitre que je ne peux pas écrire émotionnellement actuellement.

***

Mais le plus important, c’est que je ne veux plus parler de ma santé. J’ai promis de ne plus le faire et je fais en sorte que tout aille bien. Je sais que je ne serai pas un vrai garçon et que je porte toujours des couches à cause de mes problèmes. Je vais m’accepter comme je suis, car j’ai la chance d’avoir beaucoup d’amour autour de moi, et d’être aussi un très joli garçon, ainsi que de vous avoir aussi.

Ce sera la dernière fois que je me plains. Je suis en vie et je dis « Fuck ! ». C’est un mot que je n’utilise jamais, car j’ai horreur de la vulgarité, mais j’avoue qu’il fait du bien. Je suis enfin en vie et je vous remercie de votre aide. Job’s done !

Cole vient de s’allonger auprès de moi, et je sens que les petits bonbons ont trouvé le bon chemin, alors que je lui fais un bisou passionné. Je l’aime tellement et je vous aime aussi, mais d’une autre façon. Lui, c’est l’amour de ma vie et vous êtes mes amours. Il vient de me changer pour la nuit, mais aujourd’hui je m’en fiche de vous dire cela. Je le fais uniquement pour que tu comprennes.

Notre amour est plus fort que tout, et c’est ce que je veux vous dire depuis le début, en fin de compte. Alors, je prends encore une respiration, car j’ai besoin de faire cela pour exprimer mon sentiment et je vous envoie tout mon amour même si la journée a été un peu chaotique.

Annotations

Recommandations

LanyHU
J'ai décidé, pour rendre mes Tomes plus structurés, de vous faire part ici de mes journées, par des moments de ma vie.
Je n'ai aucune prétention dans l'écriture et encore moins dans ce volet. Si vous aimez ces petits sentiments volés sur l'instant, j'essayerai de vous en faire un ou des chapitres dans un de mes Tomes.

Avertissement : je suis une personne très sensible et vous demande de respecter cela.
232
244
114
27
Défi
PLS 879
En mode tétine et couches
3
2
0
0
Adrien de saint-Alban


Chômeur, je vis au quotidien la dure réalité du chômage. Je suis rejeté par ma famille. J’ai voté à gauche pour sortir de ma condition de chômeur. Il est vrai, j’avais fini par tirer parti des avantages que me donnait l’oisiveté: affalé devant la télé, me couchant tard, me levant tard, gorgé de bière, la plupart du temps. J’étais souvent saoul comme un cochon, incapable de la moindre initiative, attisant la colère de ma femme. J’avais obligation néanmoins de me présenter aux convocations de pôle emploi sous peine de perdre mes droits, enfin ce qu’il me restait au bout de trois ans de chômage. Autant dire qu’il ne me restait pas grand-chose. Après avoir perdu mon travail, les années passèrent et le temps passe vite quand on est chômeur. J’ai perdu dans la foulée et ma femme et mes gosses, j’ai fini par vendre ma maison pour payer mes dettes, mes impôts aux socialos et les diverses taxes. J’étais pour ainsi dire chômeur à la rue. Maintenant, je vis dans une caravane. Mon dossier de logement s’est perdu dans les méandres de l’administration, oublié en bas d’une pile de dossiers en souffrance. Mon frigo est vide. Je suis en fin de droits et je fais les fins de marché. J’accepte les dons de fruits et de légumes encore mangeables. Je suis juste un grade au-dessus de clochard. Je regarde autour de moi. Le marché se vide. Les derniers chalands ont donné leurs derniers sous, des gens qui, comme moi, le dos courbé, remuent les poubelles, des sacs remplis d’immondices, espérant trouver une pitance salvatrice.
1
0
0
10

Vous aimez lire LanyHU ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0