Une solution pour Lany ?

4 minutes de lecture

Avertissement : mon français risque d'être très mauvais ! Comme j'ai dit à une amie : « Je ne veux pas que Google parle à ma place », surtout pas dans un chapitre aussi personnel.

Il sera intense, mais c'est la raison de mon histoire et de ma présence parmi vous. Je sais que certains vont être choqués, mais c'est ma vie et mes problèmes.

***

Là, tu imagines que je respire un grand coup pour trouver du courage.

***

Aujourd'hui, j'ai 15 ans et je vais bien. Cole est l'amour de ma vie. J'ai la chance d'avoir de bons résultats à l'école. Je pense que je vais continuer dans l'art ou dans la littérature. Je suis passionné par ce monde et j'aime beaucoup le Fairy-Tale, les contes de fées. Je suis un grand lecteur et je dévore les livres par dizaines chaque mois. Je sais que le mannequinat va bientôt finir pour les raisons que je vais vous expliquer.

1) Aujourd'hui, je suis trop petit pour faire un mannequin de 15 ans et j'en ai marre de le faire pour des vêtements de gamins que je déteste. Je suis obligé d'en porter, car je n'en trouve pas beaucoup qui me plaisent, à ma taille. Je pèse presdque 35 kg, et je ne veux plus en faire la promotion.

2) À la mort de papa, l'émir de Dubaï, Al Maktoum, nous a remerciés pour son travail. Je l'ai vu deux fois, c’est un homme sûr de lui, mais il est gentil. Il parle vite et personne ne lui répond. Il a dit que je pouvais venir ici quand je voulais, mais je pense que je ne vais pas y aller avant longtemps. Nous pouvons aller dans une des maisons sur une ile, mais je n’ai pas envie de la voir maintenant. Maman a les photos de la maison, mais je ne veux pas les regarder non plus. Peut-être qu’un jour, on ira avec Cole et Maman. Je vous raconterais alors, si on se parle encore.

Cole me dit tout le temps que le travail de mon père est là-bas et que c'est dommage de ne pas aller lui rendre hommage. Je sais qu'il a raison. Il faut juste que j'ai un peu plus de courage, car sa vie est partie dans ce pays.

3) Je voudrais maintenant vous parler de mon problème.

Avant, j'avais les cheveux plus longs et les gens disaient que je ressemblais à une fille. J'ai les traits très fins et, avec ma voix, cela entretient la confusion. On a fait une coupe plus courte que j'aime beaucoup.

En début d'année, le docteur m'a dit de venir le voir pour vérifier la descente de mes testicules. Ce n'était pas le cas et il a fallu refaire un examen. Ils nécrosent et on a été obligé de les enlever. Maman voulait attendre que la nature agisse.

Maintenant, je sais que je ne pourrai pas avoir d'enfant. Cole me dit que ce n’est pas grave : on est deux garçons, mais je me sens encore moins grand maintenant et encore moins un garçon.

D'un autre côté, je me dis que je ne veux pas d’enfant pour ne pas leur transmettre cette anomalie, alors que le médecin m'a dit que ce n'était pas héréditaire.

Ce chapitre est très dur pour moi. Je ne pensais pas le revivre en l'écrivant ni en le recorrigeant. Je reviendrai sur ce moment plus longuement dans un prochain chapitre.

Cole est gentil avec moi, il sait et ne dit rien. Des fois, j'ai peur qu'il parte à cause de cela. Je n'ai pas d'envie sexuelle comme les autres garçons à cause de l'absence des hormones qui la provoque. Je le fais pour lui et pour nous deux.

Souvent, je ne m'aime pas, car je suis comme tout le monde, mais il me manque un truc. Je fais un travail dans mon esprit pour accepter cette situation.

Si seulement je pouvais grandir un peu plus, avoir plus de muscles et un bassin moins enfantin, je serais déjà plus heureux.

Pour les poils, là, je suis okay de pas en avoir, car je n'aime pas du tout ça.

C'est dur quand je suis avec Cole et que j'entends : « C'est ton petit frère ? ». Tu comprends ? Et si je commence à parler, alors j'ai l'air encore plus bête et petit frère, car ma voix n'a pas mué.

Des fois, je pense (ça il ne faut pas le dire à Cole, j'en ai déjà parlé avec lui et il ne veut pas), que, peut-être un jour, je me ferai opérer pour devenir une fille. Comme cela, je pense que j'aurai une allure plus normale. Le problème est que, dans la réalité et dans ma tête, je suis un garçon. Je pense que jamais je n'accepterai d'être une fille. (Les filles, je parle pour moi, ce n'est pas contre vous !) C’est un problème qui me tourmente et je n'ai pas la solution. Cole a raison quand il dit que c'est supprimer un problème pour en avoir un autre. Donc, je vous dis : je suis perdu !

Jamais je n’aurais pensé avoir autant de peine que maintenant. Je suis un garçon sans être un garçon et qui ressemble à une fille, alors qu'il est un garçon.

Comme j'ai dit, c'est une bouteille à la mer que je viens de jeter sur Long Beach. Peut-être que quelqu'un la trouvera et viendra me rassurer.

Annotations

Recommandations

LanyHU
J'ai décidé, pour rendre mes Tomes plus structurés, de vous faire part ici de mes journées, par des moments de ma vie.
Je n'ai aucune prétention dans l'écriture et encore moins dans ce volet. Si vous aimez ces petits sentiments volés sur l'instant, j'essayerai de vous en faire un ou des chapitres dans un de mes Tomes.

Avertissement : je suis une personne très sensible et vous demande de respecter cela.
232
244
114
27
Défi
PLS 879
En mode tétine et couches
3
2
0
0
Adrien de saint-Alban


Chômeur, je vis au quotidien la dure réalité du chômage. Je suis rejeté par ma famille. J’ai voté à gauche pour sortir de ma condition de chômeur. Il est vrai, j’avais fini par tirer parti des avantages que me donnait l’oisiveté: affalé devant la télé, me couchant tard, me levant tard, gorgé de bière, la plupart du temps. J’étais souvent saoul comme un cochon, incapable de la moindre initiative, attisant la colère de ma femme. J’avais obligation néanmoins de me présenter aux convocations de pôle emploi sous peine de perdre mes droits, enfin ce qu’il me restait au bout de trois ans de chômage. Autant dire qu’il ne me restait pas grand-chose. Après avoir perdu mon travail, les années passèrent et le temps passe vite quand on est chômeur. J’ai perdu dans la foulée et ma femme et mes gosses, j’ai fini par vendre ma maison pour payer mes dettes, mes impôts aux socialos et les diverses taxes. J’étais pour ainsi dire chômeur à la rue. Maintenant, je vis dans une caravane. Mon dossier de logement s’est perdu dans les méandres de l’administration, oublié en bas d’une pile de dossiers en souffrance. Mon frigo est vide. Je suis en fin de droits et je fais les fins de marché. J’accepte les dons de fruits et de légumes encore mangeables. Je suis juste un grade au-dessus de clochard. Je regarde autour de moi. Le marché se vide. Les derniers chalands ont donné leurs derniers sous, des gens qui, comme moi, le dos courbé, remuent les poubelles, des sacs remplis d’immondices, espérant trouver une pitance salvatrice.
1
0
0
10

Vous aimez lire LanyHU ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0